Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Istanbul : par centaines de milliers pour la démocratie et la laïcité
de : Pierre Barbancey
mardi 26 juillet 2016 - 10h12 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 29.7 ko

Une manifestation énorme s’est tenue hier, place Taksim à Istanbul, à l’appel du premier parti d’opposition, le Parti républicain du peuple, pour refuser toute dictature et dire « non au coup d’État de la junte et non au coup d’État du palais ».

Dix jours après une tentative de coup d’État perpétré par des militaires de haut rang, le président turc, Recep Erdogan, essaie toujours de stabiliser son pouvoir, fortement ébranlé. Des milliers de magistrats, de fonctionnaires et d’universitaires accusés d’être liés à la confrérie de Fethullah Gülen, pourtant principal allié d’Erdogan pendant des années, ont été arrêtés ou exclus. L’état d’urgence a été décrété. Jusqu’à hier, les partisans du président et les membres de son Parti pour la justice et le développement (AKP) occupaient les principales places du pays. Ce dimanche, tout a changé. Forcé de donner des gages, celui qui, il y a encore deux semaines, était considéré comme l’homme fort de la Turquie a été contraint d’autoriser des rassemblements de l’opposition. Samedi, le Parti démocratique des peuples (HDP), qui défend notamment la cause kurde, a réuni des milliers de personnes dans la banlieue d’Istanbul. Dimanche, le Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate), deuxième parti le plus important du pays, a rassemblé des dizaines de milliers de Turcs sur la place Taksim, pour dire « Ni dictature, ni coup d’État. Turquie démocratique ». La gauche relève la tête et l’idée de la formation d’un front démocratique regroupant le HDP, le CHP, les écologistes, des syndicats et des associations fait son chemin pour une alternative au régime de l’AKP.

Casquette bien vissée sur la tête, la moustache fournie comme il faut, Hassan, qui travaille dans une station-service de la banlieue d’Istanbul, est venu ce dimanche sur la place Taksim avec ses enfants. Une place déjà noire de monde malgré la chaleur. Mais qu’importe pour ces centaines de milliers de personnes. Il fallait répondre à l’appel du Parti républicain du peuple (CHP), la formation sociale-démocrate, la plus importante de l’opposition à l’Assemblée. Un acte politique fort puisque, depuis le coup d’État avorté du 15 juillet, seul le parti au pouvoir, le Parti de la justice et du développement (AKP), a pu mobiliser ses partisans. Cette fois, et même si l’AKP a annoncé sa participation (ce qu’il était impossible de constater), les portraits d’Erdogan ont été remplacés par la figure historique de Mustafa Kemal Atatürk, le père de la République, dont l’image flotte fièrement sur cette place symbolique  : en 2013, c’est là qu’avait éclaté la révolte populaire embrasant tout le pays mais soumise à une dure répression. Depuis, même pour le 1er Mai, aucune manifestation n’avait été autorisée sur ce lieu. « Je suis là pour la démocratie, pour qu’elle soit debout, dit gravement notre pompiste. Nous devons nous approprier la démocratie, c’est un devoir civique. Pour l’avenir de nos enfants, pour l’avenir de la République. Pour dire non à tout coup d’État, qu’il soit civil ou militaire. »

Ce dimanche, sur cette place Taksim, l’atmosphère était bien différente de la veille. Pas de « Allah Akbar » (Dieu est grand), pas de chants religieux. Au contraire. C’est l’hymne à la vie, à la lutte, à la dignité. Les banderoles donnaient le ton. « Ni dictature, ni coup d’État. Turquie démocratique », pouvait-on lire. « Jeunesse debout contre le coup d’État et la dictature », était-il affirmé plus loin. Il fallait entendre Bella Ciao repris par ces dizaines de milliers de personnes. Des jeunes et des vieux. Des filles portant le voile et d’autres arborant des piercings. Des moustachus et des imberbes. Des grosses dames et des tailles mannequins. Et puis aussi, en turc, Liberté, de Paul Éluard, mis en musique par Livaneli, un compositeur d’Istanbul ami de Mikis Theodorakis. Ils sont arrivés par grappes, des différents quartiers d’Istanbul mais aussi de plus loin. Un flot continu. Impressionnant et solennel, acceptant les fouilles à l’entrée et appréciant la réelle mais, pour une fois, discrète présence de la police. «  Nous voulons vivre ensemble, dans toutes nos diversités  »

Comme ce cortège syndical à la tête duquel se trouvait Hasan Kütük, secrétaire général de la Confédération des syndicats de la fonction publique, venu d’Ankara. « Nous sommes là en tant que citoyen, en tant que responsable syndical », a-t-il indiqué à l’Humanité. Depuis quinze ans nous vivons une situation qui ne cesse de se dégrader au niveau de la démocratie et de l’État de droit. Nous sommes là pour la démocratie, l’indépendance et la liberté, parce que nous sommes contre toute forme de coup d’État ou de putsch. » À l’évidence, c’était le rendez-vous de la démocratie, pas du soutien à Erdogan. « Nous devons prendre en main notre Turquie laïque et démocratique », exhortait Shirin Yalinçakoglu, militante du CHP, émue par ce qui était en train de se passer, de cette fraternité évidente. De quoi la rassurer un peu, elle qui disait  : « On est inquiet. On n’est pas sûr de pouvoir vraiment surmonter la situation. C’est ce souci qui nous pousse à manifester. »

Émue aussi, cette foule dressée, observant une minute de silence en mémoire de tous ceux tués lors du coup d’État avorté, alors qu’une trompette lançait la sonnerie aux morts de Tant qu’il y aura des hommes. Puis l’hymne national. C’est un moment historique. Le président du CHP, Kemal Kiliçdaroglu, qui prend alors la parole, s’en rend-il compte  ? Certainement. La révolution des Jeunes-Turcs, en 1908, n’a-t-elle pas eu lieu au mois de juillet  ? « La tentative de coup d’État était fondamentalement un coup porté contre le Parlement, contre la démocratie et contre les partis politiques. Contre tout système démocratique, a-t-il lancé, en évitant soigneusement de personnaliser ses attaques. L’échec a montré aussi combien il était nécessaire d’avoir des fonctionnaires choisis pour leurs compétences et non pas pour leur proximité avec le pouvoir. » Fortement applaudi, il a souligné  : « Nous voulons vivre ensemble, dans toutes nos diversités. Nous condamnons tous les soutiens extérieurs et intérieurs de cette tentative de coup d’État. (…) La Turquie mérite une véritable démocratie, pas une démocratie de seconde zone qu’on lui impose. L’important c’est un État de droit, démocratique, social et laïc. C’est irréfutable. » Son discours était une sorte de feuille de route du CHP pour la reconstruction de l’État en ce sens. «  L’attente de la société, ce n’est pas la peine de mort, mais la paix  »

La veille, c’est le Parti démocratique des peuples (HDP) qui a brisé le monopole de l’AKP dans les rues d’Istanbul. Le rassemblement organisé à Gazi, dans la banlieue, a été particulièrement réussi. Et si les blindés de la gendarmerie ont tenté d’investir le parc sous prétexte de protection, la foule les a vite renvoyés, ayant une autre appréciation de ce qu’est une véritable protection. « À Cizre, à Sur, quand nous nous sommes dressés devant ces chars, ces généraux étaient des héros et nous, nous étions des traîtres », lançait d’ailleurs Selahattin Demirtas, le coprésident du HDP, allusion à la répression massive et sanglante qui frappe les Kurdes depuis un an. Il faisait également remarquer à l’adresse d’Erdogan et du pouvoir central  : « Les auteurs du coup d’État, vous les avez fait grandir dans vos mains pendant quatorze ans. » Avant de lancer  : « L’attente de la société ce n’est pas la peine de mort mais la paix et la négociation. » Des portraits du leader du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Abdullah Öcalan, étaient alors brandis par des manifestants. Un leader kurde dont on n’a plus de nouvelles depuis avril 2015, même sa famille et ses avocats, n’ayant pas l’autorisation de lui rendre visite. « L’état d’urgence est un produit de la mentalité putschiste, a asséné Demirtas. Si les putschistes avaient réussi leur coup, ils auraient décrété l’état d’urgence, torturé, suspendu la convention européenne des droits de l’homme. Et vous faites pareil ». Un espoir est en train de naître en Turquie

À l’évidence, rien ne sera plus comme avant en Turquie. Recep Erdogan sort affaibli de cette crise et sa tentative pour reprendre la main risque fort de rater. Parce qu’en dénonçant comme responsable du coup d’État la confrérie de Fetthullah Gülen, il rappelle que c’est en s’alliant avec elle qu’il a accédé au pouvoir. Que le loup n’était pas entré par effraction dans la bergerie mais avec le consentement, si ce n’est plus, du berger. Alors que les purges continuent, il est évidemment à craindre qu’elles ne soient utilisées contre toute forme d’opposition au pouvoir personnel – et qu’il entend renforcer – d’Erdogan. Mais, affaibli, il l’est. Pour la première fois il reçoit, aujourd’hui, des partis d’opposition (le CHP et le MHP d’extrême droite, mais pas le HDP).

C’est ce qu’ont bien compris ces centaines de milliers de personnes, réunies samedi et dimanche pour dire « non au coup d’État de la junte et non au coup d’État du palais ». Un espoir est en train de naître en Turquie. L’espoir de la construction d’une alternative laïque, démocratique où les progressistes prendront toute leur place. C’est bien ce qui est en jeu avec cette idée qui fait son chemin de la formation d’un front démocratique, marqué à gauche. Où pourraient se retrouver le CHP (mais pour l’instant, seule son aile gauche y aspire), le HDP, les petites formations de gauche, des ONG, des associations de femmes, de défense des droits de l’homme. Un nouveau combat commence. Qu’il ait pris forme sur la place Taksim ne doit sans doute rien au hasard.

http://www.humanite.fr/par-centaine...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Istanbul : par centaines de milliers pour la démocratie et la laïcité
26 juillet 2016 - 11h33

Centaines de milliers, ça paraît beaucoup. La place n’est pas si grande. Et de toute façon, ce qui reste, c’est qu’Erdogan bénéficie d’un soutien massif des classes dites populaires, turques évidemment - mais tous les kurdes ne se sentent pas de sympathie pour le pkk ; et son paroli réactionnaire et religieux parle à cette masse. Il faut en finir avec l’idéologie du peuple socialement progressiste, c’est rarement le cas. Du moment qu’on promet une redistribution "juste" du fric et un maintien de l’ordre patriarcal, c’est tout ce qui est demandé. C’est triste à dire, et ça ne contient pas du tout le jugement essentialiste ordiniare sur qui est bon, qui est méchant, mais (et ç’a été largement souligné), les gens de la Place Taksim, comme Nuit debout en france ou les Indignados en espagne, c’est la classe moyenne sup’ en déshérence, ce ne sont pas les classes les plus pauvres (ni les plus nombreuses). De ce fait, le rapport de force est en partie écrit.






Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1
Alexandre Langlois réagit à l’attaque au couteau à la préfecture de police de Paris (vidéo)
jeudi 3 - 20h25
de : nazairien
Une corrompue de plus, comme commissaire européen : Emplois fictifs : « I’m clean », se défend Sylvie Goulard
jeudi 3 - 17h54
de : nazairien
3 commentaires
Ils avouent sans honte, que les radars c’est pour faire du fric : Les « gilets jaunes » ont plombé les recettes des radars
jeudi 3 - 16h58
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il n’existe pas d’activité humaine dont on puisse exclure tout-à-fait l’intervention intellectuelle, il n’est pas possible de séparer l’homo faber de l’homo sapiens. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite