Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Lycamobile : la galère des vendeurs de la « téléphonie ethnique »
de : union locale cgt lyon 7/8
mardi 3 avril 2012 - 23h21 - Signaler aux modérateurs

Lycamobile versus Lebara. Ces deux entreprises britanniques de téléphonie mobile se livrent une guerre, magasin par magasin, pour capter les étrangers intéressés par des appels « low cost » vers leur pays. Mais les employés lyonnais de Lycamobile ont décidé de protester contre des conditions de travail de « galériens ». Ce lundi, ils sont de nouveau en grève.

Dans le jargon, on appelle cela du « marketing ethnique » appliqué à la téléphonie mobile. Depuis un an, à Lyon, leurs publicités ont fleuri dans les quartiers populaires, sur les vitrines de kebabs, taxiphones (autrement appelés call box) et autres boutiques de produits exotiques. Après Lebara (en 2010), Lycatel s’est implanté à Lyon et commercialise sous la marque Lycamobile des cartes SIM prépayées. Comme Lebara, cette société britannique a été créée par des Sri Lankais. Elle compte environ 4 000 salariés dans le monde dont 400 en France et 22 à Lyon. Elle mène une politique commerciale agressive pour chasser son principal concurrent, Lebara.

Stands de rue et guerre des affiches

A l’été 2011, Lycamobile débarque à la Guillotière, Place du Pont (Lyon 7e), où se concentre la majorité des boutiques à destination d’un public immigré. Pour supplanter Lebara, la vingtaine de commerciaux a donné des dizaines de carte SIM à chaque call box. Un buraliste du quartier témoigne :
« C’était de la folie. Les petits stands devant les boutiques ont fleuri pour vendre directement dans la rue. Au lieu de les vendre à 9,90 euros (pour un crédit de 7,50 euros), ils ont cassé les prix en les vendant 4 ou 5 euros. Les gens ont naturellement préféré Lycamobile à Lebara ».

Dans un même temps, une équipe « posters » a été créée. Elle compte aujourd’hui 7 salariés. Leur mission : recouvrir d’affiches promotionnelles les quartiers où se concentrent les populations étrangères. Lebara procède de la même manière. C’est la surenchère. Michel (tous les prénoms ont été changés), un des membres de cette équipe, explique le principe :
« On donne des cadeaux de merde aux commerçants, des casquettes, des stylos ou des calepins. On leur donne également des cartes SIM à zéro euro. Si Lebara en donne 20, on en donne 25. L’idée est de lui faire enlever l’affiche Lebara et de mettre la nôtre. On prend une photo avant et une photo après pour prouver à nos chefs qu’on a fait le travail ».

Et quand les Lycamobile croisent les Lebara, ça chauffe. Michel évoque une de ses rencontres :
« Ils voulaient me casser la gueule parce que j’avais arraché une de leurs affiches. Je leur ai dit que c’était ridicule de se battre alors que c’est les patrons qui en profitent. Ils se sont calmés ».

Des impayés et des sèche-cheveux

Les embrouilles sont également monnaie courante avec les commerçants, à qui on propose, contre rémunération, de décorer leur devanture aux couleurs de la marque. Ce qu’on appelle le « branding ». En fonction de la taille de la pub, le commerçant gagne plus ou moins d’argent. Tout se négocie.

En moyenne, les commerçants peuvent espérer toucher entre 50 et 100 euros pour un bandeau sur une vitrine. En argent ou en cartes SIM prépayées.

Problème, Lycamobile aurait une fâcheuse tendance à oublier de payer ces commerçants.

Un épicier de la rue de Marseille (7e arrondissement) devait toucher 50 euros par mois. Il n’a perçu qu’un versement et, ensuite, plus rien. Vu la somme modique, il a préférer laisser courir et n’a pas pris le temps de décoller, au sèche-cheveu, la pub collée sur vitrine. Le tenancier d’une boutique de téléphonie du 3e arrondissement, n’a gardé pas la pub.

« Je me suis installé l’été dernier. Leur branding tombait bien. Ils devaient me faire mes enseignes et me verser 300 euros par mois. Ils ont collé leur pub sur la vitrine et m’ont donné une vingtaine de cartes SIM en guise d’acompte ».

Lycamobile ne lui a jamais réalisé son enseigne promise. Au bout de deux mois, il a enlevé la pub de sa vitrine. Et quand une équipe de « posters » est venu chez lui pour le démarcher à nouveau, il a vu rouge : « J’ai pris l’appareil photo d’un des gars et je lui ai demandé d’appeler son responsable. Je leur ai dit que je ne rendrais l’appareil que s’ils venaient me faire mon enseigne et me donner l’argent promis. Il m’a menacé d’aller au commissariat. Et quand je lui ai parlé de contrat non respecté, il a fait celui qui ne comprenait pas ». Finalement, le commerçant énervé a rendu l’appareil photo. « ça m’a coûté l’achat d’un sèche-cheveux », préfère-t-il plaisanter aujourd’hui. D’autres sont moins conciliants. A Grenoble, quartier Saint-Bruno, nous disent les salariés de Lycatel Lyon, ils seraient même « interdits de séjour », suite à ne nombreux impayés.

Le liquide coule à flot

Avec un chiffre d’affaires évalué à 662 millions de livres sterling en 2010 (environ 796 millions d’euros), Lycatel fait de l’argent. Autant que Lebara. Et sur le terrain, la société brasse beaucoup de liquide.

« Quand on tient un stand devant une boutique ou sur le marché, seul le liquide est accepté. On ne délivre jamais de facture », explique Félix, un autre salarié lyonnais.

Pour motiver les équipes, les managers lancent des défis. Michel poursuit :
« A chaque fois, on est payé en liquide. Une fois, c’était à celui qui enlève le plus d’affiches de Lebara. Il pouvait toucher un billet de 50 euros le soir-même ». Pour les déplacements dans d’autres villes, les responsables d’équipe ont tendance à défrayer également en monnaie sonnante et trébuchante :
« A midi, on nous donne 5 euros en liquide. Un kebab coûte 4 euros 50. On peut même pas se prendre une boisson ».

Si l’on s’en tient à la convention collective, ils devraient être payés 17,40 euros par repas, selon Patrick Soulinhac, secrétaire général de l’Union locale CGT 7e/8e.

« Ils ne prennent jamais de purs Français »

C’est à la porte de la CGT que les salariés lyonnais de Lycatel ont frappé il y a deux mois, à la recherche de renseignements. Le syndicat les a aidés à dresser une liste des entorses au droit du travail :
 Selon la convention collective des télécoms, ils devraient être payés comme vendeurs à 1600 euros brut alors qu’ils sont considérés comme balayeurs, au Smic.
 Leurs heures supplémentaires ne sont pas payées.
 La mutuelle à laquelle ils cotisent ne leur permet pas de remboursement.
 Lors de leurs déplacements en transport en commun, leurs tickets ne sont pas payés.
 Des employés sans permis de conduire prennent la voiture pour les déplacements.

Vieux routier du syndicalisme, le secrétaire général de l’Union locale « n’a jamais vu ça » : « Il n’y a même pas d’organigramme. On ne sait jamais à qui on s’adresse. Tout est décidé de Londres. La direction française ne fait que remonter les infos ».

Les salariés que nous avons rencontrés se considèrent comme les « galériens » de cette guerre entre les marques Lebara et Lycamobile. Michel a cette phrase :
« Parmi nous, il y a des gens qui viennent d’Afrique noire, du Maghreb, d’Inde, du Pakistan ou du Sri Lanka. Mais ils n’embauchent jamais de blancs. Des purs Français qui pourraient trop facilement voir leurs combines ».

Des doudounes offertes pour calmer les salariés

Début février, ces petites mains de la téléphonie en ont eu assez du « foutage de gueule ». Félix raconte :
« Un des collègues devait toucher des sous de la mutuelle. Il a rien touché. Un autre était jeune papa, il n’a pas perçu les indemnités de son congé paternité. Il a fallu qu’il se mutile en se tapant la tête contre les murs après avoir tenté de sauter du troisième étage de l’immeuble de Lycatel pour que la direction lui verse son dû ».

Les gouttes d’eau. La vingtaine de salariés a fait grève pendant deux jours, les 7 et 8 février. La direction a dépêché la directrice des ressources humaines de Lycatel – France qui a multiplié les promesses. Tout doit être « mis en place dès le mois de mars », selon une note transmis le 5 mars aux salariés.
Mais pour l’instant, rien de nouveau concernant leurs revendications, à savoir l’application du droit du travail. Lycatel semble appliquer la même méthode que pour les commerçants, en leur distribuant des cadeaux aux couleurs de leur marque préférée : des doudounes, des casquettes, des sacs de sport et des appareils photo.

De la Vidéosurveillance et des avertissements

La direction de Lycatel n’oublie pas de manier le bâton. Début mars, en plein week-end, elle a fait installer trois caméras de vidéosurveillance dans ses bureaux lyonnais, là où les salariés viennent prendre leurs instructions avant de partir prospecter.
« C’est illégal, commente le syndicaliste Patrick Soulinhac. Toute mesure de surveillance doit être proportionnée aux objectifs poursuivis. Chez Lycatel, ils ont mis des caméras dans la salle de réunion, dans la réserve et dans le bureau du comptable alors qu’il n’y a jamais eu de vols ».

Quelques jours après l’arrivée de la vidéosurveillance, deux salariés ont reçu un avertissement disciplinaire pour « avoir refusé de prendre l’appareil photos et des affiches » alors qu’ils n’ont « rien à se reprocher », insiste Michel.

Ce Lundi, ils sont de nouveau en grève pour demander que « le droit du travail soit appliqué tout de suite ».

Contactée, la direction de Lycatel – France n’a pas donné suite.

http://www.rue89lyon.fr/2012/03/18/...



Imprimer cet article





Une fois le fascisme décongelé on ne peut pas le recongeler - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 22h09
de : Hdm
SYRIE : Israël aggrave dangereusement la tension Internationale !
mercredi 20 - 20h07
de : JO
BOLIVIE : Un nouveau coup d’Etat orchestré de la guerre économique des multinationales !
mercredi 20 - 19h54
de : J0
Hôpitaux : un plan d’urgence au rabais
mercredi 20 - 14h35
Emission : Allemagnes 89/90 - Réunification ? Ou colonisation ?
mardi 19 - 18h02
de : Emission Polémix et La Voix Off
2 commentaires
Gilets jaunes : sept Français sur dix trouvent le mouvement "justifié" et estiment qu’il a servi aux catégories populair
mardi 19 - 13h36
de : nazairien
1 commentaire
LA RAGE ET LA RÉVOLTE
mardi 19 - 12h42
de : Ernest London
Didier Maisto, directeur de "sud radio" , mais aussi, journaliste de terrain, témoigne sur l’acte 53 à Paris (vidéo)
lundi 18 - 23h02
de : nazairien
2 commentaires
3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
2 commentaires
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
1 commentaire
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Dans la bataille de l'homme et du monde, ce n'est pas le monde qui a commencé. Gaston Bachelard
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite