Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

VERS L’ABIME (2)
de : Patrick MIGNARD
lundi 31 octobre 2011 - 08h27 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Nous avons vu dans le précédent article « VERS L’ABIME ? (1) » le mécanisme de la décadence du système dominant dans ce qu’il est convenu d’appeler la société civile. Le panorama ne serait pas complet si l’on omettait d’évoquer la crise financière qui accélère cette décadence.

La dimension financière dans le capitalisme n’est certes pas nouvelle mais elle a pris aujourd’hui un dimension nouvelle – comparée par exemple à la crise des années 30 – ne serait ce que du fait de la mondialisation du capital et des techniques, aussi bien quantitatives que qualitatives, de valorisation du capital financier.

LA NOUVELLE DONNE

En plus d’un siècle, le capitalisme, tout en fonctionnant sur le même principe, a largement évolué et a perfectionné les moyens pour atteindre toujours le même objectif : faire de l’argent.

Limités jusqu’au années 50 aux « Etats nations » industriels qui détenaient technologie, capitaux, main d’œuvre et en réserve les ressources de leurs empires coloniaux, les « capitalismes nationaux » règlent leurs comptes sur le plan intérieur par des politiques économiques relativement indépendantes et la répression et sur le plan extérieur par la diplomatie aboutissant souvent à la guerre.

Le lendemain de la 2e guerre mondiale, tout en conservant le système, modifie la donne :

  le dollar devient monnaie de réserve, rattaché à l’or, et de ce fait stabilise les taux de change ;
  le capital déborde les frontières nationales, aidé en cela par le développement des moyens de communication, de transport et la décolonisation généralisée ;
  tous les marchés se mondialisent – y compris le marché de la force de travail.

Les politiques interventionnistes, utilisées pour riposter à la crise des années 30 et assurer la reconstruction, deviennent rapidement obsolètes devant la mondialisation du capital et la perte relative du pouvoir économique des Etats.

La voie est ouverte pour le libéralisme.

De 1945 à 1971 il n’y a pas de crise financière… Ce sont les « Trente Glorieuses » dernière période faste pour les vieux pays industriels…

Notons que le camp dit « socialiste », durant cette période, s’il joue un rôle sur le plan diplomatique, n’interfère absolument pas de manière déterminante, sur le plan économique, avec le capitalisme occidental.

L’EXPLOSION LIBÉRALE

Le 15 août 1971, les USA détachent (récession, Vietnam,…) leur monnaie de l’or… mettant du même coup à bas le système monétaire mis en place en 1944 à Bretton Woods. Conséquence : les taux de change jusque là fixes, devient variables, désorganisant le commerce international… d’où un recherche de stabilité dans les « couvertures de risques »… donnant naissance à une véritable « industrie financière » de la gestion des risques… fondée sur la spéculation.

Cette pratique spéculative favorise l’émergence de nouveaux marchés : ceux des « produits dérivés ». Adossés aux produits d’assurance de couverture de risque, ils s’étendent à tout ce qui est échangeable sur le marché : matières premières et surtout, contrats d’assurance, garanties de recouvrement de créances…

Avec la généralisation de la déréglementation des taux d’intérêt, c’est-à-dire du coût de l’argent emprunté au système bancaire, au début des années 80 (sous l’impulsion de Reagan –Thatcher) et de la libéralisation européenne, l’industrie financière se hisse à un sommet jamais atteint.

«  En 2007, les transactions concernant l’économie réelle représentent seulement 1,6% des échanges interbancaires du monde entier ». (« Un Monde sans Wall Street ? » de François MORIN)

Désormais, avec la déréglementation, tout est possible pour faire de l’argent facile, une multitude de produits financiers voit le jour et qui vont être les instruments d’une spéculation effrénée.

On entre alors de plein pied dans un capitalisme financier qui soumet l’économie réelle à ses exigences, qui détruit les solidarités (caisses de retraites spéculatives), qui marchandise les services publics (privatisations), qui spécule sur les ressources essentielles à la vie des populations (céréales, énergies, matière première, santé…).

L’appât du gain n’est plus simplement fondé sur l’exploitation industrielle de la force de travail, mais surtout sur la spéculation financière. L’essentiel des profits effectués le sont dans la sphère financière… banques, fonds de pensions, Hedge Funds en sont les principaux bénéficiaires.

Les bulles financières ainsi constituées, fondées sur la couverture de risque et la spéculation, fondées sur une véritable mutation de la pratique bancaire qui substitue les pratiques de marché au crédit, constituent un système à la merci du moindre incident financier.

Parallèlement, les Etats ont abandonné leurs prérogatives en matières monétaires et se sont soumis volontairement pour leurs politiques budgétaires aux marchés financiers,… d’où les dettes actuelles.

La crise est le prolongement logique de ce fonctionnement.

LA CRISE

Elle était prévisible, mais encore fallait-il décrypter les données. La sonnette d’alarme a été tiré depuis longtemps. Plusieurs incidents bancaires graves en ont été les précurseurs. Les économistes officiels, politiciens, « experts », professionnels de la finance, élus,… n’ont rien dit pendant des années. Ils portent de ce fait une écrasante responsabilité.

La crise des subprimes a révélé l’ampleur des dégâts de la généralisation des instruments financiers de couverture de risque. La pratique de la titrisation et l’usage des paradis fiscaux par tous les agents financiers tout en facilitant les pratiques obscures, en ont aggravé les conséquences.

Les politiciens et leurs « experts » ont vu leurs « théories » économiques et leur déréglementation prises en défaut.

L’ensemble du système bancaire touché (gorgé de produits financiers toxiques), c’est l’économie réelle qui en fait les frais, celui-ci bénéficiant des largesses des Etats pour se reconstituer au frais de l’argent public. On a trouvé en quelques jours des sommes que l’on est incapable de réunir pour lutter contre la pauvreté, les maladies et la faim dans le monde. (1er scandale).

Ceux qui ont cru que la crise était passée en ont été pour leurs frais. Non seulement les produits financiers toxiques – surtout des CDS (Credit Default Swap) sont dans tout le système bancaire mondial, prêts à resurgir,… mais les Etats se sont pris à leur propre piège d’avoir recours aux marchés financiers pour leurs dettes. N’ayant aucun pouvoir, et n’en voulant aucun, au nom du libéralisme, sur le système bancaire, l’émission de monnaie, les agences de notation et les paradis fiscaux, ils se retrouvent comme les simples agents pris au piège de la finance,… n’ayant comme seul recours que de faire payer leurs citoyens.

La crise des dettes souveraines, celle qui consiste à ne plus pouvoir combler les déficits publics est autrement plus grave que celle déclenchée par les subprimes, car cette fois ce ne sont plus simplement des particuliers qui sont en faillite, mais des Etats. De plus, les sommes en jeu, et les réserves pour sauver les Etats ne sont plus disponibles. D’où le bricolage actuel.

QUE FAIRE ? OU ET COMMENT ?

Face à cela le citoyen est totalement démuni. Il peut s’indigner, manifester, dénoncer les élus, s’affronter à la police, faire grève, pétitionner…cela ne change rien à la situation.

Les dirigeants qui l’ont mené au bord du gouffre ont été élus par lui,… il est donc constitutionnellement, légalement et même démocratiquement mal placé pour les critiquer – dans le cadre de lois qu’il accepte - et ce d’autant plus qu’il les reconduit systématiquement au pouvoir depuis des année.

Les peuples sont aujourd’hui victimes des discours démagogiques qu’ils ont cautionné et des limites de la « démocratie représentative » qui dans le cadre du capitalisme n’est qu’une escroquerie… la preuve sous nos yeux aujourd’hui.

Ceci explique certainement le véritable désarroi des peuples qui, trop longtemps confiant dans les institutions, se voient trahis par ceux qu’ils considéraient comme quasiment sacrés, leurs élus. Ceux-ci, qui ont su se barder de privilèges, leur font payer leur excès de confiance en liquidant tous les acquis sociaux laborieusement conquis (retraites, services publics, santé,…).

« On ne sait plus quoi faire », telle semble être la réflexion générale. Et d’ailleurs à défaut de « ne plus savoir quoi faire » on s’apprête à recommencer les mêmes erreurs, « réélire les mêmes ou d’autres… pires ».

J’exagère ?... Voir ce qu’il s’est passé au 20e siècle entre les deux guerres.

Se heurter de front au système financier apparaît comme « mission impossible » et elle l’est ; et ce n’est pas en occupant Wall Street que l’on va faire chuter la finance globalisée ou en signant des pétitions exigeant des explications sur la dette. Les flambées de colère et d’indignation, si elles illuminent un instant les pensées noires d’une opinion publique déboussolée, n’éclairent en rien l’avenir.

Certes ces mouvements d’humeur sont respectables, significatifs, révélateurs, justes, fondés,… mais pas du tout porteur de la moindre stratégie de changement. Sans pour cela les ignorer, l’essentiel ne peut que se passer ailleurs.

Mais où et comment ?

  en rejetant d’abord le jeu stérile des élections qui donne une légitimité aux profiteurs du système, par l’intermédiaire d’élus complices. Des noms ?
  en repensant des relations sociales nouvelles qui mettent dans un rapport différent, que celui imposé par le système, producteurs et consommateurs.
  en refusant la fatalité de la liquidation d’entreprise, en en prennent la direction et la faisant fonctionner dans un cadre nouveau – exemple du mouvement des reprises d’entreprises en Argentine.

Les jeunes, et les moins jeunes, qui sont exclus ne trouveront pas leur avenir dans les banques et dans les entreprises qui licencient et délocalisent.

Nous avons été pendant des décennies éduqué/es dans des pratiques politiques, syndicales, économiques et sociales qui sont aujourd’hui obsolètes. Les méthodes à mettre en œuvre ne sont pas inscrites dans les vieux grimoires poussiéreux de la démocratie parlementaire et ses institutions vermoulues.

L’avenir n’est inscrit nulle pas… à nous de l’inventer

novembre 2011

Patrick MIGNARD

Voir aussi : « VERS L’ABIME (1) »



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
VERS L’ABIME (2)
31 octobre 2011 - 09h18 - Posté par Mengneau Michel

"en rejetant d’abord le jeu stérile des élections qui donne une légitimité aux profiteurs du système, par l’intermédiaire d’élus complices. Des noms ?
en repensant des relations sociales nouvelles qui mettent dans un rapport différent, que celui imposé par le système, producteurs et consommateurs.
en refusant la fatalité de la liquidation d’entreprise, en en prennent la direction et la faisant fonctionner dans un cadre nouveau – exemple du mouvement de
s reprises d’entreprises en Argentine."

Effectivement, cela en suite de l’article précédent. Donc, pensons relocalisation avec une préférence de fabrication tournée vers l’usage. Par exemple, fabrication pour laquelle on favorisera l’autogestion, sorte de contre pouvoir au système actuel.

Le plus complexe est d’arriver à créer une masse critique engendrée par la multiplication des contre pouvoirs, quels qu’ils soient, en somme, l’articulation constructive entre le local et le global pour amener à faire basculer le système.

Ce sera la méthode la plus efficace et pérenne pour transformer la société, même si l’on excluera pas à priori les autres solutions, révolution, élections, qui peuvent créer des oportunités à ne pas rater toutefois.



VERS L’ABIME (2)
31 octobre 2011 - 10h38 - Posté par jaja

Si je pense que l’avenir du mouvement de l’émancipation sociale, c’est la construction, à l’intérieur même du capitalisme de solutions ici et maintenant, cela doit s’articuler avec les luttes sociales :
les luttes sociales ayant en ligne de mire la possibilité d’étendre et de conforter les "nouvelles" solutions ; nous serions alors dans l’agir et le positif.

Pour que cela puisse fonctionner, il faut ré-interroger les termes de propriété et de possession et penser au cadre de propriété de ces construction dans un cadre capitaliste. Car le risque est grand, sinon, que cela ne se termine par un retour dans le système.

Mais en fait avons nous le choix ? une analyse sérieuse de la situation devrait nous amener à comprendre que la valeur d’usage des objets utiles va revenir en force ; la relocalisation de fabrication mais aussi remise en cause du process de fabrication lui-même avec la prise en compte de la réparation des objets.
Sans compter que beaucoup d’objets devront disparaître en tant que possession individuelle

Et la raréfaction venant, l’usage collectif est l’avenir de l’humanité : quand on y réfléchit combien de biens possédons nous que nous n’utilisons que de manière très ponctuelle et qui collectiviser auraient un temps d’utilisation optimiser.

Par rapport à ce futur, les dominants ont un projet : les meilleurs, les plus méritants ( et leurs familles, clans, …. ) pourront garder le standing actuel car ils le valent bien, les autres se démerderont dans une misère crasse : en clair le retour à la féodalité où les dominants avaient très bien su gérer l’absence d’abondance

PS : ce WE, à un tournoi de foot de mon fils, il y avait un explicatif du bonhomme dont le stade avait pris le nom et quelque chose m’a frappé :
En 1946, ce bonhomme et d’autres avec lui , monte un club de basket et la mairie n’ayant rien à proposer, c’est eux-mêmes qui construisent l’installation ( en extérieur )
Aujourd’hui que se passerait-il ? des pétitions pour avoir un terrain ou une prise en charge par eux-même …………………






GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ?
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
1 commentaire
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires
Gilets Jaune "nous accusons" ; 10000 citoyens accusent le gouvernement (video)
mardi 14 - 23h00
de : le media
4 commentaires
Vaccynisme et réalité
mardi 14 - 22h53
de : Annee Gourvès pour AIMSIB
3 commentaires
Plus de 100 artistes français dénoncent l’Eurovision 2019 en Israël et en appellent à France Télévisions
mardi 14 - 17h32
de : JO
Suppression de postes d’enseignants spécialisés dans l’Hérault
mardi 14 - 17h06
de : AREN34
Tourisme de riches
mardi 14 - 13h20
de : Irae
1 commentaire
LE BOURREAU DES GOODYEAR ACCEUIL LA CGT ... !!!
mardi 14 - 08h39
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin
lundi 13 - 16h46
de : jean 1
1 commentaire
I.B. Ou la Bourgeoise Ridicule.
lundi 13 - 16h44
de : L’iena rabbioso
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
lundi 13 - 09h18
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
lundi 13 - 08h28
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Congrès de la CGT : pourquoi les débats s’annoncent vifs sur les questions internationales
lundi 13 - 08h16
de : Stéphane Ortega
3 commentaires
Menacée par les autorités, la juriste, Georgia Pouliquen, nous parle d’Angleterre, exfiltrée par des amis anglais (videos)
dimanche 12 - 17h56
de : nazairien
Agnes HELLER, un marxisme sans lutte de classe, ni perspective socialiste
dimanche 12 - 14h34
de : Christian DELARUE
Quelle ignominie ! (video)
dimanche 12 - 13h56
de : jean 1
MAKE ROJAVA GREEN AGAIN
dimanche 12 - 11h20
de : Ernest London
Il s’appelait Fiacre Gbédji. Il était guide dans le parc de la Pendjari, au Bénin. Il n’aura pas d’hommage, pas d’émission spéciale...
samedi 11 - 21h38
de : jean 1
1 commentaire
Malaise dans la police ?
vendredi 10 - 17h38
de : JO
4 commentaires
Vous me demandez pourquoi je suis Gilet Jaune ? (Réponse en vidéo, démonstration, excellent, à partager))
vendredi 10 - 15h02
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Si notre condition était véritablement heureuse, il ne faudrait pas nous divertir d'y penser. Blaise PASCAL
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite