Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

BOLIVIE : Le gouvernement bolivien va relancer la réforme agraire

de : Johan
vendredi 21 avril 2006 - 22h15 - Signaler aux modérateurs
Réseau d’information et de solidarité avec l’Amérique latine

www.risal.collectifs.net/art...

Bolivie Le gouvernement bolivien relancera la réforme agraire

Le gouvernement bolivien d’Evo Morales cherche à réorienter et à accélérer la réforme agraire pour inverser la situation de la concentration de terres entre peu de mains, la spéculation, le trafic et le transfert de propriétés à des étrangers. par Franz Chávez 18 avril 2006

« Le nouveau gouvernement a la légitimité démocratique nécessaire pour prendre des mesures pour une réforme agraire en profondeur, moyennant une réorganisation préalable des institutions chargées de redistribuer la terre, qui furent occupées par de notables, représentants de l’ « agro-pouvoir » des entreprises et des propriétaires terriens », a déclaré à IPS Alfredo Rada, vice-ministre de la Coordination avec les mouvements sociaux.

Depuis son bureau au palais du gouvernement, Rada mène la difficile tâche de réorganiser une réforme agraire quasiment paralysée face à l’influence du grand négoce agricole établi dans la région orientale de Santa Cruz.

Morales annulera des décrets approuvés par ses prédécesseurs Gonzalo Sánchez de Lozada (1993-1997 et 2002-2003), Hugo Banzer (1971-1978 et 1997-2001) et Carlos Mesa (2003-2005) parce qu’en autorisant la concentration de terres, leur contenu constitue un retour en arrière, a expliqué Rada.

La loi 1.715 du Service national de la réforme agraire, a été promulguée le 18 octobre 1996 afin de matérialiser une juste distribution de la terre, une aspiration consacrée dans des lois, mais postposée pendant des décennies en Bolivie.

En neuf ans, selon les dernières données de l’Institut national de la réforme agraire (INRA), l’État bolivien, dans le cadre de cette norme, n’a régularisé que 14 millions d’hectares, soit 13,1% des 107,2 millions [d’hectares] de terres destinées à la production agricole et à l’exploitation forestière. A ce rythme, selon des analystes, il faudra encore 66 ans pour mener à bien une tâche constamment empêchée par des intérêts économiques et politiques.

En octobre de cette année, le délai accordé par la loi pour régulariser des propriétés communales (des peuples indigènes) et de production prendra fin, mais même si 74 millions de dollars ont été investis avec l’assistance financière d’organismes internationaux, le processus semble être arrêté.

« Il a manqué à cette loi, la volonté politique pour être appliquée, mais maintenant on attend une décision radicale, ferme et respectueuse de la loi », a déclaré à IPS Miguel Urioste, président de la Fondation non gouvernementale « Tierra ».

La loi établit des procédures pour éliminer le latifundio improductif [1], réviser et mettre à jour le droit de propriété de toutes les terres des petits propriétaires et des grands entrepreneurs, a rappelé l’expert.

L’arrivée à la Présidence du leader indigène et paysan Evo Morales, le 22 janvier, a réveillé des sentiments de revendications des communautés indigènes qui réclament l’expulsion de chefs d’entreprise et de citoyens brésiliens et paraguayens qui se disent propriétaires de larges territoires à la frontière nord et nord-est avec le Brésil.

La loi bolivienne interdit à des citoyens étrangers de posséder des propriétés dans une zone frontalière de 50 kilomètres, ce qui encourage les organisations indigènes et paysannes à réclamer l’expropriation des ces terres en leur faveur.

Le député Isaac Ávalos, du parti de gauche au pouvoir, le Mouvement vers le socialisme (MAS), a fait savoir que quelque 600.000 hectares ont été occupés de manière illégale, et le ministre du Développement rural et agricole, Hugo Salvatierra, a annoncé la récupération de propriétés accordées en marge de la loi.

Le parquet, des autorités de la migration et des policiers sont mobilisés par ordre du gouvernement afin de vérifier des dénonciations sur la présence illégale de citoyens étrangers dans cette zone frontalière, en particulier dans les provinces Germán Bush et Angel Sandoval, du département oriental de Santa Cruz.

Ceci peut être l’épreuve de feu pour le gouvernement de Morales, qui a obtenu dans les urnes 53,7% des suffrages.

Selon Rada, le gouvernement, avec le soutien des forces armées, « rétablira la souveraineté sur les zones envahies par des citoyens étrangers et nous le ferons de manière décidée ».

Sur le terrain diplomatique, le gouvernement exposera le problème au président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, en sollicitant sa coopération pour éviter des ventes illégales de terres et le trafic de ressources naturelles comme l’or, le bois, etc., disponibles dans l’Amazonie bolivienne.

En entamant son mandat de cinq ans, Morales a exprimé son intérêt à promouvoir une distribution juste de la terre, et a pris en exemple ces propriétaires qui possèdent une vache pour brouter sur 50.000 hectares.

Au début du mois de mars, Morales a lancé un appel aux grands propriétaires terriens pour qu’ils partagent leurs terres improductives avec des paysans pauvres, mais il a signalé en même temps qu’il était d’accord avec l’occupation violente de propriétés, promue par le Mouvement sans terre (MST) [2].

Morales a garanti aux chefs d’entreprises la reconnaissance par l’Etat des propriétés productives de 1.000 à 5.000 hectares ayant une fonction économique et sociale.

La réforme agraire de 1953, née de la révolution de 1952, a été affectée par la corruption et la pression de groupes de pouvoir. Selon une étude de la Fondation Tierra, en 1996, 55 millions d’hectares avaient été remis à des propriétaires terriens, et 45 millions d’hectares à des paysans.

Du fait de cette distribution inégale, l’organisme chargé d’accorder des concessions de terres a été démantelé en 1992. En 1996, il fut remplacé par l’INRA, créé par la loi 1.715. Mais ce nouvel organisme n’est pas parvenu à faire mieux que le précédent.

En 2000 est né le MST, inspiré du Mouvement des travailleurs ruraux sans terre du Brésil. Sa première action a été l’occupation d’une grande propriété appelée Pananti, dans le département méridional de Tarija. Mais, suite à l’action d’un escadron illégal formé par les propriétaires terriens, l’expérience s’est terminée le 9 novembre 2001 par la mort de six paysans.

Du mardi 7 mars au vendredi 10 mars, les problèmes de la possession de la terre ont été débattus lors de la seconde Conférence internationale sur la réforme agraire et le développement rural de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui a eu lieu dans la ville brésilienne de Porto Alegre.

Selon un rapport du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), 100 familles possèdent à elles seules 25 millions d’hectares, alors que deux millions de familles paysannes ont seulement accès à cinq millions d’hectares.

Selon le recensement de 2001, 3 millions des 8,2 millions de Boliviens, vivent en zone rurale.

Mais les mesures administratives ne mettront pas un point final aux problèmes de la terre. Urioste estime que ce sera l’Assemblée constituante, qui aura lieu en août de cette année, qui sera chargée d’examiner la question de la propriété de la terre et des ressources naturelles comme les forêts, l’eau, l’air, les minéraux, le pétrole et le gaz.

 »Ce seront les principaux thèmes du débat et en particulier le droit à la propriété de la terre qui, selon la Constitution, appartient à l’État et non à une région, un secteur social ou patronal », a affirmé Urioste. Notes :

[1] [NDLR] Grande extension de terre rurale, en friche ou non cultivée.

[2] [NDLR] Sergio Ferrari, Le mouvement sans terre en Bolivie, RISAL, 24 septembre 2004.

En cas de reproduction de cet article, veuillez indiquer les informations ci-dessous :

Source : IPS Noticias (www.ipsnoticias.org/), 7 mars 2006.

Traduction : Diane Quittelier, pour RISAL (www.risal.collectifs.net/).


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite