Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

"Il faut fleurir là où l’on est"
de : ROUGE MIDI
jeudi 25 mars 2010 - 19h20 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 37.7 ko

de Charles HOAREAU

Ainsi donc ce que nous pressentons et voyons s’accélérer depuis 10 ans déjà s’est une nouvelle fois vérifié ce week-end.

Refus de vote massif et, pour celles et ceux qui se déplacent encore, vote sans grand enthousiasme pour une « gôche » qui ne convainc guère, voilà les grands enseignements des régionales.

Dans ce contexte la raclée électorale que se prend la droite, si elle peut satisfaire, n’est pas pour autant très rassurante, surtout si on ajoute le score du Front National. Ce n’est d’ailleurs qu’à sa présence au 2ème tour et donc à la division de la droite, que la « gôche » doit de garder un certain nombre de régions.

Un élément intéressant ce sont les listes de rassemblement à gauche, (sans guillemet cette fois) qui ont montré, en particulier en Languedoc, Limousin, Nord/Pas de Calais, qu’il y avait des forces capables de s’unir, de proposer sans se renier entre deux tours, distinguant la nécessité de battre la droite et celle de participer au brouillage politique ambiant dans des gestions de compromis.

Pourtant la lucidité oblige à voir que partout, toutes les forces en présence font moins de voix qu’aux dernières régionales et que le refus de vote est particulièrement fort dans les quartiers les plus populaires même dans les trois régions citées.

Un refus de vote qui vient de loin.

Pour les générations qui ont connu 1981 et l’avènement historique de la gauche au pouvoir le désenchantement a commencé là.
Tant d’espoir soulevé par cette victoire historique qui avait largement mobilisé le pays à une époque où les débats politiques étaient des débats de société, où était clairement posée quelle alternative au capitalisme,
tant d’espoir qui 2 ans plus tard devait se briser sur ce que l’on a appelé « le tournant de la rigueur », expression employée pour désigner le fait que le pouvoir élu renonçait à s’attaquer au capitalisme et aux promesses de réforme qu’il l’avaient fait élire et dont le peuple avait tant besoin.
Blocage des salaires, arrêt du processus de nationalisation, refus de s’affronter au grand patronat et même aux directions des entreprises publiques qui gardaient des critères de gestion de droite. Les renoncements furent nombreux et allaient entraîner le pays dans une spirale d’acceptation croissante des exigences du capital.
Sur le plan du logement la gauche avait promis dans son programme commun d’abroger la loi Barre que la droite avait voté 4 ans plus tôt, loi qui avait sonné la mort du logement social en France et au-delà de la construction de logements pour simplement répondre aux besoins du pays dans sa diversité. La gauche ne tint jamais sa promesse et depuis cette date la situation de millions d’habitants des quartiers populaires n’a cessé de se dégrader, sans que les emplâtres appelés successivement politique de la ville ou plans quartiers sensibles (sic !) ne puissent rien changer…

Depuis ces années-là le pays a vu alternativement se succéder au pouvoir le PS seul, puis la droite, puis « la gauche » dite « plurielle », puis re-la droite sans que les alternances n’ouvrent une quelconque perspective politique.

Pire quand le peuple n’a pas voté « comme il faut » en particulier en 2005 contre la constitution européenne, il a d’abord vu se reconstituer au soir même du 29 mai, une alliance encore inconcevable la veille entre la « gauche » du OUI (comme si cela pouvait exister) et celle du NON, ce qui niait le choix pourtant bien réel de société que le référendum supposait et la ligne de fracture entre partisans du NON et partisans du OUI et, quelques mois plus tard, grâce à un artifice nommé congrès, digne des dictatures étrangères que notre pays des droits de l’homme donneur de leçon devant le monde entier ne cesse de stigmatiser, une remise en cause totale de son expression démocratique pourtant bien massive.

Comment dans ces conditions voulez-vous que tous ces gens qui depuis tant d’années voient mois après mois se détériorer leur conditions de vie, assistent à la négation de leur vote et en plus subissent des discours d’un « personnel politique » de moins en moins à leur image, comment voulez-vous que tous ces gens aillent voter ?

Combien de métallos, de chômeurs, de surexploités du nettoyage ou de la sécurité, d’habitants des quartiers populaires sont-ils dirigeants de partis, élus députés, maires ou sénateurs ? Les rares qui surgissent, telles des marionnettes, ne sont là que pour jouer le rôle du pauvre de service quand ils n’apparaissent pas comme l’alibi d’une diversité ou mieux d’une « discrimination positive » que l’on présente comme la dernière des tartes à la crème…

Ce n’est pas le peuple qui a perdu le sens politique c’est la politique qui a perdu le sens du peuple.

Assumons nos responsabilités

Bien sûr ce constat fait, nous ne souhaitons pas en rester là.
Nous ne nous battons pas depuis des années pour baisser les bras devant une situation pareille et accepter comme une fatalité l’évolution de la situation.

De même nous ne pensons pas que certains peuples sont condamnés à un « choix » Sarkozy - Villepin – Aubry - Strauss-Kahn alors que d’autres auraient droit à Chavez ou Morales.

Ce qui se passe en Grèce où le KKE et le PAME secouent le cocotier de la « gôche » au pouvoir et du syndicalisme de renoncement n’est pas un modèle à reproduire in extenso ici, mais avouons que cela donne des idées.

Les salarié-e-s de Fralib pour les salaires, ceux de la chimie pour l’emploi et la nationalisation de l’outil de production, celles et ceux des hôpitaux ou de la SNCF pour un service du public et… tant d’autres, mènent des luttes, sur lesquelles le mouvement politique peut s’appuyer pour rouvrir une perspective et rendre crédible un changement de société. En ce sens le 23 mars est une bonne réponse aux autruches qui ne veulent rien changer à leur action politique.

La conscience politique n’est ni réservée à une élite, ni à une nation. Elle est à construire, à développer, à entretenir.

Rouge Vif se veut seulement un élément de cette reconstruction non pas autour de lui mais avec toutes celles et ceux qui désirent le faire, à partir du peuple et en premier de celles et ceux qui souffrent le plus des méfaits du capitalisme.
Cela dépend donc de chacun de nous, de notre engagement, de notre volonté de reconstruire, du temps que l’on passera à cette tâche.

Comme le dit le dicton : « Il faut fleurir là où l’on est ! »

Ami-e-s lectrices ou lecteurs qui année après année êtes toujours plus nombreux à nous lire, que vous souhaiter d’autre, en ce début de printemps, que de prendre part à la floraison collective ?

Ensemble, comme nous le lançons il y a 10 ans, là où nous sommes, assumons nos responsabilités

http://www.rougemidi.org/spip.php?a...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
"Il faut fleurir là où l’on est"
28 mars 2010 - 18h21 - Posté par momo11

Ce n’est pas le peuple qui a perdu le sens politique c’est la politique qui a perdu le sens du peuple.

Par cette phrase tu as tout résumé,charles.Que les esprits chagrin se posent donc cette question:Pourquoi le peuple déteste la classe politique ?momo11



"Il faut fleurir là où l’on est"
31 mars 2010 - 22h03

Pour le moins Charles c’est quelqu’un qui dit ce qu’il fait et qui fait et fera ce qu’il dit.

Avec d’autres camarades et amis aussi motivés et désintéressés que lui et qui possèdent une énorme capacité de rassemblement.

Mais c’est pas suffisant car ceux comme lui sont rares ou ne sont pas soutenus comme il se devrait par la Direction du Parti qui semble ne pas apprécier l’ombre qu’il leur porte

G.L..






Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite