Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Istanbul : par centaines de milliers pour la démocratie et la laïcité
de : Pierre Barbancey
mardi 26 juillet 2016 - 10h12 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 29.7 ko

Une manifestation énorme s’est tenue hier, place Taksim à Istanbul, à l’appel du premier parti d’opposition, le Parti républicain du peuple, pour refuser toute dictature et dire « non au coup d’État de la junte et non au coup d’État du palais ».

Dix jours après une tentative de coup d’État perpétré par des militaires de haut rang, le président turc, Recep Erdogan, essaie toujours de stabiliser son pouvoir, fortement ébranlé. Des milliers de magistrats, de fonctionnaires et d’universitaires accusés d’être liés à la confrérie de Fethullah Gülen, pourtant principal allié d’Erdogan pendant des années, ont été arrêtés ou exclus. L’état d’urgence a été décrété. Jusqu’à hier, les partisans du président et les membres de son Parti pour la justice et le développement (AKP) occupaient les principales places du pays. Ce dimanche, tout a changé. Forcé de donner des gages, celui qui, il y a encore deux semaines, était considéré comme l’homme fort de la Turquie a été contraint d’autoriser des rassemblements de l’opposition. Samedi, le Parti démocratique des peuples (HDP), qui défend notamment la cause kurde, a réuni des milliers de personnes dans la banlieue d’Istanbul. Dimanche, le Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate), deuxième parti le plus important du pays, a rassemblé des dizaines de milliers de Turcs sur la place Taksim, pour dire « Ni dictature, ni coup d’État. Turquie démocratique ». La gauche relève la tête et l’idée de la formation d’un front démocratique regroupant le HDP, le CHP, les écologistes, des syndicats et des associations fait son chemin pour une alternative au régime de l’AKP.

Casquette bien vissée sur la tête, la moustache fournie comme il faut, Hassan, qui travaille dans une station-service de la banlieue d’Istanbul, est venu ce dimanche sur la place Taksim avec ses enfants. Une place déjà noire de monde malgré la chaleur. Mais qu’importe pour ces centaines de milliers de personnes. Il fallait répondre à l’appel du Parti républicain du peuple (CHP), la formation sociale-démocrate, la plus importante de l’opposition à l’Assemblée. Un acte politique fort puisque, depuis le coup d’État avorté du 15 juillet, seul le parti au pouvoir, le Parti de la justice et du développement (AKP), a pu mobiliser ses partisans. Cette fois, et même si l’AKP a annoncé sa participation (ce qu’il était impossible de constater), les portraits d’Erdogan ont été remplacés par la figure historique de Mustafa Kemal Atatürk, le père de la République, dont l’image flotte fièrement sur cette place symbolique  : en 2013, c’est là qu’avait éclaté la révolte populaire embrasant tout le pays mais soumise à une dure répression. Depuis, même pour le 1er Mai, aucune manifestation n’avait été autorisée sur ce lieu. « Je suis là pour la démocratie, pour qu’elle soit debout, dit gravement notre pompiste. Nous devons nous approprier la démocratie, c’est un devoir civique. Pour l’avenir de nos enfants, pour l’avenir de la République. Pour dire non à tout coup d’État, qu’il soit civil ou militaire. »

Ce dimanche, sur cette place Taksim, l’atmosphère était bien différente de la veille. Pas de « Allah Akbar » (Dieu est grand), pas de chants religieux. Au contraire. C’est l’hymne à la vie, à la lutte, à la dignité. Les banderoles donnaient le ton. « Ni dictature, ni coup d’État. Turquie démocratique », pouvait-on lire. « Jeunesse debout contre le coup d’État et la dictature », était-il affirmé plus loin. Il fallait entendre Bella Ciao repris par ces dizaines de milliers de personnes. Des jeunes et des vieux. Des filles portant le voile et d’autres arborant des piercings. Des moustachus et des imberbes. Des grosses dames et des tailles mannequins. Et puis aussi, en turc, Liberté, de Paul Éluard, mis en musique par Livaneli, un compositeur d’Istanbul ami de Mikis Theodorakis. Ils sont arrivés par grappes, des différents quartiers d’Istanbul mais aussi de plus loin. Un flot continu. Impressionnant et solennel, acceptant les fouilles à l’entrée et appréciant la réelle mais, pour une fois, discrète présence de la police. «  Nous voulons vivre ensemble, dans toutes nos diversités  »

Comme ce cortège syndical à la tête duquel se trouvait Hasan Kütük, secrétaire général de la Confédération des syndicats de la fonction publique, venu d’Ankara. « Nous sommes là en tant que citoyen, en tant que responsable syndical », a-t-il indiqué à l’Humanité. Depuis quinze ans nous vivons une situation qui ne cesse de se dégrader au niveau de la démocratie et de l’État de droit. Nous sommes là pour la démocratie, l’indépendance et la liberté, parce que nous sommes contre toute forme de coup d’État ou de putsch. » À l’évidence, c’était le rendez-vous de la démocratie, pas du soutien à Erdogan. « Nous devons prendre en main notre Turquie laïque et démocratique », exhortait Shirin Yalinçakoglu, militante du CHP, émue par ce qui était en train de se passer, de cette fraternité évidente. De quoi la rassurer un peu, elle qui disait  : « On est inquiet. On n’est pas sûr de pouvoir vraiment surmonter la situation. C’est ce souci qui nous pousse à manifester. »

Émue aussi, cette foule dressée, observant une minute de silence en mémoire de tous ceux tués lors du coup d’État avorté, alors qu’une trompette lançait la sonnerie aux morts de Tant qu’il y aura des hommes. Puis l’hymne national. C’est un moment historique. Le président du CHP, Kemal Kiliçdaroglu, qui prend alors la parole, s’en rend-il compte  ? Certainement. La révolution des Jeunes-Turcs, en 1908, n’a-t-elle pas eu lieu au mois de juillet  ? « La tentative de coup d’État était fondamentalement un coup porté contre le Parlement, contre la démocratie et contre les partis politiques. Contre tout système démocratique, a-t-il lancé, en évitant soigneusement de personnaliser ses attaques. L’échec a montré aussi combien il était nécessaire d’avoir des fonctionnaires choisis pour leurs compétences et non pas pour leur proximité avec le pouvoir. » Fortement applaudi, il a souligné  : « Nous voulons vivre ensemble, dans toutes nos diversités. Nous condamnons tous les soutiens extérieurs et intérieurs de cette tentative de coup d’État. (…) La Turquie mérite une véritable démocratie, pas une démocratie de seconde zone qu’on lui impose. L’important c’est un État de droit, démocratique, social et laïc. C’est irréfutable. » Son discours était une sorte de feuille de route du CHP pour la reconstruction de l’État en ce sens. «  L’attente de la société, ce n’est pas la peine de mort, mais la paix  »

La veille, c’est le Parti démocratique des peuples (HDP) qui a brisé le monopole de l’AKP dans les rues d’Istanbul. Le rassemblement organisé à Gazi, dans la banlieue, a été particulièrement réussi. Et si les blindés de la gendarmerie ont tenté d’investir le parc sous prétexte de protection, la foule les a vite renvoyés, ayant une autre appréciation de ce qu’est une véritable protection. « À Cizre, à Sur, quand nous nous sommes dressés devant ces chars, ces généraux étaient des héros et nous, nous étions des traîtres », lançait d’ailleurs Selahattin Demirtas, le coprésident du HDP, allusion à la répression massive et sanglante qui frappe les Kurdes depuis un an. Il faisait également remarquer à l’adresse d’Erdogan et du pouvoir central  : « Les auteurs du coup d’État, vous les avez fait grandir dans vos mains pendant quatorze ans. » Avant de lancer  : « L’attente de la société ce n’est pas la peine de mort mais la paix et la négociation. » Des portraits du leader du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Abdullah Öcalan, étaient alors brandis par des manifestants. Un leader kurde dont on n’a plus de nouvelles depuis avril 2015, même sa famille et ses avocats, n’ayant pas l’autorisation de lui rendre visite. « L’état d’urgence est un produit de la mentalité putschiste, a asséné Demirtas. Si les putschistes avaient réussi leur coup, ils auraient décrété l’état d’urgence, torturé, suspendu la convention européenne des droits de l’homme. Et vous faites pareil ». Un espoir est en train de naître en Turquie

À l’évidence, rien ne sera plus comme avant en Turquie. Recep Erdogan sort affaibli de cette crise et sa tentative pour reprendre la main risque fort de rater. Parce qu’en dénonçant comme responsable du coup d’État la confrérie de Fetthullah Gülen, il rappelle que c’est en s’alliant avec elle qu’il a accédé au pouvoir. Que le loup n’était pas entré par effraction dans la bergerie mais avec le consentement, si ce n’est plus, du berger. Alors que les purges continuent, il est évidemment à craindre qu’elles ne soient utilisées contre toute forme d’opposition au pouvoir personnel – et qu’il entend renforcer – d’Erdogan. Mais, affaibli, il l’est. Pour la première fois il reçoit, aujourd’hui, des partis d’opposition (le CHP et le MHP d’extrême droite, mais pas le HDP).

C’est ce qu’ont bien compris ces centaines de milliers de personnes, réunies samedi et dimanche pour dire « non au coup d’État de la junte et non au coup d’État du palais ». Un espoir est en train de naître en Turquie. L’espoir de la construction d’une alternative laïque, démocratique où les progressistes prendront toute leur place. C’est bien ce qui est en jeu avec cette idée qui fait son chemin de la formation d’un front démocratique, marqué à gauche. Où pourraient se retrouver le CHP (mais pour l’instant, seule son aile gauche y aspire), le HDP, les petites formations de gauche, des ONG, des associations de femmes, de défense des droits de l’homme. Un nouveau combat commence. Qu’il ait pris forme sur la place Taksim ne doit sans doute rien au hasard.

http://www.humanite.fr/par-centaine...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Istanbul : par centaines de milliers pour la démocratie et la laïcité
26 juillet 2016 - 11h33

Centaines de milliers, ça paraît beaucoup. La place n’est pas si grande. Et de toute façon, ce qui reste, c’est qu’Erdogan bénéficie d’un soutien massif des classes dites populaires, turques évidemment - mais tous les kurdes ne se sentent pas de sympathie pour le pkk ; et son paroli réactionnaire et religieux parle à cette masse. Il faut en finir avec l’idéologie du peuple socialement progressiste, c’est rarement le cas. Du moment qu’on promet une redistribution "juste" du fric et un maintien de l’ordre patriarcal, c’est tout ce qui est demandé. C’est triste à dire, et ça ne contient pas du tout le jugement essentialiste ordiniare sur qui est bon, qui est méchant, mais (et ç’a été largement souligné), les gens de la Place Taksim, comme Nuit debout en france ou les Indignados en espagne, c’est la classe moyenne sup’ en déshérence, ce ne sont pas les classes les plus pauvres (ni les plus nombreuses). De ce fait, le rapport de force est en partie écrit.






MACRON : PREMIERE A DROITE
jeudi 20 - 10h15
de : Nemo3637
QG, le média libre (videos)
jeudi 20 - 09h30
de : Aude Lancelin
RÉFÉRENDUM ADP Objectif : 4,7 millions de signatures !
jeudi 20 - 08h53
de : La CGT
Comédie de Béthune - Un an après la grève ...
jeudi 20 - 08h37
de : Synptac Cgt
Ulcan (Chelli) renvoyé aux assises : sera-t-il extradé ?
jeudi 20 - 08h22
de : CAPJPO-EuroPalestine
ASSURANCE CHÔMAGE : LES CHÔMEURS DANS LE VISEUR ! Rassemblement le 20 juin à 11H Place du Palais Royal
jeudi 20 - 08h14
de : FNSAC - CGT
Non au détricotage de la loi sur la liberté de la presse
jeudi 20 - 08h05
de : SNJ, SNJ-CGT, CFDT-Journalistes, SGJ-FO
Urgence pour l’hôpital et pour un accès effectif à des soins de qualité, partout et pour tous !
jeudi 20 - 07h59
de : Ligue des droits de l’Homme
Le Naufrage d’ALSTOM : Macron dans la tourmente ?
mercredi 19 - 20h50
de : JO
1 commentaire
Assurance chômage : 3,4 milliards d’économies sur le dos des chômeurs, zéro sur celui du patronat
mercredi 19 - 15h25
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Voitures électriques, nucléaire et compteurs Linky : Stéphane Lhomme à nouveau à Castres
mercredi 19 - 09h35
QUAND LES TRAVAILLEUSES DE LA MUSIQUE NE SONT PAS À LA FÊTE ...
mercredi 19 - 09h27
de : FNSAC - CGT
Grève massivement suivie à Radio France, près des trois quarts des salarié-e-s ont cessé le travail le 18 juin
mercredi 19 - 09h22
de : CFDT, CGT, FO, SNJ, Sud, Unsa de Radio France
Une Magistrate agressée devant chez elle par un #LBD40 : une enquête ouverte pour tentative d’assassinat
mardi 18 - 18h21
de : nazairien
11 commentaires
Geodis : ces batailles du flux des ouvriers de la logistique
mardi 18 - 09h19
de : David Gaborieau
1 commentaire
Reverdir le Rojava
mardi 18 - 08h53
de : Pierre Bance
Rendez-vous dans 100 ans.
lundi 17 - 18h40
de : L’iena rabbioso
VENEZUELA : Cette expérience Socialiste qui donne des frayeurs à l’impérialisme !
lundi 17 - 17h47
de : JO
Grande Fête du livre de Noir et Rouge samedi 22 juin 2019-
lundi 17 - 09h52
de : frank
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 - 09h29
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Garde à vue de Gaël prolongée, Mobilisation lundi 17 juin 12h30
lundi 17 - 09h27
ADRESSE À TOUS CEUX QUI NE VEULENT PAS GÉRER LES NUISANCES MAIS LES SUPPRIMER
lundi 17 - 09h25
de : Ernest London
L’ESCROQUERIE DU REVENU UNIVERSEL D’ACTIVITÉ DE MACRON (video)
dimanche 16 - 16h35
de : JO
2 commentaires
ACTE 31 Gilets Jaunes de Toulouse : les brutes de macron dans ses oeuvres ! (videos)
dimanche 16 - 15h51
de : JO
Européennes : de la montée de l’extrême-droite à une autre perspective
dimanche 16 - 13h18
de : Eve76
Alternative Nouvelle au Capitalisme (?)
dimanche 16 - 09h47
de : Jean Roussie
Taha Bouhafs : « Je ne suis pas plus militant qu’un journaliste du “Point” ou de BFM TV »
samedi 15 - 23h51
de : Entretien avec Taha Bouhafs
CONGRÈS DE FONDATION DE L’UNION COMMUNISTE LIBERTAIRE (UCL) : DÉCLARATION FINALE
samedi 15 - 19h29
de : jean 1
NON à l’amalgame honteux du régime israélien avec l’Antisémitisme !
samedi 15 - 10h22
de : JO
École de la confiance : la loi passe, la défiance reste, les mobilisations continuent
samedi 15 - 07h50
de : Stéphane Ortega
CE CAUCHEMAR QUI N’EN FINIT PAS - Comment le néolibéralisme défait la démocratie
vendredi 14 - 19h24
de : Ernest London
GILETS JAUNES : PAUSE AVANT LA REPRISE ?
vendredi 14 - 18h23
de : Raymond H
Macron et Castaner visés par une plainte à la Cour pénale internationale pour « crime contre l’humanité » (video)
vendredi 14 - 17h41
de : JO
Interview de Maître Sophia Albert Salmeron après s’être rendue à la C.P.I à La Haye (vidéo)
vendredi 14 - 17h32
de : nazairien
Entre Pôle emploi et Françafrique, le gagne-pain de Benalla après l’Élysée
vendredi 14 - 15h20
de : JO
SOUTIEN AUX POSTIER-ES DU 92 EN GREVE / RDV LUNDI MATIN
vendredi 14 - 11h03
Les "cons" , ça ose tout : la cheffe de l’IGPN « réfute totalement le terme de violences policières
jeudi 13 - 22h43
de : nazairien
4 commentaires
La Grande-Bretagne livrera Julian Assange aux Etats-Unis
jeudi 13 - 17h03
de : JO
1 commentaire
« Ensemble on nous opprime, les femmes, ensemble révoltons-nous ! »
jeudi 13 - 11h51
de : jean 1
Le gong vient de sonné en Chine : l’hégémonie nord-américaine, c’est bien fini !
jeudi 13 - 10h33
de : JO
6 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La culture, ce n'est pas ce qui reste quand on a tout oublié, mais au contraire, ce qui reste à connaître quand on ne vous a rien enseigné. Jean Vilar
Info Com-CGT
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite