Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

La victoire du mouvement anti-CPE résonne à Athènes

de : Paul Falzon
samedi 6 mai 2006 - 16h27 - Signaler aux modérateurs

FSE . L’ouverture des débats dans la capitale grecque a été marquée par la lutte anti-précarité et les enseignements de la récente reculade imposée au pouvoir français.

de Paul Falzon, Athènes (Grèce),

Un mois après le retrait du CPE, le quatrième Forum social européen (FSE) qui s’est ouvert hier à Athènes a fait de la précarité l’un de ses thèmes principaux. Premier temps fort des trois jours de débats et de manifestations qui devraient réunir 15 000 personnes autour de l’ambition de « changer le monde », les principaux meneurs du mouvement étudiant et syndical qui a fait céder le gouvernement de Villepin ont témoigné de l’importance de ce combat dans le rapport de forces social en France. Avec l’ambition que cet exemple inspire d’autres luttes au niveau européen. « Résistance au néo-libéralisme : le CPE, ce n’est qu’un début », résumait l’intitulé du débat que le FSE leur a consacré.

« Depuis plusieurs années, les luttes sociales en France n’avaient pas gagné. Cette victoire nous redonne le moral », a commenté Kamel Tafer, porte-parole de la coordination étudiante contre le CPE. « La jeunesse s’est fortement mobilisée et pas seulement pour défendre ses propres conditions d’existence, mais aussi pour combattre, de façon beaucoup plus large, ce qui apparaît comme une fatalité dans les politiques néolibérales, la précarité », a poursuivi Bruno Julliard, président de l’UNEF, en soulignant l’« unité » et l’« intensité » exceptionnelles de la lutte syndicale contre le CPE. « Il y a eu une prise de conscience générale », a-t-il ajouté. Annick Coupé (SUD) a elle inscrit la lutte contre le CPE « dans la suite de la victoire du "non" clairement ancré à gauche lors du référendum sur le traité constitutionnel » l’an dernier. Le retrait de la réforme visant les jeunes a été « une victoire française évidemment, mais aussi européenne voire mondiale », a souligné Jean-Michel Joubier (CGT) en citant les messages de soutien arrivés du monde entier et notamment des États-Unis. « On a évidemment pas réglé tous les problèmes liés à la précarité, mais on a réussi à inverser le rapport de forces », a repris Annick Coupé.

« FAIRE CONVERGER NOS LUTTES »

L’épisode du CPE a visiblement marqué les esprits des participants de ce forum d’Athènes. Dans l’assistance du débat sur le sujet, Luc Renard, de la branche chômeurs du grand syndicat belge FGTB, dit qu’il a « regardé avec beaucoup d’attention ce qui s’est passé en France ». « Il faut dire que, quand votre gouvernement fait une connerie, le nôtre suit souvent », lâche-t-il dans un grand rire. « La victoire de ce nouveau 1er Mai français est un exemple que nous devons suivre », estime Mikhailis Kitsonis, responsable de l’organisation des travailleurs précaires d’Olympic Airways, la compagnie nationale au coeur d’un bras de fer très dur entre les syndicats et le gouvernement qui veut la privatiser. Un responsable du syndicat turc du secteur public, le KESK, se dit « encouragé » par ce « premier recul depuis des années » des politiques néo-libérales. « La lutte en France, la lutte en Turquie, toutes nos luttes en Europe ne sont pas isolées mais participent d’un même mouvement », estime encore le militant du KESK.

« Il nous faut tous apprendre à parler français », s’est amusé à la tribune Antonis Karabas, du syndicat des médecins grecs. « Les attaques que nous subissons sont les mêmes d’un bout à l’autre du continent, même s’il y a beaucoup de différences dans les systèmes nationaux de protection sociale ou dans les codes du travail. Il nous faut travailler ensemble », a-t-il jugé. « Alors que des milliers de jeunes se battaient contre le CPE, on nous rétorquait : "Mais ailleurs en Europe, ça se fait partout." On a manqué cruellement d’une coordination au niveau européen alors qu’on sait que c’est là qu’il faut construire la réponse contre la précarité », a rappelé Bruno Julliard. « Il faut réfléchir et faire converger au niveau européen nos luttes sur le droit du travail », a aussi insisté Kamel Tafer.

Si l’assemblée des mouvements qui clôturera ce FSE, dimanche, ne devrait pas manquer de prendre position sur la nécessaire liaison entre les initiatives anti-précarité, les premiers débats ont démontré que des coordinations existent déjà, à échelle réduite, pour défendre l’emploi et les conditions de travail. Ainsi chez Nestlé, l’un des plus grands groupes industriels européens. Heinz Jürgen Hintzen, du syndicat allemand de l’alimentaire NGG, a raconté comment le conflit de Marseille, où les travailleurs français dénonçaient un plan de licenciement massif, s’est « déplacé » à Düsseldorf. « Les ouvriers allemands se sont mis en grève pour montrer leur solidarité et faire pression sur la direction, et ils ont invité leurs collègues français », a-t-il raconté. « Unifier des mouvements de travailleurs est difficile à réaliser, a nuancé ensuite le syndicaliste de NGG. Mais si les conditions sont réunies, on peut gagner au niveau européen. Voire mondial. » L’un des objectifs de son organisation est de faire plier Coca-Cola, qui compte 54 sites sur l’Ancien Continent dans lesquels le droit du travail est largement mis à mal.

« Nous devons affronter la mondialisation, alors il nous faut bien collaborer les uns avec les autres », analyse Thanos Vasilopopoulos, secrétaire de la Fédération grecque des employés du privé (OYELE), qui tente actuellement de coordonner les différents syndicats des chaînes de grande distribution en Europe. « Reconnaissons-le, les syndicats n’ont plus la même force qu’auparavant. S’organiser à l’échelon européen est donc un impératif ; cela permettra peut-être de relancer aussi le mouvement syndical », conclut-il.

http://www.humanite.presse.fr/journ...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite