Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Récuser Marx au nom des régimes communistes relève de l’amalgame ou de l’incompréhension
jeudi 19 août 2010 - 17h24 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires

De Yvon Quiniou*

La bêtise ou l’ignorance n’a pas de limites, mais elle a au moins un nom : Guy Sorman. Sa diatribe contre le communisme à l’occasion du procès - justifié, je le précise - d’un responsable des crimes des Khmers rouges (Le Monde du 10 août) témoigne d’une radicale incompréhension du projet de Marx, faute sans doute de s’être un tant soi peu renseigné à ce propos.

Une remarque préalable : sauf à verser dans le nominalisme qui fait du mot la chose, ce n’est pas parce que le régime cambodgien et les régimes "totalitaires" du XXe siècle qu’il dénonce se disaient "communistes" qu’ils l’étaient.

A ce compte, les chrétiens de l’Inquisition et des bûchers étaient chrétiens... alors qu’ils ne l’étaient pas ! Dans le cas présent, l’assimilation de ces régimes à l’idée communiste dont ils se réclamaient (cela est exact) tient à un double oubli, politique et théorique. L’oubli politique, d’abord : pour Marx le communisme était identique à une démocratie complète, dépassant la seule sphère politique des institutions, qu’elle intégrait, et investissant les sphères de la vie sociale et économique.

Corrélativement, cette démocratie intégrale, qui entendait même se passer d’Etat sur le long terme, avait pour ambition anthropologique de permettre la satisfaction des besoins de tous et, du même coup, d’actualiser les potentialités humaines qu’une société de classes mutile chez la majorité de ses membres. Marx n’a cessé de mettre l’émancipation individuelle au coeur de son projet, au point qu’il le concevait comme une association où "le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous" (Manifeste du Parti communiste, 1948) et non l’inverse ! Où Guy Sorman a-t-il donc vu que les régimes qu’il critique aient en quoi que ce soit ressemblé à cette définition du communisme ?

Le renforcement inouï de l’Etat, l’absence de pluralisme idéologique et de liberté politique, le contrôle collectif sur les consciences dans des domaines qui doivent en droit lui échapper comme la religion, l’art ou la science, enfin le recours à la violence meurtrière (même s’ils n’en furent pas les seuls responsables, ce que refuse d’admettre Guy Sorman) n’ont rien à voir avec le communisme marxien (et il n’y en a pas d’autre !), mais ils illustrent sa défiguration et l’illusion dans laquelle étaient ceux qui croyaient être sur la voie de sa réalisation.

Tout cela pèse encore d’un poids terrible sur notre situation politique et empêche d’admettre à la fois que l’idée communiste est généreuse, moralement exigible, et qu’elle n’est pas morte puisqu’elle n’a jamais existé dans les faits. Mais d’où vient cette dramatique défiguration ? C’est ici qu’intervient l’autre oubli, théorique, qui n’est d’ailleurs pas l’apanage de Guy Sorman puisqu’il est partagé par les commentateurs, voire les hommes politiques, y compris quand ils sont de gauche.

Marx, qui était un penseur matérialiste soucieux de comprendre scientifiquement l’histoire et pas seulement d’en dénoncer les injustices, a toujours estimé qu’une révolution communiste n’était possible qu’à partir des conditions économiques fournies par le capitalisme développé et à partir d’un ensemble majoritaire de salariés liés à la grande industrie.

Et si, à la fin de sa vie, il a envisagé avec Engels qu’une révolution pourrait se déclencher dans un pays arriéré comme la Russie, il a ajouté qu’elle ne pourrait réussir qu’avec l’appui d’une révolution en Europe l’aidant de ses acquis ! Sa théorie condamnait donc à l’échec, en quelque sorte par avance et sur la base d’un pronostic intellectuel, l’idée d’un communisme prétendant s’accomplir dans des sociétés sous-développées... ce qui s’est passé malheureusement au XXe siècle ; et les exemples de la Chine ou du Vietnam, se convertissant partiellement à une économie capitaliste, prouvent a contrario la justesse de cette vue.

Point n’est donc besoin d’affirmer que "la masse" ne veut pas du communisme et de suggérer ainsi que les hommes y sont par nature rebelles pour comprendre l’échec apparent de cette idée ; il suffit de réfléchir aux conditions historiques de sa réalisation telles que Marx les a conçues, qui nous montrent que le soi-disant "communisme réel" était un "communisme irréel", volontariste et utopique, voué à échouer.

En revanche, sur cette même base théorique et face à un capitalisme en pleine débâcle dont Guy Sorman ne dit mot (comme il ne dit mot des millions de morts dont il est, lui aussi, responsable ou des dictatures qu’il a engendrées ou soutenues), on peut penser sans naïveté que l’idée communiste peut resurgir en Occident, comme elle le fait à sa manière en Amérique latine, et qu’elle correspond aux possibilités objectives de notre développement historique, comme l’histoire du mouvement ouvrier en Europe l’a selon moi attesté au XXe siècle, sous la forme d’acquis qui avaient pour horizon une société postcapitaliste et portaient la marque de l’héritage marxien.

J’ajoute qu’elle est porteuse d’une universalité morale incontestable et qu’à ce titre on a le droit d’estimer, sans prophétisme, que la "masse" des hommes devrait un jour y reconnaître le visage apaisé de ses intérêts partagés.

Philosophe, auteur de L’Ambition morale de la politique : changer l’homme ? (L’Harmattan, 270 p., 26 euros

http://www.lemonde.fr/idees/article...

-
Mis en ligne par A.C.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Récuser Marx au nom des régimes communistes relève de l’amalgame ou de l’incompréhension
19 août 2010 - 18h35

Si Sorman aimait le communisme cela se saurait

donc rien de nouveau sous le soleil à part dire quel ane, salaud , ignare , fasciste ....j’en passe ....



Récuser Marx au nom des régimes communistes relève de l’amalgame ou de l’incompréhension
20 août 2010 - 13h20 - Posté par

Sorman connaît très bien le marxisme . Mais son rôle dans la bataille idéologique est de démontrer que le communisme est impossible car il est dictatorial et sanguinaire à l’image des expériences du stalinisme et des khmers rouges. Cet économiste bourgeois très intelligent utilise tous les défauts des gouvernants marxistes en chine ou à Cuba et au Vietnam pour ses démonstrations anti-communistes. Son rôle est de retarder l’avènement de la nouvelle société et de faire perdurer la société capitaliste . Dans ce sens il est un militant du système en place qui le paye trés bien.

Il a choisi son camp, nous avons choisi le notre. L’histoire tranchera à terme....

Bernard SARTON,section d’Aubagne


Récuser Marx au nom des régimes communistes relève de l’amalgame ou de l’incompréhension
22 août 2010 - 22h08 - Posté par

Le problème c’est que l’auteur de l’article (évidemment tout à fait estimable) est membre du PCF, parti qui tout en se compromettant avec une constance jamais démentie dans la sauvegarde du système capitaliste en France, a toujours soutenu, jusqu’au bout, jusqu’à son effondrement, les systèmes totalitaires et sanglants du bloc soviétique, au nom du marxisme "orthodoxe", "scientifique", de la défense du "communisme", du "socialisme réel".


Récuser Marx au nom des régimes communistes relève de l’amalgame ou de l’incompréhension
19 août 2010 - 22h37

 Communisme : Non à l’exploitation de l’homme par l’homme !

 Liberalisme : Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiii à l’exploitation de l’homme par l’homme ! Et que le meilleur gagne ! (pour eux, c’est le plus riche) DEHORS les "maillons faibles" : pauvres, malades, femmes, handicapés, chômeurs, vieux, enfants de pauvres, étrangers, etc.



Récuser Marx au nom des régimes communistes relève de l’amalgame ou de l’incompréhension
20 août 2010 - 17h05 - Posté par

dehors.....étrangers dis tu, pas tout à fait l’étranger ne les gène que lorsqu’ilest immigré de de la pauvreté. En effet le riche bourgeois n’est jamais rejeté et l’arabe plein de fric peut bien amener 25 femmes voilés intégralement il couchera quand même au Ritz ou autre palace. Sur ce revenons à Marx ,cela arrange pas mal de monde de jeté le bébé avec l’eau sale du bain. le problème est dans la conquète du pouvoir plus ou moins violente et dans l’instalation du régime qui suit. La revolution française débouche sur Napoléon la soviétique sur Staline. Comment passer de la démocratie bourgeoise à la démocratie populaire sans passer par la case
dictature,dont on a vu que l’on ne sort jamais bien( voir les anciennes républiques soviétiques) ?


Récuser Marx au nom des régimes communistes relève de l’amalgame ou de l’incompréhension
20 août 2010 - 20h47 - Posté par Copas

hum...

Je ne voudrais pas dire mais... il y avait une blague dans les pays de l’Est à une époque c’est :

" le capitalisme c’est l’exploitation de l’homme par l’homme"

" le socialisme c’est l’inverse"

Le meilleur service à rendre au marxisme ce n’est pas de courir sur les couleurs mais bien de faire du marxisme, c’est à dire l’analyse des classes, des couches sociales qui les composent ou sont intermédiaires, des rapports de productions, etc.

La question des discours propagandistes ne doit pas masquer l’analyse de la réalité.

La charge des anti-communistes est d’autant plus aisée que des partis et des courants se sont vêtus indument des habits du communisme pour camoufler la domination de couches sociales parasitaires n’ayant d’autre destin désiré dans la plupart des cas que de devenir bourgeoises.

Quand on analyse concretement les luttes de classes qui parcourent la planète, l’imbrication des divers impérialismes, les couches sociales aux comportements marqués du despotisme capitaliste, les menées des diverses factions et claques de la bourgeoisie dans le monde, se dessine alors une autre compréhension du monde.

Alors, les comportements désordonnés et inhumains de couches bureaucratiques s’enserrent parfaitement dans l’univers violent de la lutte des classes où le pompon de la violence est bien tenu par les expressions les plus nettes du capitalisme.

Ainsi les travers criminels bureaucratiques peinent à se hisser au niveau des crimes des régimes capitalistes. Au fond ils n’en sont qu’un dérivé. Ca ne veut pas dire que tout se vaut. Au contraire . Mais que l’analyse et la solidarité à la classe populaire et au prolétariat passe avant les autres solidarités, quand les unes s’opposent aux autres solidarités.

Rien que l’histoire de ce seul pays qu’est la France sous le règne de la bourgeoisie (à compter de 1789 avant c’était un autre règne ) est une tranchée sanglante dans le destin de bien des peuples.

Penser que c’est la couleur des mots qui explique les crimes de Pol Pot, l’allié des français, des ricains et des chinois, relève d’une analyse farfelue d’une société. Une analyse qui s’écarte de la compréhension d’une société réelle et des mécanismes d’extraction et d’autonomisation de couches sociales dirigeantes particulières au travers de processus historiques également singuliers. C’est ça et non une lecture annonante et diagonale de Marx qui font les crimes. La question de l’idéologie ne peut expliquer à elle seule qu’une toute petite partie des problèmes rencontrés amenant l’apparition de singularités sordides.

L’autre face de la charge contre Marx vient des gens qui se prétendent marxistes ou communistes qui ne resteront que sur le seul terrain du superficiel et des couleurs en éludant completement l’analyse en termes de classes et de lutte des classes des sociétés, dés lors qu’on les a repeint en rouge.

Ceux là ne verront pas l’émergence de couches pré-bourgeoises utilisant à plein les méthodes despotiques de domination contre les couches populaires et contre le prolétariat.

Dés lors ils seront toujours pris à contre-pied par le passage de couches sociales nomenclaturistes en bourgeoisies sans jamais avoir compris ce qui se passait.


Récuser Marx au nom des régimes communistes relève de l’amalgame ou de l’incompréhension
22 août 2010 - 17h33

La vraie question à se poser serait pourtant celle-ci :
« Pourquoi Sorman, cet ultra-libéral forcené, perd-il son temps à refaire ce procès du Communisme que d’autres ont fait bien avant lui à travers ces perversions que furent le stalinisme en URSS, la révolution culturelle en Chine ou les Khmers rouges au Cambodge ? »

En effet, pour Sorman le Communisme est mort. Quant à son propos, il reprend les mêmes arguments et calomnies depuis longtemps martelés avec acharnement par le système et ses serviteurs. Le libéralisme en tant qu’idéologie et le capitalisme en tant que système sont partout vainqueurs et pour eux la crise actuelle n’est qu’une péripétie qui ne remet pas en cause le triomphe de sa classe sociale.

Donc je pose à nouveau la question :
« Pourquoi cet acharnement ? »

La réponse, vous la connaissez, c’est bien la peur qui réside en lui de voir un jour le vent tourner. La peur que la lutte des classes qui perdure de toute manière n’aboutisse pas à son rêve de fin de l’histoire avec le capitalisme. Alors, il cède à ces fameux rites conjuratoires (pour parler comme Freud) qui de procès du Communisme en diatribes antimarxistes lui redonnent de l’énergie. C’est un processus de défense qu’il use jusqu’à la corde. Face à ses doutes inconscients, il cherche à se rassurer. C’est tout ! Et dans leur haine du Communisme, ses frères de classes font la même chose : convaincre et se convaincre que le sceptre du Communisme ne viendra plus les hanter. Néanmoins, leur obsession est la preuve, s’il en faut, que le cadavre bouge encore....

Marx avait bien raison : "un sceptre hante encore le monde et c’est bien celui du Communisme !"






Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire
La mort de Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien
jeudi 28 - 10h34
de : librinfo74 via jyp
Greve du 5 décembre
jeudi 28 - 10h04
de : jean 1
ARGENTINE : Alberto Fernandez Président élu, refusera le crédit du FMI !
jeudi 28 - 10h03
de : JO
Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression
mercredi 27 - 13h11
1 commentaire
Le monarque se prépare-t-il à lancer ses brutes contre notre Jeunesse ?
mardi 26 - 23h50
de : JO
BOLIVIE : A lire absolument ce que nos médias aux ordres ne vous diront pas !
mardi 26 - 16h15
de : JO
1 commentaire
C’est quoi : un pognon de dingue ?
mardi 26 - 15h22
de : JO
On se crève au travail, que crève le travail !
mardi 26 - 12h26
de : jean1
1 commentaire
Culture dominante et perception du déshonneur
lundi 25 - 21h09
de : Christian DELARUE
1 commentaire
CHILI : Un féminicide dont les médias ne parlent pas !
lundi 25 - 17h25
de : JO
Rapports de force a besoin de vous !
lundi 25 - 14h50
Le nouveau CRUSH 44 : ces petits jouets du capitalisme colonial.
lundi 25 - 13h34
de : jean1
BOLIVIE : La CIA partout, les dollars pleuvent à flots pour les complots, pas pour la pauvreté !
lundi 25 - 12h06
de : JO
1 commentaire
Le patriarcat compris comme dynamique sociale
lundi 25 - 01h23
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Toujours contre la prostitution et le viol ici ou ailleurs avec Zéromacho - Christian Delarue
dimanche 24 - 12h07
de : Christian Delarue
3 commentaires
L’ANARCHIE - Théories et pratiques libertaires
dimanche 24 - 11h37
de : Ernest London
Pigeons.
samedi 23 - 20h40
de : L’iena rabbioso
Réforme des retraites : « les carrières gruyère des femmes vont se payer cash »
samedi 23 - 10h57

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Nul n'est plus esclave que celui qui croit à tort être libre. Goethe
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite