Soutenez Bellaciao
  Newsletters
  Agenda
  Commentaires
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Bellaciao version texte pour mobiles   |   Accueil  |   Qui sommes-nous ?   |   Souscription  |   Liens  |   Contact  |   Recherche
Suite à des actes de malveillance, les contributions "sous proxy" (anonymisers, TOR...) ne seront plus validées, et ce quel que soit le contenu du message.
Nous effacerons les messages à caractère diffamatoire, injurieux, xénophobe, sexiste, les menaces, la pub commerciale et politique... et quand un commentaire est effacé, les messages qui y répondent le sont aussi !
Evitez de publier des infos personnelles : adresse, téléphone...

En réponse à :

Consternés, abasourdis, indignés, écœurés..chez les enseignants-chercheurs

1er juin 2009 12:48, par pascale
Tout à fait d’accord avec ce texte. Je suis moi-même prof en lycée, syndiquée au SNES (FSU). Pratiquement aucun relais des luttes à l’université dans mes journaux syndicaux, à tel point qu’à plusieurs reprises j’ai photocopié mon quotidien national pour informer les collègues via le panneau syndical. Extrêmement déçue moi aussi par l’attitude de ma direction syndicale. Ce texte pétition est à faire circuler sans modération !!! Pour ma part, je le soutiens sans réserve. Il suffit de renvoyer son nom et son établissement à l’adresse indiquée en bas de la (...)


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]



accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Je voudrais seulement comprendre comment il se peut que tant d'hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations supportent quelquefois un tyran seul qui n'a de puissance que celle qu'ils lui donnent, qui n'a de pouvoir de leur nuire qu'autant qu'ils veulent bien l'endurer. Etienne de La Boétie, 1576