Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Je n’ai jamais vécu en France un mouvement comme celui de Taksim

de : Arrighi
lundi 10 juin 2013 - 03h27 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Qu’est ce que Gezi Park ? Un parc tout à fait comme il y en a des centaines en Turquie. Il n’est pas extrêmement grand et assez mal entretenu. Ce parc je m’y étais entrainé à y jouer de la guitare quand j’en avais marre d’infliger mes gammes à mes colocataires, et j’y avais eu un rencard raté avec une fille qui n’avait pas voulu me revoir. En bref rien d’exceptionnel ni pour moi ni pour la plupart des habitants d’Istanbul jusque à ces premiers jour de juin 2013.

Un petit rappel des faits : Pour la préparation des jeux olympique de 2020 le centre ville d’Istanbul est en réhabilitation depuis 3 ans. Dans ce cadre la municipalité AKP de Beyoglu (centre d’Istanbul) procède depuis quelques années à une démolition des vieux quartiers insalubres avoisinant le centre ville sans aucune consultation des acteurs locaux et parfois en violation totale du droit de propriété (on vous annonce un beau matin que votre immeuble va être rasé et que vous avez une semaine pour partir).

Bref dans ce cadre la mairie annonce que le petit parc de Taksim va être détruit et remplacé par un hôtel. Pendant deux mois un petit groupe de militants écologistes vont faire signer des pétitions à la sortie du métro de Taksim pour s’opposer à ce projet. Je n’avais moi-même jamais fait attention à eux. Le jour où les travaux doivent commencer ils décident d’occuper le parc. La police les chasse avec violence. L’histoire se diffuse sur les réseaux sociaux et le lendemain plusieurs milliers de jeunes se réunissent sur chacun des axes menant à Taksim pour reprendre le parc. C’est à ce moment qu’auront lieu les premiers affrontements avec la police et les premiers jets de gaz lacrymogènes.

Cette nuit la je suis avec mon ami D.. jeune militant de la gauche turque. Sur le coup des deux heures du matin nous pensions rentrer lorsque sur le chemin du retour, dans le quartier de Beshiktas, nous avons vu des dizaines de milliers de personnes venir prêter main forte aux contestataires après avoir été alertés par téléphone ou par internet de l’ampleur des évènements. Les rues sont complètement bondées et des voitures recouvertes de drapeaux et de portraits d’Attaturk arrivent de partout. Je n’avais jamais vu un rassemblement spontané d’une telle ampleur.

La foule tente d’avancer vers la place de Taksim situé à 15 min de là. La police la bloque et tente de la faire reculer en usant de gaz lacrymogène et de jets d’eaux. Les gens prennent la fuite lorsque les effusions sont trop fortes pour revenir ensuite par les rues adjacentes. Ils répliquent par des jets de pierre et tentent ainsi de gagner du terrain. Lorsqu’ils peuvent ils construisent des barricades de fortunes. Bien qu’ayant participé à plusieurs grèves et plusieurs mouvements sociaux en France, une telle violence m’était inconnue.

Lorsqu’ils ne peuvent pas prendre la fuite, tant les effusions de gaz sont fortes, les militants se réfugient dans les appartements avoisinant. Moi et mon ami n’avons jamais été mal reçus ou réprimandé, nous avons au contraire toujours été accueillis avec sympathie dans les halls d’immeuble où nous avons séjournés. L’on nous proposera même une fois du thé. Cela ne signifie pas que tous le monde soutient le mouvement mais simplement que la population témoins des évènements à été unanimement choqué par la répression disproportionné adressé à un mouvement pacifiste dans lequel on trouvait de jeunes adolescents dont l’âge ne dépassait surement pas 16 ans.

Dans les quartiers plus éloigné du centre on proteste aussi entre 21 h et 23 heures en frappant sur des casseroles et en coupant rallumant très vite la lumière dans les appartements. (Pratique régulière jusqu’à aujourd’hui). Dans la nuit qui suivra (samedi 1 juin), face au nombre croissant de manifestant la police décidera de se retirer et de laisser la place de Taksim au manifestant. Depuis les conflits ont perdus en intensité. L’occupation de Taksim est ininterrompu depuis une semaine et si la police continue à user de gaz lacrymogène dans les boulevards avoisinant il semble qu’elle a reçu pour consigne d’attendre que la place se vide pour procéder à une offensive. Nous en sommes là.

Qui sont les jeunes qui occupent Gezi Park. Dans leurs majorité ce sont des principalement des jeunes issues de la classe moyenne, étudiants ou jeunes travailleurs (la moitié de la population a moins de trente ans en Turquie). Cette opposition est loin d’être homogène. Parmi les drapeaux de Gezi Park on peut voir banderoles socialistes, anarchistes, kémalistes, nationalistes. On peut aussi voir des militants des mouvements kurdes et alévis. Même si elle reste en marge de la prise de décision une partie de l’extrême droite à aussi rejoins le mouvement. Sur la place Taksim la foule a du intervenir à deux reprise pour mettre fin a des jets de pierre entre jeune turc (organisation de jeunesse kemaliste et nationaliste) et BDP (parti pro kurde) Cependant la majorité des jeunes présent n’appartient à aucun parti et ne se revendique d’aucune idéologie. Tout les textes adoptés proclament leur caractère apartisan et refusent la récupération du mouvement par quelconque organisation ou idéologie. Même Mustafa Kemal Attaturk et le Kémalisme –pourtant figure centrale de l’opposition turque depuis des années- n’y sont pas cités.

Ce qui regroupe ces jeunes c’est avant tout leurs refus de voir leur mode de vie libéral remis en question par le gouvernement. Enfant d’une classe moyenne précaire ils ont la chance de vivre mieux que leurs parents et d’avoir plus de libertés dans leurs choix de vie. (jeunes filles étudiantes dont la mère est femme au foyer, jeunes cadres dont le père comme ouvriers pour l’envoyer à l’université) Pas encore marié, buvant, se déplaçant et vivant comme bon leurs semblent, ils supportent de moins en moins le projet gouvernemental s’infiltrant dans leurs vie privées.

Que revendiquent-ils  ? Quelque plates formes ont étés votés ce week end. Elles sont longues et sont régulièrement amendés cependant j’ai pu relever quelque axes principaux :

La possibilité de vivre dans une Turquie vraiment démocratique. La libération des élus, des étudiants et des journalistes emprisonnés (plus de 10 000 prisonniers politiques). Une véritable réforme de la justice pour permettre à celle-ci de travailler librement. L’indépendance des médias par la fin de la censure, l’arrêt de l’intimidation de l’AKP sur les journalistes, le retrait des groupes commerciaux proche du pouvoir dans la direction des journaux.

Egalité de droit et de traitement entre les sunnites et les autres communautés religieuses. Le respect des droits et des spécificités des minorités kurdes chrétiennes et alévies. La reconnaissance de l’athéisme et de de l’agnostisme.

La séparation des pouvoirs : La possibilité pour toutes les composantes du peuple et de la société civile de s’exprimer sans risquer d’être réprimé de quelque manière que ce soit. La mise en place de véritable contre pouvoir permettant au citoyen d’exercer son rôle en dehors des élections.

L’arrêt immédiat des projets d’aménagement décidé sans consultation par les municipalités d’Ankara et Beyoglu. La fin de la dépossession des particuliers ou profit de société privés propriétaires de capitaux.

Le 1er ministre Erdogan est rentré il y a deux jours de l’étranger. Il a été accueilli par ses partisans et a donné un discours ou il a appelé à reprendre la répression du mouvement. Nous de savons pas comment la situation va évoluer, mais l’on prévoit une attaque de la police dans les deux où trois jours qui suivent


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Je n’ai jamais vécu en France un mouvement comme celui de Taksim
10 juin 2013 - 14h07 - Posté par Joannès

Bon , depuis Mai 68 sans doute ! Nous sommes trop rodés au : le jour même, sortir puis dormir ! Le mot SOLIDARITE va revenir au premier plan la crise capitaliste est trop dure aux miséreux !







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite