Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Mouvement à l’école d’art d’Avignon
de : Sud Étudiant ESAA
samedi 30 juin 2012 - 16h20 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Nous sommes un collectif d’étudiants de l’École Supérieure d’Art d’Avignon (ESAA). Nous dénonçons les très nombreux dysfonctionnements de notre école et les abus de pouvoir de son directeur.

Élection d’un représentant étudiant annulée, clientélisme, management par la terreur, harcèlement moral et physique, sexisme...L’école d’art d’Avignon est un concentré de ce qui peut se faire de pire en matière d’abus de pouvoir et de mépris à l’encontre des étudiants.

Depuis que nous avons commencé à dénoncer le climat au sein de l’école, les pressions s’accentuent, culminant lors d’un dépôt de plainte au commissariat à l’encontre du directeur, notamment pour les faits de harcèlement dénoncés : refus de prendre les plaintes, accusations répétées de « mythomanie », présence de policiers en civil de la DCRI, intervention du commissaire...

Dernier méfait en date : le représentant étudiant a été physiquement empêché par la police de venir porter devant le CA les revendications formulées par les étudiants, entrainant la reprise de l’occupation et le blocage de l’école en représailles.

Malgré les coups portés par ceux qui tiennent à maintenir coute que coute leur rôle de petits chefs et de serviteurs d’un enseignement policier de l’art des élites, nous tiendrons bon.

La mairie préfère investir massivement de l’argent public pour mettre en valeur la collection privée d’un milliardaire plutôt que d’assurer la survie d’une école. Notre lutte a révélé aux yeux de tous le mépris des pouvoirs publics pour l’école et ses étudiants.

Nous maintenons les exigences suivantes :
 passage en second cycle de tous les étudiants de L3 diplômés.
 définition claire et précise des modalités d’admission en second cycle pour les années à venir.
 La garantie de locaux stables et en adéquation avec les besoins de l’école pour le déménagement.
 Le renvoi par le C.A. de Mr Ferrari pour tous ses manquements et ses abus dans la gestion de sa fonction.
 La nomination par le C.A. d’un nouveau directeur, sur appel à projet. Celui-ci devra être quelqu’un d’extérieur à l’ESAA et à la ville d’Avignon.
 La mise en place d’un véritable projet d’établissement élaboré en concertation juste et démocratique avec les différents acteurs de l’école.
 Une réelle mise à plat du fonctionnement de l’ensemble de l’école.

plus d’infos :
http://sud-etudiant-esaa.blogspot.fr/

JPEG - 146.7 ko


Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Mouvement à l’école d’art d’Avignon
30 juin 2012 - 23h18

http://www.humanite.fr/fil-rouge/fa...

Faux saccage à l’École Supérieure d’Art d’Avignon (Sud éducation)
Mots clés : education,

À Avignon, tout est faux. L’École Supérieure d’Art (ESAA) ne possède pas un directeur, elle est possédée par un directeur. Qui ne respecte aucune loi, qui considère le personnel et les usagers (les étudiantEs) comme ses jouets qu’il manipule quand il peut ou qu’il jette quand il ne peut pas. L’ESAA n’enseigne pas l’Art. Elle enseigne la soumission.

La police d’Avignon ne protège pas les citoyens : elle fait pression sur les étudiants de l’ESAA pour qu’ils ne déposent pas plainte quand ils sont menacés, harcelés, moralement ou sexuellement. La police d’Avignon ne protège pas la démocratie : elle s’oppose physiquement à l’entrée d’un étudiant légitimement et légalement élu au CA de l’ESAA de participer à la tenue du conseil. Les membres du CA de l’ESAA (préfecture, mairie, université, enseignants) ne décident rien. Ils reportent.

Un des journaux les plus lus dans la ville d’Avignon, La Provence, n’a pas pour objectif d’informer ses lecteurs, mais de faire sensation, en caressant le pouvoir dans le sens du poil. Mercredi soir, des étudiants de l’ESAA en colère, poussés à bout par 18 ans de silence et d’inaction de la part des autorités publiques sur les agissements de leur directeur, par la destruction de leur projet professionnel et de leurs rêves par des individus détachés et méprisants, occupent pour la deuxième fois leur école.

Le mouvement n’a plus beaucoup d’options, certains étudiants sont déjà partis en vacances, d’autres ont commencé à travailler pour rembourser leurs crédits de l’année.

Quelques tracts jetés par terre, un tas de chaises et de tables où rien n’a été cassé, des « tags » à la craie ou à la gouache, des poignées de porte soigneusement dévissées et placées ensemble sur une table...

Rien n’a été volé ni cassé. La Provence titre sur « École mise à sac ».

À Avignon, on dénonce les victimes.

À Avignon, tout est faux.



Mouvement à l’école d’art d’Avignon
1er juillet 2012 - 10h53

http://www.mlactu.fr/article/plaint...

La colère gronde un peu plus chaque jour à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art d’Avignon. Vendredi 22 juin, quatre élèves se sont rendus au commissariat pour déposer plainte contre Jean-Marc Ferrari. Une entrevue dont ils dénoncent d’ailleurs les « manipulations ». Deux d’entre eux accusent leur directeur de harcèlement sexuel, et deux autres de harcèlement moral. Alors qu’ils s’insurgent « d’une loi du silence généralisée », le préfet du Vaucluse a brisé le silence, hier, pour s’exprimer sur une affaire qui enfle.

Ils avaient prévenu : au moins une plainte serait déposée avant le 26 juin, date du Conseil d’Administration de l’école. Chose promise, chose due. Quatre plaintes ont été déposées il y a quelques jours contre le directeur de l’Ecole. Les étudiants en question l’accusent de « menaces, de paroles et de gestes déplacés ». Boris, qui doit passer en 4ème année à la rentrée fait partie des personnes ayant déposé plainte, pour harcèlement moral : « à deux reprises, Jean-Marc Ferrari m’a ouvertement menacé de me renvoyer de l’école sans raison ; je fais partie des étudiants mobilisés demandant sa démission… D’ailleurs je suis élu au Conseil d’Administration en tant qu’élève mais mardi (le 26, ndlr), au CA, je n’ai pas pu rentrer pour y assister, on m’a refusé l’accès ! ». Un groupe d’étudiants s’était d’ailleurs rassemblé juste avant la tenue de ce Conseil : « il semblerait que la situation n’ait même pas été évoquée, ni par la préfecture, ni par la mairie, comme si rien ne s’était passé alors que quatre plaintes sont déposées. Ils jouent la carte de l’essoufflement » s’insurge Jacques Maire, co-secrétaire de Sud Education 84 qui soutient les étudiants. « Faux » répond le préfet, François Burdeyron, qui affirme que les problèmes, notamment d’ordre pédagogique, ont été évoqués (le non passage d’une quinzaine d’élèves en quatrième année, entre autres). Un inspecteur du ministère de la Culture, accompagné d’une représentante de la DRAC se sont d’ailleurs rendus sur place en début de semaine pour enquêter sur le fonctionnement et la gestion de l’école. Leur compte rendu devrait être connu dans une quinzaine de jours et révéler ou non des dysfonctionnements.

Des plaintes gênantes ?

Il est difficile d’obtenir des réponses des figures officielles quant à ces plaintes pour harcèlement sexuel et moral envers le directeur de l’école. Sandra Cattini, Conseillère Arts Plastiques à la DRAC PACA, nous a signifié qu’elle n’avait pas à s’exprimer sur la question puisque « c’est à la justice de faire son travail ». Même discours du côté de François Burdeyron, le préfet du Vaucluse :

Sud Education et les étudiants mobilisés dénoncent, quant à eux, « un silence généralisé » autour de cette affaire. Le directeur administratif de l’ENSA, Didier Herbet nous a affirmé par téléphone au sujet des plaintes « ne pas savoir le contenu ; je ne suis pas au courant, je ne sais pas vraiment ce qu’il se passe. Les plaintes pour harcèlement relèvent du domaine privé, pas du Conseil d’Administration. Moi je n’ai jamais rien vu, maintenant c’est à la justice de faire son travail. Si c’est vrai, c’est terrible, si c’est faux, Jean-Marc Ferrari aura eu raison de porter plainte pour diffamation ».

Des étudiants qui affirment avoir été mal reçu au commissariat

L’affaire continue de s’envenimer : la grogne née il y a quelques semaines contre le système pédagogique de l’ESAA prend ces jours-ci une tout autre ampleur. Outre les plaintes pour harcèlement, les étudiants et le syndicat Sud dénoncent aussi les conditions dans lesquelles ils auraient été reçus au commissariat d’Avignon. Dans un communiqué commun, ils reviennent sur l’évènement : « La première des quatre a pu déposer sa plainte normalement (…) Bizarrement, 45 minutes se sont écoulées avant que la deuxième plaignante soit entendue. Lorsque celle-ci est enfin appelée, le policier refuse très agressivement qu’elle soit accompagnée et lui dit devant témoin que sa plainte n’est pas recevable (…) Pendant que la deuxième plaignante était "cuisinée", le troisième plaignant a été reçu. » Le troisième en question n’est autre que Boris qui a accepté de nous livrer son témoignage : « C’était complétement délirant, le policier m’a dit que je ne pouvais pas porter plainte alors qu’il ne savait même pas le contenu. Il m’a dit que je ne pouvais que déposer une main courante donc on est parti pour que je puisse porter plainte normalement, ailleurs, à la gendarmerie de Remoulins, prise sans souci ». La quatrième personne venue pour déposer plainte l’aurait également fait à Remoulins. Le syndicat Sud n’hésite pas à parler « d’intimidations », Boris, lui, nous avoue « je ne suis pas un adepte de la théorie du complot mais j’ai quand même l’impression qu’on nous empêche de faire des vagues ; j’espère que la police fera son travail ». Nous avons demandé au Commissariat d’Avignon sa version des faits, l’administration nous a fait savoir que le directeur départemental de la Sécurité publique, Jean-Pierre Sola ne souhaitait pas s’exprimer à travers de notre média. Le Préfet de Vaucluse a démenti une quelconque mauvaise prise en charge de la part des policiers.

Les étudiants en colère dégradent leur école

La mobilisation se durcit : dans la nuit de mardi à mercredi, le 27 juin, un tournant plus « radical » a été pris par les étudiants. Des dégradations au sein de l’établissement ont été commises. Le directeur administratif de l’ESAA, Didier Herbet nous a expliqué ce qu’il s’est passé : « Les élèves ont déménagé des meubles pour obstruer la porte d’entrée, ont pris des objets pour en faire des sculptures et fait des inscriptions sur les murs. Ce n’est pas vraiment un préjudice financier mais plutôt moral, surtout qu’ils ont déplacé des œuvres qui étaient en train d’être installées pour une exposition du Festival d’Avignon. Aucune heureusement n’a été abîmée ». Des dégradations que condamnent fermement le préfet du Vaucluse et la Maire d’Avignon. Dans un communiqué, Marie Josée Roig se dit en « colère de voir dégradé un bâtiment public accueillant des étudiants (…) Aucune revendication n’excuse la violence et la détérioration de biens publics. C’est donc avec la plus grande fermeté que je tiens aujourd’hui à dénoncer ces agissements irresponsables totalement indignes d’étudiants ». Nous n’avons pu obtenir par contre sa réaction quant au dépôt des plaintes contre le directeur. De son côté, le syndicat Sud Education 84, par la voix de son co-secrétaire Pierre Jourlin, s’insurge contre le terme de saccage : « Quelques tracts jetés par terre, un tas de chaises et de tables où rien n’a été cassé, des "tags" à la craie ou à la gouache, des poignées de porte soigneusement dévissées et placées ensemble sur une table... Rien n’a été volé ni cassé. » L’affaire est loin d’être terminée. Des actions seront prévues pendant le Festival, notamment lors de la venue du président François Hollande. Une pétition demandant la démission de Jean-Marc Ferrari est également en cours, « signée par plus de la moitié des étudiants » nous affirme le syndicat.






Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
12 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
21 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1
Alexandre Langlois réagit à l’attaque au couteau à la préfecture de police de Paris (vidéo)
jeudi 3 - 20h25
de : nazairien
Une corrompue de plus, comme commissaire européen : Emplois fictifs : « I’m clean », se défend Sylvie Goulard
jeudi 3 - 17h54
de : nazairien
3 commentaires
Ils avouent sans honte, que les radars c’est pour faire du fric : Les « gilets jaunes » ont plombé les recettes des radars
jeudi 3 - 16h58
de : nazairien
1 commentaire
Fouloir, Pouvoir, Vouloir.
mercredi 2 - 19h22
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
ÉCOLE
mercredi 2 - 08h41
de : Ernest London
chirac le pot pourrit infini
mardi 1er - 22h29
de : Jean-Yves Peillard
ALGERIE Louisa Hanoune condamnée à 15 ans de prison : solidarité face à la répression du régime !
mardi 1er - 21h41
de : revolution permanente
1 commentaire
Comment l’exécutif a plombé les comptes de la Sécu et s’apprête à nous faire payer la facture
mardi 1er - 16h48
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il faut avoir une parfaite conscience de ses propres limites, surtout si on veut les élargir. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite