Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Delanoë invente la « vidéo-insulte »
de : Jean-Pierre Anselme
mercredi 30 mai 2012 - 12h38 - Signaler aux modérateurs

Depuis trois semaines, une caméra vidéo espionne les habitants du quartier d’Aligre (Paris XIIe), renommé pour son marché populaire. Lundi 28 mai, en clôture d’une journée festive, l’association des lieux a sonné la mobilisation contre cette « cochonnerie » (Marguerite, 72 ans, native du faubourg Saint-Antoine)

JPEG - 45.2 ko
De la bonne humeur, malgré l’intervention de la police.

« Circulez, circulez !... », surgis d’on ne sait où, très hostiles, deux gardiens de la paix ordonnent la dispersion du rassemblement autour de la caméra de vidéosurveillance, appelé par l’association du quartier, la Commune libre d’Aligre. Sa « clique » de gardes champêtres fait rire le public en tentant maladroitement d’accrocher une banderole sur le poteau coiffée par la caméra. L’ambiance, bon enfant, finit par désamorcer l’agressivité des agents de police.

Rien que de très habituel, somme toutes, dans un quartier parisien particulièrement paisible. Depuis 236 ans, six jours sur sept, son vaisseau amiral, le marché d’Aligre, transporte dans la bonne humeur une communauté humaine qui va bien au-delà des habitants du XIIe et du XIe arrondissement, jusqu’à au delà du périphérique.

Toni, un des animateurs de la Commune libre d’Aligre (en train de faire griller des sardines pour le repas de quartier) : « Ça fait 35 ans que j’habite ici, il n’y a jamais eu de problème avec personne, je ne comprends pas pourquoi tout à coup ce truc arrive ! » « S’il y a bien un endroit où on n’a pas besoin de ça, c’est ici, les gens se connaissent ! », appuie Henri qui vit dans le XIe depuis 12 ans. Assis avec des amis à une des tables du repas de quartier, il s’interroge : « D’où peut venir une idée pareille ? »

En ce lundi de pentecôte, vide grenier et repas de quartier, une image coutumière à Aligre.En ce lundi de pentecôte, vide grenier et repas de quartier, une image coutumière à Aligre.

Le coup a été bien monté. D’ailleurs, nombreux sont ceux qui n’ont pas encore remarqué qu’un nouveau lampadaire, maquillé en « style d’autrefois », dissimule une caméra de vidéosurveillance dernier cri qui a à l’œil en permanence la quasi totalité du marché.

Un coup bien masqué aussi, chacun des initiateurs du méfait accusant l’autre, alors même que, comme le dénonce la Commune libre d’Aligre, « la caméra de vidéosurveillance de la Place d’Aligre est une invention du gouvernement de Sarkozy, de la mairie de Paris et de la mairie du XIIe » (lien vers le site de la Commune libre d’Aligre ICI)

Pendant le repas de quartier et le vide-grenier organisés par la Commune libre d’Aligre, la maire socialiste du XIIe, Michèle Blumenthal, interpellée, proteste publiquement de son innocence et met en cause le préfet de police (À propos du préfet de police, lire l’article de ce blog sur ces liens incestueux avec « le Siècle », le club de l’oligarchie hexagonale, ICI). Celui-ci serait passé à l’acte place d’Aligre à la suite d’un article falacieux du Parisien stigmatisant le lieu, désigné comme une « plaque tournante du trafic de drogue à Paris » !

C’est avec le même préfet pourtant que la maire a mis en place pour son arrondissement le plan 1000 caméras à Paris (1300 en réalité) voulu par Nicolas Sarkozy et appliqué par Bertrand Delanoë. La maire du XIIe, ainsi que Patrick Bloche, maire socialiste du XIe et député de Paris, de passage rue d’Aligre lui aussi, ont juré qu’ils allaient écrire au nouveau ministre de l’Intérieur pour lui demander la suppression de la caméra contestée.

Carte postale au maire de Paris, éditée par l'association du quartier.Carte postale au maire de Paris, éditée par l’association du quartier.

La Commune libre, elle, ne ménage pas le maire de Paris. Bertrand Delanoë va bientôt recevoir des cartes postales pré-timbrées, éditées par l’association, remplies par les citoyens indignés : « Je soussigné(e)..., pour la liberté et la tranquillité de tous, je demande sans délai le retrait de la caméra de surveillance de la place d’Aligre ! »

Odile, depuis 20 ans dans le quartier, en train de siroter une limonade pression à la terrasse de « chez Chou », le café tabac de la place, s’interroge : « Moi je n’ai jamais eu de sentiment d’insécurité ici, de même pour mes enfants que j’ai toujours “laché” sans crainte dans le quartier où je sais que je peux compter sur mes potes, ici c’est un village, alors d’où leur est venue l’idée ? Par expérience, la sécurité c’est toujours l’élément qu’on sort pour faire sortir autre chose, c’est du détournement, un prétexte. » Armand, 84 ans, du « coin » depuis cinquante ans, voit « un acte malveillant », « ce sont les créateurs de ce “machin” qui sont les délinquants et les criminels, et ils voudraient qu’on leur ressemble ».

Un couple de gays, en train de chiner au vide-grenier, ne mache pas ces mots : « C’est de la “vidéo-insulte” ! ». Entre deux discussions avec des habitants, Cécile, la présidente (bénévole) de la Commune libre d’Aligre, considère que « ce type d’objet dénature les relations sociales d’un quartier. Depuis qu’elle est là on est plus les mêmes. Il y a de la tension dans le quartier, on se sent observé, comme si on avait un surveillant général au-dessus de nous. J’en ai discuté avec les gens, avec les jeunes, tout le monde est choqué. Au nom de quoi ils nous surveillent ? »

La caméra de vidéosurveillance en cours d'inauguration par un des gardes champêtres de la Commune libre.La caméra de vidéosurveillance en cours d’inauguration par un des gardes champêtres de la Commune libre.

Et si cette caméra, piquée plantée au beau milieu d’un espace de convivialité, avait justement pour mission de créer ce qu’elle prétend combattre ? « D’où peut venir une idée pareille ? Sauf à vouloir créer des soucis ! Les gens vont commencer à se poser des questions : “S’il y a une caméra ici c’est qu’il y a des raisons pour ça !”  », s’inquiète Henri.

Dans son communiqué, la Commune libre d’Aligre explique son opposition à la vidéosurveillance parce que, en tant qu’association de proximité, « par son essence même et son action quotidienne dans le quartier, elle favorise le lien social, la rencontre, l’entraide et la solidarité. »

Et si, à terme, le but réel de l’idéologie sécuritaire n’était pas purement et simplement de détruire cette vie là, celle promue par une association de 800 adhérents et qui rayonne bien au delà de son périmètre en touchant des milliers de personnes ? Détruire la vie foisonnante d’un quartier où il fait bon saluer des têtes connues et qui vous connaissent, où il fait bon paresser à une des multiples terrasse de café avec les amis ?...

La banderolle enfin accrochée au poteau de vidéosurveillance dénonce le prix de la fumisterie.La banderolle enfin accrochée au poteau de vidéosurveillance dénonce le prix de la fumisterie.

L’Assemblée générale de la Commune libre d’Aligre dressait ce bilan de son année 2011, pour le café associatif qu’elle gère au 3 rue d’Aligre :« En 2011, on a pu compter : 300 ateliers en journée (52 ateliers d’écriture, 44 séances de conte pour enfants, 24 ateliers jeux de société, 12 atelier de danse, 12 ateliers de maquette graphique), 150 repas en soirée (cuisinés par les bénévoles) , 12 soirées poésie, 32 soirées théâtre, chansons, concerts, 12 rencontres multilingues, 53 projections de films, 42 débats . » À quoi il faut ajouter un festival annuel de cinéma, un jardin partagé, des vide greniers, des repas de quartier...

Peut-être aussi que les instigateurs du plan 1000 caméras n’ont pas pardonné à cette « association de quartier » d’avoir été un des initiateurs du Collectif Démocratie et Liberté ? Le CDL, qui regroupe trente quatre associations locales, mouvements des droits de l’homme et partis de gauche (Le site du CDL, « Pour un Paris sans caméras de surveillance » ICI), s’oppose depuis 2009 à la vidéosurveillance à Paris.

Sans avoir été jamais entendu, en particulier par le maire de la capitale camouflé derrière sa « vidéo-tranquillité ». Aujourd’hui, Jacques, depuis trois ans dans le XIIe, le dit comme ça : « Maintenant quand je descends dans mon quartier, j’ai l’impression de ne plus être en sécurité, d’être observé, ça me bouffe ma liberté. »

« C’est une dépense publique inefficace, tout cet argent pourrait être utile ailleurs », regrette Philippe, de la Commune libre. Si aucune étude n’a jamais démontré la moindre efficacité de la vidéosurveillance dans la lutte contre la délinquance et la criminalité, tout au contraire (lire article de ce blog sur la vidéosurveillance à Paris ICI et visionner le film de propagande pour la vidéosurveillance, en 1947 ! ICI), la seule chose qui est certaine c’est qu’elle est par contre à but très lucratif.

Qu’on en juge : « 1 caméra panoramique + 1 poteau = 119 500 euros ; 1200 caméras + 1200 poteaux = 143 400 000 euros sur 15 ans ». Sans compter les frais de personnel. Et Philippe de conclure : « En fait les politiques dépensent notre argent là dedans pour pouvoir dire qu’ils ont agit contre l’insécurité »

Du mardi au dimanche, le marché d'Aligre brasse des milliers de personnes.Du mardi au dimanche, le marché d’Aligre brasse des milliers de personnes.

Le fait est que le choix de développer la vidéosurveillance dans la capitale est allé de pair avec des coupes claires dans les subventions aux associations, lesquelles, à l’instar de la Commune libre d’Aligre qui doit toujours se battre pour obtenir trois francs six sous, ont de plus en plus de mal à survivre. Surveillance policière généralisée ou développement des liens sociaux, le choix est clair et c’est un choix politique.

Dans le quartier d’Aligre, comme dans bien d’autres endroits en France, les représentants politiques, de gauche et de droite, ont un rapport pour le moins ambivalent avec le mouvement associatif. Selon qu’ils contrôlent ou non les associations, leur attitude balance entre une bienveillance agacée et une hostilité sans fard, l’argent public allant de préférence aux plus dociles...

Et, bien sûr, c’est un pur hasard si la caméra de vidéosurveillance de la place d’Aligre est idéalement placée à l’endroit du marché où les yeux inquisiteurs de la police pourraient, par mégarde, confortablement épier et ficher les militants politiques et associatifs qui y diffusent très régulièrement leurs tracts, tiennent des tables et discutent avec les citoyens.


AJOUT (mardi 29 mai, 17h30) : la Commune libre d ’Aligre a reçu ce matin, et donc au lendemain de l’« inauguration » de la caméra, un coup de téléphone de la préfecture de Paris l’informant que son projet de concert devant le café pour la fête de la musique avait obtenu un avis défavorable du commissariat du XIIe et n’était donc pas autorisé. Prétexte : trop de concerts dans le même secteur...

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean...



Imprimer cet article





Didier Maisto, directeur de "sud radio" , mais aussi, journaliste de terrain, témoigne sur l’acte 53 à Paris (vidéo)
lundi 18 - 23h02
de : nazairien
1 commentaire
3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
1 commentaire
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. Albert Einstein, 1921.
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite