Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

DORO CHIBA QUAKE REPORT 21 – 20 mai 2011 -
de : Fernanda
mercredi 25 mai 2011 - 12h12 - Signaler aux modérateurs

Comité de Solidarité Internationale ouvrière de Doro-Chiba (National Railway Motive Power Union of Chiba )

Les agriculteurs de Fukushima se sont dressés tous ensemble !

"Rendez-nous nos moyens d’existence !  Rendez-nous notre village, toute notre vie !"

Le 13 mai, le gouvernement japonais et la Tokyo Electric Power Company (TEPCO) ont admis que le coeur du réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi avait totalement fondu presque immédiatement après le tremblement de terre du 11 mars. Toutes les barres de combustible ont fondu et sont tombées au fond, et la masse en fusion du combustible radioactif a fait un trou dans le fond de la cuve du réacteur. Une partie s’est déversée dans l’environnement. La TEPCO a également annoncé qu’elle a commencé à verser de l’acide borique dans l’eau de refroidissement du réacteur n°3 pour empêcher la re-criticité* de se produire. Trois réacteurs et quatre piscines de combustible nucléaire usagé sont hors de contrôle. La situation est toujours aussi grave depuis plus de deux mois.

* la criticité désigne le risque que le combustible endommagé et hors de contrôle puisse être le siège de réactions de fission nucléaires emballées, qui ne débouchent pas sur une explosion nucléaire mais sur un dégagement gigantesque de chaleur et de radioactivité. Le terme employé suggère qu’un tel événement a eu lieu [ndtr]

Ainsi, environ 100 000 habitants autour de Fukushima Daiichi sont forcés d’évacuer à cause de ces fuites dont le niveau de rayonnement est énorme. Deux villes et neuf villages risquent l’anéantissement. En plus de cela, plus d’un million de personnes vivant dans la partie centrale de la préfecture de Fukushima y comris la ville de Fukushima seront également contraintes d’évacuer, tôt ou tard. Il est tout à fait intolérable que 300 000 enfants d’âge scolaire soient exposés à des radiations gigantesques tous les jours. Il n’y a pas un moment à perdre !

Dans de telles circonstances, les agriculteurs de tout un village se sont dressés, dans le sillage de l’action courageuse des mères de Fukushima pour protéger leurs enfants. Il y a aussi les personnes évacuées de Iidate . Les habitants de la ville de Kawamata et ceux de Minamisoma ont rejoint la lutte. Enfin, les personnes touchées par la catastrophe nucléaire dans la région côtière de Hamadori (la zone où se trouve la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi ) constituent un bastion de la rébellion.

Le 26 avril, les villageois d’ Iidate ont organisé un rassemblement pour protester contre le gouvernement. Avec colère, voici ce qu’ils disent : 

« Les nôtres ont travaillé dur pour faire du plus pauvre village des montagnes d’Abukuma un endroit réputé pour ses élevages de bœufs. Hélas ! L’accident nucléaire a détruit en un instant tous nos efforts de longue haleine. Le gouvernement a répété : "Vous êtes en sécurité, pas besoin de s’inquiéter". Et absolument aucune mesure n’a été prise. Mais soudain, le 20 avril, notre village a été officiellement désigné comme une zone d’évacuation forcée. Pendant tout ce temps, nous, y compris nos enfants, avons été continuellement exposés à un haut niveau de rayonnement. Pour défendre la gestion de TEPCO, le gouvernement nous a abandonnés. Le gouvernement japonais et la TEPCO portent l’entière responsabilité de l’accident nucléaire. Notre ardente colère est dirigée violemment contre le gouvernement ».

« 25 années se sont écoulées depuis l’accident de Tchernobyl, mais les personnes touchées ne peuvent toujours pas retourner dans leurs propres villages. Il est impossible et absurde d’imaginer que nous pourrions éliminer toutes les matières radioactives de Iidate sur une surface de 250km² avec un aspirateur. Notre village a des montagnes, des rivières, des prairies et des terres agricoles ainsi que de l’air. Les savants disent des choses irresponsables, telles que le sol endommagé pourrait être remplacé par un sol sain. Invraisemblable ! ».

« Notre village est divisé et les villageois sont séparés. Nous ne pouvons pas l’accepter. Peu nous importe d’être à l’intérieur ou à l’extérieur de Fukushima. Le gouvernement devrait nous aménager un endroit juste du même genre qu’ Iidate et nous laisser y vivre. Nous voulons récupérer notre village ! Nous devons obtenir cette promesse du gouvernement avant d’ évacuer notre village ». 

Les gens de Minamisoma et de Kawamata ont rejoint le rassemblement. Leurs voix sont pleines de ressentiment : « Minamisoma , située à 30 km de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, là où les villageois étaient invités à rester à l’intérieur il y a de cela encore peu de temps, est maintenant désigné comme une zone devant se préparer à l’évacuation. Maintenant, les fournitures d’électricité, de gaz et d’eau sont rétablies et nous pouvons obtenir tous les produits nécessaires à la vie quotidienne, y compris l’essence. En dépit de cela, nous ne pouvons pas recevoir nos petits-enfants dans nos foyers. Nous ne pouvons pas exercer notre activité. Nous sommes enfermés dans un secteur séparé des autres par la barrière transparente (invisible) (du rayonnement). Notre quartier va maintenant être éliminés par notre propre état appelé le Japon ».

« Frères et sœurs à travers le pays, s’il vous plaît essayez de savoir ce qui se passe dans notre région. La situation est tout à fait insensée et scandaleuse. L’accident nucléaire est une catastrophe d’origine humaine. Des nouvelles de l’accident nucléaire sont communiquées chaque jour. Mais il est tout à fait honteux et inacceptable que la voix des nombreuses personnes qui demandent d’arrêter les centrales nucléaires soient totalement négligées. Nous bouillons de colère. Notre ultime recours est d’espérer que des voix en colère montent de tout le pays pour exiger d’arrêter les centrales nucléaires. C’est notre rempart au désespoir ».

« Nos chers amis du village d’Iidate, le gouvernement vous a ordonné d’évacuer. S’il vous plaît soyez unis et consciemment, saisissez votre nouvel avenir, soyez intelligents et concentrez-vous sur la construction de votre nouveau Iidate. Vos efforts conciliants nous donnent espoir et courage ».

Une résolution a été adoptée lors de la manifestation. Le coordonnateur a conclu : « Il y en a beaucoup qui pensent que ce n’est pas suffisant, mais commençons par cela ».

Maintenant, le printemps est arrivé, mais une quantité incroyable de rayonnement s’abat sur nous. Un mois et demi ont passé depuis le 11 mars, et nous avons éprouvé des sentiments tels que colère, indignation, ressentiment, et ainsi de suite. Nous devons récupérer notre village Iidate , où nous pourrons à nouveau entendre les voix des enfants heureux. Nous exigeons :

1. En finir avec l’accident nucléaire le plus tôt possible ! 2. Mettre en œuvre rapidement l’évacuation prévue ! 3. Restaurer notre village Iidate à l’état original et nous le rendre ! 4. Des compensations suffisantes pour assurer l’avenir de nos enfants !  

Lors d’une séance d’information le 11 mai, les villageois furieux ont condamné le gouvernement et la TEPCO et les ont tenus pour entièrement responsables :

« Le gouvernement devrait embaucher tout notre village et assurer la pleine responsabilité pour toutes choses. Prendre soin de nos vaches et autres bovins, des prairies, des terres agricoles, des machines, et des montagnes, des rivières, de l’air et tout le reste », telle était l’exigence accablante des villageois.

Une revendication écrite spécifique a été adoptée, et les responsables du village et les dirigeants des coopératives agricoles ont pris la ferme résolution de poursuivre la négociation directe contre le gouvernement. Les habitants ont fermement confirmé que jamais ils n’auront recourt à la Loi sur l’indemnisation des dommages nucléaires, parce que cette loi a été adoptée pour la défense de l’intérêt des compagnies d’ électricité.

Lors du rassemblement, la violente colère des agriculteurs était en ébullition et la voix de leur ressentiment s’est élevée ; « Rendez-nous nos moyens d’existence ! Rendez-nous notre village, notre vie entière ! ». Quand l’évacuation prévue commencera, le village sera divisé et les villageois vont être séparés. Quoi qu’il en soit, la bataille contre le gouvernement et le TEPCO a été engagée. Personne ne peut réprimer et éliminer le soulèvement des paysans en colère.

Ce même jour où les agriculteurs se rassemblaient, le 11 mai, les mères de Fukushima retournaient au Conseil de l’Education de Fukushima pour une action de protestation. Elles luttent contre le ministère de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie ( MEXT ) qui a récemment relevé le niveau maximum d’exposition aux rayonnements pour les enfants à 20 mSv /an. Leur mouvement se répand largement à Fukushima.

Le 13 mai, l’un des travailleurs temporaires envoyés à l’usine nucléaire de Fukushima Daiichi a été tué. Il a été laissé sans soins près de deux heures après avoir eu une attaque cardiaque et il est mort. Un seul médecin à plein temps est alloué sur la zone d’activité où règnent de très hautes intensités de rayonnement et où des milliers de travailleurs sont engagés dans des travaux dangereux. Leur lieu de travail est à 20 km de l’endroit où les ambulances sont autorisés à circuler. Une telle pauvreté de moyens médicaux signifie de laisser mourir les travailleurs s’ils tombent malades.

La compagnie TEPCO a accumulé des profits sans limites par la monopolisation de l’industrie électrique, en ignorant toutes les règles de sûreté et de sécurité au travail. Ses gigantesques profits sont basées sur le travail forcé et brutal et sur les conditions de travail misérables des travailleurs temporaires. La lutte des travailleurs des centrales nucléaires, pour la plupart des travailleurs temporaires, va s’engager fermement avec le slogan, « Nous voulons une vie d’êtres humains  ! ». 

Le 15 mai, il a été révélé que l’Organisation pour la Sûreté de l’Energie Nucléaire du Japon, dépendant du Ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie a annoncé officiellement dans son rapport de 2009 que : « la probabilité de dommages au combustible nucléaire du coeur causés par un tsunami de plus de 7 mètres est de 100% ". Cela signifie que le gouvernement avait envisagé « l’inenvisageable » !

L’accident nucléaire de Fukushima est un crime organisé, sans précédent dans l’histoire, commis par l’impérialisme japonais et TEPCO ! De manière irrépressible, le cri de « Expropriez les expropriateurs ! » se répand comme un raz de marée de feu à travers les champs.

 Nous devons dénoncer le fait que le principal coupable est la politique de l’électricité nucléaire de l’impérialisme japonais , destinée à assurer la position d’un état disposant d’un potentiel nucléaire militaire dans le monde. La suprématie mondiale, après la Seconde Guerre mondiale s’est construite par la course à l’armement atomique et a commencé par les bombardements atroces sur Hiroshima et Nagasaki et la concurrence féroce en matière de développement nucléaire. Armements nucléaires et politiques d’énergie nucléaire sont la clé de la domination du monde par l’impérialisme, après la Seconde Guerre mondiale.

  Nous appelons les gens de la classe ouvrière du monde entier.

Maintenant, au Japon, les luttes des habitants des collectivités régionales et locales évoluent autour des travailleurs, des agriculteurs, des pêcheurs et des mères, s’acharnant pour surmonter la situation désastreuse et l’énorme pression de l’accident nucléaire de Fukushima.

Dressons-nous pour arrêter et supprimer toutes les centrales nucléaires dans le monde grâce à l’unité et la solidarité de tous les travailleurs du monde entier ! Et nous ferons un pas en avant pour vaincre la société dominante nucléaire !



Imprimer cet article





LA CONQUÊTE DU PAIN
mardi 19 - 20h14
de : Ernest London
YEMEN : Une guerre oubliée ?
mardi 19 - 18h20
de : JO
1 commentaire
Après Arago, Rassemblement Mercredi 20 juin à 8h au TGI de Nanterre pour la relaxe des inculpés suite évacuation par les
mardi 19 - 11h46
1 commentaire
Mouvement de grève chez les gazierEs et les électricienEs de GRDF et ENEDIS (video)
mardi 19 - 07h12
de : jean 1
En Alaska, les pétroliers gèlent le sol réchauffé par l’augmentation des températures
mardi 19 - 01h44
de : nazairien
2 commentaires
L’ESCLAVAGISTE RICHEPANCE DOIT QUITTER LA GUADELOUPE
lundi 18 - 20h20
de : LIYANNAJ KONT PWOFITASYON (L.K.P.)
L’ex-FO Mailly rejoint le cabinet d’un ancien conseiller de Sarkozy
lundi 18 - 17h37
1 commentaire
Photographier les exactions de l’armée d’occupation bientôt puni de plusieurs années de prison (photos, vidéos)
lundi 18 - 15h58
de : CAPJPO-EuroPalestine
PSA : mort sur ordonnance des 35 heures à Vesoul
lundi 18 - 08h47
1 commentaire
MENACES SUR LE REGIME DES ARTISTES-AUTEURS : MOBILISATION !
lundi 18 - 08h02
de : FNSAC CGT
1 commentaire
Méditerranée : l’escalade dans l’ignominie
lundi 18 - 07h47
de : MRAP
1 commentaire
Quand l’Aide publique au développement finance les garde-côtes libyens
lundi 18 - 07h34
de : Jérôme Duval
URGENT : CAMARADES EN GARDE-À-VUE SUITE À UNE ACTION CONTRE LE SALON DE L’ARMEMENT EUROSATORY.
vendredi 15 - 22h46
de : jean 1
Ivry en fête aura lieu les 16 et 17 juin 2018
vendredi 15 - 17h08
Interpellations du 22 mai : les parents appellent à manifester ce vendredi devant le tribunal
vendredi 15 - 08h37
QUE NOUS RESTE-T-IL ?
jeudi 14 - 19h49
de : Raymond H
Ernesto Rafael Guevara né le 14 juin 1928 à Rosario, Argentine, il aurait 90 ans...
jeudi 14 - 14h57
de : Roberto Ferrario
L’ÉCOLOGIE RÉELLE / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 14 - 12h47
de : Hdm
1 commentaire
LES MIGRANTS
jeudi 14 - 11h54
Soutien au Jargon Libre : Bourse aux livres et Concert de Dominique Grange
mercredi 13 - 12h32
Etat espagnol. Gouvernement de gauche, ah bon ?
mercredi 13 - 11h05
de : Antoine (Montpellier)
KURDISTAN, AUTOGESTION, RÉVOLUTION
mardi 12 - 09h25
de : Ernest London
2 commentaires
Fête la grève !
mardi 12 - 07h35
1 commentaire
QUAND L’ESPAGNE RÉVOLUTIONNAIRE VIVAIT EN ANARCHIE
mardi 12 - 07h17
de : Frédéric Goldbronn & Frank Mintz
Présentation-débat : Tout !
lundi 11 - 22h47
de : jean 1
Congrès du MRAP et CNCDH
lundi 11 - 20h55
de : Christian - MRAP
1 commentaire
Eurosatory 2018 : des collectifs veulent redynamiser la lutte contre le salon de l’armement
lundi 11 - 18h50
Propaganda - La fabrique du consentement (video)
lundi 11 - 15h19
1 commentaire
Grève Party, La Bataille du rail, Soutien aux cheminots, le 12 juin 2018 à partir de 18:30
lundi 11 - 13h51
COLLECTIF DE DEFENSE DES SERVICES PUBLICS CENTRE BRETAGNE
lundi 11 - 13h20
Les cheminots dans le Centre Bretagne pour la défense des services publics
lundi 11 - 13h13
LA TYRANNIE DU GENRE
lundi 11 - 11h00
de : Ernest London
1 commentaire
Enquête Sanitaire autour du centre de stockage de déchets radioactifs de Soulaines (Aube)
lundi 11 - 10h52
de : Qualité de vie via JYP
MRAP - L’appontement de la Flotille de la Liberté doit être permis à Paris
dimanche 10 - 21h55
de : Christian - MRAP
Appel à rassemblement en soutien à Moussa Camara
dimanche 10 - 20h54
de : jean 1
Deux vitesses
dimanche 10 - 16h32
de : L’iena rabbioso
3 commentaires
Grèves à Brest, en 1950 : “Un homme est mort” sur Arte mercredi 13 juin à 22h35
dimanche 10 - 12h12
de : nazairien
2 commentaires
Hte.-Garonne : Accueil sur-volt-é et panne de courant pour Edouard Philippe et ses ministres.
dimanche 10 - 12h08
de : JO
1 commentaire
CONGO 1905 - LE RAPPORT BRAZZA - Le premier secret d’État de la « Françafrique »
dimanche 10 - 08h34
de : Ernest London
Grande fête du livre Paris samedi 16 juin 2018
dimanche 10 - 00h06
de : frank

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Dès que quelqu'un comprend qu'il est contraire à sa dignité d'homme d'obéir à des lois injustes, aucune tyrannie ne peut l'asservir. Gandhi
LE JOURNAL DU MEDIA de 20H
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite