Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Les troubles psychologiques sont-ils assez rentables ?
de : Pertus04
mercredi 11 juillet 2012 - 10h15 - Signaler aux modérateurs

Avec 400 millions de personnes atteintes (dont 38% en Europe), les maladies du cerveau représentent un enjeu sociétal et humain majeur. Mais pour certains laboratoires, à l’instar d’AstraZeneca (dernier exemple en date !), le marché n’est pas encore assez lucratif. Il en résulte des coupes sombres dans leurs budgets de R&D, malgré qu’ils affichent une santé financière insolente. Les lois de la finance seraient-ils en train de phagocyter l’industrie pharmaceutique, dont le coeur de métier est de soigner ?

Désormais, on peut légitimement s’interroger. Les laboratoires pharmaceutiques recrutent-ils davantage de chercheurs que de juristes et de financiers ? Y parle-t-on davantage, dans les conseils d’administration, d’avancées médicales que de la meilleure manière de jongler avec un portefeuille de brevets sous forme de rente ? Ils sont quelques-uns à avoir lancé la "mode" : Pfizer, GSK, Novartis se sont retirés de la recherche dédiée aux maladies du cerveau ou ont considérablement diminué leur participation dans le domaine des neurosciences. Avec plus de 16 000 emplois supprimés depuis 2007, et 7300 en moins prévus dans les deux ans à venir, le laboratoire anglo-suédois AstraZeneca remporte la palme du plus fort désengagement, provoquant une vague de mécontentement et de consternation dans la communauté médicale et dans les familles des patients. Les maladies neuropsychiatriques ne seraient-elles pas assez profitables pour un géant comme AztraZeneca (qui a, accessoirement, dégagé 10 milliards de dollars de profit en 2011) ?

Pour l’OMS, les chiffres font plus que parler, ils sonnent l’alerte : 130 millions de personnes dans le monde touchées par la dépression, 40 à 50 par l’épilepsie, 24 millions par Alzheimer, 10 millions de tentatives de suicides (souvent liées aux troubles neuropsychiatriques)... Toujours selon l’OMS, près de 50% des malades ne seraient pas suivis correctement. Financièrement parlant, rien qu’en Europe, la prise en charge de ces troubles représente 1 550 euros par an et par habitant, soit deux fois plus qu’il y a 8 ans, selon une étude menée par l’EBC -European Brain Council. Ce sont donc des millions d’espoirs et des millions de vies qui sont placées dans la recherche médicale. En ce qui concerne les enjeux, l’ECNP (European College of Neuropsychopharmacology) est - tristement - formel : "c’est un des enjeux du 21e siècle", déclare son président, Joseph Zohar. Les risques d’augmentation des pathologies neuropsychiatriques est annoncé important sur les 20 prochaines années. Certaines de ces maladies sont étroitement liées au stress ou au vieillissement. Rappelons que la population du continent européen ne cesse de vieillir, creusant ainsi les risques de maladies comme la démence et Alzheimer (chez une personne âgée de 80 ans, le risque de développer Alzheimer est de 30%, contre 1,5% chez une personne de 65 ans).

D’une manière concrète, le retrait de laboratoires de l’envergure d’AstraZeneca va affecter l’accès à des médicaments de qualité sur le marché européen. Plus il y a de laboratoires dans la course, plus il y a de chances que de nouveaux traitements soient découverts. Les neurosciences doivent faire face à une crise mondiale. Face à une réalité criante de chiffres, ces laboratoires cèdent à la pression qui régit l’économie mondiale. Le marché de la santé devient un terrain de transactions et d’intérêts financiers, quel que soit le prix final à payer par les patients. Or AstraZeneca et ses homologues précités n’hésitent plus à tacler directement le marché en le désertant, laissant la place vide face à l’arrivée des médicaments génériques et le marché soumis à la loi du moins cher.

On connaissait déjà les conséquences humainement désastreuses de la politique menée par des centaines d’entreprises à travers le monde, à coups de plans sociaux, de licenciements économiques et de coupes dans les budgets de la R&D. Mais aujourd’hui, AstraZeneca inaugure un genre nouveau en grandes pompes : la loi comptable.

On reproche au système capitaliste ses massifications, ses jeux de fusions et d’acquisitions souvent faites au détriment des employés, ses prises de risques financières et les suppressions de postes, même quand le chiffre d’affaire compte plusieurs zéros à son actif. Avec 10 milliards de profits, AstraZeneca ne fait pas partie des plus mal logés dans l’industrie pharmaceutique. Mais le laboratoire se sent obligé d’obéir prioritairement aux enjeux économiques, au détriment des enjeux de santé : productivité, rentabilité, concurrence. Les suppressions de postes, les coupes budgétaires, si communes dans le paysage actuel, sont ici - c’est en tout cas un argument invoqué ! - dues à la concurrence directe des médicaments génériques. C’est donc la perte de brevet de l’antipsychotique phare d’AstraZeneca, qui motive le laboratoire à déserter la recherche dans le domaine des maladies du cerveau, ajouté à la pression des investisseurs pour une rentabilité plus rapide et plus certaine.

Si ces pratiques sont courantes, et déjà vivement critiquables, dans d’autres domaines économiques, ils revêtent une toute autre symbolique dans la recherche médicale. L’ECNP est formel sur les problèmes qu’engendrent de telles décisions : augmentation des risques d’échec des formules, dé-crédibilisation générale des neurosciences et de la recherche neuropsychologique dans la sphère médicale, etc. La logique que sous-tend cette décision économique revient à mettre un prix sur la maladie. Combien vaut un patient ? Telle ou telle maladie est-elle assez lucrative pour y consacrer des moyens ? Quand il faudrait dynamiser la recherche, réviser les procédés, accroître les investissements, mieux informer les malades et rechercher des fonds, AstraZeneca se retire en douce et externalise sa R&D comme n’importe quelle entreprise soumise aux règles du marché. Tout devient propre au commerce et au marchandage, les ouvriers, les employés, les capitaux, la recherche, et même la maladie qui ne semble pas représenter un marché assez juteux pour susciter le digne intérêt d’un de ses acteurs phares. En annonçant ses prochaines mesures économiques, AstraZeneca prend un virage dangereux et se replie dans une inertie lourde de sens : celle qui consiste à faire plonger la dynamique de progrès médical au détriment de la population.



Imprimer cet article





Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
8 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
23 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La révolution ne paraît jamais plus improbable que la veille du jour où elle éclate. Eric Hazan
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite