Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

le génial film « Les Héritiers » qui vient de sortir en salle a été écrit par un jeune de banlieue
de : Marie
samedi 6 décembre 2014 - 19h44 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Allez voir le génial film « Les Héritiers » qui vient de sortir en salle ! Ecrit par un jeune de banlieue qui a vraiment vécu l’histoire incroyable du film.

Le film, « Les Héritiers » de Marie-Castille Mention-Schaar a été écrit principalement par Ahmed Dramé, un ancien élève d’une classe de seconde d’un lycée de banlieue, la plus mauvaise, et dont les élèves créaient le plus de problèmes dans l’établissement… jusqu’à ce qu’une prof d’histoire et géo ait l’idée géniale de leur faire préparer et passer le Concours national de la Résistance et de la Déportation. Cela va tous les transformer. Vous verrez, ce film vous prendra aux tripes ! Dans ce film, Ahmed Dramé y joue son propre rôle sous le prénom Malik.

Voici, plus bas, un extrait d’un dossier de presse où Ahmed Dramé s’exprime et explique la genèse de cette histoire incroyable qu’il a vécue et qui lui a inspiré le scénario du film. Entretien avec Ahmed Dramé Ahmed Dramé, vous avez co‐écrit ce film et vous jouez un des élèves. Pouvez‐vous nous raconter cette aventure ? J’ai été dans cette classe de seconde en 2009, j’ai vécu cette histoire, elle m’a métamorphosé. La participation au Concours national de la résistance et la déportation a changé ma vie, comme celle des autres élèves. Mais c’est surtout la rencontre avec Madame Anglès – rebaptisée Madame Gueguen dans le film. Pour bien expliquer, il faut que je remonte à ma vie d’avant. Quand je suis arrivé au collège Léon Blum, je ne connaissais personne. En troisième, malgré une moyenne générale honorable, les enseignants avaient décidé que je ne passerais pas le bac général, que je n’étais pas fait pour les études, comme cela arrive souvent lorsqu’on ne vient pas d’un milieu privilégié. Ma mère s’est vraiment battue pour que je change d’orientation et que je sois pris au lycée Léon Blum. Donc, j’arrive avec une certaine tension, et la crainte de ne pas être à ma place, de ne pas être au niveau. La rencontre avec Madame Anglès, la prof d’Histoire, qui était aussi notre prof principale, a été fondamentale. Elle était ferme, et on avait envie de l’écouter. Après la rentrée, pendant un mois, la prof s’absente à la suite du décès de sa mère. Pendant cette période, on devient franchement agités. Les sanctions pleuvent. Il y a deux exclusions temporaires. On est la pire des secondes, les brebis galeuses du lycée En même temps, j’avais toujours été dans des classes difficiles, donc ça ne me changeait pas trop. Et là, c’est exactement comme dans le film, il y avait sept éléments moteurs, mais on fait mener une sale vie à la remplaçante. Madame Anglès est revenue, elle a préféré nous proposer ce concours plutôt que de nous enfoncer. Contre l’avis du proviseur, qui aurait aimé qu’elle choisisse la classe européenne.

Comment la classe a réagi ? Il y a eu des réflexions débiles du genre : « Madame, il y en a marre de la Shoah, pourquoi est‐ce qu’on parle tout le temps des Juifs ? » A l’annonce de la proposition, je suis resté neutre. Je ne dis pas que j’ai envie de le faire. Je ne dis pas non plus que je n’ai pas envie. On est facilement influencé à 16 ans. J’ai préféré me laisser un temps de réflexion. C’est un copain du quartier, Joe, qui était prof d’histoire géo dans un lycée privé Juif et qui jouait au foot avec les gosses du quartier, qui m’a convaincu. Le thème nous terrorisait : « Les enfants et les adolescents dans le système concentrationnaire nazi. ». C’est un sujet très dur. On avait peur de ne pas être à la hauteur. Madame Anglès semblait avoir confiance en nous. Assez vite, on a senti qu’on lui « devait » le concours. Il fallait qu’elle soit fière de nous. On allait bosser.

Qu’est‐ce que participer au concours national de la résistance et de la déportation a provoqué ? Déjà, on a pu rencontrer des personnes extraordinaires, comme Léon Zyguel. Mais c’était aussi la première fois qu’on travaillait vraiment en groupe. Il y a eu des moments de découragement. La prof nous a même dit qu’elle pensait s’être trompée sur notre compte. On se reprochait des vols d’idées, on n’arrivait pas à comprendre qu’on travaillait pour un même but. Le déclic, ça a été la rencontre avec Léon Zyguel, quand il nous a raconté sa vie dans les camps, et son arrestation quand il avait notre âge. Il y a vraiment eu un avant et un après Léon.

Qu’est‐ce qui a le plus étonné cette classe ? Déjà qu’il existe pour de vrai ! Ca fait très bizarre de rencontrer quelqu’un qui a vécu cette époque. On s’attendait qu’un ancien déporté soit forcément lointain et froid, au plus loin de nous. Léon nous a tout de suite mis à l’aise, grâce à son humour. Quand on entend une telle parole, on n’a plus d’excuses pour ne pas travailler et se plaindre. Il avait notre âge quand il a été déporté. Quand on lui parle, on n’a pas le sentiment de quelqu’un d’âgé. Grâce à la préparation du concours, on a découvert plein de trucs. Par exemple que les enfants et les personnes déportées n’étaient pas forcément juifs, mais aussi tziganes ou homosexuels.

Le concours a‐t‐il modifié en profondeur l’avenir de cette classe ? De mauvais élèves insupportables pour la plupart, on est devenu super motivés. On est arrivés en classe de première avec une énorme confiance en nous ! On a appris à travailler. Et à aimer ça.

Vous en êtes la preuve, puisque dès l’année d’après, vous commencez à écrire un scénario ! Comment est née l’envie d’écrire ? Après la réussite du concours, je me suis senti capable de beaucoup. Avec un copain, on s’était présenté à un casting. J’ai rencontré un agent, et à cette occasion, j’ai découvert que les films se tournaient avec des scénarios. Je ne le savais pas, ou n’y avait jamais réfléchi ! Je me suis mis à passer des castings et à en rater certain, avant d’être choisi pour un rôle principal dans LES PETITS PRINCES, avec Eddy Mitchell. Je me suis dit : Ahmed, pourquoi tu n’écris pas ton propre film ? J’avais remarqué que tous les gens qui percent et qui viennent de banlieue, se lancent dans la comédie. Un jeune de banlieue, c’est forcément un comique ! Pour moi, c’était important d’écrire quelque chose de sérieux. En tant que futur acteur, j’avais envie de films approfondis, des polars, des films qui parlent de politique, des films qui font réfléchir ! J’ai d’abord écrit le scénario uniquement pour moi, comme un défi.

Plus j’avançais, plus je me disais que ce serait bien d’avoir des avis professionnels. J’avais été impressionné par LA JOURNEE DE LA JUPE, avec Isabelle Adjani de Jean‐Paul Lilienfeld, donc je l’ai contacté. Il a accepté de me lire et m’a rappelé : « Ecoute Ahmed, je ne peux pas te permettre de présenter un scénario comme ça. » Du coup, je l’ai développé et je l’ai présenté à des maisons de production. J’étais jeune, 17 ans, je n’avais rien fait. Je recevais des réponses négatives polies quand on me répondait. Je venais de voir MA PREMIERE FOIS, de Marie‐Castille Mention‐Schaar, c’était un beau film romantique, j’ai cherché son mail par tous les moyens. Elle me répond le lendemain‐même : « Ecoute Ahmed, je suis à New York, envoie moi ton scénario, s’il m’intéresse, j’accepterais de te rencontrer. »

Lors de la première rencontre, Marie‐Castille m’a fait parler de moi pendant plus deux heures. Elle me posait des questions sur l’histoire que je lui avais envoyé. « Le Vrai Combat » C’était celle d’un concours de lettres. Dans une classe de terminale au lycée Pasteur. Avec un prof de lettres issu de l’immigration. A la fin, elle m’a dit : « Dis moi ce que tu veux ce que je fasse pour toi. Tu veux que je produise ton film ? Tu veux que je t’aide à le réécrire Tu veux que je le réalise ? » J’étais sidéré que mon rêve devienne réalité. Je lui ai dit oui, à tout, mais sans comprendre ces questions. Je n’y avais pas réfléchi. J’avais du mal à croire que ce qui était en train de m’arriver était vrai. C’est bizarre, je ne ressentais aucune joie. J’étais sonné. Puis je me suis dit : « Ahmed, ne va pas te brûler les ailes. Tu es encore très jeune, tu as le temps d’apprendre. Réaliser, tu ne l’as jamais fait. Ca fait trop pour toi. »

Comment s’est constitué le travail en commun avec Marie‐Castille Mention‐ Schaar ? On a formé un duo. Nous avons beaucoup parlé. Marie‐Castille prenait des notes. Elle m’interrogeait beaucoup sur mes souvenirs. Sur les reactions des uns et des autres. Ou comment ils auraient réagi. Nous sommes arrivés à une liste de personnages. Certains étaient la somme de plusieurs personnes dans ma classe. Au lycée Léon Blum, personne n’était au courant de notre projet. Pour moi, l’écriture du scénario et la préparation du tournage étaient déjà une belle revanche par rapport à tous les a priori des profs et du proviseur sur notre classe, la pire du lycée mais lauréate du concours. Je suis très fier d’avoir rendu cet hommage à mes camarades, au lycée, à Madame Anglès.

Comment s’est passé le tournage ? Il y avait beaucoup de souvenirs qui remontaient à la surface. J’étais pas toujours très sérieux. Je jouais mon propre rôle mais Marie‐Castille a tenu à le rendre différent pour que j’ai aussi à interpréter des choses. Ce qui m’a surpris, c’est de revivre des histoires que j’avais déjà vécues. Et ce qui me fait le plus plaisir aujourd’hui, c’est de montrer à ma mère cette classe de seconde et qu’elle puisse être fière de s’être battue pour que je sois inscris au lycée Léon Blum. Toute sa vie, elle s’est dévouée pour ses enfants. Je suis le premier enfant de toute ma famille à avoir le bac.

Quelles ont été vos relations avec Marie‐Castille Mention‐Schaar et Ariane Ascaride ? Aujourd’hui, je considère Marie‐Castille comme ma deuxième maman. Quant à Ariane Ascaride, j’ai pleuré à son départ. Pendant toute la durée du tournage, on a oublié qu’elle était actrice, on ne voyait que la prof. Il y a même eu des jours, où les élèves étaient insupportables et c’est Ariane, qui, comme une prof, les obligeait au calme. Personne n’osait aller au clash avec elle.

Il y a une scène où elle dit : « J’ai raison et tu as tort. » Que pensez‐vous de ce type d’argument ? C’est le discours habituel. « Non, tu ne fais pas ça parce que c’est comme ça. » Elle le dit lorsqu’une élève a oublié de faire valider sa carte de cantine et se demande comment elle va faire pour manger. Moi‐même, ça a du m’arriver cinquante fois ! L’argument d’autorité n’est pas forcément valable. C’était dur, avec Madame Anglès. Mais on lui obéissait. Certainement parce qu’on avait senti dès le début qu’elle nous aimait.

Le concours national de la Résistance et de la Déportation « Le Concours national de la Résistance et de la Déportation (CNRD) a été créé officiellement en 1961 par Lucien Paye, ministre de l’éducation nationale, à la suite d’initiatives d’associations et particulièrement de la Confédération nationale des combattants volontaires de la Résistance.

Il a pour objectif principal de transmettre des valeurs qui se rattachent aux droits de l’Homme et aux principes de la démocratie et permet aux collégiens et aux lycéens d’en mesurer leur pertinence et leur modernité. La participation à ce concours donne l’occasion aux élèves de rencontrer directement résistants et déportés et d’établir à ce titre un lien tangible entre les générations.

Depuis 2000, le concours national de la Résistance et de la Déportation est une des composantes de la politique de mémoire du ministère de l’éducation nationale en partenariat avec le ministère de la défense. Le Concours National de la Résistance et de la Déportation est le premier concours scolaire en France dans le domaine de la mémoire. En 2012‐2013, plus de 40 000 élèves y ont participé.

Pour la session 2014‐2015 du concours, les élèves seront invités à travailler sur le thème "La libération des camps nazis, le retour des déportés et la découverte de l’univers concentrationnaire". » http://www.cndp.fr/cnrd

source extrait du dossier de presse : http://www.ugcdistribution.fr/leshe...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
le génial film « Les Héritiers » qui vient de sortir en salle a été écrit par un jeune de banlieue
7 décembre 2014 - 10h35 - Posté par PierreP

Il serait bien que la prochaine étape ait pour thème "la Commune de Paris et la lutte de classes" ou bien comme le dit un autre commentaire," l’esclavagisme".
Car, entre nous, la résistance et les camps de concentration c’est consensuel et ça joue en partie, sur l’affectif.



le génial film « Les Héritiers » qui vient de sortir en salle a été écrit par un jeune de banlieue
7 décembre 2014 - 10h46

Beau film en dépit de quelques clichés un peu lourds, en effet pourquoi commencer par le problème du voile qu’une élève refuse d’enlever, malgré tout je conseille à tous les jeunes d’aller le voir car ils pourront enfin ne plus répondre à leur prof qu’ils ne savent pas ce qu’était la Shoah...mère de deux filles enseignantes, je tire mon chapeau à celles et ceux qui pratiquent leur métier en aimant leurs élèves et qui gardent malgré tout espoir bien que ce beau métier soit de plus en plus mal considéré et aussi mal rémunéré






Depuis le 8 Aout 2019 énième accident nucléaire Nionoska Russie
lundi 19 - 22h32
de : savoie antinucléaire ACDN Next-up
L’île aux enfants.
lundi 19 - 18h24
de : L’iena rabbioso
Trump décrète un blocus total du VENEZUELA !
lundi 19 - 18h02
de : JOclaude
1 commentaire
Comité Chômeurs et Précaires CGT Strasbourg : Les nouveaux Esclaves !
lundi 19 - 16h23
de : JOclaude
Montpellier : 150 gilets jaunes font fermer le Polygone et un « village jaune » au rond point de Près d’Arènes.
lundi 19 - 16h06
de : jean 1
1 commentaire
ARGENTINE : le spectre d’un retour du péronisme fait plonger la Bourse !
lundi 19 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
Contre-sommet : « Ce G7 n’est pas un point d’arrivée, c’est un point de départ »
lundi 19 - 10h26
3 commentaires
Féminisme hypertextile et féminisme hypotextile
lundi 19 - 01h00
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
2 commentaires
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
5 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot
Festival « Les Bure’lesques 2019 »
jeudi 8 - 22h43
de : jean 1
Acte 42 : Appel à passage de la frontière Suisse le 31 aout 2019
mercredi 7 - 22h09
de : JOJO
Mort de Toni Morrison
mercredi 7 - 11h51
de : Cyclo 33
3 commentaires
Il y a dix jours, trois jeunes hommes étrangers à la rue sont morts à Paris »
mardi 6 - 07h41
de : jean 1
1 commentaire
"Sans haine et sans violence" , Geneviève Legay, s’adresse, aux forces de l’ordre encore dignes de leurs fonctions
mardi 6 - 00h35
de : nazairien
6 commentaires
final atomik tour à Dijon puis Burelesque en meuse
lundi 5 - 21h56
de : burelesque
LA REPUBLIQUE DES RABUTCHIKS
lundi 5 - 20h21
de : Nemo3637
L’abolition des privilèges : il paraît que c’était le 4 août 1789...
dimanche 4 - 22h32
de : Rebellyon
1 commentaire
Vénézuela, La Via Campesina condamne le massacre de Barinas
dimanche 4 - 22h12
de : via campesina
IGNOBLE MENTALITE REACTIONNAIRE : Homophobie archaïque, homophobie fasciste, homophobie viriliste et patriarcale, etc
dimanche 4 - 11h10
de : Christian DELARUE
2 commentaires
mort de Steve : prolongement de la répression et des affaires d’Etat
samedi 3 - 23h26
de : Olivier LONG et Pascal Maillard
3 commentaires
Services publics supprimés et injustice territoriale
samedi 3 - 20h50
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Les médias se taisent sur le rejet de la plainte déposée par le DNC contre Julian Assange
samedi 3 - 14h03
de : Oscar Grenfell
Mort de Steve Alexandre Cervantes : « Dans l’eau, je me suis dit que j’étais perdu… »
samedi 3 - 13h31
de : nazairien
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Si je diffère de toi, loin de te léser, je t'augmente. Antoine de Saint-Exupéry
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite