Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Allain Leprest. L’adieu à un "sacré coco", l’au-revoir à un ardent poète (+ vidéos)
jeudi 25 août 2011 - 14h12 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires

De Dominique Widemann

C’est dans sa ville d’Ivry-sur-Seine qu’on eu lieu mardi les obsèques du poète Allain Leprest, en présence d’une foule très émue.

JPEG - 35.3 ko

Le ciel, ce mardi 23 août, était accablant. On ne pouvait pourtant lui renvoyer toutes les métaphores de la désolation qui hantait les cours rassemblés dans le modeste cimetière Monmousseau d’Ivry. Allain Leprest, qui s’est donné la mort la semaine dernière à Antraigues, avait choisi de reposer là, sollicitant en ce lieu « une petite maison » selon les termes du message qu’il avait adressé au député maire de la ville, Pierre Gosnat. Un message, précisait ce dernier, qui devait lui être remis « le moment venu ». C’est le moment et près de deux mille personnes, proches et lointains admirateurs d’Allain Leprest, ses enfants Fantine et Mathieu, tant d’autres prénoms, se frôlent de la démarche incertaine que confère le chagrin. Sur l’esplanade du cimetière, plusieurs livres d’or sont soutenus de dais bleus. Une même teinte d’horizon entoure une grande photo du poète. Á son pied des gerbes flamboient. Sur les rubans qui les lient s’inscrivent les dédicaces d’« Antraigues qui pense à toi », de la CGT d’Ivry, des communistes de Seine-Maritime, de l’Atelier d’écriture du Picardie . des dahlias trinquent en couleur avec un kil de rouge posé plus loin sur du granit, malpoli comme il faut. Á l’écart d’un cercueil que l’on aurait voulu ne pas voir.

C’est dans sa douloureuse proximité que de successifs hommages seront rendus au poète, en belles paroles, à hauteur de cette dignité qu’Allain Leprest promettait de témoigner lorsqu’il aurait rejoint « le parking des allongés ». C’était dans sa chanson Quand j’étais mort. C’était pour rire. Pierre Gosnat rappelait l’arrivée d’Allain Leprest à Ivry en 1985, sur la suggestion de Jean Ferrat qui souhaitait sortir de la galère le jeune chanteur et compositeur « inconnu mais plein de talent » qu’il avait découvert. Toute une vie s’ensuivit, au jour le jour de la poésie, d’amours et d’amitiés, de partages et d’engagements. Allain Leprest, né dans le voisinage ouvrier de Rouen, avait tôt adhéré au Parti communiste. Il savait, s’agissant de la vie des humbles, de quoi il en retournait. Plutôt que de l’abandonner, il l’ennoblissait des joyaux de ses vers qui ne négligeaient rien, lançant de sa voix rauque des perles vers les cieux depuis le comptoir du coin de la rue.

"Le président de la prestigieuse Académie Charles-Cros a, durant les obsèques, salué "la plus belle langue depuis Éluard et Aragon" "

Son verbe fut porté par Juliette Gréco, Isabelle Aubret, Francesca Soleville, Karim Kacel, Enzo Enzo, Jehan, Daniel Lavoie, Olivia Ruiz, Philippe Torreton, Jacques Higelin. la liste n’est pas exhaustive. Celui que Claude Nougaro qualifiait de « torche de talent » avait reçu au fil de son parcours que l’on se refuse à nommer « carrière » tant le terme lui convient peu, pléthore de prix. Ce fut en 2008 celui « in honorem » de l’Académie Charles-Cros pour l’ensemble de son ouvre. Le président de la prestigieuse institution a durant les obsèques salué « la plus belle langue depuis Éluard et Aragon », adressant de poignants adieux « à l’ami, à l’artiste, au camarade ». Non sans avoir dénoncé « l’injuste place » réservée à Allain Leprest dans le paysage médiatique.

Une semblable colère, combattant de son mieux l’amertume, se retrouvait dans les propos de Claude Lemesle, lui-même auteur et vice-président de la Sacem qui avait remis son grand prix de la poésie à Allain Leprest en 2009. L’inscrivant dans la lignée de Lautréamont, Rimbaud, Rostand ou encore Nerval, Claude Lemesle enjoignait à chacun « de ne pas en vouloir à ceux qui n’avaient pas accueilli Allain Leprest au sein de hit-parades dont il n’avait rien à foutre ». Claude Lemesle assurait leur en vouloir davantage d’avoir empêché le chauffeur de taxi qui l’avait conduit aux funérailles d’Allain Leprest de connaître l’artiste. « Ton destin commence, espérons que l’avenir saura te mériter », a-t-il lancé en ultime adresse. Francesca Soleville, Romain Didier, Didier Pascalis, producteur d’Allain Leprest, l’ont évoqué de toute la bravoure nécessaire à un aussi terrible exercice. Chaque hommage était applaudi, pratique inusitée dans ce type de circonstances. Mais il s’agissait de paroles d’artistes ou de ceux qui les aiment au plus profond. Le communiqué affichant la reconnaissance trop tardive de Frédéric Mitterrand, dernier en date d’indifférents ministres de la Culture, subit les foudres d’un couplet de l’Internationale. Gageons que la poésie d’Allain Leprest tracera ses fulgurances. Il repose aujourd’hui non loin du grand résistant Georges Marane, d’illustres inconnus aux patronymes du monde entier, près de tombes qui portent des croix et d’autres qui n’en portent pas. Nous portons celle de notre peine.

(On notait la présence de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, du sénateur PCF Jack Ralite, du député PCF Jean-Claude Lefort, et de Silvère Magnon, directeur de la Fête de l’Humanité.)

De nombreux témoignages d’affection....

Outre les hommages de l’Académie Charles-Cros, de la Sacem, des artistes de l’Adami, de nombreux témoignages d’affection et d’admiration ont été adressés à Allain Leprest, dont ceux de Colette Ferrat, l’épouse de Jean, ou de Zebrock. De son côté, Patrick Piquet délivre à son "frangin" un message dont voici un extrait : "Nous sommes devenus frères sans plus jamais nous perdre. -Ne nous quittons plus dira-t-il. Mais... J’aimais tellement les chansons. Pendant huit années j’ai habilement (?) évité d’assister à un seul de ses spectacles : je lui devais la vérité et aurais été si triste de lui dire - Tu m’emmerdes avec tes "camarades luttons". Et puis, bien sûr, un jour j’ai été assommé quand, enfin, je suis allé écouter voir. À l’issue du récital, j’ai balbutié : - Écoute, c’est formidable..."

http://www.humanite.fr/culture/alla...

Allain Leprest - Témoignages

De nombreux témoignages d’affection et d’admiration ont été adressés à Allain Leprest

Colette Ferrat

"Allain Nous avons plein de choses à te dire chaleureusement et affectueusement.Tu nous a quitté ; la tristesse est présente. Comment accepter ton départ ? Tu as choisi ton train, nous t’accompagnons. Ce soir - pour un hommage amical à Antraïgues – nous écouterons tes textes et tu seras là.

Cher Allain, des amis t’attendent ailleurs pour partager vos bons mots, vos notes, vos rythmes et vos rigolades.

Beaucoup de tendresse pour Fantine et Mathieu. Et du Courage.

Je vous embrasse"

Edgard Garcia, directeur de Zebrock

"Adieu Allain

Allain Leprest a décidé de partir. Une immense tristesse nous a envahi depuis cette funeste annonce, lundi 15 août.

Nous étions amis, chevillés aux mêmes convictions de partage, secoués des mêmes colères et habités des mêmes espérances. Il était riche d’un regard panoramique sur le monde et le théâtre des sentiments. Il en parlait comme personne. Allain était un immense poète et chanteur. De nombreux prix sont venus couronner une œuvre magistrale bâtie avec un public fidèle et passionné, assez loin de la sphère médiatique, peu capable de nos jours de percevoir la modernité de son œuvre…

Une de ses chansons, SDF, avait figuré au programme de Zebrock au bahut en 2005 et nous étions fiers de la faire partager aux collégiens et d’accueillir son auteur pour une discussion passionnante avec les élèves d’une classe de collège de Seine-Saint-Denis. Ce fut un de ces moments précieux dont nous tirons énergie et engagement dans nos projets. Allain avait d’ailleurs vite pris place dans le comité de parrainage de Zebrock quand les baisses de subventions ont fragilisé notre travail en milieu scolaire.

Nous avions également tiré beaucoup de fierté à organiser son formidable concert sur la scène Zebrock de la Fête de l’Humanité voici deux ans, avec de nombreux invités et un public fervent. Il s’y était donné avec une joie et une émotion décuplées par une victoire contre la maladie. Ce fût un moment exceptionnel.

Sa disparition laisse un grand vide et pose un défi à la scène chanson, celui de l’écriture et du rapport au monde. Espérons que de nombreuses plumes le relèvent.

Adieu Allain."

René Piquet

"J’aime Allain, l’homme et le créateur, pas seulement celui que j’appelle mon fiston.Je le lui ai dit : " Tu sais tout des mots, même leurs vérités dissimulées, et tu les assembles avec la beauté comme ciment.

Je t’aime beau poète. " "

Francesca Solleville

"Allain, Tu m’as écrit « Les p’tits enfants d’verre » avec Gérard Pierron, et toi, tu étais « un p’tit enfant d’bois ».Je te vois écrivant… écrivant… Transmettre, c’était ta vie. Sur scène, tu étais Garibaldi ou le paumé du coin de la rue. Tu me faisais penser aux poètes du XIX° siècle qui vivaient dans l’émotion constante et le partage, et qui choisissaient, comme Gérard de Nerval, de quitter un monde que vous refusiez.

J’ai eu la chance et le bonheur de te rencontrer à Antraigues et à Ivry. Tu m’as écrit plus de trente chansons… et trois autres ce mois-ci, ce mois d’août qui restera dans nos cœurs. Cet adieu désespéré.

Merci, « sacré Coco ». "

Patrick Piquet

"Leprest, le frangin

Il y a trente-trois ans j’avais le bonheur d’arriver à l’Huma. Comme maquettiste. Il y a trente ans, un jeune camarade « d’à Rouen » me dit : il faut absolument que je te présente mon copain Leprest. C’est un chanteur communiste plein de talent.

Nous préparions pour l’ « H.D. » plusieurs pages consacrées à Nicolas de Staël. Toutes étaient posées sur nos tables lumineuses quand est arrivé un météore à gueule d’ange.

 Ah là ! Nicolas de Staël. Il tremblait d’émotion. Il envoyait ses bras aux étoiles, en me disant son innocence en matière de peinture mais combien il aimait. En une heure j’ai su, par cet ovni, que j’ignorais tout du peintre dont je voulais servir le propos dans notre hebdo.

Nous sommes devenus frères sans plus jamais nous perdre. « Ne nous quittons plus dira-t-il ». Mais… J’aimais tellement les chansons. Pendant huit années j’ai habilement ( ?) évité d’assister à un seul de ses spectacles : je lui devais la vérité et aurais été si triste de lui dire « tu m ‘emmerdes avec tes « camarades luttons ».

Et puis, bien sûr, un jour j’ai été assommé quand, enfin, je suis allé écouter-voir. A l’issue du récital,j’ai balbutié : « Écoute, c’est formidable… »

Il m’a coupé doucement : « ah, comme j’aime quand nous parlons de littérature, comme j’aime quand tu m’apprends Marie-Claude et Paul Vaillant-Couturier. Aussi, puisque tu connais notre Victor Hugo, je t’ai préparé un cadeau. Deux poésies formidables qui sont enfouies dans un obscur recueil.

Nous nous sommes battus, communistes, épaules aux épaules, nous nous sommes battus physiquement quand l’alcool nous prenait en défaut. Jamais il ne m’a demandé pardon. Simplement, du plus fort de nos cuites, il extrayait l’objet de notre dispute et m’en posait au matin la poésie sur l’oreiller. C’était cartésien et pourtant ça volait plus haut que Gagarine. Ce petit con avait encore raison. Je l’admettais avec bonheur.

Chez Jean Leprest, à Mont-Saint-Aignan, on n’embrassait que du bout de la lèvre avec beaucoup de pudeur. Chez René, mon père, on restait discret. Jean et Marguerite, ses parents me disait : « tu es ici chez toi ». Et quand Allain, régulièrement, contactait ou visitait mon père, celui-ci disait « bienvenue, fiston ».

Il me disait combien il aurait aimé savoir chanter. Mais, ajoutait-il, finalement tant pis, je fais comme à la maison. Je chante pour mes amis et ils me font le bonheur de me dire qu’ils aiment cela.

Alors il travaillait tout le temps. Et puis il écrivait, il écrivait. Et entre deux, pour se détendre, il écrivait.

Amis, il m’a demandé, il y a quelques jours de vous embrasser. De serrer sur nos cœurs sa Fantine et son Mathieu. Sally pour toujours. De ne pas oublier Martine, Julie et Lucie.

« Mais, me disait-il, explique leur : ne plus pouvoir chanter debout. Je ne le supporte plus. »

http://www.humanite.fr/allain-lepre...




Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Allain Leprest. L’adieu à un "sacré coco", l’au-revoir à un ardent poète
25 août 2011 - 14h30

Homme engagé, parfois révolté, ses funérailles ne pouvaient pas se passer sans à-coup. L’hommage de Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, absent lors de la cérémonie, a été copieusement conspué au moment de sa lecture et camouflé par une « Internationale » tonitruante. Un épisode qui a fait dire dans les allées : « Ça, ça aurait plu à Allain. »

http://www.leparisien.fr/val-de-mar...



Allain Leprest. L’adieu à un "sacré coco", l’au-revoir à un ardent poète
25 août 2011 - 14h46

... Et " Donne-nous de nos nouvelles "...



Allain Leprest. L’adieu à un "sacré coco", l’au-revoir à un ardent poète (+ vidéo)
25 août 2011 - 18h49 - Posté par Anne-Marie

J’aime bien le texte de Philippe Thivet
http://philippethivet.e-monsite.com...



Allain Leprest. L’adieu à un "sacré coco", l’au-revoir à un ardent poète (+ vidéo)
28 août 2011 - 00h02

allain ...tu prenais ta guitare,mon frére la sienne et à 17 ans tu écrasais déja le hit parade,dans la chambre puante à cause de tes pieds pas lavés qui fait que ma mére t’appelait allain pupied .
On collait les affiches de Marchais,on militait aux JC .
Sur la musique de mon fére ,etienne Goupil tu chantais" Bilou",puis" il pleut sur la mer",et "aussi "d’osaka à tokio."
On avait passé le révéillon de la nouvelle année encore une fois ensemble il y a deux ans.
on s’était encore un peu pris la tête toi le toujours coco et moi qui apres une longue traversée du desert avais repris parti mais NPA.
Dés la premiere fois à 17 ans que j’entendis tes mots je sus que tu laissais tout le monde loin derriére,trés loin .
Sans toi le monde est triste,mais sans tes mots il serait insupportable .

Raynald



ALLAIN LEPREST.... SALUT L’AMI !!
1er septembre 2011 - 11h44 - Posté par JEAN-LUC HERIDEL

Salut l’Ami ! Salut l’Artiste !
Reposes-toi bien dans les cieux des Poètes disparu(e)s.
Tu vas nous manquer ici bas sur terre.
On ne t’oublieras pas.
Compte sur nous, à chaque occasion on te fêtera, on te chantera
toujours avec bonheur et joie.
Si il pleut dans nos cœurs
Le soleil brillera toujours dans le souvenir des bons moments partagés.
Je te pleure de nous avoir quitté
Mais je souris à notre éternelle et fidèle Amitié.
Allez ALLAIN ! Ouvre bien tes "L" à l’infini...

HOMMAGE A ALLAIN LEPREST SUR PLUM’FM VENDREDI 2 SEPTEMBRE

J’ai prévu de consacrer en Hommage à ALLAIN LEPREST, ma prochaine émission
"Com’ça m’CHANTE" sur PLUM’FM en Direct le VENDREDI 2 SEPTEMBRE de
16H A 17H. http://www.plumfm.net/

Comme "Passeur de Chansons" depuis de nombreuses années sur des Radios Libres
Associatives, je n’ai pas attendu que Allain se meurt pour lui rendre hommage, en
diffusant ses chansons ou les Interviews réalisées lors de nos rencontres.
Mais, pour lui dire, qu’on l’aime, qu’on continuera à l’écouter et qu’on ne l’oubliera pas.

Alors, si vous pouvez et souhaitez participer, je vous invites à venir ou intervenir
(par Tel sur PLUM’FM au : 02.97.73.30.00) juste pour témoigner de l’Amitié, de l’Amour à ce grand Poète et grand Artiste de la Chanson.

JEAN-LUC HERIDEL






les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
9 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les biens superflus rendent la vie superflue. Pier Paolo Pasolini
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite