Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Chronique d’une Omerta annoncée qui est Y.Salesse

de : S.Dedalus
jeudi 23 novembre 2006 - 11h29 - Signaler aux modérateurs
10 commentaires

Chronique d’une Omerta annoncée, qui est Y.Salesse.

Yves SALESSE : éléments de biographie

Plusieurs collectifs souhaitent une courte biographie des “ candidats à la candidature ”. Je suis né en 1945. J’ai quatre enfants. Je me suis engagé politiquement dès l’âge de douze ans. Mes parents étaient instituteurs socialistes dans un village du Calvados où régnait une terrible pauvreté à côté d’une richesse insolente, où la cantine scolaire a été une énorme avancée sociale pour les trois quarts des enfants, où l’école laïque était dénoncée comme “ l’école du diable ”. J’y ai appris l’arrogance des riches, le service public, le respect des milieux populaires “ qui travaillent dur pour vivre et que leurs enfants s’en sortent. ”

C’était la guerre d’Algérie. J’ai abord mis sous enveloppe le journal d’une petite organisation pacifiste : “ La voix de la paix ”. A quatorze ans, écoeuré par la politique coloniale de la SFIO, j’ai adhéré aux JC puis à l’UEC. Mais je gardais le souvenir terrible de ce titre d’un magazine de 1956 : “ Budapest : la milice tire sur les ouvriers ”. La question de l’URSS m’a conduit à l’exclusion de 1965 avec ceux qui fondèrent la JCR devenue LCR. J’ai longtemps été membre de son comité central et de son bureau politique. Je l’ai quittée vers 1988, lui reprochant de s’en tenir à une posture protestataire.

J’eus ma première expérience syndicale en 1967-1968. Une curieuse expérience. Maître -auxiliaire de mathématiques au lycée de Deauville, j’étais membre du SNES. Cette position me permit de proposer à la CGT et à la CFDT, essentiellement présentes dans la fonction publique, de coordonner les efforts dans une terre hostile. Ce fut “ l’intersyndicale” dont je fus président. Elle se réunissait en assemblée générale ouverte des syndiqués et de ceux qui voulaient s’informer. Le moment s’y prêtait. Nos réunions réunirent dès janvier 1968 jusqu’à 400 travailleurs. Nous construisions des sections syndicales dans des entreprises de vente de bois en gros, de confection, etc. ; y compris un syndicat de petits patrons pêcheurs ! Et nous animions une université populaire. La réponse patronale fut très dure. La grève de 68 sauva l’essentiel de ce que nous avions construit. Mes études furent interrompues par mai 68 dont je fus un animateur à Caen. 1969, reflux. L’éducation nationale se passe de mes services. Tous les patrons du coin me connaissent. Chômage, départ à Paris, petits boulots et l’expérience des conséquences personnelles de l’extrême précarité. Je suis devenu “ permanent ” de la LCR vers 1972 et ai quitté cette fonction vers 1977 pour entrer à la SNCF comme employé des services sociaux. La tâche était d’aider les jeunes cheminots, vivant dans des foyers et subissant les effets du déracinement et du travail de nuit.

Membre puis secrétaire du syndicat CGT des cheminots de la gare du Nord une dizaine d’années, ce fut la période la plus rude et la plus riche humainement de mes années militantes. Le syndicalisme est évidemment moins difficile à la SNCF que dans le privé. Il ne faut pas croire qu’il y est facile. La direction était brutale, les cadres frais émoulus de polytechnique extrêmement méprisants. Il fallait, comme ailleurs, combattre la division, le racisme. Organiser une grève était toujours une épreuve de forces. J’étais également délégué des personnels sous contrat de tout le secteur : essentiellement des femmes et des hommes venus des DOM-TOM ou d’origine étrangère travaillant dans les cantines, au nettoyage. Mais mon lent travail de construction syndicale dans un milieu a priori méfiant, fut d’abord ingrat. Mais les premiers résultats (correction d’erreurs sur les feuilles de paye, lutte contre le harcèlement, établissement d’une grille d’évolution des salaires) furent l’occasion de fêtes. A la fin de mon mandat de délégué, la CGT organisait plus de 80% de ces personnels.

La direction cherchait à se débarrasser de moi (et des collègues qui faisaient le même travail et s’étaient révélés également militants). Après avoir cherché la petite bête, voire la provocation dans mon travail, la suppression de ces postes fut programmée. J’avais entamé des études d’économie, convaincu que c’était utile pour notre lutte. A 41 ans, mon avenir à la SNCF s’assombrissant sérieusement, j’ai passé le concours de l’ENA par la 3e voie, ouverte aux élus et aux syndicalistes. Ma motivation était double. Cela me tentait d’avoir des responsabilités dans la fonction publique et j’étais convaincu que la connaissance de l’Etat était aussi nécessaire. Nombreux ont été ceux alors qui prédisaient mon passage “ de l’autre côté ”. Ils avaient tort. C’est sans doute que mes origines et mon existence jusqu’à l’ENA (vivre et élever ses enfants en gagnant le SMIC ou moins est une violence sociale indélébile) constituent une expérience qui peut prémunir de la corruption par les ors de la République. Ils n’ont pas entamé, au contraire, ma conviction que le capitalisme est un système inacceptable.

Je suis sorti de l’ENA au Conseil d’Etat. Outre le travail qu’il implique, cela m’a permis de participer à des commissions sur les services publics, de me familiariser avec les questions européennes et d’effectuer des missions d’information ou de coopération en Afrique. En 1995, j’ai répandu l’émotion dans cette honorable institution, et au delà, en y faisant signer la pétition de soutien aux grévistes initiée par Bourdieu. Les propositions de mission se sont immédiatement taries. En 1995-1996 j’ai participé à l’Institut des hautes études de la défense nationale. En juin 1997, J-C Gayssot m’a demandé de participer à son cabinet au ministère des transports. Cela n’allait pas de soi. Plusieurs camarades syndicalistes m’ont convaincu de tenter l’expérience. Elle fut passionnante et très décevante. Je m’y suis occupé des affaires européennes et internationales et de l’industrie aéronautique. S’agissant de l’Europe, j’ai appris à bloquer les tentatives d’aggravation des libéralisations européennes. En revanche les tentatives d’améliorer les textes européens concernant les conditions de travail des chauffeurs routiers ont échoué. Ma connaissance des questions de coopération avec les pays du Sud s’y est enrichie. J’ai vécu de l’intérieur la pression progressive et de plus en plus impérative du social-libéralisme. J’ai décidé d’arrêter les frais en juillet 1999 après la nouvelle illustration par la privatisation d’Aérospatiale.

J’ai tiré le bilan de cette expérience gouvernementale dans un livre intitulé Réformes et révolution : propositions pour une gauche de gauche. J’ai travaillé de façon approfondie et écrit notamment sur les services publics et l’appropriation sociale, la démocratie, les institutions et l’Etat, l’Europe, les relations avec les pays du Sud. Cela m’a valu, avant la campagne du Non, de faire plusieurs tours de France, invité par des organisations syndicales, les comités ATTAC et d’autres associations, des formations politiques. Depuis, mon départ de la LCR, je n’ai appartenu à aucun parti. A partir de 2000, je me suis consacré à la fondation Copernic. J’adhérais profondément à son objectif : faire travailler ensemble les forces de la gauche anti-libérale et du mouvement social, prendre le temps de discuter les divergences et chercher toujours à approfondir les convergences, dépasser la seule dénonciation du système pour élaborer des réponses et des propositions.

En juin 2004, en tant que coprésident de Copernic, j’ai invité les possibles participants à se réunir pour préparer une campagne commune contre le projet de “ constitution ” européenne et proposé un projet d’appel. Les différentes sensibilités que l’on a retrouvées dans les collectifs du Non se côtoyaient déjà dans la fondation et j’avais animé un groupe Copernic sur l’Europe pendant un an qui avait contribué à la convergence de leurs positions. Les réunions de juin et septembre 2004 ont permis d’aboutir à “ l’appel des 200 ”. J’ai participé activement à la campagne du Non par des argumentaires, des tribunes, un grand nombre de réunions publiques et plusieurs débats télévisés ou radiophoniques. Après la victoire du 29 mai, je me suis investi dans la poursuite du processus unitaire des collectifs du 29 mai. Parallèlement, dans le cadre de Copernic, j’ai constitué un groupe large pour l’élaboration de documents programmatiques plus précis qui ont été utiles pour l’écriture de la Charte et de nos propositions actuelles. J’ai travaillé à la préparation de l’appel pour les candidatures unitaires puis à la coordination de la production de nos “ 125 propositions ”.

Voilà résumé un parcours guidé depuis maintenant plus de dix ans par un objectif : contribuer à combattre un éparpillement mortifère ; réunir les forces de la gauche antilibérale autour de propositions alternatives. L’enjeu, au delà des échéances de 2007, est de restaurer l’espoir de la transformation sociale.


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> Chronique d’une Omerta annoncée qui est Y.Salesse
23 novembre 2006 - 11h49

Yves Salesse est quelqu’un de très bien.
Je le pense très sincèrement et d’ailleurs je n’ajoute rien, pas de "mais..."

Jean-Michel (PCF)



> Chronique d’une Omerta annoncée qui est Y.Salesse
23 novembre 2006 - 12h11

Très bon et beau parcours et discret le Yves ,trop peut être et comme l’intervenant ci-dessus

rien a ajouter "oeil de bison" très content que des types de cette envergure soit de notre

côté en avant toute matelot les voiles prennent le bon vent

oeil de bison



> Chronique d’une Omerta annoncée qui est Y.Salesse
23 novembre 2006 - 13h36 - Posté par

J’ajouterai qu’au meeting du Mans, il a été le meilleur.


> Chronique d’une Omerta annoncée qui est Y.Salesse
23 novembre 2006 - 14h54 - Posté par

Très bien oui, certainement l’homme du consensus

Benoit (PCF)


> Chronique d’une Omerta annoncée qui est Y.Salesse
23 novembre 2006 - 17h51 - Posté par

Impressionnant parcours que celui d’Y Salesse. Je crois que c’est le bon candidat pour nous. Faisons en sorte de l’aider.P.M


> Chronique d’une Omerta annoncée qui est Y.Salesse
23 novembre 2006 - 18h02 - Posté par

A Montpellier aussi !


> Chronique d’une Omerta annoncée qui est Y.Salesse
25 novembre 2006 - 11h38

Pour l’avoir croisé quelquefois je peux vous dire que cet homme à de reélles qualités humaines.
Sa sincérité et son parcours en font un candidat pour lequel je suis prêt à mouiller ma chemise
pour peu que la gauche de gauche le choisisse comme candidat.
Par ailleurs c’est un tribun hors pair... Ces discours par leur qualité, leur émotion
leur humanité peuvent donner de l’espoir à ces millions de damnés qui peuplent aujourd’hui la France.
Allez Yves, que la gauche soit avec toi pour leur mettre une bonne droite.

A...

P.S : Si pour les communistes cela représente un vrai problème de ne pas avoir leur candidat, je suggère l’idée d’un ticket
Salesse-Buffet ’ et non pas l’inverse).
Cela permettrait de sortir de cette logique imbécile de personnalisation de l’élection présidentielle et de son "homme" providentiel.



> Chronique d’une Omerta annoncée qui est Y.Salesse
27 novembre 2006 - 09h25 - Posté par

Ce type est un opportuniste du syndicalisme.

Je travaille chez Airbus, et je ne félicite pas Yves Salesse d’avoir participer à la privatisation de l’Aerospatiale.
Qu’il aille crever en enfer avec Gayssot !


> Chronique d’une Omerta annoncée qui est Y.Salesse
20 décembre 2006 - 22h24 - Posté par

A priori c’est le seul des candidats déclarés à pouvoir aller jusqu’à 15-20%, voir plus si Ségolène s’effondre, ce qui n’est pas exclu.


> Chronique d’une Omerta annoncée qui est Y.Salesse
29 décembre 2006 - 11h09 - Posté par

Yves Salesse est un candidat possible...
comme le serait le "retrait" d’autres candidat(e)s
.../
Cette démocratie Française se meurt.
Elle a urgemment besoin de repéres forts,connus.
Parce que les "Gens" ont peur..de tout !
../
A ce titre ,pourquoi cette Personnalité ,aux compétences marquées,ne viendrait-elle pas ,sous une forme à préciser,au secours d’un PC moribond,alors que l’attente,chez les spoliés,qui reconnaissaient le PCF historique et valeureux,n’a jamais atteint un tel niveau ?

...Copernic,Attac ...etc...Même LO et LCR ne résonnent pas comme le fait le "Parti Communiste".
../
Donc,avec Y. Salesse et les autres,de bonne foi,intégres,de bonne volonté,sagréger,un temps,autour du sigle PCF,en expliquant clairement le sens de la démarche.
Dans un 2e temps,et tous ensemble,refonder ce PCF.
A mon avis,chez nous en France,sa survie passe aussi par le maintien de son sigle.






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite