Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Lycamobile : la galère des vendeurs de la « téléphonie ethnique »


de : union locale cgt lyon 7/8
mardi 3 avril 2012 - 23h21 - Signaler aux modérateurs

Lycamobile versus Lebara. Ces deux entreprises britanniques de téléphonie mobile se livrent une guerre, magasin par magasin, pour capter les étrangers intéressés par des appels « low cost » vers leur pays. Mais les employés lyonnais de Lycamobile ont décidé de protester contre des conditions de travail de « galériens ». Ce lundi, ils sont de nouveau en grève.

Dans le jargon, on appelle cela du « marketing ethnique » appliqué à la téléphonie mobile. Depuis un an, à Lyon, leurs publicités ont fleuri dans les quartiers populaires, sur les vitrines de kebabs, taxiphones (autrement appelés call box) et autres boutiques de produits exotiques. Après Lebara (en 2010), Lycatel s’est implanté à Lyon et commercialise sous la marque Lycamobile des cartes SIM prépayées. Comme Lebara, cette société britannique a été créée par des Sri Lankais. Elle compte environ 4 000 salariés dans le monde dont 400 en France et 22 à Lyon. Elle mène une politique commerciale agressive pour chasser son principal concurrent, Lebara.

Stands de rue et guerre des affiches

A l’été 2011, Lycamobile débarque à la Guillotière, Place du Pont (Lyon 7e), où se concentre la majorité des boutiques à destination d’un public immigré. Pour supplanter Lebara, la vingtaine de commerciaux a donné des dizaines de carte SIM à chaque call box. Un buraliste du quartier témoigne :
« C’était de la folie. Les petits stands devant les boutiques ont fleuri pour vendre directement dans la rue. Au lieu de les vendre à 9,90 euros (pour un crédit de 7,50 euros), ils ont cassé les prix en les vendant 4 ou 5 euros. Les gens ont naturellement préféré Lycamobile à Lebara ».

Dans un même temps, une équipe « posters » a été créée. Elle compte aujourd’hui 7 salariés. Leur mission : recouvrir d’affiches promotionnelles les quartiers où se concentrent les populations étrangères. Lebara procède de la même manière. C’est la surenchère. Michel (tous les prénoms ont été changés), un des membres de cette équipe, explique le principe :
« On donne des cadeaux de merde aux commerçants, des casquettes, des stylos ou des calepins. On leur donne également des cartes SIM à zéro euro. Si Lebara en donne 20, on en donne 25. L’idée est de lui faire enlever l’affiche Lebara et de mettre la nôtre. On prend une photo avant et une photo après pour prouver à nos chefs qu’on a fait le travail ».

Et quand les Lycamobile croisent les Lebara, ça chauffe. Michel évoque une de ses rencontres :
« Ils voulaient me casser la gueule parce que j’avais arraché une de leurs affiches. Je leur ai dit que c’était ridicule de se battre alors que c’est les patrons qui en profitent. Ils se sont calmés ».

Des impayés et des sèche-cheveux

Les embrouilles sont également monnaie courante avec les commerçants, à qui on propose, contre rémunération, de décorer leur devanture aux couleurs de la marque. Ce qu’on appelle le « branding ». En fonction de la taille de la pub, le commerçant gagne plus ou moins d’argent. Tout se négocie.

En moyenne, les commerçants peuvent espérer toucher entre 50 et 100 euros pour un bandeau sur une vitrine. En argent ou en cartes SIM prépayées.

Problème, Lycamobile aurait une fâcheuse tendance à oublier de payer ces commerçants.

Un épicier de la rue de Marseille (7e arrondissement) devait toucher 50 euros par mois. Il n’a perçu qu’un versement et, ensuite, plus rien. Vu la somme modique, il a préférer laisser courir et n’a pas pris le temps de décoller, au sèche-cheveu, la pub collée sur vitrine. Le tenancier d’une boutique de téléphonie du 3e arrondissement, n’a gardé pas la pub.

« Je me suis installé l’été dernier. Leur branding tombait bien. Ils devaient me faire mes enseignes et me verser 300 euros par mois. Ils ont collé leur pub sur la vitrine et m’ont donné une vingtaine de cartes SIM en guise d’acompte ».

Lycamobile ne lui a jamais réalisé son enseigne promise. Au bout de deux mois, il a enlevé la pub de sa vitrine. Et quand une équipe de « posters » est venu chez lui pour le démarcher à nouveau, il a vu rouge : « J’ai pris l’appareil photo d’un des gars et je lui ai demandé d’appeler son responsable. Je leur ai dit que je ne rendrais l’appareil que s’ils venaient me faire mon enseigne et me donner l’argent promis. Il m’a menacé d’aller au commissariat. Et quand je lui ai parlé de contrat non respecté, il a fait celui qui ne comprenait pas ». Finalement, le commerçant énervé a rendu l’appareil photo. « ça m’a coûté l’achat d’un sèche-cheveux », préfère-t-il plaisanter aujourd’hui. D’autres sont moins conciliants. A Grenoble, quartier Saint-Bruno, nous disent les salariés de Lycatel Lyon, ils seraient même « interdits de séjour », suite à ne nombreux impayés.

Le liquide coule à flot

Avec un chiffre d’affaires évalué à 662 millions de livres sterling en 2010 (environ 796 millions d’euros), Lycatel fait de l’argent. Autant que Lebara. Et sur le terrain, la société brasse beaucoup de liquide.

« Quand on tient un stand devant une boutique ou sur le marché, seul le liquide est accepté. On ne délivre jamais de facture », explique Félix, un autre salarié lyonnais.

Pour motiver les équipes, les managers lancent des défis. Michel poursuit :
« A chaque fois, on est payé en liquide. Une fois, c’était à celui qui enlève le plus d’affiches de Lebara. Il pouvait toucher un billet de 50 euros le soir-même ». Pour les déplacements dans d’autres villes, les responsables d’équipe ont tendance à défrayer également en monnaie sonnante et trébuchante :
« A midi, on nous donne 5 euros en liquide. Un kebab coûte 4 euros 50. On peut même pas se prendre une boisson ».

Si l’on s’en tient à la convention collective, ils devraient être payés 17,40 euros par repas, selon Patrick Soulinhac, secrétaire général de l’Union locale CGT 7e/8e.

« Ils ne prennent jamais de purs Français »

C’est à la porte de la CGT que les salariés lyonnais de Lycatel ont frappé il y a deux mois, à la recherche de renseignements. Le syndicat les a aidés à dresser une liste des entorses au droit du travail :
 Selon la convention collective des télécoms, ils devraient être payés comme vendeurs à 1600 euros brut alors qu’ils sont considérés comme balayeurs, au Smic.
 Leurs heures supplémentaires ne sont pas payées.
 La mutuelle à laquelle ils cotisent ne leur permet pas de remboursement.
 Lors de leurs déplacements en transport en commun, leurs tickets ne sont pas payés.
 Des employés sans permis de conduire prennent la voiture pour les déplacements.

Vieux routier du syndicalisme, le secrétaire général de l’Union locale « n’a jamais vu ça » : « Il n’y a même pas d’organigramme. On ne sait jamais à qui on s’adresse. Tout est décidé de Londres. La direction française ne fait que remonter les infos ».

Les salariés que nous avons rencontrés se considèrent comme les « galériens » de cette guerre entre les marques Lebara et Lycamobile. Michel a cette phrase :
« Parmi nous, il y a des gens qui viennent d’Afrique noire, du Maghreb, d’Inde, du Pakistan ou du Sri Lanka. Mais ils n’embauchent jamais de blancs. Des purs Français qui pourraient trop facilement voir leurs combines ».

Des doudounes offertes pour calmer les salariés

Début février, ces petites mains de la téléphonie en ont eu assez du « foutage de gueule ». Félix raconte :
« Un des collègues devait toucher des sous de la mutuelle. Il a rien touché. Un autre était jeune papa, il n’a pas perçu les indemnités de son congé paternité. Il a fallu qu’il se mutile en se tapant la tête contre les murs après avoir tenté de sauter du troisième étage de l’immeuble de Lycatel pour que la direction lui verse son dû ».

Les gouttes d’eau. La vingtaine de salariés a fait grève pendant deux jours, les 7 et 8 février. La direction a dépêché la directrice des ressources humaines de Lycatel – France qui a multiplié les promesses. Tout doit être « mis en place dès le mois de mars », selon une note transmis le 5 mars aux salariés.
Mais pour l’instant, rien de nouveau concernant leurs revendications, à savoir l’application du droit du travail. Lycatel semble appliquer la même méthode que pour les commerçants, en leur distribuant des cadeaux aux couleurs de leur marque préférée : des doudounes, des casquettes, des sacs de sport et des appareils photo.

De la Vidéosurveillance et des avertissements

La direction de Lycatel n’oublie pas de manier le bâton. Début mars, en plein week-end, elle a fait installer trois caméras de vidéosurveillance dans ses bureaux lyonnais, là où les salariés viennent prendre leurs instructions avant de partir prospecter.
« C’est illégal, commente le syndicaliste Patrick Soulinhac. Toute mesure de surveillance doit être proportionnée aux objectifs poursuivis. Chez Lycatel, ils ont mis des caméras dans la salle de réunion, dans la réserve et dans le bureau du comptable alors qu’il n’y a jamais eu de vols ».

Quelques jours après l’arrivée de la vidéosurveillance, deux salariés ont reçu un avertissement disciplinaire pour « avoir refusé de prendre l’appareil photos et des affiches » alors qu’ils n’ont « rien à se reprocher », insiste Michel.

Ce Lundi, ils sont de nouveau en grève pour demander que « le droit du travail soit appliqué tout de suite ».

Contactée, la direction de Lycatel – France n’a pas donné suite.

http://www.rue89lyon.fr/2012/03/18/...



Imprimer cet article





journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
1 commentaire
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
1 commentaire
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire
Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave Par Ariane Bilheran,
vendredi 11 - 11h21
de : pierrot
2 commentaires
CHRONIQUES NOIR & ROUGE N° 2 Septembre 2020
mercredi 9 - 22h26
de : frank
ELEVES ET PROFS A L’ABANDON
mercredi 9 - 18h16
de : Nemo3637
Séance de déplacement collectif
mercredi 9 - 12h43
de : jean1
République et démocratie : dérives et instrumentalisations
mercredi 9 - 00h08
de : Christian Delarue (Fondation Copernic)
1 commentaire
Rentrée scolaire "bleu marine" !
dimanche 6 - 16h33
de : joclaude
Mali : une solution est-elle possible sans remise cause des règles du jeu ?
samedi 5 - 16h57
de : Eve76
Rentrée, plan de relance, luttes…
samedi 5 - 09h40
Regard marxiste sur la catastrophe écologique et perspectives - Chrismondial
samedi 5 - 08h38
de : Christian Delarue
1 commentaire
RÉUNION ET REPAS DE SOLIDARITÉ ORGANISÉS PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH - 12/09/20
vendredi 4 - 17h40
de : Jean Clément
RÉUNION ET REPAS DE SOLIDARITÉ ORGANISÉS PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH - SAMEDI 12 SEP
vendredi 4 - 17h37
de : Jean Clément
Mali : Dans quel but s’y maintient l’Armée Française ?
vendredi 4 - 17h29
de : joclaude
Guy KONOPNICKI : 2005 - 2020 . Christian DELARUE
vendredi 4 - 17h14
de : Christian.Delarue
3 commentaires
Etats-Unis : Daniel Prude asphyxié par des policiers dans l’Etat de New York (video, photos)
vendredi 4 - 10h58
Des tags islamophobes sur la mosquée de Tarbes - MRAP
jeudi 3 - 21h34
de : Christian DELARUE (MRAP)
3 commentaires
Le plan de relance enchante le patronat sans trop convaincre les syndicats de salariés
jeudi 3 - 17h38
A LA RENTREE FAIS GAFFE A LA RECRE
jeudi 3 - 10h02
de : Nemo3637
La grande descente - Si c’est pas l’heure de l’mettre, ça y ressemble !
mercredi 2 - 22h37
de : Hdm
1 commentaire
Tita Nzebi, femme de parole et de chant
mercredi 2 - 17h28
L’universalisme, seule boussole de l’antiracisme - HPR répond à JLM (Marianne)
mercredi 2 - 07h34
de : Christian Delarue
La République En Masques : une armada de collabos !
mardi 1er - 15h25
de : Claude Janvier
3 commentaires
Le PCF du Tarn agressé par l’extrême droite, le PRCF 81 apporte son soutien et sa solidarité antifasciste.
mardi 1er - 12h01
de : jodez
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite