Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Les singulières errances marseillaises de Jann-Marc Rouillan
de : Paco
dimanche 11 mars 2012 - 17h39 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

Jann-Marc Rouillan, taulard maudit, est devenu écrivain maudit en sortant de prison en mai 2011. Dans Autopsie du dehors, le toujours militant révolutionnaire commente ses moments de libertés retrouvés en compagnie… d’un maton électronique.

JPEG - 28.5 ko

« Pourquoi publiez-vous les livres de Jean-Marc Rouillan ? », demandait Libé Toulouse à Thierry Discepolo (éditions Agone) le 15 février 2012. La réponse (1) comprenait plusieurs volets. D’une part, les ouvrages de Jean-Marc Rouillan « constituent un témoignage assez rare sur un moment récent de l’histoire européenne (l’engagement dans la lutte armée autour des années 1970) pour qu’il mérite d’être rendu aussi disponible que possible  ». Une importante contribution à verser dans un « débat public digne de ce nom ». D’autre part, en contrepoint de son engagement au sein du groupe Action Directe, Jean-Marc Rouillan propose un regard éclairé sur le monde de la prison vu de l’intérieur (« avec l’acuité de vingt-cinq ans de pratique assidue ») doublée d’une perspective sur le monde du « dehors » vu depuis la prison.

Les éditions Al Dante (déjà à l’origine, en juin 2011, d’un épais numéro de Contre-Attaques consacré à Jann-Marc Rouillan) modifient les angles en publiant Autopsie du dehors – Carnet d’été d’un relégué sous surveillance électronique. Et ce n’est pas moins intéressant. Après vingt-cinq années de prison bien chargées et une semi-liberté mouvementée, Jean-Marc Rouillan a enfin mis les deux pieds dans le pays du Dehors en mai 2011. Une liberté toutefois très surveillée qui lui impose notamment un emploi du temps rigoureux. Sorties en semaine de 10 heures à 20h30 pour aller travailler au siège des éditions Agone. Créneau rétréci de 14 à 19 heures le samedi et interdiction de mettre le nez dehors le dimanche. Un maton électronique veille sur lui nuit et jour. Seule évasion possible, encore et toujours, l’écriture.

Il fait très chaud dans ces carnets d’été. Rouillan a passé dix-sept dimanches nu devant son clavier d’ordinateur pour composer ce journal sans date. Le soleil méditerranéen est aveuglant. De la fenêtre de son grenier (dotée de barreaux…), Jann-Marc, lecteur de Pessoa, contemple la ville en plissant les yeux. Le Marseille que l’ancien taulard découvre ces premiers jours-là est singulier. Happé par la foule bigarrée, il prend le pouls d’un monde colonisé par l’aliénation qui érige la consommation et l’ordre en valeurs suprêmes. Sorti d’un univers immobile, il a du mal à trouver le rythme des années 2000. Le télescopage avec la vie du dehors est brutal. Il manque même de se faire écraser par un tramway. Reste l’humanité grouillante, captivante. « (quelquefois)… je m’arrête pour observer les passants. (je vous connais si peu finalement) (quelquefois)… je vous trouve beaux. et elles désirables (souvent). »

Si, avec sa laisse électronique fixée à la cheville, le déporté intérieur s’emmerde parfois, « les terroristes (aussi) s’ennuient le dimanche », sa nouvelle existence lui offre de multiples échanges politiques où se mêlent des membres du NPA (parti auquel il a adhéré), des anarchistes, des ex-maoïstes, d’anciens de la Fraction armée rouge… auxquels s’ajoutent des écrivains, des poètes, des artistes, des philosophes, des squatteurs, des ouvriers, des enseignants, des rmistes, d’anciens taulards… de diverses nationalités. Les manifestations sont également des lieux de rencontre. Celle qui commémore le massacre du 17 octobre 1961 à Paris, celles qui protestent contre les rafles d’immigrés ou les sommets des G8/G20, celles qui soutiennent les grévistes de Mayotte, les révoltes arabes ou les ouvriers de Fralib. Autant de moments qui ne font cependant pas oublier les collègues des promenades carcérales, les cannibales, les tueurs, les fous croisés autrefois à l’ombre. « je reste (malgré tout) un numéro d’écrou. »

Au fil de ses balades, l’ancien clandestin n’a pas perdu ses réflexes pour s’amuser avec une filature policière trop visible, pour débusquer un gros 4x4 mal garé avec des fausses plaques, pour s’éclipser discrètement après avoir téléphoné aux marins-pompiers quand un chibani fait un malaise dans la rue, pour ouvrir la voie à une nuée de « rivolitionnaires tinisiens » croisés dans une rue déserte… Interdit de parole publique, interdit de tout mouvement qui pourrait irriter les fonctionnaires de l’ordre, Rouillan est tout de même sur ses gardes. La marge de manœuvre est étroite pour l’auteur de la trilogie De mémoire. Tant pis pour les livres d’histoire. « entre ce qu’il nous est interdit de raconter et ce que nous ne pouvons pas raconter que restera-t-il de la vérité ? »

Les Moody Blues, les Pretty Things, les Stones, Them, Eric Burdon, Chuck Berry, Dominique Grange… apparaissent sur la bande son d’un carnet d’été qui a le goût de la bière glacée bue à la terrasse des cafés de la ville refuge. Une carte de Marseille permet de suivre la trace du loup blanc. Quelques images de vieux films surgissent également sans crier gare. « (lorsque je me balade) chaque coin de rue me rappelle un décor.) » A l’affiche, Belmondo, Fernandel, Godard, Melville, Gene Hackman, Laurel et Hardy… Parfois, c’est une scène de film de voyou qui se joue en direct. « (un samedi sur le cours julien) j’ai croisé (par hasard) un ancien congénère d’un qhs parisien. le gangster m’a proposé une arme. un 9 mm amerlock. (…) j’ai refusé. je sais par expérience que lorsqu’on a un calibre à portée de main on finit toujours par l’utiliser. et (la plupart du temps) pour pas grand-chose de bien. »

« Objet littéraire indéterminé » écrit sans aucune majuscule (« les majuscules représentent une forme de hiérarchie inacceptable ! »), ce carnet de voyage ne sera pas vendu dans certaines librairies bien pensantes de « gauche ». Il n’aura pas non plus sa place sur France Culture ni dans « les émissions littéraires de la retape audiovisuelle ». Illustré par vingt planches de Marie-Claire Cordat, de superbes dessins noirs exécutés à la lame de rasoir, Autopsie du dehors est un kaléidoscope qui joue avec des flashbacks nourris par les souvenirs de Charlie Bauer, de Jacques Mesrine ou de Petra Schelm, par les leçons de morale retrouvés dans ses vieux cahiers d’écoliers, par la vue d’un béret cubain étoilé, d’un drapeau républicain espagnol ou d’une paire de lunettes ayant appartenu à un détenu tué (plusieurs balles dans le dos) pendant une tentative d’évasion.

L’ouvrage se termine par Un jour je serai sportif de haut niveau, autoportrait poétique qui rappelle les biographies imaginaires d’André Laude. Mêlant le vrai et le faux, l’aspirant dompteur de scie sauteuse, par ailleurs épicier de Tarnac, patient inguérissable de la maladie de Chester Erdheim, illustrateur de livres en braille, ingénieur des mines pour taille crayon, mannequin nu pour couturier taillant du vent, femme au foyer ne prenant pas la pilule, chauffeur de taxi taxidermiste à Kuala Lumpur, hérétique, enragé et fidèle, entre autres, déclare sa flamme pour Marseille et pour sa nature d’étranger, de réprouvé. Assigné à résidence par la justice « bleu marine », le relégué hors normes constate avec satisfaction : « je ne me suis jamais senti autant fils d’immigré que dans les rues de cette ville. »

Jann-Marc Rouillan, Autopsie du dehors – Carnet d’été d’un relégué sous surveillance électronique, éditions Al Dante, 128 pages. 15 euros. Illustrations de Marie-Claire Cordat. Sortie en librairie le 18 mars 2012.

(1) Thierry Discepolo : Pourquoi je publie Jean-Marc Rouillan ? in Libé Toulouse le 15 février 2012.

Pour aller plus loin :

 Jann-Marc Rouillan est un drôle de type (à propos du numéro de Contre-Attaques qui lui a été consacré).

 Jann-Marc Rouillan, une mémoire à vif (à propos du tome 3 de De Mémoire publié chez Agone).

 Le site des éditions Al Dante.

 Pour suivre Jann-Marc Rouillan sur le site des éditions Agone.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Les singulières errances marseillaises de Jann-Marc Rouillan
11 mars 2012 - 23h43 - Posté par yul akors

Les éditions Al Dante qui publient également, dans leur collection architecture, des beaux livres consacrant les architectes du plus parfait néo-libéralisme de la cité phocéenne, proches et pour la plupart ayant une longue amitié avec le maire, Jean-Claude Gaudin : Rémy Marciano, Rudy Ricciotti, Jean-Michel Battesti et le summum : Roland Carta. Des architectes qui massacrent la cité phocéenne et, plus grave, qui participent activement à la politique raciste et anti-sociale de Gaudin dont le slogan est limpide : " il faut nettoyer le centre-ville de Marseille." [de la racaille, des immigrés, des pauvres, etc.].

Que fait donc Rouillan dans ces éditions maudites, à éviter ? Pourquoi a-t-il abandonné les sublimes éditions Agone ?

yul akors

http://laboratoireurbanismeinsurrec...



Les singulières errances marseillaises de Jann-Marc Rouillan
12 mars 2012 - 15h57 - Posté par

le premier point et le plus important :
jann-marc rouillan n’a pas quitté (« n’abandonne pas ») les éditions agone.
selon ses projets de livres, les stratégies d’écritures mises en place, le jeu des rencontres et des amitiés, il publie là où ça lui semble pertinent, travaillant avec des personnes différentes, et traversant des espaces où il multiplie les rencontres avec des communautés de lecteurs différents. sans doute la jonction du poétique et du politique est pour lui, comme pour nous, également importante.
sans doute aussi trouve-t-il plus d’intérêt à se confronter à des réalités différentes, des tentatives de dialogues et d’actions avec des gens venus d’horizons différents, et développant des formes d’expressions différentes, plutôt que de se satisfaire du confort que peut procurer la fidélité à un seul espace éditorial – il explique ça très bien dans ses livres, et notament dans « autopsie du dedans ».

pour le reste : je n’ai aucune envie d’avoir à me justifier. surtout que tous les éléments de réflexion sont disponibles : nos livres sont trouvables, et la réalité politique et économique de l’édition, sinistrée, a donner naissance à de nombreux textes, analyses et commentaires. l’impossibilité aujourd’hui de pratiquer l’édition de création (c’est-à-dire une édition que ne participe ni d’une logique commerciale – qui échappe à la logique du best-seller et à la commercialisation des écritures formatées – ni n’intervient dans un espace de pensée de type « universitaire », donc en lien de toute façon avec le pouvoir – que ce soit dans une logique de critique ou d’allégeance) n’est pas simple. à chacun de trouver ses propres stratégies. la notre ne passe pas par le jeu des subventions de fonctionnement (c’est-à-dire la tutelle politique, avec ce que ça signifie de perte de liberté d’action).
Pour plus de développement, je parle d’édition sur ce site :

http://www.libr-critique.com/

précision : les livres d’archi dont vous parlez « ne consacrent » pas. ils mettent en confrontation un texte de création et un geste architectural. le livre dont vous faites allusion avec l’architecte carta : il s’agit de la réhabilitation d’un silo à grain désaffecté en salle de spectacle. le texte en confrontation des photos de ce lieu est un poème d’édith azam, qui réagit sur la notion de spectacle aujourd’hui – texte, si vous preniez le temps de le lire qui a une réelle dimension critique.
ces livres permettent à al dante et aux poètes d’exister économiquement. de plus ils permettent un autre regard sur l’architecture, c’est-à-dire à travers des textes poétiques et/ou fictionnels. et nos liens sont avec des « individus » (également lecteurs), au cas par cas, et non avec des institutions. et ces "individus", architectes, acceptent que nous choisissions des auteurs qui ne produiront pas des textes de complaisance (ce qui d’ailleurs a parfois posé problème).

pour continuer cette discussion, il faudrait parler de la prolétarisation des métiers de la pensée et de l’art… mais cela nous entraînerait loin, et il faudrait pour cela que vous dépassiez vos petites colères moralistes et que vous choisissiez mieux vos cibles.

pour finir : nous faisons ce que nous avons à faire dans cette civilisation malade, et pour que des espaces d’expressions poétiques et politiques existent malgré tout. et n’avons pas vocation à être aimés. néanmoins, j’avoue qu’être maudit n’est pas pour me déplaire (même s’il me semble que c’est me faire trop d’honneur).

peut-être à bientôt, et autrement que par l’anonymat des blogs et des pseudos.

pour al dante, laurent cauwet


Les singulières errances marseillaises de Jann-Marc Rouillan
12 mars 2012 - 21h26 - Posté par yul akors

D’autres maisons d’éditions existent encore sans offrir d’aussi - belles - tribunes - quelqu’en soit la nature, ou la teneur du propos artistique - à des " individus " qui ne sont pas seulement des architectes, mais des affairistes. Ce ne sont pas les oeuvres présentés dans vos parutions que nous critiquons mais les personnages qui se cachent derrière.

Des individus qui conçoivent, cautionnent, approuvent, félicitent la politique urbaine municipale du Maire Gaudin, qu’il résume ainsi : " On a besoin de gens qui créent de la richesse. Il faut nous débarrasser de la moitié des habitants de la ville. Le cœur de la ville mérite autre chose ". Rudy Ricciotti, à sa suite déclara : « le territoire d’Euroméditerranée est un véritable laboratoire urbain... » couvrant les insultes des centaines d’expulsés de la Rue de la République puis du quartier Belsunce.

Aucune colère nous anime, ce serait même plutôt le contraire, mais une critique constante contre la culture dé-politisée de l’architecture livrée aujourd’hui aux « critiques d’art », entièrement soumise à l’idéologie de l’oeuvre artistique, absorbée par le culte des auteurs et du star-système ; qui peut être nécessaire car elle nous renseigne dans le meilleur des cas sur les formes, nous offre des catalogues des oeuvres d’exception ; mais en évitant soigneusement la fonction sociale et politique de l’architecture, elle construit un modèle pervers de la culture architecturale, un monde parallèle, idéalisé, qui n’interfère plus ou trop peu avec le monde réel, et qui idéologiquement soustrait les concepteurs à l’éthique sociale inhérente à l’architecture. Une critique d’art a-politique qui, de nos jours, les protège, les place en tant qu’artiste. La moralité était une des exigences du métier, omniprésente dans les écrits des architectes contestaires, radicaux et révolutionnaires. Notre critique prend ce même chemin, destinée à redonner sens à cette ligne de moralité - aujourd’hui perdue ou néo-libéralisée-, d’équilibre social et d’intervention de l’urbanisme et de l’architecture, dans les grands événements éthiques de la société ; un de ces événements se déroule aujourd’hui - et en silence - à Marseille : sa reconfiguration spatiale et sociale.

Mais qu’importe nos critiques vous concernant, notre propos s’attachait simplement à comprendre pourquoi et comment un livre de Jann-Marc Rouillan pouvait prendre place, sur la même presse d’un éditeur, à côté d’ "individus" fabriquant un système perverti qu’il critiquait et combattait... Sans doute, ne doit-il pas être au courant de leur plus haute immoralité. En espérant sincèrement que ce soit également votre cas !

Avec nos remerciements pour votre réponse.

yul akors

Laboratoire Urbanisme Insurrectionnel


Les singulI
16 avril 2012 - 21h08 - Posté par CAPITAINE ZERO

JE NE CROIS ÂS DE PIC EN CETTE FICTION ERMANENTE, BOUSDILLÉE ET RATATIN.

KROYS EN LA SOIRÉE DE DEM





Une fois le fascisme décongelé on ne peut pas le recongeler - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 22h09
de : Hdm
SYRIE : Israël aggrave dangereusement la tension Internationale !
mercredi 20 - 20h07
de : JO
BOLIVIE : Un nouveau coup d’Etat orchestré de la guerre économique des multinationales !
mercredi 20 - 19h54
de : J0
Hôpitaux : un plan d’urgence au rabais
mercredi 20 - 14h35
Emission : Allemagnes 89/90 - Réunification ? Ou colonisation ?
mardi 19 - 18h02
de : Emission Polémix et La Voix Off
2 commentaires
Gilets jaunes : sept Français sur dix trouvent le mouvement "justifié" et estiment qu’il a servi aux catégories populair
mardi 19 - 13h36
de : nazairien
1 commentaire
LA RAGE ET LA RÉVOLTE
mardi 19 - 12h42
de : Ernest London
Didier Maisto, directeur de "sud radio" , mais aussi, journaliste de terrain, témoigne sur l’acte 53 à Paris (vidéo)
lundi 18 - 23h02
de : nazairien
2 commentaires
3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
2 commentaires
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
1 commentaire
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La folie est de toujours se comporter de la même manière et de s'attendre à un résultat différent. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite