Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite, commenter l'article...

un article de l’HUMA : Eric TOUSSAINT
de : gb26100
vendredi 17 juillet 2015 - 10h19 - Signaler aux modérateurs
8 commentaires

Eric Toussaint : « La BCE a déstabilisé l’économie pour soumettre la Grèce aux exigences des créanciers » Entretien réalisé par 
Rosa Moussaoui Vendredi, 17 Juillet, 2015 L’Humanité

Éric Toussaint est universitaire 
et porte-parole du CADTM

Maître de conférences à l’université de Liège, porte-parole du Comité pour l’annulation de la dette du tiers-monde (CADTM), Éric Toussaint est le coordinateur scientifique de la Commission pour la vérité sur la dette grecque.

Avons-nous assisté ces dernières semaines, à Athènes, à un coup d’État financier, comme l’affirment nombreux observateurs, en Grèce et à l’étranger  ?

Éric Toussaint Oui et non. Ce qui était décisif ici tenait à des décisions politiques, prises par des instances politiques complices, bien sûr, des intérêts financiers. Ce n’est pas un coup d’État mené directement par la finance, mais par les institutions, la Commission européenne, les chefs d’État et de gouvernement des pays de la zone euro. L’Allemagne n’est pas seule impliquée. Il est clair que l’Espagnol Mariano Rajoy ou le Portugais Pedro Passos Coelho, sans parler des gouvernements finlandais ou letton, dévoués aux politiques néolibérales, tenaient à démontrer à leurs peuples respectifs que l’option présentée aux Grecs et aux peuples d’Europe par Syriza ne pouvait pas fonctionner. Il s’agit donc bien de décisions d’abord politiques. Il est clair que les grandes banques privées, les multinationales voulaient aussi obtenir la démonstration qu’il est impossible de tourner le dos à l’austérité. Mais il faut rappeler que les principaux créanciers de la Grèce sont aujourd’hui des créanciers publics. Les banques ne sont plus aux premières loges, elles l’étaient jusqu’en 2012, avant de se défaire des créances qu’elles détenaient. La restructuration de la dette en 2012 leur a permis de s’en tirer à bon compte. Aujourd’hui, la Commission européenne, la Banque centrale européenne et les États de la zone euro veulent absolument, en dépit de l’échec des politiques économiques imposées à la Grèce, que le pays reste sur les rails du néolibéralisme. Le FMI aussi, bien entendu, qui est aussi une instance politique.

Alexis Tsipras espérait, en contrepartie de sa capitulation sur les politiques d’austérité, obtenir des engagements sur un allégement de la dette. Les créanciers, eux, concèdent tout juste l’ouverture en 2015 d’une discussion sur un éventuel réaménagement de la dette à partir de 2022. Pourquoi cette intransigeance, alors que le FMI lui-même juge désormais la dette insoutenable  ?

Éric Toussaint À mon avis, il pourrait y avoir une restructuration de la dette avant 2022. Les créanciers disent «  pas avant 2022  » parce qu’ils savent que ce plan ne va pas fonctionner, que le paiement de la dette sera insoutenable. Ils la restructureront, cette dette. Mais en conditionnant cette restructuration à la poursuite de réformes néolibérales. La dette est un moyen de chantage, un instrument de domination. Fondamentalement, dans le cas grec, ce n’est pas tellement la rentabilité qui compte pour les créanciers, même si elle existe. Ce qui les motive, c’est de démontrer à leurs propres peuples et à ceux des autres pays périphériques qu’il n’est pas question de dévier du modèle. 
Pour Hollande, pouvoir dire  : «  Regardez, même Tsipras, même la gauche radicale ne peut sortir du carcan  !  », c’est a posteriori et dans le débat français la justification de sa propre abdication, en 2012, sur la promesse de renégocier le traité européen sur la stabilité budgétaire.

Devant la violence de l’offensive des créanciers, Tsipras avait-il d’autres choix  ? L’alternative se résumait-elle à la sortie de l’euro  ?

Éric Toussaint Non, je ne le crois pas. Le choix n’est pas entre le Grexit et le maintien dans la zone euro assorti d’un nouveau plan d’austérité, en continuant à payer la dette. Il était possible de rester dans la zone euro en désobéissant aux créanciers par l’invocation du droit. Des violations de droits humains sont en jeu, ici. Il fallait suspendre le paiement de la dette  ; prendre le contrôle de la Banque de Grèce dont le gouverneur, nommé par Antonis Samaras, joue contre les intérêts du pays et peut-être, aussi, lancer une monnaie électronique complémentaire qui aurait pu aider à faire face à l’assèchement organisé des liquidités, tout en restant dans la zone euro.

La BCE, instrument du coup d’État, inonde les marchés financiers de liquidités, dopant la machine à spéculer. Peut-on mettre la création monétaire au service de l’économie réelle, des besoins sociaux, du développement humain  ?

Éric Toussaint Bien sûr  ! Mario Draghi n’est pas «  indépendant  ». Il est l’interface entre les grandes banques privées et les gouvernements de la zone euro. La BCE a déstabilisé l’économie grecque de façon délibérée, pour soumettre la Grèce à ses exigences et à celle des autres créanciers.

Éric Toussaint, Universitaire 
et porte-parole du CADTM



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
un article de l’HUMA : Eric TOUSSAINT
17 juillet 2015 - 18h40 - Posté par Aspaar

Je partage l’excellente analyse d’Eric Toussaint qui confirme l’implication directe des grandes banques privées, des multinationales mais aussi la Commission européenne, les chefs d’État et de gouvernement des pays de la zone euro dans ce "coup d’etat financier" contre la Grece .

Un coup d’etat , une capitulation avec trahison et une justification pour maintenir Tsipras au pouvoir .
En effet la Commission européenne , les multinationales et les US ,estiment qu’ il vaut mieux que ce soit un gouvernement soit disant « de gauche » (du genre PS avec Hollande -Valls & Macron) , qui gère le mémorandum & la capitulation en Grèce ,plutôt qu’un gouvernement imposé par le FMI et les créanciers qui, comme dans le passé, prenait ses ordres directement à Bruxelles.

Ainsi l’UE , le FMI et les financiers peuvent prétendre que c’est un gvt démocratique qui applique la privatisation , l’austérité & notre Elstine grec Tsipras pourrait aussi arguer qu’ il serait comme Holande " l’ennemi de la finance " !!

N’est ce pas le summum de la manipulation & du libéralisme !



un article de l’HUMA : Eric TOUSSAINT
19 juillet 2015 - 08h42 - Posté par

notre Elstine grec Tsipras

 ???????

 !!!


un article de l’HUMA : Eric TOUSSAINT
19 juillet 2015 - 09h54 - Posté par Aspaar

Vous avez raison et je corrige.

Quel Héro , quel surhomme ce Tsipras !
Il applique une austérité cent fois pire que les précédentes ,pire que la droite la plus dure , mais notre super boy grec tient toujours la barre avec un gvt de collaborateurs !

Vraiment Quelle résistance et Quel courage !!


un article de l’HUMA : Eric TOUSSAINT
18 juillet 2015 - 09h39

Pas trop d’accord.

Invoquer le respect du droit pour s’opposer à la zone euro, c’est un peu léger, un peu naïf, non ?
Quel droit ?

On est dans des rapports de force, pas dans autre chose, pas dans le conflit simplement "idéologique".

Par ailleurs, si le gouvernement grec commençait à émettre une nouvelle monnaie, si en plus il prenait le contrôle de la Banque centrale de Grèce, c’était à coup sûr provoquer l’interruption des liquidités en provenance de la BCE, c’est-à-dire l’accélération de l’étranglement financier du pays et donc la rupture avec la zone euro.

La zone euro veut discipliner les populations, les travailleurs, les Etats... Si tu désobéis, il faut assumer la rupture et pas faire croire que cela n’aura pas de conséquences.

La gauche dite "radicale" veut un capitalisme moins injuste, plus redistributeur, plus "productif"... mais pas la rupture avec le logique du régime d’accumulation actuel. C’est là aussi le problème.



un article de l’HUMA : Eric TOUSSAINT
18 juillet 2015 - 17h29 - Posté par Aspaar

Le nouveau mémorandum signé par Tsipras et sa bande est dans la prolongation des décrets pris par un pouvoir militaire le lendemain d’un putsch.

Très similaire au coup d’état de Pinochet pour l’application du programme de Hayek .
A la seule différence que Allendé a résisté au prix de sa vie . Mais Tsipras n’avait aucune stratégie de bataille , comme Hollande ou Valls ,il ne desire que le pouvoir .

Il a ainsi capitulé avec sourire , en rendant la Grece une colonie aux mains du capital.


un article de l’HUMA : Eric TOUSSAINT
18 juillet 2015 - 19h44 - Posté par Alain Chancogne

Veuillez m’excuser, je ne comprends pas trop votre raisonnement

d’un côté, je partge l’affirmation

Pas trop d’accord. Invoquer le respect du droit pour s’opposer à la zone euro, c’est un peu léger, un peu naïf, non ? Quel droit ? On est dans des rapports de force, pas dans autre chose, pas dans le conflit simplement "idéologique".

mais la suite, je pige pas

Vous écrivez

par ailleurs, si le gouvernement grec commençait à émettre une nouvelle monnaie, si en plus il prenait le contrôle de la Banque centrale de Grèce, c’était à coup sûr provoquer l’interruption des liquidités en provenance de la BCE, c’est-à-dire l’accélération de l’étranglement financier du pays

surlignage perso A.C
Il y a encore beaucoup à débattre entre nous sur cette façon que nous avons de surdimensionner la question de la"MONNAIE" , y compris de l’"UNION EUROPENNE" (dont certains Etas ne sont pas de la zone Euro)

Sans vouloir trop, un samedi de canicule, alourdir les échanges -j’ai cette sale habitude- , je rappelle quand même que , Y COMPRIS avec le cadre fit des traités europées, PERSONNE n’interdisait à SYRISA de "nationaliser" (je prédère parler d’appropriation sociale", les BANQUES....

Ni de prendre le contrôle des industries liées au trafic maritime, y compris donc d’opérer un véritable droit de rétension sur les Milliards du Capitalisme grec..(y compris les armateurs)
Ces deux seules mesures, sortie ou pas de l’euro créaient un rapport de force différent

N’oublions jamais que l’EURO est un simple OUTIL d’échanges..

Or le "roulement d’épaules" de l’Allemagne ne sauraitt faire oublier que la taux de croissance dans ce pays provient de ses EXPORTATIONS..notamment en EUROPE..

Saigner des peuples et des pays pays qui ne peuvent plus CONSOMMER crée des nouvelles contradictions intercapitalistes

(Sans parler, géopolitiquement, du fait que le capital et son chef de file impérialiste US...savent qu’un axe RUSSIE-pays du"Sud", c’est autre chose que à affronter que centaines de milliards de"dettes")

Pour faire court, la question , selon moi n’était donc pas de "frapper du drachme" lundi 13, mais de FRAPPER" le CAPITAL avanta d’avoir à "négocier" la couleur de la corde qui étrangle les travailleurs, , la jeunesse, les retraités grecs

TSIPRAS sait cela mieux que moi qui n’ai pas ses connaissances de marxiste

C’est pour cela que je dis que c’est un SALAUD , et pas un "traitre"

Cordialement


un article de l’HUMA : Eric TOUSSAINT
18 juillet 2015 - 21h06 - Posté par quelqu’un quelque part

sans compter que tsipras aurait très bien pu lors de son discours devant le parlement européen égrener le nom des évadés fiscaux grecs et les sommes placés au Luxemburg et EXIGE de junkers que le Luxemburg rende l’argent .........

mais voilà tsipras n’est qu’un nième crapaud petit bourgeois qui se croit un bœuf révolutionnaire


un article de l’HUMA : Eric TOUSSAINT
19 juillet 2015 - 10h51 - Posté par Aspaar

@ 31.**.107.***

Le réformisme n’a aucun avenir en Grèce ou ailleurs. C’est juste de l’abime avec au bout , de l’impasse politique .

Parler de rapport de force quand en face il y a des types comme Tsipras ou Hollande , serait aussi une illusion !





MACRON : PREMIERE A DROITE
jeudi 20 - 10h15
de : Nemo3637
QG, le média libre (videos)
jeudi 20 - 09h30
de : Aude Lancelin
RÉFÉRENDUM ADP Objectif : 4,7 millions de signatures !
jeudi 20 - 08h53
de : La CGT
Comédie de Béthune - Un an après la grève ...
jeudi 20 - 08h37
de : Synptac Cgt
Ulcan (Chelli) renvoyé aux assises : sera-t-il extradé ?
jeudi 20 - 08h22
de : CAPJPO-EuroPalestine
ASSURANCE CHÔMAGE : LES CHÔMEURS DANS LE VISEUR ! Rassemblement le 20 juin à 11H Place du Palais Royal
jeudi 20 - 08h14
de : FNSAC - CGT
Non au détricotage de la loi sur la liberté de la presse
jeudi 20 - 08h05
de : SNJ, SNJ-CGT, CFDT-Journalistes, SGJ-FO
Urgence pour l’hôpital et pour un accès effectif à des soins de qualité, partout et pour tous !
jeudi 20 - 07h59
de : Ligue des droits de l’Homme
Le Naufrage d’ALSTOM : Macron dans la tourmente ?
mercredi 19 - 20h50
de : JO
1 commentaire
Assurance chômage : 3,4 milliards d’économies sur le dos des chômeurs, zéro sur celui du patronat
mercredi 19 - 15h25
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Voitures électriques, nucléaire et compteurs Linky : Stéphane Lhomme à nouveau à Castres
mercredi 19 - 09h35
QUAND LES TRAVAILLEUSES DE LA MUSIQUE NE SONT PAS À LA FÊTE ...
mercredi 19 - 09h27
de : FNSAC - CGT
Grève massivement suivie à Radio France, près des trois quarts des salarié-e-s ont cessé le travail le 18 juin
mercredi 19 - 09h22
de : CFDT, CGT, FO, SNJ, Sud, Unsa de Radio France
Une Magistrate agressée devant chez elle par un #LBD40 : une enquête ouverte pour tentative d’assassinat
mardi 18 - 18h21
de : nazairien
11 commentaires
Geodis : ces batailles du flux des ouvriers de la logistique
mardi 18 - 09h19
de : David Gaborieau
1 commentaire
Reverdir le Rojava
mardi 18 - 08h53
de : Pierre Bance
Rendez-vous dans 100 ans.
lundi 17 - 18h40
de : L’iena rabbioso
VENEZUELA : Cette expérience Socialiste qui donne des frayeurs à l’impérialisme !
lundi 17 - 17h47
de : JO
Grande Fête du livre de Noir et Rouge samedi 22 juin 2019-
lundi 17 - 09h52
de : frank
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 - 09h29
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Garde à vue de Gaël prolongée, Mobilisation lundi 17 juin 12h30
lundi 17 - 09h27
ADRESSE À TOUS CEUX QUI NE VEULENT PAS GÉRER LES NUISANCES MAIS LES SUPPRIMER
lundi 17 - 09h25
de : Ernest London
L’ESCROQUERIE DU REVENU UNIVERSEL D’ACTIVITÉ DE MACRON (video)
dimanche 16 - 16h35
de : JO
2 commentaires
ACTE 31 Gilets Jaunes de Toulouse : les brutes de macron dans ses oeuvres ! (videos)
dimanche 16 - 15h51
de : JO
Européennes : de la montée de l’extrême-droite à une autre perspective
dimanche 16 - 13h18
de : Eve76
Alternative Nouvelle au Capitalisme (?)
dimanche 16 - 09h47
de : Jean Roussie
Taha Bouhafs : « Je ne suis pas plus militant qu’un journaliste du “Point” ou de BFM TV »
samedi 15 - 23h51
de : Entretien avec Taha Bouhafs
CONGRÈS DE FONDATION DE L’UNION COMMUNISTE LIBERTAIRE (UCL) : DÉCLARATION FINALE
samedi 15 - 19h29
de : jean 1
NON à l’amalgame honteux du régime israélien avec l’Antisémitisme !
samedi 15 - 10h22
de : JO
École de la confiance : la loi passe, la défiance reste, les mobilisations continuent
samedi 15 - 07h50
de : Stéphane Ortega
CE CAUCHEMAR QUI N’EN FINIT PAS - Comment le néolibéralisme défait la démocratie
vendredi 14 - 19h24
de : Ernest London
GILETS JAUNES : PAUSE AVANT LA REPRISE ?
vendredi 14 - 18h23
de : Raymond H
Macron et Castaner visés par une plainte à la Cour pénale internationale pour « crime contre l’humanité » (video)
vendredi 14 - 17h41
de : JO
Interview de Maître Sophia Albert Salmeron après s’être rendue à la C.P.I à La Haye (vidéo)
vendredi 14 - 17h32
de : nazairien
Entre Pôle emploi et Françafrique, le gagne-pain de Benalla après l’Élysée
vendredi 14 - 15h20
de : JO
SOUTIEN AUX POSTIER-ES DU 92 EN GREVE / RDV LUNDI MATIN
vendredi 14 - 11h03
Les "cons" , ça ose tout : la cheffe de l’IGPN « réfute totalement le terme de violences policières
jeudi 13 - 22h43
de : nazairien
4 commentaires
La Grande-Bretagne livrera Julian Assange aux Etats-Unis
jeudi 13 - 17h03
de : JO
1 commentaire
« Ensemble on nous opprime, les femmes, ensemble révoltons-nous ! »
jeudi 13 - 11h51
de : jean 1
Le gong vient de sonné en Chine : l’hégémonie nord-américaine, c’est bien fini !
jeudi 13 - 10h33
de : JO
6 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il faut avoir une parfaite conscience de ses propres limites, surtout si on veut les élargir. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite