Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Jeunes chercheurs : travailleurs précaires
de : Marine Roussillon
vendredi 8 juin 2007 - 18h18 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires
JPEG - 14.8 ko

de Marine Roussillon

Lorsqu’un jeune chercheur commence sa thèse, les ailes lui poussent, surtout s’il a un financement décent ; la seconde année, commencent les premières aspérités du travail scientifique. C’est à ce moment aussi que le jeune chercheur fait connaissance avec la lugubre philosophie de Madame Parisot : "la vie et l’amour sont précaires ; pourquoi le travail échapperait –il à cette loi ?"

Un jeune chercheur qui commence une thèse a déjà plusieurs années d’études derrière lui, à la fac, en classes prépas ou dans une grande école. Souvent aussi, il a passé l’agrégation dans sa discipline. Il a étudié 5 ans au moins après le BAC, et il a entre 23 et 25 ans. À cet âge-là, la question des moyens de subsistance est urgente : comment payer son loyer, avoir un chez soi ? Pour vivre pendant sa thèse, le jeune chercheur peut bénéficier de bourses ou de contrats à durée déterminée pendant 3 ans. À moins de travailler en partenariat avec une entreprise privée, il ne gagne pas plus de 1400 euros par mois, à Paris, à Bordeaux ou à Nevers.

Au terme de ces trois années de travail, si la thèse n’est pas finie – et c’est le plus souvent le cas pour les sciences humaines – il faut trouver de quoi vivre sans abandonner sa recherche. Et si elle est finie… et bien c’est la même chose. Il y a cinq ans, un tiers des doctorants en sciences « dures » trouvait un poste dans un organisme public de recherche, la proportion est tombée à un quart depuis. La thèse permet au jeune chercheur d’être qualifié pour un poste, mais ne lui garantit en aucune façon d’en obtenir un ! Il doit donc poursuivre ses recherches pour enrichir son CV jusqu’à obtenir un poste.

Le champ des possibles est restreint : il peut poursuivre un post-doctorat de 6 mois à deux ans, ou devenir Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche (ATER) pour un an. Aujourd’hui, pour être recruté au CNRS, un post-doctorat à l’étranger est presque indispensable, et cela nécessite de financer l’expatriation sans garantie de retour. Et l’ATER ? L’ATER est employé par l’université, le poste est le plus souvent un poste à mi-temps, pour laisser le temps au jeune chercheur de faire de la recherche. L’ATER à mi-temps travaille donc à plein temps mais reste payé à mi-temps, soit un peu plus de 1000 euros par mois. Il a maintenant entre 25 et 28 ans.

Après un ATER, le jeune chercheur peut faire un post-doc, et après un post-doc, il peut occuper un poste d’ATER. Les post-docs sont plus nombreux dans les sciences « dures ». Les chercheurs en sciences humaines, eux, s’ils ont auparavant pensé à « assurer leurs arrières » en passant l’agrégation, peuvent aller enseigner dans le secondaire en attendant un hypothétique poste à l’université. Formidable spirale de la précarité multifacette !

Entre 25 et 30 ans, avec des diplômes et des concours en poche, ces jeunes adultes n’ont pas les moyens de construire leur vie, de s’installer. Comment peut-on encore faire le projet de s’engager dans des études longues, quand le seul avenir envisageable, c’est la précarité ? Que sera la recherche française de demain, si rien n’est fait pour donner un statut aux jeunes chercheurs ? Si la recherche est une vocation, elle ne doit pas être un sacrifice.

Pour le PCF, il faut construire un statut du jeune chercheur lui assurant toutes les garanties qu’offre celui de fonctionnaire stagiaire, pour que la carrière du jeune chercheur commence là où commence sa production scientifique : dès la thèse.

http://marineroussillon.fr



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Jeunes chercheurs : travailleurs précaires
9 juin 2007 - 23h11

Excellent article. Je vais entamer mon master 2 avant d’envisager une thèse en histoire antique. Mais pour faire quoi ? La France renie ses futurs chercheurs. Malheureusement je crois que l’étranger est bien souvent la seule possibilité. C’est grave, l’ETat nous aide et en retour nous embauche pas. On marche sur la tête. Financer des études de haut niveau pour ne pas se servir de ces éléments c’est sutpide.
Un pays qui renie sa recherche est un pays mort.



le rôle des sciences humaines et de la recherche selon Fillon
10 juin 2007 - 00h27 - Posté par

un extrait d’un discours de Fillon prononcé devant des chercheurs :

"Les savoirs liés aux travaux que conduisent, par exemple, nos
spécialistes des sciences humaines et sociales sur l’histoire, les comportements, les fondements sociétaux de nombreux pays dans le monde constituent un patrimoine culturel qui justifie, en soi, la recherche.
Imaginons ce que pourrait être l’existence de séminaires réguliers,
organisés autour de ces savoirs au profit de nos cadres et dirigeants
d’entreprises engagés dans la compétition économique mondiale. Ils
trouveraient là des clés de comportement pour négocier avec leurs
partenaires étrangers et augmenter ainsi leurs chances de pénétration
des marchés. La qualité du rapport à autrui passe évidemment par la
connaissance de ses références culturelles et comportementales.
Dès lors, au-delà de sa valeur propre, la recherche dans ces domaines
offrirait ici une plus value significative dans un univers où on ne
l’attend pas. L’innovation ce peut être aussi ça."

F. Fillon, Orsay, 1 juin 2007"


le rôle des sciences humaines et de la recherche selon Fillon
10 juin 2007 - 09h49 - Posté par

Ben, il faut que "ça rapporte", et comme dirait un enfant : "ils n’ont que des dollars dans les yeux" !


le rôle des sciences humaines et de la recherche selon Fillon
10 juin 2007 - 12h35 - Posté par

Les discours de ce gouvernement ne sont de toute façon qu’un tissus de mensonges.

Dans la réalité le patronna francon n’a rien à fouttre de gens ne gagnant rien car la seule valeur qu’ils reconnaissaent est celles de la définition de leur club : gagner plein de fric sur le dos de beaucoup de monde.

Comprendre autrui ils n’en on que faire : leur principal comportement est celui du mépris d’autrui, l’orgueil de la domination destructrice d’autrui

leur credo je suis fort parce que j’en écrase plein d’autre

ces gens là sont incultes et haïssent les producteurs de connaissance plus encore que les autres productifs

leur "travail" consiste en restaurant et baise d’esclaves sous payés

ce qu’il aiment c’est voire la vie d’autrui être détruite

ce sont des criminel contre l’humanité qui n’ont aucun intérêts à ce que les chercheurs finissent par pondre des études sur l’impact destructeurs de leur comportement sur les économies humaines

quand est-ce qu’un homme ou une femme politique va hurler l’accusation à l’égard de ces salauds

fillon et son sir ne sont en rien respectables

ils sont l’émergence de la bêtification des populations orchestrée par ce patronnat de dominateurs destructeurs

oui à la peine de mort pour les nouveaux criminels en cols blancs : car combien de vies ont-ils détruites silencieuseement ? hitler c’est de la gnognotte à côté


le rôle des sciences humaines et de la recherche selon Fillon
12 juin 2007 - 07h40 - Posté par

Que dire des vacataires de l’enseignement supérieur qui, comme moi, travaillent à la tâche depuis des decennies, et qui, tout en donnant beaucoup plus de cours à l’année que les maîtres de conférence et les professeurs d’université (à des étudiants de 2e et 3e cycle), vivent en-dessous du seuil de pauvreté et auront 620 euros de retraite par mois ?

Sans compter qu’ils sont payés tous les six ou neuf mois et qu’ils sont souvent obligés d’être travailleurs indépendant, donc de payer deux fois la sécu, les caisses de retraites - plus l’URSSAF, la CSG-RDF.


Jeunes chercheurs : travailleurs précaires
21 juin 2007 - 22h34

ALERTE : LA DESTRUCTION DU CNRS EST PLANIFIEE

Pécresse et Sarkozy ont décidé de déclarer la guerre aux chercheurs.

Ils s’appretent à bafouer le droit.

Ils déclarent la guerre à l’intelligence.

COMMUNIQUE DE PRESSE du SNCS FSU

Selon des fuites, d’origine ministérielle de haut niveau, le gouvernement aurait décidé de transférer la totalité des chercheurs du CNRS vers les universités. Cette mesure revient à décapiter le CNRS qui deviendrait, comme l’a annoncé Sarkozy dans son programme, une agence de moyens sans personnel chercheur.

C’est un coup bas donné à la recherche française dont une grande partie s’est, depuis 60 ans, structurée et développée autour de cet établissement largement reconnu au niveau national et international.

Le SNCS ne laissera pas le gouvernement détruire les organismes de recherche.

Dès maintenant, le SNCS alerte les personnels de la recherche et des universités. Il demande, de toute urgence, aux autres syndicats de réunir l’intersyndicale de la recherche et de l’enseignement supérieur pour envisager les actions à mener.

Le SNCS appelle tous les personnels à alerter la population et tous les élus de la nation.

Meudon, le 21 juin, 18 heures

Syndicat national des chercheurs scientifiques (SNCS) 1 place Aristide Briand 92195 Meudon Cedex Tél. 01 45 07 58 70, Fax. 01 45 07 58 51 courriel : sncs@cnrs-bellevue.fr la toile : http://www.sncs.fr






GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ? (video)
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
2 commentaires
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires
Gilets Jaune "nous accusons" ; 10000 citoyens accusent le gouvernement (video)
mardi 14 - 23h00
de : le media
4 commentaires
Vaccynisme et réalité
mardi 14 - 22h53
de : Annee Gourvès pour AIMSIB
3 commentaires
Plus de 100 artistes français dénoncent l’Eurovision 2019 en Israël et en appellent à France Télévisions
mardi 14 - 17h32
de : JO
Suppression de postes d’enseignants spécialisés dans l’Hérault
mardi 14 - 17h06
de : AREN34
Tourisme de riches
mardi 14 - 13h20
de : Irae
1 commentaire
LE BOURREAU DES GOODYEAR ACCEUIL LA CGT ... !!!
mardi 14 - 08h39
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin
lundi 13 - 16h46
de : jean 1
1 commentaire
I.B. Ou la Bourgeoise Ridicule.
lundi 13 - 16h44
de : L’iena rabbioso
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
lundi 13 - 09h18
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
lundi 13 - 08h28
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Congrès de la CGT : pourquoi les débats s’annoncent vifs sur les questions internationales
lundi 13 - 08h16
de : Stéphane Ortega
3 commentaires
Menacée par les autorités, la juriste, Georgia Pouliquen, nous parle d’Angleterre, exfiltrée par des amis anglais (videos)
dimanche 12 - 17h56
de : nazairien
Agnes HELLER, un marxisme sans lutte de classe, ni perspective socialiste
dimanche 12 - 14h34
de : Christian DELARUE
Quelle ignominie ! (video)
dimanche 12 - 13h56
de : jean 1
MAKE ROJAVA GREEN AGAIN
dimanche 12 - 11h20
de : Ernest London
Il s’appelait Fiacre Gbédji. Il était guide dans le parc de la Pendjari, au Bénin. Il n’aura pas d’hommage, pas d’émission spéciale...
samedi 11 - 21h38
de : jean 1
1 commentaire
Malaise dans la police ?
vendredi 10 - 17h38
de : JO
4 commentaires
Vous me demandez pourquoi je suis Gilet Jaune ? (Réponse en vidéo, démonstration, excellent, à partager))
vendredi 10 - 15h02
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il n’y a point d’assujettissement si parfait que celui qui garde l’apparence de la liberté. J.J. Rousseau
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite