Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

ELECTIONS LEGISLATIVES EN ITALIE : les vraies raisons de la demi-victoire
de : FRANCESCO INDOVINA
mercredi 3 mai 2006 - 12h46 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires
JPEG - 8.7 ko

Campagnes électorales. C’est l’utlisation de la télé et le peu d’implication des personnes qui a caractérisé les élections législatives. Et c’est ici la plus grande différence avec les élections locales.

de FRANCESCO INDOVINA traduit de l’italien par karl&rosa

Le constat d’une Italie "coupée en deux" fait partie de l’inconsistance du débat politique ; un système bipolaire livre en général des résultats serrés (on en a de nombreux exemples), ce qui provoque l’accusation de truquages, fautes, irrégularités etc. S’il livrait des résultats très distants (de 60 à 40%, comme par exemple en Toscane) on répèterait les accusations de truquages, fautes et irrégularités pour un "résultat coréen" (l’insulte politique est mise à jour, la Bulgarie autrefois , la Corée aujourd’hui). Mais laissons tomber ces vacuités et regardons les résultats.

Le Pôle a perdu de très peu, une donnée factuelle non discutable. Pourquoi une défaite de justesse alors qu’on annonçait un échec ? Pourquoi une divergence si forte entre l’avis général d’une victoire certaine et consistante pour l’Union et son maigre résultat ? Pourquoi une différence si marquée entre les résultats des élections locales et ceux des législatives ?

Chacun a un point de réflexion à fournir, car il s’agit d’une question qui ne manque pas d’implications sur la tenue du gouvernement et sur la possibilité de mener à bien le programme de l’Union (et on ne se réfère pas aux maigres marges du Sénat, mais au rapport avec la société).

Peut-on attribuer le résultat, complètement, à la grande capacité de Berlusconi ? Mais Prodi, n’a-t-il pas toujours gagné face à lui ? Plus, où mettons-nous la faute capitale des "couillons qui votent pour l’Union" ? Sont-ce les abstentions qui ont déterminé le résultat ? Je ne le crois pas. Est-ce la faute d’une communication erronée et pas coordonnée de l’Union aux électeurs ? Certes, la question des taxes, si maladroitement gérée, a pesé. Mais je crois que la question est encore autre.

La certitude d’une victoire large et sèche naissait d’une erreur de fond : la non perception de la mutation anthropologique qui a investi le pays ; nous avons voulu cultiver l’illusion que le berlusconisme était un argument de sociologie politique et non pas un enracinement dans les consciences des gens. Le poison social semé par le Pôle a pollué les consciences de beaucoup et un peu de tous. Un pays qui raisonne avec les tripes ; qui se sent frappé quand il entend parler d’augmentation des taxes, qu’il y soit impliqué ou pas ; qui a entendu "justifier" l’évasion fiscale ; récompenser ceux qui ne respectent pas les règles ; pousser à nier toute valeur de cohabitation réglée.

Un pays corrompu par la télé dans l’attente du coup de chance colporté comme habileté (quelle est la ville principale du Japon entre Tokyo, Moscou et Sydney ?... Tokyo. Eh bien, vous avez gagné 100 mille euros), abruti par des spectacles qui font de la vulgarité et de l’agressivité la mesure de leur succès. Un pays clérical et, évidemment, adepte du satanisme, mais qui se prélasse dans les péchés et les vices privés et publics, de toute façons un pardon et une remise on ne les nie à personne. Un tel pays ne peut pas voter à gauche. Dans un tel pays le Pôle a fait le miracle de perdre et l’Union celui de gagner. Ce n’est que l’excès de mauvaise administration, l’appauvrissement de couches importantes de la population, le manque de perspectives pour les jeunes, le fait d’avoir compris que la "flexibilité" n’était pas une opportunité mais une tromperie, c’est-à-dire le refus de Berlusconi et non pas l’adhésion au centre-gauche et une certaine, de plus en plus mince, fidélité politique qui ont un peu poussé les voiles de l’Union, avec peu de mérites de la part de l’équipage.

Et cela sans oublier le soutien dont a profité l’Union de la part de l’intelligentsia (mais qui l’entend ?), des grands journaux (mais qui les lit ?), de secteurs importants du pouvoir économique (mais quel pouvoir ?). Dans un pays immergé dans ce bouillon de culture, la gauche (même si elle est de centre) n’aurait pas dû gagner, à moins d’aider les gens à réfléchir, à se réveiller du sommeil de la raison. Les gens sont empoisonnés, étourdis, mais ils peuvent revenir au raisonnement, les pieds sur terre, aspirer à nouveau au mieux en construisant péniblement, démystifier des espoirs sans fondement. Mais comment ? Voila le problème. Il est possible de commencer par l’écart entre les résultats des élections locales et des législatives ; il s’agit d’un indice important.

Qu’on réfléchisse au fait que la différence la plus importante entre la campagne électorale des élections locales et celle des législatives est toute dans l’utilisation de la télé et dans l’implication des personnes. Les aspirants maires ont évolué dans le tissu social, ont dialogué avec les personnes, ont essayé de convaincre chacun, les partis ont été contraints à soigner les électeurs, chaque électeur, pas seulement ceux qui étaient déjà convaincus. En somme, on a fait en général pour les élections locales ce qu’on appelait jadis un travail politique de base. L’intervention à la télé a été modeste, pour des raisons évidentes. La campagne pour les élections locales a été enracinée chez les gens, participée ; la confrontation rapprochée a été l’instrument pour désenvenimer les consciences, pour aider à raisonner, à regarder la réalité.

Il an a été bien autrement pour les élections législatives, où la télé a été le principal, et même l’unique instrument. Les réunions publiques, peu nombreuses, ont été pour ceux qui étaient déjà convaincus ; aucun travail politique de base. Avec la télé gagnent les idéaux - si l’on peut dire - de Berlusconi. Et maintenant nous devons compter avec une mince majorité, pas tellement au parlement, mais - et c’est le plus inquiétant - chez les gens. Si on voulait que le "programme du centre-gauche" trouve un tissu social d’acceptation (même si elle n’est pas unanime) on devrait se retrousser les manches et recommencer à faire un travail politique de base, ce qui n’exclut pas l’usage parcimonieux de la télé.

Seulement par un enracinement dans le tissu des villes, parmi les différentes catégories sociales, les jeunes et les personnes âgées, il serait possible de reconstruire un espace de réflexion commune, pas tellement une homologation mais plutôt une disponibilité raisonnable, le refus des mythologies, la prise de conscience que l’engagement collectif est le fondement d’une société saine et la possibilité d’affirmer l’individualité. Nous sommes tourmentés par le doute que les partis ne soient plus capables d’un travail politique de base, qui ne répète pas les risques anciens, mais renouvelle les modalités d’une expérience fondamentale.

http://www.ilmanifesto.it



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> ELECTIONS LEGISLATIVES EN ITALIE : les vraies raisons de la demi-victoire
3 mai 2006 - 15h53

A tous ceux qui veulent en tirer des leçons pour la france !
"Si on voulait que le "programme de vraie gauche" trouve un tissu social d’acceptation (même si elle n’est pas unanime) on devrait se retrousser les manches et recommencer à faire un travail politique de base, ce qui n’exclut pas l’usage parcimonieux de la télé.
Cela nous l’avons fait lors du referendum contre le TCE , nous pouvons donc le refaire d’ici 2007 !
demontrer ensuite que l’action collective permet l’epanouissement des individualités , nous venons de le faire dans la lutte contre le CNE
il ne nous reste plus qu’a nous retrousser les manches , à la condition que les leaders du NON ne restent pas dix mois à s’attendre .

claude de toulouse .



> ELECTIONS LEGISLATIVES EN ITALIE : les vraies raisons de la demi-victoire
3 mai 2006 - 18h50 - Posté par

"Nous venons de le faire dans la lutte contre le CNE"... Un optimisme qui fait chaud au coeur...

Le CPE est derrière, le CNE encore devant, mais vite nous l’attraperons, comme l’autre !

Les leaders du NON sont très polis, très courtois, "après vous, je vous en prie,
 je n’en ferai rien,
 qu’à cela ne tienne, vous êtes moins noniste que moi,
 mais vous, beaucoup trop,"

etc, etc, etc.


la masse molle de gauche casse mais ne construit pas
3 mai 2006 - 18h57 - Posté par

c’est toujours plus facile de dire non, de s’entendre pour démolir... que de dire oui et de se mettre d’accord pour une nouvelle construction, un nouveau projet

c’est pour quoi, pas manque de courage et de volonté du peuple dit de gauche, que c’est sarko qui l’emportera en 2007.


> la masse molle de gauche peut construire
5 mai 2006 - 13h58 - Posté par

bon, je pense que Sarko va permettre cette union. Tous derrière Ségolène, alors ? Tout bien pesé, ça me va.





les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
11 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Je suis pessimiste par l'intelligence mais optimiste par la volonté. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite