Soutenez Bellaciao
  Newsletters
  Agenda
  Commentaires
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Bellaciao version texte pour mobiles   |   Accueil  |   Qui sommes-nous ?   |   Souscription  |   Liens  |   Contact  |   Recherche
Suite à des actes de malveillance, les contributions "sous proxy" (anonymisers, TOR...) ne seront plus validées, et ce quel que soit le contenu du message.
Nous effacerons les messages à caractère diffamatoire, injurieux, xénophobe, sexiste, les menaces, la pub commerciale et politique... et quand un commentaire est effacé, les messages qui y répondent le sont aussi !
Evitez de publier des infos personnelles : adresse, téléphone...

En réponse à :

C. CASTORIADIS : "Se reposer ou être libre" ("stopper la montée de l’insignifiance")

13 avril 2011 11:47, par yapadaxan
Je me souviens de l’époque, pas si ancienne, d’un pays militant et combatif. Tracts, affiches, presse de classe et de lutte, grèves et manifs. L’internationalisme se vérifiait à l’occasion : Guerre d’Algérie, Vietnam, Chili, Espagne franquiste, etc.... Que s’est-il donc passé depuis, à savoir 1980. Ou plutôt 1981. Le PCF est un immense parti. En adhérents, militants, sympathisants, électeurs. Il ouvre une perspective politique historique : le programme commun de la gauche. Le pays populaire y voit un espoir, une démarche, une orientation, un sens, un (...)


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]



accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Vous, apprenez à voir, plutôt que de rester les yeux ronds. Agissez au lieu de bavarder. Voilà ce qui aurait pour un peu dominé le monde ! Les peuples en ont eu raison, mais il ne faut pas nous chanter victoire, il est encore trop tôt : Le Ventre est encore fécond, d'où a surgi la bête immonde. Bertolt Brecht