Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

COLOMBIA TIERRA QUERIDA


de : Charles vde
samedi 13 novembre 2004 - 17h36 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

Par Charles Van der Elst

Me rendant souvent en Colombie, pour des raisons familiales ou professionnelles, j’ai acquis depuis plus d’une décennie une bonne connaissance générale de ce pays. De retour en Europe après de tels voyages, je suis toujours stupéfait de constater combien l’approche des médias européens est tragiquement réductrice vis-à-vis de cette nation : l’Occident a tendance à n’y voir que la guerre civile et le commerce de la drogue qui y sévissent avec une insupportable violence.

Incontestablement ces deux fléaux majeurs exigent une couverture internationale de la presse, à la fois vigilante et critique. Mais cette double et oppressante réalité ne devrait nullement nous empêcher de percevoir certains aspects positifs et créatifs de ce même pays.
La Colombie est aussi le théâtre d’opération d’une remarquable créativité culturelle, presque totalement inconnue en Occident. L’Europe a bien érigé et à juste titre quelques artistes colombiens, au statut de super-stars mondiales, tels Gabriel Garcia Marquez - Prix Nobel de Littérature - ou l’artiste Fernando Botero qui a été invité au cœur de Paris à déployer son œuvre monumentale tout au long des Champs Elysées.
Mais nombre d’autres citoyens de Colombie, encore méconnus, ont aussi mené à bien une oeuvre créatrice dont l’originalité, la force et la pertinence leur confer, en ce début du XXIe siècle, une dimension épique et pour certains de portée universelle.

Ma démarche, en tant qu’humble petit producteur indépendant de films documentaire, est de montrer la Colombie que je connais, celle que j’aime et qui me fait vibrer, de parler de cette Colombie qui à "coloniser" mon cœur et mon âme.

En 2003, j’ai produit un film sur deux petits villages lacustres quasiment oubliés au Nord Ouest de la Colombie, dans la Cienaga Grande de Santa Marta, Buenavista et Nueva Venecia. Complètement ceinturés depuis près de trente ans d’une eau saumâtre, impropre à la consommation, les habitants de ces villages ont fait preuve d’une ingéniosité extraordinaire et ont construit une sorte de bateau-citerne à voile avec lequel ils vont chercher de l’autre côté du marais, dans un petit cours d’eau enfoui dans une végétation tropicale, cette eau douce qui leur fait tant défaut. Depuis plus de 20 ans, Tabaco effectue ainsi deux à trois fois par semaine cette éreintante traversée à la recherche d’eau potable. Accompagné de son fils Pedro, deux journées entières de navigation, de jour comme de nuit et souvent sous une chaleur accablante sont nécessaires à ce modeste équipage afin d’effectuer cette véritable Odyssée pour l’eau potable. Ce film à été diffusé sur France 5, sur la RTBF en Belgique et sur DR TV au Danemark.

J’ai en ce moment deux projet de films en développement :
Le premier est un documentaire de 90 minutes sur l’architecte Colombien Simon Velez et ses séduisantes architectures édifiées en bambou. Pour Simon, utiliser le bambou pour construire logements ou bâtiments publics est plus qu’une solution architecturale alternative. Développer l’usage contemporain de ce matériel local est un acte militant, répondant aux exigences écologiques du développement durable pour l’équilibre de la planète. Ce film se placera dans le sillage de cette pensée.

L’autre film décrit une application concrète, celle du Centre de Recherche Environnementale Las Gaviotas, située à Vichada au milieu de 220.000 km2 de savane au Centre Est de la Colombie.

Las Gaviotas a été créé en 1966 par Paolo Lugari et fonde sa réputation internationale sur l’utilisation massive des énergies renouvelables : équipement de 40.000 logements sociaux à Bogota en chauffe-eau et réfrigérateurs solaires, création de cuisines semi-industrielles fonctionnant à l’huile de coton chauffée à 180°C dans des tubes sous vide, économisant ainsi les carburants polluants...
Paolo Lugari, conscient que la Colombie perd 650 000 hectares de forêts par an, a aussi décidé de lancer un vaste programme de reboisement. Malgré la sécheresse et l’extrême acidité du sol, au rythme d’un un arbre à la seconde, 24 heures par jour, trois mois par an, 8.000 hectares ont déjà été reboisés.

Biodiversité
Il a été noté que la biomasse dans la zone reboisée a été multipliée par 16 en cinq ans, ajoutant approximativement 25 tonnes de carbone au sol par hectare et par an. Ceci a amélioré l’acidité du sol passant d’un PH de 4 à 5,5 et à facilité la régénération du sous-bois et l’arrivée de nouveaux arbres et plantes. La biodiversité a été récupérée. Avec un taux de survie des arbres de 92 %, Gaviotas a montré que la reforestation est faisable, même là où elle était considérée comme impossible. Quand on su que le pin des Caraïbes avait été choisi pour replanter, beaucoup de personnes affirmèrent que la région serait couverte d’une seule espèce et que Gaviotas était en train d’introduire des monocultures. La décision fut considérée comme non écologique. La nature savait mieux. Selon le dernier rapport botanique, environ 210 nouvelles espèces végétales, sur les 260 recensées, vivent dans ce microclimat. On ne les trouve nulle part ailleurs dans la savane, car 90 % d’entre elles proviennent d’Amazonie. Quelques-unes de ces espèces devaient êtres dormantes depuis des décennies dans les sols des llanos, pour les autres ce sont les oiseaux, les abeilles et le vent qui ont apporté les spores et les graines nécessaires de la forêt tropicale située 300 kilomètres à l’Est, là où le fleuve Orénoque marque le commencement de la jungle amazonienne. La protection du sol contre la chaleur, le nouvel humus et l’amélioration progressive de l’acidité du sol a régénéré la biodiversité perdue depuis longtemps par la faute de l’ignorance humaine. Le peuple indigène des Llanos, la région qui entoure Gaviotas est enthousiaste et redécouvre bien des plantes médicinales considérées jusqu’à maintenant comme perdues. Le paradis est retrouvé. L’hypothèse qu’un reboisement de la savane à Gaviotas créerait un pont naturel avec la forêt amazonienne a été prouvée, répondant ainsi aux attentes sur la préservation et l’expansion de la biodiversité.

Création d’emplois
La colophane tirée de la résine des pins est coulée dans des boîtes de carton recyclé si malignes qu’elles ont reçu le prix national de l’innovation en matière d’emballage. Le travail engendré à Gaviotas pour transformer la colophane et entretenir les équipements a permis de recruter 200 personnes directement employées à plein temps en 2004. Les revenus générés aujourd’hui suffisent pour financer la masse de ces salaires, trois fois plus élevés que le salaire minimum du pays, ainsi que les logements et les repas. Cette région n’avait jamais vu autant d’emplois et une telle prospérité car il n’y avait eu jusqu’alors aucune initiative de ce genre pour en créer. L’entreprise Gaviotas nourrit aujourd’hui plus de 2.000 personnes.

L’eau et la santé
Aujourd’hui, plus d’une décennie plus tard et après la reforestation de 8.000 hectares, cette initiative visionnaire a produit des avantages complémentaires multiples. L’action de la forêt nouvellement plantée et de son taillis à engendrer un microclimat sur la zone reboisée : il pleut plus sur Gaviotas que dans tout le reste de la savane ! Les précipitations ont augmenté de 10 % et génèrent ainsi des millions de litres d’eau de pluie supplémentaire. Par ailleurs, la qualité du sous-bois et de son sol, riche en minéraux et en bactéries, agit comme une excellente unité de filtrage de l’eau. Cela a converti Gaviotas en un fournisseur d’eau minérale naturelle, une eau cristalline de qualité exceptionnelle, dans une région où elle faisait tant défaut. Avec un coût de l’eau potable qui excède le coût du pétrole dans la région, Gaviotas a démontré que le reboisement pouvait permettre de faire face à un des plus graves problèmes dans le monde : l’accès à l’eau potable naturelle gratuite ! Après la garantie de son autosuffisance en eau, l’excèdent est vendu sur le marché régional et international.
À Vichada, la plupart des traitements hospitaliers concernent des maladies gastro-intestinales et les causes premières de mortalité infantile de la région viennent de la mauvaise qualité de l’eau. En fait, parce que 70 % des problèmes de santé dans la région de Vichada sont directement liés à l’eau, la forêt offre une nouvelle opportunité de croissance. La forêt de Gaviotas fournit la possibilité de collecter et de mettre en bouteilles de l’eau de qualité à un coût très faible : une bouteille de 250 ml d’eau de Gaviotas ne coûte que le cinquième du prix de l’eau minérale expédiée de Bogota (dont le coût de transport est prohibitif).

Perspective et avenir : Gaviotas II
Le temps est venu de regarder au-delà des résultats d’aujourd’hui et d’imaginer ce qui pourrait être réalisé si cette approche s’étendait à plusieurs millions d’hectares de savane au cœur de l’Amérique du Sud. Le 6 juillet 2004, le Président de la Colombie Alvaro Uribe Velez a autorisé l’expansion de Gaviotas à 6,3 millions d’hectares, plus de deux fois la superficie de la Belgique, créant ainsi le plus grand projet d’absorption carbonique et de développement durable dans le monde. Le Japon a immédiatement confirmé son désir de participer activement à ce projet et l’Europe veut en faire autant.
La stabilisation climatique est une préoccupation commune des gouvernements japonais et européens, ensemble ils peuvent coopérer avec la Colombie pour mettre l’humanité sur le chemin de la co-évolution avec la nature. Le retour de cette savane à la forêt tropicale humide qui l’a autrefois couverte, représenterait le plus grand puits de carbone jamais créé par l’homme.
Le Centre de Recherche Environnementale de Gaviotas à procédé à des démonstrations à grande échelle et le temps est venu pour le Japon et l’Europe de s’engager dans un rapport stratégique qui convertira 6,3 millions d’hectares de savane en une forêt tropicale humide et durable, où la biodiversité sera régénérée, 315 millions de mètres cube d’eau minérale seront produits naturellement chaque jour. _ Plus de 7,8 milliards de tonnes de dioxyde de carbone seront capturées par cette forêt, ce qui représentera la plus grande contribution à la stabilisation climatique jamais réalisée. On estime que la population atteindra 5 à 10 millions de personnes réparties dans différentes Bio-Cités et que 1 million d’emplois à plein temps seront créés (120.000 directement, 880.000 indirectement).

L’harmonie
La Colombie est un pays en quête d’harmonie. La violence opère à des niveaux effrayants et la corruption est omniprésente. Mais si l’on écoute de la musique des llanos ou si l’on assiste à des danses locales, il apparaît clairement que les Colombiens partagent un sens de l’harmonie. À travers leur culture, leur musique, leurs danses et leurs chants, les travailleurs de Vichada montrent leur attachement à leur communauté. C’est là que l’on comprend que l’amélioration du pays en période de crise passe par des initiatives innovantes à la périphérie. À Gaviotas, on apprend que la coopération et le travail en équipe offrent la seule voie de sortie hors de l’actuel cercle vicieux de la pauvreté.

Paolo Lugari a financé la plus grande peinture murale de la région. Elle décrit l’histoire de Gaviotas et les rêves qui reste encore à réaliser. Beaucoup reste à faire, mais une chose est sûre ; il n’y a pas d’endroit sur terre qui ait réussi à mettre en application le concept de développement durable « glocal » comme Gaviotas. La philosophie du concept « glocal » est la mise en place d’un développement local durable mais avec des critères globaux (penser globalement, agir localement). Gaviotas répond aux besoins locaux d’emploi, de soins, de santé, de développement social, d’activité économique, d’innovations technologiques, d’approvisionnement de la population en eau potable tout en contribuant à faire face au problème du réchauffement de la planète. La meilleure synthèse de ce paradigme planétaire pourrait être une phrase de la peinture murale : « La maturité de l’être humain est de savoir comment réaliser ses rêves ». Ou encore les mots de Gabriel Garcia Marquez qui, après sa visite à Gaviotas en compagnie du Premier Ministre espagnol de l’époque, Felipe Gonzalez, baptisa Paolo Lugari « l’inventeur du monde ».



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> COLOMBIA TIERRA QUERIDA
16 novembre 2004 - 08h42

Couple belgo-colombien vivant à Bruxelles, nous ne pouvons que souscrire au positivisme de l’auteur. Nous adoptons la même démarche que celui-ci, montrant, à travers une dizaine de sites thématiques (culture, musique, littérature, ...) sur la Colombie - en espagnol-, le côté positif de ce pays merveilleux. Nos sites reprennent des textes glanés sur Internet au fil de l’actualité de tous les jours.

Nous venons d’ouvrir un dernier site, cette fois en français : l’article de Charles Van der Elst l’inaugure !!! ( http://autrecolombie.blogspot.com/ )

Nos autres sites, en espagnol, sont accessibles depuis celui en français.

Nous aimerions féliciter Charles pour son amour de la Colombie, pour son travail de cinéaste en rapport, pour son excellent article...

Nous aimerions également entrer en contact avec lui : pourrait-il nous donner ses coordonnées ?



> COLOMBIA TIERRA QUERIDA
16 novembre 2004 - 15h57 - Posté par

Merci pour votre message.
Je serais ravi de vous lire, vous pouvez m’écrire à l’adresse suivante :
charles@bellaciao.org


> COLOMBIA TIERRA QUERIDA
30 mars 2005 - 12h49

Merci de donner un autre visage de la Colombie plus humain et plus juste. Je suis une colombienne habitant en région parisienne et souvent je me fait agresser avec des remarques pas agréables sur mon pays, bien sûr toujours portés sur la mafia de la drogue et la gérrilla colombienne. La Colombie a aussi la joie de vivre et pleins de belles choses à montrer au monde entier et même à enseigner, si je peux me permettre. Nous sommes un peuple qui lutte pour son pays et qui travaille pour son développement social et politique, malgré tout. En Colombie il y a des familles entières qui n’ont jamais connues la drogue et qui ne font partie des guerrillas colombiennes.

Il faut que les peuples européens se documentalisent mieux, mais pas seulement lire les journaux et regarder certaines emissions de télé qui montrent souvent et seulement l’image negative d’un pays comme la Colombie.

Mes enfants ont suivi au Collègue des attaques de la part de ses proffeseurs, oui de certains professeurs !!! et devant ses camarades en les mettant mal à l’aise seulement parce qu’ils ont des origines colombiennes et dont je les ai fait se sentir très fiéres.Ils ont oser de leur demander comment ça se fait qu’Ingrid Betacourt et toujours retenue en otage, etc etc, questions à les quelles mes enfants en habitant en France n’ont pas de réponse à donner et ne sont pas toute fait au courant.

Voyez vous, je trouve inadmissible ce corportement en venant de la part d’un professeur de l’éducation nationale. Enfin, je travailles tous les jours autour de famille et moi afin de donner une image plus positive de mon pays et que certains ne connaissent assez bien spéciallement les personnes qui n’ont jamais mis leur pié en Colombie ni dans aucun pays de l’Amérique du Sud et qui sont convencues que nous sommes des sauvages.

Je vais envoyer cette page à certains amis et je vais l’imprimer aussi pour la transmettre aux profesuseurs dont je vous ai parlé.

Merci mille fois et à bientôt peut-être.

Mercedes, Jean-Louis, François et Déborah-Susana FAURIE



COLOMBIA TIERRA QUERIDA
17 décembre 2006 - 22h05

bonjour,j’espère que vous recevrez ma bouteille mise à la mer ce dimanche soir 17 décembre 2006 ?
En effet ma mère Colombienne immigrée en france voilà 43 ans dans des circonstances assez romanesques,m’a parlé du docu sur la Cienaga Grande réalisé par Carlos Rendon,vu un après midi sur la cinq.

il se trouve que nos origines se situent dans cette région,Nueva Venecia du côté de mon grand père.
Notre histoire familiale transmise par Gloria ma mère,hallucinante comme un récit de Marquez,grâce à ce document m’a paru d’un coup devenir tangible pour moi ,née en france .
Le fil d’ariane devrait me mener à poursuivre une enquête dans cette région et je cherche tout ce qui peut aporter de l’eau à mon moulins .

Je suis en quête d’échanges avant tout ,de contacts ,et de tout indice me permettant de faire des investigations.

J’ai fort apprécié la teneur de l’article,souffrant moi même de l’image fausse trainant dans les inconscients de nos contemporains...

si vous trouvez intérêt à ma demande ,merci de me répondre à l’adresse suivante :

maudsoupa@a-musée.net

nous sommes artistes plasticiens et avons un site qui parle de notrentre travail et intérêt pour les 3 écologies de Felix Guattari :

www.aire-europe.org

Merci de me faire signe,maud






les lois sont elles racistes ?
samedi 6 - 00h27
de : sôs
L’ASN constate que c’est le bordel dans le nucléaire
samedi 6 - 00h09
de : coordi sud-est
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 - 23h41
de : Mickael Wamen
Le pays des Droits de l’Homme, c’est toujours la France ?
vendredi 5 - 18h41
de : joclaude
Covid de sens !
vendredi 5 - 18h28
de : Claude Janvier
Injures et discours de haine raciste, sexiste, homophobe enregistrés
vendredi 5 - 16h11
de : Christian DELARUE (mrap)
4 commentaires
L’art et la manière des tricheries en macronnerie(video)
vendredi 5 - 11h39
de : joclaude
CONFUSION NUMÉRIQUE
vendredi 5 - 11h33
de : Lukas Stella
1 commentaire
Histoire de la Sécurité Sociale (à visionner)
jeudi 4 - 20h24
Le jugement du 28 mai nous ouvre une possibilité nouvelle de gagner sur le prejudice moral au TGI
jeudi 4 - 19h44
de : Wamen Mickael
Strasbourg : Un homme de 21 ans frappé par un policier au commissariat
jeudi 4 - 19h41
de : Nadir Dendoune
Camélia Jordana : "La révolution est venue" (videos)
jeudi 4 - 19h33
La CGT Chimie appelle à la grève pour le 16 JUIN
jeudi 4 - 19h05
de : CGT Chimie
1 commentaire
L’appel d’Omar Sy : « Réveillons-nous. Ayons le courage de dénoncer les violences policières en France »
jeudi 4 - 18h49
de : Omar Sy
Adama, Georges Floyd, violences policières : vers un acte 2 en France ?
jeudi 4 - 13h41
Le retour de la culture à Paris le 22 juin
jeudi 4 - 12h00
la police est elle raciste ?
jeudi 4 - 01h36
de : sôs Soutien ô Sans papiers
1 commentaire
Pas de révolution sans régler la question du fantôme de l’esclavage et du colonialisme
mercredi 3 - 23h18
de : Ballast
Les références historiques sont un bien commun !
mercredi 3 - 23h10
de : Eve
Victoire des ex-Goodyear d’Amiens aux prud’hommes (video)
mercredi 3 - 22h34
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Respirer - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 3 - 21h34
de : Hdm
La France se prépare-t-elle à exfiltrer le terroriste Guaido ?
mercredi 3 - 17h29
de : joclaude
15 JUIN 2020 AU 22 JUIN 2020 : SEMAINE INTERNATIONALE D’ACTIONS POUR EXIGER LA LIBÉRATION DE GEORGES ABDALLAH !
mercredi 3 - 10h25
de : Jean Clément
polémique du jours beurette est-ce raciste ?
mardi 2 - 10h57
de : sôs
2 commentaires
communiqué de sôs Soutien ô Sans papiers :États Unis France mème combat
mardi 2 - 09h52
de : sôs
Consommez plus, travaillez plus, gagnez moins
lundi 1er - 15h19
MANIFESTATIONS : LA RUE REPREND SES DROITS
lundi 1er - 10h57
de : joclaude
1 commentaire
VOYAGE EN MISARCHIE - Essai pour tout reconstruire
lundi 1er - 09h21
de : Ernest London
Un goût de revenez-y
dimanche 31 - 22h42
de : Le CERCLE 49
Les pénibilités selon "le monde d’après" !
dimanche 31 - 16h22
de : joclaude
1 commentaire
Les lois scélérates d’antan, les revoilà en macronie !
dimanche 31 - 16h01
de : joclaude
Face au capitalisme, se fédérer pour le « salut commun »
vendredi 29 - 22h52
de : Louise
2 commentaires
Ségur de la santé : L’INDECOSA-CGT réclame des vrais états généraux !
vendredi 29 - 20h32
de : nono47
Malgré la crise sanitaire la casse de l’hôpital public continue
vendredi 29 - 18h06
de : joclaude
Les médecins cubains quittent l’Italie
vendredi 29 - 10h56
de : joclaude
Allemagne : les asperges de la colère
vendredi 29 - 07h57
L’heure du réveil - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 27 - 20h58
de : Hdm
Les trans-croissances émancipatrices du peuple
mercredi 27 - 09h21
de : Christian Delarue
Le prolongement de la CRDS, premier « impôt coronavirus »
mercredi 27 - 01h12
de : Bce_106,6
1 commentaire
41 JOURS FACE A COVID-19 : ce n’est pas une petite grippette, ça ne touche pas que les vieux (témoignages)
mardi 26 - 12h26
de : nazairien
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Christophe nous a quittés (video)
vendredi 17 avril
de Roberto Ferrario
Je me rappelle de cet soirée moi et Thom juste derrière a gauche entrain de manger du couscous vapeur... Le musicien et chanteur Christophe nous a quittés hier soir. Il collaborait encore récemment avec les musiciens de Ménilmontant Hakim Hamadouche, Mirabelle Gilis etc. et l’association Ménil Mon Temps souhaitait lui proposer d’être le parrain de la prochaine édition du Gala des Artistes de Ménilmontant. Nous le croisions au restaurant La Cantine de Ménilmontant. Il y (...)
Lire la suite
« Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! » Milan, 16 avril 1975, très sombre souvenir... (vidéo)
jeudi 16 avril
de Roberto Ferrario
Une soirée mémorable dans une trattoria a coté d’un canaux de Milan (Naviglio) Claudio, moi et d’autres camarades on mange ensemble pour fêter nôtres élections comme représentants des étudiants dans nôtres respectif instituts technique, lui dans ITIS du Tourisme, moi dans l’ITIS Molinari (XI ITIS). Une semaine après le 16 avril 1975 tard dans la soirée un coup de téléphone d’un camarade de mon organisation politique (A.O.)... J’arrête de manger avec mes parents (...)
Lire la suite
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite