Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite, commenter l'article...

TROUBLE DANS LE NET
de : Lukas Stella
mardi 21 avril 2015 - 17h37 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 27.5 ko

Le Net apparait comme une vaste décharge sauvage, où l’on trouve à peu près tout et n’importe quoi. Mais Internet se représente lui-même comme la gigantesque vitrine mondiale des apparences. Le débordement d’informations disparates provoque la précipitation des visites, la fièvre d’une consommation gratuite, la frénésie du surf pour trouver le truc à ne pas manquer, l’affolement du clic trop facile par peur de passer à côté. C’est le règne de la consommation à la va-vite, de la récupération à tout va, l’hystérie du copier-coller, le survolé volé. Les internautes sont spectateurs, la consommation passive est en vedette, les vidéos l’emportent sur les bibliothèques. Et tôt ou tard, tous les surfeurs se perdent dans la surabondance d’informations hétéroclites et superficielles, en devenant consommateurs volontaires de clichés et d’apparences mises en représentation.

Dans ce vaste dépotoir démocratique de marchandises déréalisées, tout est à vendre parce que tout est publicitaire. Le commerce est maître du lieu. Il faut à tout prix s’y montrer pour y être vu, s’y représenter comme une marque pour s’y faire remarquer. Chacun y devient son propre publicitaire, et s’y vautre comme camelote de consommation rapide, noyé dans la profusion sans fin. Seuls les gros commerçants restent toujours visibles. La gratuité et le partage se laissent submerger par cette pathologie de toujours vouloir en foutre plein la vue. Et chacun se laisse prendre par ce grand bazar pour tous, sans contraintes et sans limites, pour peu que l’on reste soumis à la nécessité irrépressible de toujours rester branché.

Explorer le monde de l’internet fait écran au monde réel. En s’interposant, il accapare notre appréhension sensible de notre environnement en le médiatisant dans sa matrice. La pratique continue de la navigation rapide génère un trouble de la compréhension par accumulation d’informations décontextées, séparées dans une suite sans fin d’éléments juxtaposés. La cohérence de l’ensemble se désagrège dans l’addition addictive. Nos facultés de compréhension liées à l’histoire de nos expériences personnelles nous lâchent, emportées dans le flux des connexions déconnectées de notre existence particulière. Notre autonomie critique s’estompe dans la consommation passive d’une succession de représentations impersonnelles.

L’internet est un mass-média publicitaire, contrôlé par les moteurs de recherche qui en donnent l’accès. La conformité d’un référencement de plus en plus complexe donne l’accès à la visibilité. Payer cher des experts pour ce travail permet d’exister sur la toile, où la richesse et le pouvoir créent le sens. Un site Web est en permanence évalué et noté par des moteurs calculateurs qui ne tiennent compte ni du sens ni de la pertinence, sans discernements ni contexte, dans l’abstraction numérique. Le nombre de clics est juge de l’évaluation, la quantité définit la qualité. Est excellent celui qui est le plus normal. N’apparait que ce qui est conforme aux règles imposées par Google et les autres, qui ont tout le pouvoir de sélectionner à leur convenance ce qui sera vu et de rendre pratiquement inaccessible tout ce qui est non conforme à leurs calculs de ce qui doit convenir pour être présentable.

Comme dans tout média de masse, la liberté de s’exprimer et l’égalité de la visibilité des publications n’y sont qu’écran de fumée. Pour donner l’impression d’une liberté d’expression, il suffit de restreindre considérablement les sujets à discussion autorisés à apparaître, bien cadrer les mots clés, et multiplier à l’infini ces débats bipolaires contradictoires, par oppositions inconciliables, tout en occultant les autres questions, faisant disparaître tous les sujets importants pour notre survie quotidienne.

La propagande se diffuse sur internet par propagation de la confusion à grande échelle. La confusion des repères a toujours profité au système dominant, ainsi qu’à sa version autoritaire fascisante. Les prétendues vérités y sont montées par oppositions contradictoires. Les confrontations permanentes entre islamistes et racistes, conspirationnistes sectaires et conformistes soumis, rendent insaisissable la complexité du réel, et inintelligible la critique de l’information dominante. Les critiques globales radicales y sont discréditées et amalgamées dans la catégorie du complot avec les fidèles des Illuminati et des martiens. Il est tout aussi stupide de croire que les affairistes n’influencent pas les décisions politiques à l’ombre des médias, que de s’imaginer un gouvernement mondial surpuissant et mystérieux, alors que les dominants ne défendent que leurs propres intérêts contradictoires dans une concurrence guerrière, ne se réunissant temporairement que pour développer des positions dominantes qu’ils ont momentanément en commun pour accroître leurs profits respectifs. Ne voir qu’un complot général centralisé maintenu dans l’obscurité, là où se dissimule seulement des trafics lucratifs et spéculatifs, le secret d’affaires plus ou moins légales, où prolifèrent surveillance et espionnage, infiltrations et manipulations, serait aussi idiot que de croire, sans aucun doute, ce conformisme bien-pensant que nous rabâchent tous les médias à longueur de temps.

Ce qui rassemble les complotistes et les croyants des versions médiatiquement admises, c’est l’omission omniprésente de l’exploitation des populations par une caste de privilégiés, la disparition de l’esclavage du travail et de l’aliénation par la consommation. Derrière ces affrontements spectaculaires, limités et stérilisés, disparaît le fonctionnement réel d’une domination dont les explications deviennent apparemment inconcevables et la compréhension inaccessible.

Le trouble du Net isole dans la confusion. Les réseaux de communication déversent leurs messages à sens unique, le partage n’est qu’illusoire. Plus nous sommes connectés à distance de manière restrictive et impersonnelle, moins nous sommes reliés entre nous, impliqués personnellement. Plus on se représente dans nos prothèses communicantes, moins la communication est présente et partagée dans la vie réelle.

Dirigé par les propositions de la machine, soumis au programme qui grave ses présupposés dans le mental, emporté par ses réflexes conditionnés, le surfeur perd toute pensée autonome, toute possibilité d’imaginer d’autres choix librement consentis. Le Net donne l’illusion d’appartenir au monde, d’être dans le mouv’. L’internaute est d’abord spectateur soumis, possédé par sa consommation contemplative de la toile, et quand il croit s’y afficher, il tombe dans son propre panneau publicitaire qui le dépossède de sa personnalité. L’image de soi prêt à consommer, transférée sur le Net, compose le spectacle de la marchandise mis en ligne. Les machines à diffuser des apparences séparent les personnes dans des représentations publicitaires, et intoxiquent la vie sociale qui parait impossible.

Lukas Stella, avril 2015.

http://inventin.lautre.net/contributions.html



Imprimer cet article





« J’ai vu des gens tomber à l’eau » : l’opération de police qui a dégénéré, un soir de Fête de la musique à Nantes
mardi 25 - 20h03
de : nazairien
9 commentaires
Qui veut bouffer du président ?
mardi 25 - 17h23
de : jean 1
1 commentaire
Campagne de dons : appel aux lecteurs et aux mouvements sociaux
mardi 25 - 16h48
Rencontre avec la chanteuse engagée Tita Nzebi le 10 juillet
mardi 25 - 13h46
IDÉES NOIRES SOUS GILETS JAUNES
mardi 25 - 05h27
de : jean 1
3 commentaires
VENEZUELA : La nouvelle économie Socialiste, c’est parti !
lundi 24 - 17h01
de : JO
Affaire Legay : les gendarmes en service à Nice ce jour-là ont refusé les ordres du commissaire
lundi 24 - 15h07
de : nazairien
2 commentaires
Ils sont 93
lundi 24 - 11h45
de : jean 1
1 commentaire
LE MONDE A CHANGE : L’impérialisme l’apprend à ses dépends !
lundi 24 - 11h38
de : JO
acte 32, beaucoup de monde à paris, manif sauvage, flics éparpillés, fatigués, inefficaces (vidéo)
dimanche 23 - 14h18
de : nazairien
7 commentaires
HONTEUX, SCANDALEUX ET INACCEPTABLE : L214 dénonce l’horrible scandale des ‘vaches à hublots’
dimanche 23 - 11h56
de : nazairien
2 commentaires
Sarkozy et ses "casseroles" , Sarkozy jugé pour corruption - C l’hebdo - 22/06/2019 (vidéo)
dimanche 23 - 02h45
de : nazairien
L’ Acte 32, a bien tenu ses promesses et le live du sanglier jaune, a donné l’information en continu (vidéo)
dimanche 23 - 01h46
de : nazairien
1 commentaire
perturbation au Salon aéronautique
samedi 22 - 22h32
de : désobéir
Retour aux blocages pour les gilets jaunes
samedi 22 - 17h42
1 commentaire
L’héritage de Brecht : ’Berlin en Seine’ à l’Essaïon
vendredi 21 - 19h56
Daniel Tanuro : « Collapsologie : toutes les dérives idéologiques sont possibles »
vendredi 21 - 14h08
de : jean 1
2 commentaires
C’est un gendarme mobile qui a renversé quatre gilets jaunes à Rouen en février (video)
vendredi 21 - 13h36
de : Lille Insurgée
Fête de soutien aux postier-e-s du 92
vendredi 21 - 10h39
MACRON : PREMIERE A DROITE
jeudi 20 - 10h15
de : Nemo3637
1 commentaire
QG, le média libre (videos)
jeudi 20 - 09h30
de : Aude Lancelin
3 commentaires
RÉFÉRENDUM ADP Objectif : 4,7 millions de signatures !
jeudi 20 - 08h53
de : La CGT
Comédie de Béthune - Un an après la grève ...
jeudi 20 - 08h37
de : Synptac Cgt
Ulcan (Chelli) renvoyé aux assises : sera-t-il extradé ?
jeudi 20 - 08h22
de : CAPJPO-EuroPalestine
ASSURANCE CHÔMAGE : LES CHÔMEURS DANS LE VISEUR ! Rassemblement le 20 juin à 11H Place du Palais Royal
jeudi 20 - 08h14
de : FNSAC - CGT
Non au détricotage de la loi sur la liberté de la presse
jeudi 20 - 08h05
de : SNJ, SNJ-CGT, CFDT-Journalistes, SGJ-FO
Urgence pour l’hôpital et pour un accès effectif à des soins de qualité, partout et pour tous !
jeudi 20 - 07h59
de : Ligue des droits de l’Homme
Le Naufrage d’ALSTOM : Macron dans la tourmente ?
mercredi 19 - 20h50
de : JO
1 commentaire
Assurance chômage : 3,4 milliards d’économies sur le dos des chômeurs, zéro sur celui du patronat
mercredi 19 - 15h25
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Voitures électriques, nucléaire et compteurs Linky : Stéphane Lhomme à nouveau à Castres
mercredi 19 - 09h35
QUAND LES TRAVAILLEUSES DE LA MUSIQUE NE SONT PAS À LA FÊTE ...
mercredi 19 - 09h27
de : FNSAC - CGT
Grève massivement suivie à Radio France, près des trois quarts des salarié-e-s ont cessé le travail le 18 juin
mercredi 19 - 09h22
de : CFDT, CGT, FO, SNJ, Sud, Unsa de Radio France
Une Magistrate agressée devant chez elle par un #LBD40 : une enquête ouverte pour tentative d’assassinat
mardi 18 - 18h21
de : nazairien
11 commentaires
Geodis : ces batailles du flux des ouvriers de la logistique
mardi 18 - 09h19
de : David Gaborieau
1 commentaire
Reverdir le Rojava
mardi 18 - 08h53
de : Pierre Bance
Rendez-vous dans 100 ans.
lundi 17 - 18h40
de : L’iena rabbioso
VENEZUELA : Cette expérience Socialiste qui donne des frayeurs à l’impérialisme !
lundi 17 - 17h47
de : JO
Grande Fête du livre de Noir et Rouge samedi 22 juin 2019-
lundi 17 - 09h52
de : frank
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 - 09h29
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Garde à vue de Gaël prolongée, Mobilisation lundi 17 juin 12h30
lundi 17 - 09h27

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Pour être un membre irréprochable parmi une communauté de moutons, il faut avant toute chose être soi-même un mouton. Albert Einstein
Info Com-CGT
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite