Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

POUVOIR DU MENSONGE, MENSONGES DU POUVOIR
de : Patrick MIGNARD
lundi 27 février 2012 - 15h10 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

« Plus le mensonge est gros, plus il passe » Cette citation attribuée au docteur Goebbels, expert en la matière, a aujourd’hui gardé toute sa pertinence. Nous vivons, politiquement, en permanence dans le mensonge… et le pouvoir se gagne et se perpétue par le mensonge.

Autrefois dissimulé et difficile à déceler et dénoncer (encore que !), les moyens de communication modernes rendent la mystification plus difficile à dissimuler, permettant ainsi de démasquer les ruses du pouvoir, même, et surtout, s’il se dit « démocratique ».

PROMESSES ET MENSONGES

Aujourd’hui, la base de toute conquête « démocratique » du pouvoir est constituée non pas par des idées, des programmes, encore moins d’éthique, mais simplement des promesses et des flatteries. Il ne s’agit plus comme dans les systèmes absolutistes ou totalitaires de contraindre et de violenter, mais de faire adhérer…. De convaincre que l’on vit en « démocratie ».

L’objectif est de faire croire à des promesses à une multitude ayant des intérêts divergents – ou du moins présentés comme tels – une connaissance limitée des enjeux – du moins de la manière dont ils sont présentés – de la manipuler par l’ « information »,… et dont on sait qu’elle n’aura plus aucun pouvoir une fois passées les élections.

Ainsi les mensonges – pas jolis – sont remplacés par des promesses non tenues – ce qui apparemment est moins grave. Ainsi, la preuve de l’ « honnêteté » n’est pas à faire par les politiciens mais par celles et ceux qui les ont élus. La morale est sauve et le pouvoir assuré,… mieux, légitimé. Le peuple ne peut s’en prendre qu’à lui-même. Le pouvoir ne peut pas être « irresponsable » puisque émanant du peuple ( ?).

« Les promesses n’engagent que ceux qui y croient », autre aphorisme, cette fois d’un ministre de l’intérieur français, repris de justice, et toujours parlementaire ( ?)… montre la bassesse des « hommes de pouvoir » qui ne reculent devant aucune vilenie pour exposer impunément leur cynisme repeint aux couleurs de la République.

POURQUOI LES POLITICIENS SONT PRÊTS A TOUT POUR LE POUVOIR ?

Le dévouement pour le bien public, avec trémolos dans la voix… c’est pour les naïfs.

Qui peut croire que c’est dans un but totalement désintéressé que s’engagent en politique celles et ceux qui sollicitent nos suffrages… c’est d’ailleurs ce qu’ils déclarent sans rire. Quand on sait les privilèges dont ils profitent et toute la hargne qu’ils mettent pour les conserver on ne peut que douter.

Les discours, écrits – quand il y en a, ce qui est rare- ne dénotent aucune profondeur d’analyse, aucune originalité d’idée, aucune pertinence… Ils ne font que ressasser ce que les électeurs veulent entendre dire, même si cela est absurde, voire scandaleux. Des exemples ?...

Ce qui intéresse les politiciens ce sont deux choses étroitement liées : accéder au pouvoir et le garder. En aucun cas, et aujourd’hui nous en avons tous les jours la démonstration, ils ne sont pas capables de régler les problèmes de la société… ils n’en ont d’ailleurs aucunement l’intention… Ils ne sont même pas là pour ça !

L’accès au pouvoir c’est l’assurance de la reconnaissance, de la richesse et de l’impunité,… autrement dit l’accès à une place meublée de privilèges exorbitants au regard du reste de la population. La place au pouvoir est une rente – souvent à vie - de situation…. Transmissible, si possible, par filiation (des exemples ?)….

Les ambitions, les soumissions, les trahisons, les compromissions tiennent lieu de débat politique, l’expression des ego remplacent les convictions, la séduction à l’égard de l’électeur, transforme le citoyen en jury de concours de beauté ou en arbitre de match.

Toutes les techniques de la communication, de la manipulation, de la séduction sont mises en œuvre dans un seul but : plaire pour se faire élire.

L’image a remplacé la pensée. Le discours n’est plus l’expression de celle-ci, mais un ramassis de lieux communs, d’aphorismes, de formules prédigérées – souvent par des « spécialistes de la communication », autrement dit des fabricants de « poupées Barbie de la politique », des « vendeurs de rêves » - issus de la distillation méthodique du conscient et surtout de l’inconscient collectif.

«  Les Français pensent que… » résume ce qui doit être.

Tous les politiciens, quelle que soit leur couleur pensent que - ou feignent de penser que – « tous les Français pensent comme eux ».

MENSONGES ET VÉRITÉS

Le discours politique n’a aucun sens au regard de ce qui est, de ce qui devrait être ou pourrait être. La vérité des faits, des situations, ayant perdu tout sens, le mensonge a lui aussi perdu son sens… ceci porte un nom, plus acceptable : les promesses.

Elles sont au carrefour du mensonge et de la vérité.

Elles permettent d’utiliser impunément l’un en évitant d’évoquer l’autre.

A ce jeu pervers, le citoyen est piégé,… il n’a plus le choix. Il ne peut ni dénoncer le mensonge, ni exiger la vérité.

La promesse le lit à un espoir dont l’incarnation est le politicien. Refuser, dénoncer ce dernier c’est briser l’espoir, en fait le miroir déformant qui lit le citoyen à sa propre impuissance politique.

« On n’a pas le choix », « Il faut bien quelqu’un » , « On doit avoir confiance », « Il/elle parait énergique ! », « Il/elle présente bien ! » « On verra bien… ! » etc….

Tous ces aphorismes ne sont que l’expression de la démission citoyenne devant le vide sidéral du discours politicien…

La « conscience » citoyenne en est réduite au geste mécanique et réflexe – largement appuyé par la propagande civique : mettre un bulletin dans une urne.

Ce geste n’est que l’expression individuelle d’un « désir » et d’un soit disant « devoir » publiquement, paradoxalement, inavouable (il est secret,… dans l’isoloir), voire d’un phantasme et la plupart du temps d’un conditionnement… En aucun cas il n’est aujourd’hui l’expression d’un projet collectif concret. Préfabriqué, prédigéré, préemballé par les « promoteurs de pouvoir » que sont les partis, il n’appartient même plus à celui qui le fait.

Ce geste, à l’image du « geste auguste du semeur » est porté d’autant plus au pinacle par la classe politique qu’il est dépourvu de tout sens à portée réellement politique. Il ne fait finalement que départager des « concurrents » aux mêmes programmes et mêmes objectifs : gérer le système et faire que rien ne change.

Paradoxalement, du moins aux yeux des naïfs, le refus de ce geste est donc le seul geste politique qui ait un sens :

  il exprime le refus de tout un mécanisme mystificateur qui donne l’illusion de la démocratie ;
  il refuse de donner une légitimité à des individus décalés de la réalité sociale qui voient là un moyen de réussite sociale, voire de reconnaissance narcissique (des noms ?).

LE POUVOIR POUR QUI ? POUR QUOI ?

Poser simplement et uniquement en ces termes, c’est tomber dans le piège dans lequel nous sommes aujourd’hui. On confie le pouvoir, de fait sans garantie, ni des résultats, ni du respect des règles, à une personne ou un groupe de personnes qui s’autoproclame « digne du pouvoir ».

Mais répliquera-t-on, le processus électoral est une garantie qui permet la sanction de l’élu… Or, la pratique montre que ce n’est pas du tout le cas. Par le simple jeu du verrouillage du système électoral par les partis, les promesses, les doubles discours, de la monopolisation de la parole, du clientélisme,… l’alternance (et non l’alternative) permet au système de « retomber systématiquement sur ses pieds ». En fait, sur le fond, rien ne change !

Posé simplement sous cette forme,… ce que font les élections, c’est faire de celui-ci une sphère étrangère à la société et donc l’isoler de ce qui fait le quotidien, l’immédiat quotidien, du plus grand nombre.

Le pouvoir se résume donc à occuper un espace politique, économique, administratif qui assure la pérennité du système dans son ensemble…. L’extrême droite qui se donne des allures de critique – comme ça a été toujours le cas dans les décennies précédentes - par rapport à lui n’a qu’un objectif : s’y intégrer.

L’accession au pouvoir change d’ailleurs radicalement celle ou celui qui y parvient. Il y a avant l’élection et après l’élection,… il y a le candidat et l’élu. Tout est possible avant, presque rien après,… ou si se réalisent les promesses,… au fil du temps elles s’effilochent et disparaissent … Il suffit de voir l’évolution/régression de tous les acquis sociaux depuis plus d’un demi siècle.

Le modèle standard du fonctionnement démocratique a aujourd’hui, et depuis longtemps, atteint ses limites. Contribuer à son fonctionnement c’est prolonger artificiellement son existence ce qui nous conduit à la catastrophe (voir le cas de la Grèce) car non seulement il entretient et légitime une classe politique parasite, mais est aussi incapable de répondre aux besoins et aspirations du plus grand nombre.

Février 2012 Patrick MIGNARD



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
POUVOIR DU MENSONGE, MENSONGES DU POUVOIR
28 février 2012 - 05h07 - Posté par Wawa

C’est bien pour cela qu’il faut faire gagner le FdG aux prochaines présidentielles. Mélenchon Présidons !
Changeons de types de mensonges, la politique reste la politique.
Nous ne sommes pas encore près pour l’anarchie spirituelle, nous manquons de bonté, d’intelligence du cœur.
https://www.facebook.com/notes/le-v...



Pas de reconquête de nos vies sans un fort engagement citoyen !
28 février 2012 - 20h38 - Posté par Marie-Anne

Pas d’autres solutions que de retrousser nos manches pour comprendre, agir, exercer notre esprit critique !

Pas de reconquête de nos vies sans un fort engagement citoyen !






Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
2 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Vol, pillage des ressources naturelles de la planète : Partout là où sont encore présentent les multinationales !
jeudi 7 - 16h04
de : JO
Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.
mercredi 6 - 23h59
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LE VOILE, CHIFFON ROUGE OU TORCHE-CUL ?
mercredi 6 - 19h28
de : Nemo3637
8 commentaires
Un blessé grave de plus dans les manifs. des Gilets Jaunes !
mercredi 6 - 15h27
de : joclaude
Ces entreprises qui empochent les milliards du CICE en licenciant
mercredi 6 - 08h22
Communiqué du PRCF (Pôle de Renaissance Communiste en France) à l’occasion du 30ème anniversaire de la fin de la RDA
mercredi 6 - 06h09
de : jodez
7 commentaires
Double tiers-mondisation intérieure : sociale, territoriale.
mardi 5 - 22h42
de : Christian DELARUE
Usine Biopole d’Angers : les leçons d’un fiasco industriel
mardi 5 - 20h01
de : Christian Haroble
NOTRE ENVIRONNEMENT SYNTHÉTIQUE - La Naissance de l’écologie politique
mardi 5 - 11h38
de : Ernest London
Brésil : un défenseur de la forêt amazonienne de la tribu Guajajara tué
lundi 4 - 19h02
de : élian
artiste lili-oto exposition sur les gilets jaunes
lundi 4 - 14h48
de : lili-oto
1 commentaire
L’Assemblée des Gilets Jaunes vote la jonction à la grève du 5 décembre 19
dimanche 3 - 16h08
de : joclaude
5 commentaires
Qu’ils soient de gauche ou de droite...
dimanche 3 - 14h08
de : jean1
Contre la pudibonderie d’Etat
samedi 2 - 16h21
de : Christian DELARUE
6 commentaires
Les 7 théories du complot.
vendredi 1er - 23h05
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Guerre de classe : la « gauche » joue désormais perdant ! Pourquoi ?
vendredi 1er - 22h50
de : Lepotier
5 commentaires
DIMANCHE 20 OCTOBRE 2019, JOUR DE VOTE A LA PAZ
vendredi 1er - 17h31
de : Allain Graux
Ni faiblesse ni complaisance - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 1er - 16h23
de : Hdm

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Plus l'histoire d'un pays est ancienne, plus nombreuses et pesantes sont ces couches stratifiées de paresseux et de parasites qui vivent du «patrimoine des ancêtres», de ces retraités de l'histoire économique. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite