Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

RSF : face aux audits du GAO aux Etats-Unis, Ménard préfère s’éclipse

jeudi 9 octobre 2008 - 09h01 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires
JPEG - 28.4 ko

de ALLARD Jean-Guy

Alors que son organisation, Reporters sans Frontières, se trouve sous la loupe du Government Accountability Office (GAO), à Washington, pour être un des principaux bénéficiaires du Center for a Free Cuba impliqué dans une fraude gigantesque, Robert Ménard annonce à Paris qu’il abandonne son poste de secrétaire général parce qu’il a "envie de faire autre chose".

"Je vais trouver une autre façon de continuer le combat que je mène pour les droits de l’Homme", déclare Ménard dans une dépêche complaisante de l’AFP.

Le collaborateur assidu du renseignement américain ajoute avoir préféré partir "une fois la campagne sur la Chine terminée" – une référence aux campagnes qu’il a menée au cours des derniers mois pour le compte du gouvernement de Taiwan.

Ménard laisse son poste quelques semaines à peine après que le Congrès nord-américain ait ordonné à l’Agence de développement international (USAID) de congeler les fonds du Center for a Free Cuba, une créature de Freedom House, gérée par l’agent CIA Frank Calzón. Cette situation sera maintenue jusqu’à la fin de l’audit des opérations de son Programme Cuba.

USAID dispose cette année d’un budget de 45 millions de dollars pour effectuer son travail de propagande et d’espionnage, par le biais d’un réseau de prétendues ONG, toutes liées d’une façon ou d’une autre au dispositif anti-cubain des services spéciaux étasuniens.

Depuis la publication en 2004 du Plan Bush d’annexion de Cuba, RSF (identifiée dans le document) n’a eu d’autre choix que de reconnaître sa collaboration avec le Département d’État, fortement rémunérée non seulement par l’intermédiaire de Calzón mais également par le National Endowment for Democracy (NED), et par un de ses subsidiaires, l’International Republican Institute (IRI).

Le lien économique considérable entre RSF et le gouvernement nord-américain a été l’objet d’un travail de recherche important de la journaliste californienne Diana Barahona qui a obtenu des autorités, grâce à la loi sur l’accès à l’information (FOIA), des preuves irréfutables de cette confabulation jusqu’à ce que les organismes fédéraux cités refusent illégalement leur collaboration.

Il est intéressant d’observer qu’au cours des dernières années, c’est le nouveau patron de RSF désigné par Ménard, Jean-François Julliard, qui s’est consacré au nom de l’organisation (avec des lettres ouvertes et des déclarations scandalisées) de nier catégoriquement de tels liens entre le groupe parisien et les fonds gouvernementaux nord-américains mis à la disposition d’opérations de la CIA.

DE CELA, LA PRESSE FRANÇAISE NE DIT PAS UN MOT

La fraude à la USAID a provoqué la démission du chef de cet organisme pour l’Amérique latine, le fonctionnaire mafieux Adolfo Franco, et de Felipe Sixto, le principal collaborateur du patron du Center for a Free Cuba, qui a confessé avoir détourné un demi million de dollar.

Curieusement, Ménard a aussi perdu il y a quelques mois son bras droit, Régis Bourgeat, qui a géré de façon très particulière les opérations de RSF contre Cuba, au point d’accompagner son maître à Miami durant une visite aux cabecillas de la mafia cubano-américaine. Un voyage dont n’a jamais parlé la presse française, très compromise avec les principaux parrains parisiens de Ménard, plusieurs d’entre eux impliqués dans le monde de l’édition et de la publicité.

Dans le cas de Calzón, l’audit non seulement du GAO mais aussi des inspecteurs assignés par la loi à la USAID pourrait provoquer un scandale majeur dans lequel RSF pourrait être tenu de révéler sa comptabilité secrète, pour laquelle Ménard dispose d’un cabinet comptable et d’un compte bancaire en Virginie, à quelques kilomètres du QG de la CIA.

Si Julliard et son chef ont finalement dû confesser en 2006 les revenus illégitimes qu’ils ont perçu des Etats-Unis par le biais du Center for a Free Cuba et de l’International Republican Institute, ils n’ont pas parlé jusqu’à maintenant de leur connexion avec Freedom House, un autre mécanisme secret d’aide économique pour les collabos de l’empire.

Freedom House ne se soumet pas à la loi FOIA pour être techniquement une organisation privée, bien qu’elle reçoive 75% de son budget du Département d’État et seulement 25% de contributions privées.

Cette organisation répète dans ses rapports qu’elle distribue ses fonds aux « journalistes, activistes des droits de l’homme, et autres associations ». RSF s’insère totalement dans ces prétentions.

Mais la USAID et la NED sont des organisations de l’état et ont, d’une façon ou d’une autre, l’obligation légale de rendre des comptes au sujet de l’argent du contribuable, bien qu’elles ne s’y conforment pas à moins d’y être contraintes.

L’HOMME À LA MERCEDES D’OR

Chose certaine, la dernière campagne de Ménard contre la Chine n’aura pas été déficitaire : il y a quelques mois, le gouvernement de Taiwan, férocement anticommuniste, annonçait qu’il lui faisait cadeau de 100 000 dollars. Le 28 janvier 2007, Ménard a voyagé jusqu’au pays de Tchiang Kai-shek pour recevoir son prix des mains du président taiwanais Chen Shui-bian.

Le 8 septembre dernier, les services d’information de Taiwan annonçaient cette fois que Ménard avait signé un appel à l’intention de l’ONU pour que l’on accrédite des journalistes taiwanais à l’organisation internationale.

Les dernières nouvelles au sujet de Ménard, qui prétend vouloir se consacrer désormais « à autre chose », révèlent qu’il a accepté un poste de chef du "Doha Centre for Media Freedom" dans les émirats arabes. Au début du mois, il a effectué une visite au Bahrain où il a eu des conversations cordiales avec le ministre de l’Information Jehad Bu Kamal.

Le modeste activiste des droits de l’homme, louangé par la presse de droite mondiale, n’a jamais dissimulé son faible pour l’argent.

JPEG - 34.5 ko

Il y a quelques années, il a tenu un encan très couru dans la grande salle dorée de l’un des hôtels de Paris réservés aux privilégiés de la planète, où on a fait le tirage d’une Mercedes dernier modèle couverte de feuilles d’or.

On suppose que l’active collaboration de Ménard avec l’empire lui aura laissé, l’essentiel pour jouir d’un niveau de vie correspondant à son zèle, quelque soit le sort de l’organisation qu’il a géré, dont le véritable objectif, tôt ou tard, sera connu du public qu’il a trompé.

http://www.granma.cu/espanol/2008/o...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
RSF : face aux audits du GAO aux Etats-Unis, Ménard préfère s’éclipse
9 octobre 2008 - 20h05

Est-ce que c’est pas trop d’honneur fait à ce type, qui n’a quand même pas la dimension d’un chef d’état ? Franchement, à lui tout seul il ne peut pas déranger l’activité politique internationale ou j’ai du mal à saisir. De Ménard, je m’en tape et de plus il est quelconque, sans intérêt aucun.



RSF : face aux audits du GAO aux Etats-Unis, Ménard préfère s’éclipse
14 novembre 2008 - 11h14 - Posté par callebout

Je crois qu’effectivement tu as "du mal à saisir"

Crois-tu que Menard et RSF auraient reçu autant de pognon rien que pour leurs beaux yeux ?

Le sale boulot idéologique qu’il assurait complétait le blocus, les attentats à Cuba, l’arrosage des agences de presse et les journaux et journalistes(?) qui passaient leur tempsà baver.

Absoudre ou minimiser le rôle très toxique de son activité relève pour le moins de la naïveté. Mais l’étude l’Histoire peut guérir cette affection, si on le désire.


RSF : face aux audits du GAO aux Etats-Unis, Ménard préfère s’éclipse
11 octobre 2008 - 19h21

Ce type roule pour la cia et le département d’état. Il a une mission très précise : dénigrer les pays où le parti communiste est au pouvoir. C’est naturellement le cas pour la chine et cuba. Les gesticulations de cet individu et de son association ne doivent tromper personne. Sous l’occupation allemande, de tels personnages faisaient les beaux jours de la milice et de la gestapo.
Monsieur Ménard n’a pas des fins de mois difficiles. C’est une certitude. Le capitalisme sait récompenser celles et ceux qui le servent.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite