Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Youri Gagarine, premier homme dans l’espace
de : Jean Rabaté
lundi 11 avril 2011 - 12h02 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Á l’occasion du cinquantième anniversaire du premier vol humain dans l’espace, le 12 avril 1961, où le cosmonaute russe Youri Gagarine effectuait un périple orbital de 108 minutes autour de la Terre, aux commandes de Vostok 1, retour sur l’aventure hors du commun de ce jeune Russe de 27 ans, premier homme à voler dans l’espace.

« Je suis des vôtres ! Je suis des vôtres ! Je suis un Soviétique ! N’ayez pas peur, ne craignez rien ! » Le 12 avril 1961 un homme casqué, engoncé dans une épaisse combinaison, s’efforçait ainsi de rassurer une femme et une fillette à proximité desquelles, sanglé dans un parachute rouge et blanc, il venait de tomber du ciel dans un champ labouré, du côté de Saratov, à proximité de la Volga, à 700 kilomètres de Moscou.

Pour lui, tout avait commencé ce jour-là, à 9 h 7 précises, heure de Moscou (6 h 7, heure de Paris), à Baïkonour, dans le Kazakhstan, république orientale de l’Union soviétique. Noyée dans un épais nuage de fumée, accompagnée d’un grondement assourdissant, une fusée de cinq tonnes crachant des langues de feu s’était arrachée du sol. Elle emportait très haut dans le ciel une capsule bourrée de matériel électronique, de manettes, d’écrans de contrôle et... un homme totalement inconnu. Une heure et 48 minutes plus tard, celui-ci retrouvait le sol sous le regard stupéfait d’Anna Takhtarovona, une kolkhozienne de 35 ans, occupée à désherber un lopin de terre. Entre-temps, protégé par un casque hermétique et un épais scaphandre, solidement arrimé dans un habitacle d’acier, il avait effectué une révolution complète autour de notre globe, à l’altitude moyenne de 250 kilomètres, selon une ellipse d’apogée de 327 kilomètres. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, un homme avait voyagé dans l’espace. À peine accompli, l’exploit et le nom de son auteur, Youri Gagarine, retentirent sur toute la planète.

Dire qu’en Union soviétique la joie et la fierté furent immenses serait un euphémisme. Elles s’exprimèrent sans attendre et connurent leur apothéose deux jours plus tard, lorsque Moscou accueillit son héros au cours d’un immense rassemblement. Sur la place Rouge, le chef de l’État et du Parti communiste, Nikita Khrouchtchev et Youri Gagarine lui-même, follement acclamés, prirent la parole avant que se déroule devant eux un grandiose défilé de millions de personnes.

En France, tous les journaux consacrèrent leur une et une multitude d’articles à l’événement durant plusieurs jours. L’Aurore et Paris Jour saluèrent « l’exploit du siècle ». Pour le Populaire, c’était « sensationnel », « historique » pour le Figaro, et « Formidable » pour Libération. L’Humanité quant à elle titra en énormes caractères : « Un Soviétique a ouvert pour l’homme l’ère du cosmos ». Toute une semaine ses lecteurs bénéficieront de nombreux reportages, interviews et commentaires de ses correspondants en Union soviétique, Pierre Courtade et Max Léon. Figura aussi en bonne place le télégramme adressé par le Parti communiste français à celui de l’Union soviétique. Il se réjouissait de la « victoire de la classe ouvrière au pouvoir, libérée des chaînes de l’exploitation et de l’oppression capitalistes ». Dans une déclaration, Maurice Thorez saluait « le pays des soviets, le pays des bâtisseurs du communisme, pionniers du monde nouveau ». Le même jour, en page intérieure, l’Humanité évoquait l’ovation faite la veille par les participants à un meeting organisé par le PCF pour exiger la paix en Algérie, lorsque Jeannette Vermeersh avait ainsi ouvert la soirée : « Aujourd’hui, c’est la fête de l’ascension. Ce n’est pas l’ascension d’un être supposé, inventé, miraculeusement envolé. Non, c’est un robuste et beau jeune homme communiste qui est monté plus haut que le ciel ! » Pour sa part, l’Humanité Dimanche, alors éditée en grand format, illustra sa une d’un dessin futuriste de Michel de Roisin, accompagné d’un éclatant « Hourra pour Youri ! » en lettres rouges. Plusieurs pleines pages intérieures furent consacrées aux articles envoyés de Moscou par Pierre Courtade et Max Léon et aux informations développées par Robert Lechêne sur les conditions dans lesquelles s’était préparé et déroulé le vol.

Dans le monde entier aussi la surprise avait rapidement fait place à l’admiration. Aux messages de félicitations adressés au Kremlin par des personnalités - entre autres scientifiques - de tous les pays, s’ajoutaient ceux de très nom- breux chefs d’État. Ces derniers cependant ne jugeaient pas nécessaire de répondre à la proposition du gouvernement et du Parti communiste soviétiques qui avait accompagné l’annonce officielle de l’exploit. « En ce jour solennel, déclaraient-ils, nous adressons une fois encore un appel en faveur de la paix à tous les peuples et à tous les gouvernements (...). Mettons fin à la course aux armements. Réalisons un désarmement universel et complet dans le cadre d’un strict contrôle international. »

Le 14 avril 1961. Iouri Gagarine et Nikita Khrouchtchev à l’aérodrome de Vnoukovo après la fin du vol

La guerre froide battait son plein entre l’URSS et les États-Unis. Mais cette proposition - réitérée dans les discours de la place Rouge - n’obtint pas hélas l’écho espéré. Ni dans notre pays où, fâcheuse coïncidence, deux jours plus tôt, au cours d’une conférence de presse, le général de Gaulle avait réaffirmé « la volonté de la France de poursuivre les essais nucléaires au Sahara ». Ni aux États-Unis, où le chef d’état-major de l’armée de l’air américaine, Thomas D. White, dénonça « la puissance grandissante des Russes dans le domaine spatial (comme) la menace la plus grave de l’histoire des USA ». Ce qui incita son ami le sénateur Victor Anfuso à exiger que les Américains « soient mobilisés comme en temps de guerre, car nous sommes en guerre » !

L’exploit technique et scientifique ne manquait donc pas d’être utilisé politiquement. Depuis plusieurs années, URSS et États-Unis s’efforçaient de démontrer leur supériorité dans tous les domaines, et du même coup, celle de leur système politique. Dans cette compétition, pour l’un et l’autre, l’ère de l’exploration spatiale avait débuté au cours des années 1950. Le lancement réussi, le 4 octobre 1957, par les Soviétiques du premier satellite artificiel Spoutnik 1 avait été durement ressenti outre-Atlantique. Plus que d’une avance décisive (le premier satellite américain Explorer 1 lancé le 31 janvier 1958 eu lieu avec quatre mois de retard), il témoignait de manière spectaculaire d’une incontestable maîtrise technologique. Bientôt la possibilité de mettre au point des véhicules spatiaux habités et pilotés par l’homme s’imposa. Pour atteindre cet objectif, à partir de 1960, les Soviétiques lancèrent le programme de leurs surpuissantes fusées Soyouz, mirent au point l’habitacle Vostok 1, et procédèrent à plusieurs vols robotisés.

C’est alors que Youri Gagarine est retenu avec 19 autres pilotes de chasse parmi 200 postulants pour suivre une formation jusqu’alors inconnue : celle de cosmonaute. Fils d’un père charpentier et d’une mère paysanne, il est né à Klouchino, dans la région de Smolensk, le 9 mars 1934. Enfant, il vit sous l’occupation nazie dans son village ravagé par la guerre. Adolescent, il entre dans une école de matériel agricole puis, à 17 ans, il est admis comme élève fondeur-mouleur à l’école technique industrielle de Saratov. C’est alors qu’il s’inscrit dans un club d’aviation. Il y suit des cours de pilotage et découvre sa passion pour le vol. Elle ne le lâchera plus. Engagé dans l’armée de l’air, il est qualifié pilote de chasse en 1957. Il totalise 250 heures de vol sur MIG 15 lorsqu’il demande à intégrer l’équipe de cosmonautes en cours de création. De petite taille (1,58 m) mais trapu (« 69 kilos, avant comme après mon vol », précisera-t-il à un journaliste à son retour), il a 25 ans, il est marié depuis peu. Il est depuis 10 ans membre des Komsomols (Jeunesses communistes) et du parti depuis un an. Son entourage souligne volontiers son intelligence, son endurance physique, son sang-froid, sa persévérance et sa mémoire hors du commun. Autant de caractéristiques qui favorisent sa sélection.

Les futurs cosmonautes sont soumis à une exigeante formation théorique et pratique

Youri Gagarine et ses camarades vivront désormais à la Cité des étoiles. Dans cette petite ville, surgie en lisière de la forêt de Shchelkovo, à 40 kilomètres de Moscou, ils habitent avec leur famille et travaillent sur le programme spatial : savants, chercheurs, ingénieurs, techniciens de toutes disciplines et les futurs cosmonautes. Ces derniers sont soumis à une exigeante formation théorique et pratique, en même temps qu’à un sérieux et rude entraînement physique. Aux cours d’informatique, de mécanique céleste, de navigation, de manipulation d’appareils de pilotage et de contrôle..., s’ajoutent les épreuves physiques. Des plus courantes à d’autres particulièrement éprouvantes : acrobaties aériennes, vols paraboliques d’adaptation à l’apesanteur à bord d’un TU 104, sauts en parachute et plongées en eau profonde, apnée prolongée en piscine, fauteuil tournant ou, pis, passages en centrifugeuse provoquant des accélérations de 20 G (1) ! Après plusieurs semaines de ce « régime », Gagarine est finalement choisi.

Après deux années d’entraînement intensif et de mise au point minutieuse, le jour J arrive enfin. Depuis peu, Youri Gagarine a rejoint le cosmodrome de Baïkonour, à proximité de la ville de Tiouratam, au Kazakhstan, d’où se sont envolées les fusées porteuses des Spoutnik et des différentes capsules spatiales mises à l’épreuve. En dehors du « tout s’est passé comme prévu », peu de détails seront immédiatement donnés sur le décollage, le déroulement du vol et ses péripéties. Les autorités soviétiques ne souhaitaient dévoiler rien d’essentiel sur leur programme spatial. On apprendra pourtant que l’habitacle dans lequel est sanglé Gagarine s’est détaché de la fusée à 200 kilomètres d’altitude, et qu’il a évolué seul sur son orbite à la vitesse initiale de 7,9 kilomètres/seconde. Que celui-ci a supporté sans aucun problème l’apesanteur. Que la rentrée dans l’atmosphère fut « un peu brutale ». Le retour sur terre proprement dit fit l’objet de récits contradictoires. Pour les uns, c’est « comme prévu » dans son habitacle freiné par des parachutes que Gagarine aurait atterri. Pour d’autres - dont le récit sera confirmé bien plus tard -, ce ne fut pas le cas. Un dysfonctionnement s’étant produit, Gagarine témoigna d’un sang-froid et d’une maîtrise technique remarquables. Il s’éjecta à quelques kilomètres du sol - comme cela avait été envisagé en cas de « pépin » - et poursuivit sa descente en parachute.

Youri Gagarine après son vol

Après cette incontestable réussite, le premier homme de l’espace devient un véritable héros. Non seulement de l’Union soviétique, titre qui lui est décerné accompagné de l’ordre de Lénine et de l’Étoile rouge par le présidium du Soviet suprême, mais aussi pour des millions d’hommes et de femmes à travers le monde. Reçu dans des dizaines de pays avec tous les honneurs, il y bénéficie d’une immense sympathie auprès de toutes les populations et des autorités officielles, ce dont témoigne aujourd’hui le grand nombre de rues, avenues, places, groupes scolaires... portant son nom. Devenu, à la Cité des étoiles, directeur de l’entraînement de ceux appelés à suivre à leur tour sa trajectoire vers le cosmos, Youri Gagarine renoue aussi avec l’aviation de chasse. Le matin du 27 mars 1968, le MIG 15 qu’il pilote s’écrase au sol près de Vladimir, ville du nord-est de Moscou. Une enquête fut menée pour déterminer les circonstances et les causes exactes de l’accident. Hormis un bref communiqué officiel, les résultats n’en furent jamais rendus publics. Comme pour d’autres héros, le halo de mystère qui entoure sa disparition ajoute à sa légende...

(1) 1 G correspondant à une accélération d’un corps en chute libre d’environ 9,81 m par seconde au carré.

Article paru dans l’édition de l’Humanité Dimanche du 6 janvier 2011.

 

Jean Rabaté

http://www.humanite.fr/10_04_2011-y...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Youri Gagarine, premier homme dans l’espace
12 avril 2011 - 09h50

A quoi cela sert-il d’aller sur la lune ?



Youri Gagarine, premier homme dans l’espace
12 avril 2011 - 11h37 - Posté par Bidule Chose

Hmm... Une quête de ressources ? Un besoin de comprendre l’univers ? Un défi technologique/scientifique ? Un besoin de conquête, découverte, d’aventure ? Redorer son image en provoquant un miracle qu’on s’imaginait pas il y a un siècle ?

Peut-être tout cela à la fois, mais je pense qu’on devrait d’abord régler les problèmes sur terre avant d’aller dans l’espace. Tout ceci finalement ne fait que nous détourner des réelles problèmes urgents auxquelles nous et cette planète sont confrontés.

(et merci pour le correcteur de fautes Bellaciao :p)


Youri Gagarine, premier homme dans l’espace
12 avril 2011 - 19h49 - Posté par Copas

enfin faut pas déconner sur le coût de l’espace.

Par exemple le budget de la NASA pour 2010 était de moins de 20 milliards de dollars, une quinzaine de milliards d’euros... et la NASA est très loin de s’occupper seulement d’espace.

A titre de comparaison le budget de l’armée américaine est de 700 milliards d’euros

les aides aux grands groupes financiers par la banque centrale US se sont montées à plusieurs milliers de milliards de dollars

le budget de l’espace était peut-être couteux pour l’URSS, moins pour les USA, mais de toute façon bien moins que les budgets militaires de part et d’autre.

Maintenant savoir si envoyer des hommes plutôt que des robots était judicieux ressort d’une autre question.





G7 : Les opposants manifestent, (24 août 2019, Bayonne) les prétoriens protègent, la "racaille mondialiste (vidéo)
dimanche 25 - 11h39
de : nazairien
1 commentaire
La France n’a pas de leçons à donner à la Russie
vendredi 23 - 14h33
de : JO
2 commentaires
G7 : Biarritz occupée par l’état-major du néolibéralisme
jeudi 22 - 18h05
de : joclaude
1 commentaire
Nous accusons !
jeudi 22 - 17h07
Qu’a vraiment dit Vladimir Poutine sur les Gilets Jaunes à Brégançon ?
jeudi 22 - 16h58
de : JO
Urgences, femmes de chambre, travailleurs sans-papiers : trois grèves qui n’ont pas pris de vacances
jeudi 22 - 16h21
VENEZUELA : Témoignage sur la reconnaissance des droits des Indiens !
jeudi 22 - 11h50
de : JO
GILETS JAUNES :L’enquête sur la mort de Mme. Zineb Redouane à Marseille !
mercredi 21 - 19h37
de : joclaude
MANIFESTATION POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
mercredi 21 - 17h51
de : Jean Clément
La "guerre en syrie, qui n’en finit pas de finir" : Les raids pro-Résistance de l’aviation russe
mercredi 21 - 17h25
de : nazairien
1 commentaire
Biarritz : Ville fermée.
mardi 20 - 21h39
de : L’iena rabbioso
Contre-G7 : la Confédération paysanne appelle à une forte mobilisation
mardi 20 - 16h16
de : jean 1
3 commentaires
À MES FRÈRES - Anthologies de textes poétiques et politiques
mardi 20 - 10h44
de : Ernest London
Féminisme : choisir un courant.
mardi 20 - 10h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Depuis le 8 Aout 2019 énième accident nucléaire Nionoska Russie
lundi 19 - 22h32
de : savoie antinucléaire ACDN Next-up
L’île aux enfants.
lundi 19 - 18h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Trump décrète un blocus total du VENEZUELA !
lundi 19 - 18h02
de : JOclaude
1 commentaire
Comité Chômeurs et Précaires CGT Strasbourg : Les nouveaux Esclaves !
lundi 19 - 16h23
de : JOclaude
Montpellier : 150 gilets jaunes font fermer le Polygone et un « village jaune » au rond point de Près d’Arènes.
lundi 19 - 16h06
de : jean 1
1 commentaire
ARGENTINE : le spectre d’un retour du péronisme fait plonger la Bourse !
lundi 19 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
Contre-sommet : « Ce G7 n’est pas un point d’arrivée, c’est un point de départ »
lundi 19 - 10h26
3 commentaires
Féminisme hypertextile et féminisme hypotextile
lundi 19 - 01h00
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
2 commentaires
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
5 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
1 commentaire
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les idées ne sont rien d'autre que les choses matérielles transposées et traduites dans la tête des hommes. Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite