Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
samedi 24 décembre 2011 - 20h05 - Signaler aux modérateurs
22 commentaires

La date choisie pour "contrer" le projet de Chatel de caporalisation des enseignants est le 31 janvier !

Les petits chefs d’établissement, majoritairement syndiqués au syndicat jaune UNSA, auront le pouvoir incroyable de l’évaluation PEDAGOGIQUE et PAR DISCIPLINE des enseignants, alors même qu’ils ne connaissent rien à la discipline dans lesquels les "évalués" enseignent... Il s’agit essentiellement de freiner la progression des salaires des enseignants.

Il faut la grève reconductible dès la rentrée du 3 janvier.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
24 décembre 2011 - 23h23 - Posté par Ferenc

SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?

A voitre avis ?



SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
25 décembre 2011 - 02h09 - Posté par melquiades

pour arriver plus vite aux vacances de février et empêcher la progresion d’un mouvement ?


SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
25 décembre 2011 - 03h05 - Posté par Ferenc

Ou plus simplement parce que ces syndicats réformistes (tellement réformistes qu’ils sont devenus des complices du medef et du gouvernement) n’ont plus envie de défendre leurs adhérents.

A quand un VERITABLE SYNDICAT DIGNE DE CE NOM révolutionnaire, type lutte de classes, indépendant financièrement de l’ Etat (et donc du patronat) ?


SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
25 décembre 2011 - 11h35

Une erreur de fond : non les chefs d’établissement ne vont pas évaluer l’enseignement d’une discipline à laquelle c’est vrai il ne connaissent rien.

Ils vont évaluer tout autre chose (servilité du prof, en particulier...). L’enseignement disciplinaire n’intéresse plus personne... à part les profs et ceux qui n’approuvent pas une école au service du libéralisme.

Quant à vouloir, comme le disent certains commentaires, un syndicat offensif, révolutionnaire etc... Une corporation se dote des syndicats (et des directions syndicales) qu’elle souhaite, correspondant à son état d’esprit. Les profs en ce moment, pour des raisons multiples, ne sont pas très mobilisables. A quoi rimerait un syndicat "d’avant-garde" qui prêcherait dans le désert, qui impulserait des actions qui seraient un fiasco total ? Il existe Sud éducation : il y a bien des raisons à son implantation hyper marginale dans l’éducation. Je m’étais moi-même interrogé sur une adhésion à Sud éduc, lors d’une année syndicale sabbatique provoquée par les insatisfactions ressenties à la FSU. Et bien je suis revenu à la FSU, faute de mieux. En attendant que les profs trouvent les chemins de la remobilisation.

Chico



SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
25 décembre 2011 - 21h07 - Posté par

"Les profs ne sont pas très mobilisables. Pour des raisons multiples".
Exact. Dont une, le désespoir. La profession a subi un déclassement exceptionnel. Face aux actions infectes d’un nombre croissant d’élèves, ils n’ont plus la possibilité d’agir. Sinon les familles les font passer pour des sadiques et l’administration vient les poignarder dans le dos. Idem pour les ensignantsq ui s’amuseraient à donner des notes jugées trop faibles. Dans le pratique, les enseignants n’enseignent plus qu’en pointillé, ils passent une bonne partie de chaque cours à demander du silence.


SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
27 décembre 2011 - 23h35 - Posté par

" "Les profs ne sont pas très mobilisables. Pour des raisons multiples".
Exact. Dont une, le désespoir. La profession a subi un déclassement exceptionnel. Face aux actions infectes d’un nombre croissant d’élèves, ils n’ont plus la possibilité d’agir. Sinon les familles les font passer pour des sadiques et l’administration vient les poignarder dans le dos. Idem pour les ensignantsq ui s’amuseraient à donner des notes jugées trop faibles. Dans le pratique, les enseignants n’enseignent plus qu’en pointillé, ils passent une bonne partie de chaque cours à demander du silence. "

Très juste. Si aujourd hui les enfants des riches s’en sortent beaucoup mieux par rapport aux enfants des pauvres, qu’avant, 20 ou 30 ans, c’est que pendant cette phase il s’est passé quelque chose. On a laissé les délires et souvent la violence des gamins s’exprimer sans limite. Mais ceux qui disent cela sont systématiquement insultés. Les professeurs sont là...pour essuyer les crachats. Quelle tristesse...


SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
25 décembre 2011 - 20h05

le mandat officiel de la fsu auprès de l’intersyndicale était d’obtenir un appel à la grève interprofessionel, comme dans le cas de la séquence précédente ( 13 décembre 15 décembre).

Il parait délirant qu’au lendemain du discours de toulon où a été annoncé le sommet pour l’emploi l’intersyndicale (en l’occurrence peu importe le contour CGT sud fsu si besoin) n’ai pas préparé une grève unitaire à cette occasion.

Par ailleurs, le snes, qui reste un syndicat contrairement au snu un minimum de tactique de construction du rapport de force. Ils ont raison de remettre le couvert même si ce que dit chico sur l’état du milieu est en partie vrai. Et pas seulement à cause du blocage des salaires mais bien parce que ce decret constitue un élément concret attaquable du processus de démantèlement du service public.

Ce que nous devrions nous fixer comme tâcher c’est d’étendre cette mobilisation dans un cadre éduc entier (mais avec le snu, ça va pas être facile, cf séquence précédente...) voir dans un cadre service public.

Par ailleurs la fsu s’oppose au mode d’évaluation actuel des enseignants donc ne disons pas n’importe quoi.



SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
26 décembre 2011 - 07h39 - Posté par

Le désespoir des profs vient de la défaite de 2003. Et il est clair que les profs ont compris que le simple fait de faire grève ne suffisait pas a obtenir satisfaction. Certains en ont déduit que faire grève ne servait à rien, d’autres que seule la grève interpro était vraiment efficace, d’autres encore que seuls des blocages de zones commerciales ou autres pouvaient avoir un impact. Car un syndicat qui négocie sans rapport de force est un syndicat d’accompagnement.
La seule garantie d’avoir un syndicat efficace c’est l’auto-organisation. C’est à dire organisation du syndicat par les syndiqués et pas par des bureaucrates, organisation des luttes par les grévistes et pas par les intersyndicales, organisation des bahuts par les profs et les élèves voir l’expérience du lycée autogéré de Paris.


SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
26 décembre 2011 - 15h59 - Posté par

La seule garantie d’avoir un syndicat efficace c’est l’auto-organisation.

Oui !

Mais dans une période telle que celle-ci, où les profs assistent en se sentant totalement impuissants à la démolition insensée de l’école, l’auto-organisation c’est un peu comme Renaud qui était une bande de jeunes à lui tout seul...

Et pour continuer dans le Séchan : c’est quand qu’on va où ?

Chico


SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
26 décembre 2011 - 08h34 - Posté par jaja

logique cette évaluation par les chefs d’établissement

après il y aura l’autonomie de chaque structure ( écoles élémentaires et maternelles regroupé en EPEP ou peut être fusionné avec le collège, lycées, )

ENFIN, ils pourront passer à la phase revente au privé d’une partie de ces structures avec comme cerise sur le gateau le chèque éducation

ce qu’il y a d’interessant dans la démarche des idéologues libéraux , ils avancent des fois franchement ( les universités ) ou masqués ( le reste de l’éducation nationale ) mais l’on sait bien où ils veulent aller et le mouvement social est complètement atone.

comme du temps de tatcher, face à la crise ( provoquée ou subite ) le système arrive à vendre aux peuples qu’il n’y a qu’une seule solution : à droite toute, toujours plus de LIBERTE capitaliste.

au lieu de vous posez des questions sur le retard à l’allumage des syndicats ( qui n’est que le reflet de l’état d’esprit général ) il faudrait peut être se coltiner avec la TINA

plus grand monde ne croit à un autre monde possible

même les plus exploités n’y croient plus ; et les militants y croient ils encore vraiment

là se situe la panne du mouvement social .

j’espère juste que la grande crise va remettre les pendules à l’heure ; mais même cela n’est pas sûr.

on dit merci à qui ?

 réponse A : aux salauds de capitalistes

 réponse B : à la partie du mouvement social qui a rejeté toute éthique et morale : les staliniens et tous leurs descendants



SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
26 décembre 2011 - 16h10 - Posté par

plus grand monde ne croit à un autre monde possible

Je me demande si ce n’est pas plutôt (ou encore +) : personne (de la base au sommet, en passant par les intervenants sur Bellaciao) ne sait vraiment comment se diriger vers cet autre monde possible, comment le faire éclore...

Hormis les généralités à moyen terme sur les luttes, sur la nécessaire intervention massive des travailleurs auto-gérant leurs luttes etc. Demain matin, et les jours qui viennent, quelle direction, concrètement, quelles initiatives gagnantes ?

Cette fois-ci c’est Béranger et non plus Renaud que je cite : où est le messager ?
(svp, ne répondez pas ni césar ni tribun...).

Chico


SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
26 décembre 2011 - 18h25 - Posté par montbuzat

Les travailleurs ont les représentants syndicaux qu’ils se sont donnés. Dans l’enseignement, la F.S.U. représente un syndicalisme de transformation sociale. Chacun est en droit de critiquer une telle orientation, de se livrer à la surenchère pour se replier ensuite sur la chapelle qui lui convient le mieux à un moment donné. Il n’en reste pas moins que, sauf à croire en cette vieille lune que seules compteraient les minorités agissantes, pour peser, il vaut mieux être nombreux, responsables et réalistes. Le très faible pourcentage de salariés syndiqués en France, l’émiettement syndical, le fatalisme ambiant sont des faits qui prévalent sur beaucoup d’élucubrations. Affirmer que la révolution est en marche relève dès lors de la supercherie.



SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
26 décembre 2011 - 18h40 - Posté par

Critiquer la FSU, ce serait se livrer à la surenchère ??
Mais la tendance pédagogiste de ce syndicat a une indiscutable responsabilité dans le désastre actuel. Pourquoi ne pas dire clairement que les enseignants, dont la pluaprt sont des enseignantes, devraient (en plus d’être recrutés et non virés...) etre PROTEGES. Il y a une loi qui prévoit cela, quand les enseignants sont attaqués. Elle n’est pas appliquée, notamment parce que face à l’adminsitration, qui doit mettre en oeuvre la protection juridique, la FSU ne fait rien pour qu’elle le soit.


SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
27 décembre 2011 - 14h32 - Posté par montbuzat

En 2003, quelques partisans bruyamment déclarés de la grève reconductible ont touché les limites de cette action au point de s’en dégager rapidement. En fait, la meilleure action, c’est celle qui aboutit. Le seul problème, c’est qu’il est difficile de prévoir l’évolution d’un mouvement social. On sait seulement que face à une droite dure, il faut rassembler. Pour ce faire, la recherche de l’unité la plus large doit être une préoccupation constante. Depuis des décennies, des avant-gardistes nous affirment sans rire qu’il faut « déborder les bureaucraties syndicales », alors que l’émergence d’un mouvement de masse suppose à l’évidence que l’on ne travaille ni contre les organisations ni sans elles. Ceux qui tiennent ces discours de défiance l’ont d’ailleurs bien compris puisqu’ils ne répugnent pas à les instrumentaliser opportunément.



SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
27 décembre 2011 - 18h20 - Posté par

On sait seulement que face à une droite dure, il faut rassembler. Pour ce faire, la recherche de l’unité la plus large doit être une préoccupation constante.

Bien d’accord, sauf qu’il est nécessaire de préciser, au-delà de cette belle phrase, concrètement :
 l’unité des organisations syndicales, donc des directions syndicales ?
 ou l’unité des salariés, des enseignants en l’occurrence ?

Car ça change tout !

Pour réaliser l’unité des OS, c’est pas compliqué, il est nécessaire et suffisant de s’aligner sur les syndicats les plus modérés. Car sinon ils ne signent pas et l’unité n’est pas réalisée. Alors que si la démarche unitaire semble trop modérée pour certaines OS (FSU, SUD), ils signent quand même car... c’est mieux que rien.

En ce sens la recherche d’unité est un piège qui donne un pouvoir exorbitant aux syndicats modérés malgré leur faible représentativité.

Le but est donc l’unité des travailleurs, et c’est de ce côté qu’il faut chercher la solution. Pas simple, car entre autre il faut se débarrasser des frontières entre chapelles syndicales. C’est là que l’auto-organisation est un outil incontournable si on veut trouver un minimum d’efficacité.

Chico


SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
27 décembre 2011 - 18h29 - Posté par

Depuis des décennies, des avant-gardistes nous affirment sans rire qu’il faut « déborder les bureaucraties syndicales », alors que l’émergence d’un mouvement de masse suppose à l’évidence que l’on ne travaille ni contre les organisations ni sans elles.

Ah ben, si c’est "à l’évidence", alors amen... J’adoooore la pensée unique, d’où qu’elle vienne !

Je suis d’accord avec toi, faut surtout pas "déborder les bureaucraties syndicales", des fois qu’on se retrouve comme en 1936 ou 1968, quel bordel ! Pis vaut mieux un système capitaliste avec des syndicats forts qui évitent qu’on se fasse trop entuber, plutôt qu’une aventure qui risquerait de nous mener au socialisme...

Chico


SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
27 décembre 2011 - 18h51 - Posté par montbuzat

L’échange d’idées est toujours profitable entre personnes respectueuses des points de vue d’autrui. Une argumentation solide suppose donc qu’on ne caricature pas la pensée d’un contradicteur, sous peine d’affaiblir beaucoup son propre discours. Si l’unité syndicale reste un combat, l’auto-organisation est pour l’instant une chimère. Bon courage !


SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
28 décembre 2011 - 13h52 - Posté par

Si l’unité syndicale reste un combat, l’auto-organisation est pour l’instant une chimère. Bon courage !

Ce qui est également une chimère, c’est l’efficacité de la stratégie d’unité syndicale dans l’éducation nationale, mise en oeuvre ces dernières années : on perd à chaque fois, face aux agressions des gouvernements, et on perd un jour de salaire pour que dalle tous les deux mois.

Je suis étonné qu’il y ait encore des gens pour défendre, avec mépris pour les autres, pour ceux qui cherchent d’autres voies que le prêt à penser des directions syndicales, cette stratégie de fait à tous les coups perdante...

Au passage, c’est plus pratique de rester dans les incantations "unité unité unité" que de répondre concrètement à l’alternative : unité des directions syndicales (càd unité entre les centrales, recherche du plus petit dénominateur commun), ou unité à la base (donc au-delà des appartenances, sur les revendications non d’un syndicat, aussi bonnes soient-elles, mais sur des revendications définies directement à la base, seule façon de mobiliser au maximum et d’éviter la division en chapelles) ?

Chico


SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
28 décembre 2011 - 18h32 - Posté par montbuzat

La vie groupusculaire a sans doute ses délices. La quête du Graal aussi. Tout cela exalte l’esprit mais ne dérange guère la droite au pouvoir. On peut s’accommoder de ce régime au nom d’une stratégie subtile. On peut également s’efforcer de s’en débarrasser au risque que l’alternance n’apporte pas de véritable alternative. Cette dernière option me paraît plus responsable.
Quant à l’antisyndicalisme, de qui fait-il le jeu ?


SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
28 décembre 2011 - 18h51 - Posté par

Il n’y a pas d’issue à construire une quelconque unité avec des syndicats jaunes.
Leur issue est la destruction du statut, dont je suis sûr qu’elle est prévue par des appareils syndicaux comme UNSA (le syndicat des ptits chefs), SGEN-CFDT. Et je suis très réservé sur la FSU, aux ambiguités permanentes Pour le reste, Chico et Monbuzat, au-delà des questions de méthode, ne pensez-vous pas que tant les personnels seront dans cet état (psychique, notamment...), la question de la méthode ne se pose même pas vraiment...Et il faudrait quand même admettre que s’ils sont dans cet état, ce n’est pas uniquement parce qu’on supprime des postes.


SNES FSU, un appel à la grève : pourquoi si tard ?
28 décembre 2011 - 19h24 - Posté par montbuzat

L’état du syndicalisme est un reflet de celui des personnels. Ceux de l’Education sont encore sous le coup du syndrome de 2003. De plus, ils ont été souvent ficelés par le néo-libéralisme qui les a piégés au consumérisme et qui les a placés dans une sorte de prison mentale. Le résultat est effrayant pour un homme de ma génération. C’est pourquoi je réfute l’argument selon lequel les organisations syndicales placeraient délibérément des obstacles à la mobilisation d’une base censée être toujours très déterminée à s’engager dans des actions. Pour le reste, la faiblesse du syndicalisme français, la nature des rapports sociaux dans ce pays, expliquent en partie les louvoiements des organisations.





Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
1 commentaire
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Vol, pillage des ressources naturelles de la planète : Partout là où sont encore présentent les multinationales !
jeudi 7 - 16h04
de : JO
Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.
mercredi 6 - 23h59
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LE VOILE, CHIFFON ROUGE OU TORCHE-CUL ?
mercredi 6 - 19h28
de : Nemo3637
8 commentaires
Un blessé grave de plus dans les manifs. des Gilets Jaunes !
mercredi 6 - 15h27
de : joclaude
Ces entreprises qui empochent les milliards du CICE en licenciant
mercredi 6 - 08h22
Communiqué du PRCF (Pôle de Renaissance Communiste en France) à l’occasion du 30ème anniversaire de la fin de la RDA
mercredi 6 - 06h09
de : jodez
7 commentaires
Double tiers-mondisation intérieure : sociale, territoriale.
mardi 5 - 22h42
de : Christian DELARUE
Usine Biopole d’Angers : les leçons d’un fiasco industriel
mardi 5 - 20h01
de : Christian Haroble
NOTRE ENVIRONNEMENT SYNTHÉTIQUE - La Naissance de l’écologie politique
mardi 5 - 11h38
de : Ernest London
Brésil : un défenseur de la forêt amazonienne de la tribu Guajajara tué
lundi 4 - 19h02
de : élian
artiste lili-oto exposition sur les gilets jaunes
lundi 4 - 14h48
de : lili-oto
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les grandes choses de l'Etat sont tombées, les petites seules sont debout, triste spectacle public. On ne songe plus qua soi. Chacun se fait, sans pitié pour le pays, une petite fortune particulière dans un coin de la grande infortune publique. Victor Hugo, 1838
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite