Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Soutenez la création d’un nouveau média citoyen
mardi 26 septembre
Signez cette pétition ici : https://www.change.org/p/media-citoyen Quand l’information et la culture sont trop souvent traitées comme des marchandises, quel rôle les citoyen·ne·s peuvent-ils encore jouer pour faire vivre le pluralisme et le débat ? Cette question appelle une réponse qui ne saurait attendre. Un peu partout, des millions de gens s’investissent et agissent sur leur quotidien sans attendre le bon vouloir des pouvoirs publics et à contre-courant des puissances (...)
Lire la suite, commenter l'article...

La tyrannie en marche, n° 16 de la Voix des sans-papiers
de : voixsanspapiers
mercredi 13 septembre 2017 - 09h47 - Signaler aux modérateurs

La tyrannie en marche (édito) « La Tyrannie consiste au désir de domination, universel et hors de son ordre… La Tyrannie est de vouloir avoir par une voie ce qu’on ne peut avoir que par une autre. » Pourquoi, pour entrer en matière, parmi tant de mots d’auteurs plus ou moins connus, ces mots de Pascal, intelligence révoltée par son temps et grand écrivain, certes, du « grand siècle » des lettres françaises, mais ayant vécu il y a trois siècles et demi, quand ce qu’on est convenu d’appeler « l’État moderne » venait à peine d’ouvrir grands ses yeux et de commencer à voir grand ? Il est souvent moins malaisé de saisir la forme générique de l’être dans ses débuts embryonnaires, dans l’œuf, pour ainsi dire, que dans l’être développé et complexe, et il apparaît, dans ces mots de Pascal, la raison de l’esprit humain saisissant l’objet « tyrannie de son temps » hors du temps, en quelque sorte, offrant de la tyrannie une description sous forme, pourrait-on dire, intemporelle (malgré le but extrinsèque de son auteur) : « éclat des grandeurs » « charnelles » sans nul éclat et apparence sensible d’esprit. Universel et hors de son ordre, par une voie aberrante, « pas possible », et : désir et volonté. D’emblée, la mesure entière de l’hubris humaine est ainsi jaugée et posée : démesure de l’excès, violence de l’excès et excès de violence. On vient de dire : humaine. Mais, s’agissant d’hubris, mot du grec ancien, et s’agissant en particulier de l’hubris du tyran, c’est inhumaine qu’il eût fallu plutôt, à proprement parler, et c’est à l’enseignement d’Aristote, grand maître à penser de l’Occident en fait de doctrine, entre autres, politique, qu’il faut avant tout s’en rapporter. La polis (la « cité », association d’hommes épanouie) est un « fait de nature » (d’espèce humaine), l’homme est, par nature, sous l’impulsion de ses besoins naturels, un être politique : homme, en tant qu’élément composant du composé polis, en tant que partie de ce tout humain ordonné et de sa politeïa, « constitution » réelle : l’ensemble des nomoï (ce qui échoit en partage à chacun), droits coutumes et normes qui en assurent le métabolisme et la cohésion. Dans l’ordre de la polis (ordre de l’humain accompli), l’apolis (le « sans cité ») par nature et non par accident n’a pas de place : il est l’insociable se suffisant à lui-même, n’est pas homme, mais « brute ou dieu », « homme » bestial ou divin. Et celui qui, quand la politeïa se corrompt à la suite des conflits entre riches et pauvres, quand chaque parti, poussant son hubris à l’extrême, jusqu’à vouloir l’emporter sur l’autre parti coûte que coûte, fait triompher l’injuste du juste contre la sagesse politique ; celui qui émerge alors et s’empare du pouvoir par n’importe quel moyen et parachève ainsi le bouleversement des nomoï par sa propre hubris, en mettant à leur place son vouloir, et porte le coup de grâce à l’isonomia (égalité des nomoï), la supprime, et rend esclaves les citoyens, hommes libres, celui-là est, dans l’ordre politique, la brute apolitique par excellence, le tyran : maître de « l’injustice armée » dont rien n’est « plus terrible à supporter ». Toutefois, ce que ne peut pas la nature, le peuvent l’art ou la ruse. Plus les « constitutions » sont dénaturées et extrêmes, plus elles multiplient leurs ennemis et deviennent instables. La tyrannie, en particulier, qui, sans être une politeïa, en cumule et aggrave les maux publics les plus extrêmes et insupportables, est la plus fragile des formes de gouvernement. À mesure qu’elle grandit, grandissent le dégoût et la haine de tout un peuple de sujets non consentants. Pour se maintenir au pouvoir, le tyran, plus que tout autre, « doit garder assez de force sur ses sujets, qu’ils le veuillent ou non », et, si pour durer il convient, par-delà les méthodes mêmes de répression violente et de flicage systématique propres à toute tyrannie, de se mettre à l’école de l’art de la simulation et de ses ruses, alors l’impératif devient : « apparaître », « donner à voir ». Et alors le tyran égoïste et apolitique peut et doit prendre l’aspect de son contraire, agir ou sembler agir pour le bien et l’argent publics, donner l’illusion du chef qui garantit un minimum de cohésion sociale, et, en toute chose, pour et par son hubris tyrannique instruite à bien tyranniser sur la durée, « adroitement » jouer les bons rois. C’est là une leçon que mettra à profit, 18 siècles plus tard, Machiavel, l’illustre « Secrétaire florentin », l’homme politique voué à la cause de sa « république » (res publica à la romaine, la chose publique), à la fois réalité présente (Florence rétablie, vivante république communale) et idéal rêvé d’un État fort et grand, tout à créer (l’Italie « rédimée », « libérée » de la « domination barbare », ultramontaine). Mais aussi (et pour la même force de réalité et d’idéal conjugés), l’implacable observateur de la « vertu » amorale de l’État, le clinicien de « la vérité factuelle de la chose » (de l’« autonomie » du fait politique), le logicien du mode de formation et de vie des États par l’efficacité pratique des procédés de pouvoir en usage : « prudence » et violence centralisées, répression intérieure (sans pitié, le cas échéant) et diplomatie de guerre extérieure, art de la ruse sociale et politique, du mensonge et du crime politiques (de ce qu’après lui sera appelé « raison d’État ») érigés en principe et en système. En un mot, l’illustre « fondateur » incontesté de la « science politique » des États modernes. Dans l’Italie du début du XVIe siècle – pays des signorie aux cours fastueuses, des « seigneurs de la guerre » humanistes et protecteurs des lettres et des arts « renaissants », pays des condottieri aventuriers, complotant pour s’établir seigneurs ou courtisans au lieu et place des seigneurs et courtisans en place, pays des papautés militaires et guerrières et des envahisseurs ultramontains, « gens de sac et de corde et sans frein, assoiffés du butin des villes merveilleuses, rêvant meurtre et pillage et nuits luxurieuses » (Leconte de Lisle) ; dans ce pays, l’hubris de l’homme de pouvoir mettant à la place des droits des hommes son bon vouloir, n’est pas le fait d’une poignée de grands ou mineurs tyrans (à une ou plusieurs têtes), il n’y est plus question de conseiller et d’instruire tyrans et tyranneaux à un minimum de bien public et de service public afin de parer la révolte. Partout en Europe, mais surtout en Italie, terre la plus riche et morcelée, théâtre de rivalités et guerres intestines et d’importation, la démesure du pouvoir armé surgit de toute part, vorace et impitoyable et extrême, souverainement criminelle et puissante, là où il y a pouvoir politique. Humaniste lui-même et bon connaisseur d’auteurs latins, républicain patriote et utopiste formé dans l’étude de l’Histoire romaine de Tite-Live ; formé, surtout, dans la pratique réaliste de son office de chancelier, expert militaire et ambassadeur de la république florentine auprès des cours italiennes et europénnes, au milieu d’alliances changeantes et de forces armées supérieures ; ayant entre autres sous les yeux, pendant des années, notamment le « tableau des choses de France », de sa noblesse de « gens d’armes » aux besoins et moyens réduits, « avides du bien d’autrui », de sa monarchie forte et puissante parce qu’« armée, expérimentée et unie », régnant sur des « peuples » et des « sujets » entièrement « soumis aux nobles » et « très obséquieux », « humbles et très obéissants », gagnant juste assez pour payer « à leur seigneur ses droits », et se contentant, pour le reste, d’une économie de subsistance sur une terre « grasse et opulente », où « la nourriture et les œuvres manuelles valent peu ou rien », dans un pays facile à défendre pour des raisons à la fois orographiques et d’échanges commerciaux à ses frontières ; Machiavel mûrit, peu à peu, à l’encontre de ceux qui en ont traité avant lui, la vision de « la vérité factuelle de la chose » politique, étrangère aux préceptes abstraits qu’enseignent religion et morale. Contraint, par la fin de la république et la restauration de la signoria des Médicis à Florence, de s’exiler des tâches quotidiennes et pressantes de la vie politique active, il tire, dans sa retraite, les leçons de son expérience et réflexion passées, pour servir aux tâches de la lutte politique à venir, urgente et à long terme. Déjà, la monarchie française lui était apparue comme le type même de l’État moderne puissant ; et, en face de l’unité nationale de sa noblesse d’armes lige, il avait déploré l’impuissance italienne, de l’Italie incapable d’avoir un « prince apte à l’attaquer », le prince envahisseur, « parce que l’Italie n’est pas unie comme elle l’était au temps des Romains ». Maintenant, il lui apparaît que le futur appartient tout entier à cette puissance nouvelle : l’État national fort, fort de son unité supérieure. Là est le cœur de tout ce dont il s’agit désormais en politique ; et, pour maîtriser les voracités des classes nobles, voracités locales, particulières et éparses, à courte vue, pour les faire jouer dans un but unique et à son gré, il faut, comme en France, toute l’acuité d’une vue très supérieure, l’action d’une imposante et générale et omnivore (terrible surtout envers l’indiscipline des nobles et nobliaux) intelligence : la souveraine et toute-puissante voracité du Prince fondateur d’État. Le problème de l’hubris grecque, de l’hubris apolitique dans la cité, ne se pose même pas. Ou plutôt, il se pose à l’envers. Loin d’être la ruine de la cité, la démesure est, dans le politique nouveau et novateur, son salut : elle est la « vertu » politique même, une force positive susceptible (si bien conduite) des plus hauts sommets publics. Il faut œuvrer pour la concentrer dans un seul maître. Car le politique a changé de signe, l’apolitique d’hier (l’excès de domination et de pouvoir sur les hommes, le désir et puissance de volonté de tout soumettre, de tout ramener au soi unique), voilà le politique d’aujourd’hui. La polis n’est plus. Il y a l’État. Machiavel compose superbement, ainsi, en lui donnant une âme vivante et forte, le plus superbe et terrible tableau (à fort contenu, où factuel et idéal s’exaltent l’un l’autre) de ce qu’on retrouve un peu partout, à des dégrés et dans des registres très différents, dans l’Italie et l’Europe politiques de l’époque. C’est une sorte de « conscience commune » d’élite, que cette hubris-vertu individualiste et calculatrice (dans son seul intérêt), artificielle et profondément barbare : un art institutionnalisé de la dissimulation masquée d’urbanité raffinée, ainsi que l’illustrent et enseignent les manuels de savoir-vivre de la « société de cour » (société de pouvoir) de la Renaissance, à l’usage du cortegiano aussi bien que de l’homme d’État, art, de surcroît, présumé se répandre dans la société d’en bas et la civiliser. Des lecteurs n’y auront-ils pas aperçu un lien d’anticipation du « vices privés bonheur public » du laisser-faire économique de deux siècles plus tard ? Mais auparavant, un siècle et demi après Machiavel, Pascal se trouve au moment culminant du processus réel de transformation politique dont Machiavel avait su, plus que tout autre, pénétrer les débuts fracassants et présenter une image idéalisée. À l’orée et à l’endroit même de l’établissement définitif de l’absolutisme d’État, accoucheur, par la révolution des droits, de la puissance de l’État et de sa loi « impersonnelle » telles que nous les connaissons aujourd’hui, la position de Pascal est des plus intenses et intéressantes : la tête au centre et les pieds à la périphérie, pour ainsi parler. Les pieds ancrés dans l’objet concret, le combat dans le catholicisme aux côtés de ses austères amis jansénistes, il s’en prend à la cour pontificale post-tridentine dégénérée « en tyrannie », à son intolérance de doctrine afin d’assurer son pouvoir au sein de l’Église, tyrannisant la pensée de tous et réduisant de force la diversité à unité, imposant à tous le silence par les moyens de la non contradiction publique, de l’organisation du faux et du mensonge, du dogme inouï de l’infaillibilité du pape. Et, à partir de cette excentricité par rapport au problème politique de la tyrannie, son regard s’élève et voit plus loin et plus haut, Pascal exerce sa réflexion tout au cœur du concept abstrait le plus géneral. Pour lui, la tyrannie se caractérise non tant par la violence physique contre les corps que par une autre et bien plus inquiétante, insinuante sorte de violence, la violence contre les esprits, « maîtresse branche qui s’insinue », qui s’exerce par le mensonge, la confusion des genres et la fausse rhétorique (l’« éloquence qui persuade par douceur, non par empire, en tyran non en roi »). Et cela lui permet la généralisation qu’on vient de dire, et, parallèlement, la reprise en négatif de la démesure, par laquelle notre discours a commencé (et devenue chez Machiavel vertu publique), et, armé de cette généralisation et de cette reprise, de revenir au politique, l’hubris étant générale, partout, notamment chez les « grandeurs d’établissement », soient-elles d’État ou catholiques officielles. Hélas ! combien la suite des choses a, depuis, montré que Pascal voyait juste ! Le lecteur qui a un tant soit peu suivi les chroniques de la campagne électorale et de l’été passé, saura bien apprécier le chemin parcouru par l’actuelle tyrannie en marche, sans besoin de l’ennuyer en redisant ici ses qualités connues. Une remarque ne sera cependant pas inutile à propos de l’état d’urgence, actualité des prochains jours. Rappelons ce mot d’un élu de la république en marche, le lendemain des élections législatives : « l’urgence doit devenir la norme » (France-info, 19.6.2017). Si un tel involontaire oxymore peut se comprendre au plus bas et abyssal degré du troupeau appelé à faire la claque parlementaire du chef, ce n’est pas compréhensible chez ce dernier, s’il n’y a pas en lui volonté de tyran. Vu son cursus, il ne peut pas ne pas en savoir par cœur les implications constitutionnelles réelles, sans quoi il aurait été un bien piètre étudiant de Sciences Po. Pour le reste, jouer les cassandres passe pour de la folie pure auprès des fous, aussi, de même qu’on a commencé, de même on citera, pour conclure, la saine sagesse de Pascal. Continuera-t-elle donc à passer inécoutée ? « La puissance des rois est fondée sur la raison et sur la folie du peuple, et bien plus sur la folie. La plus grande et importante chose du monde a pour fondement la faiblesse. Et ce fondement-là est admirablement sûr, car il n’y a rien de plus que cela, que le peuple sera faible. Ce qui est fondé sur la saine raison est bien mal fondé, comme l’estime de la sagesse. » Trop de pessimisme ? Le fait est pourtant là. Quand donc le « peuple » reviendra-t-il de sa faiblesse entretenue, raison et folie sur quoi « la plus grande puissance » demeure solidement assise ?



Imprimer cet article





Marseille : Août 1944, de l’insurrection à la libération
mardi 26 - 12h45
de : Mireille Roubaud
Loi contre le terrorisme : "un pli autoritaire et une surenchère sécuritaire", dénonce Quatennens (video)
mardi 26 - 12h12
Manifestation des « insoumis » : le journalisme de préfecture a encore frappé
mardi 26 - 12h04
de : Frédéric Lemaire
Reprendre la rue le 28 septembre avec les retraité-es !
mardi 26 - 11h48
de : Communiqué de presse des étudiant-es mobilisés
LE MODÈLE ALLEMAND PUE LA CROIX GAMMÉE
mardi 26 - 11h37
de : Sept Jours Debout
Lettre ouverte à « Monsieur Torreton »
mardi 26 - 11h33
de : Laure Zudas
Les petits cadeaux d’un cigarettier aux députés
mardi 26 - 11h29
de : Matthieu Pechberty
Paris libéré… par le peuple parisien ?
mardi 26 - 11h25
de : François Ruffin
L’incroyable recul du gouvernement sur le glyphosate (video)
mardi 26 - 11h14
de : Wuko
Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres (video)
mardi 26 - 11h07
Soutenez la création d’un nouveau média citoyen
mardi 26 - 10h31
Grève des routiers. Le dépôt pétrolier d’Haulchin bloqué, vers de nouvelles opérations sur les routes du Nord ce mardi 26 septembre 2017
mardi 26 - 09h30
"Tout sauf humaine" : Muriel Pénicaud vue par des salariés de Business France (video)
lundi 25 - 18h46
de : Complément d’enquête
TOUS ENSEMBLE dans les grèves et les blocages et vers une manifestation nationale
lundi 25 - 18h21
de : Front Syndical de classe
Vif échange entre Raquel Garrido (FI) et Ruth Elkrief (BFM) à propos de la démocratie (video)
lundi 25 - 18h18
de : La Luciole Mélenchantée
D’une manière certaine
lundi 25 - 16h24
de : L’iena rabbioso
Affaire Business France : Muriel Pénicaud était "informée de tout"
lundi 25 - 16h02
Après la marche, la démarche
lundi 25 - 15h50
de : Jean-Luc Mélenchon
Fête du livre des éditions Noir et Rouge Paris, samedi 30 septembre 2017
lundi 25 - 14h03
de : frank
30 000 personnes à la manifestation du 23 ? Vraiment ?? (8 videos)
lundi 25 - 12h33
de : Les Insoumis Charente-Maritime
Macron hué à Marseille (video)
lundi 25 - 12h11
Le patron de FO, Jean-Claude Mailly, estime que Muriel Pénicaud « fait le job ».
lundi 25 - 11h39
de : Marie-Cécile Renault
La marche du peuple et la diversion
lundi 25 - 11h11
de : Jean-Luc Mélenchon
1 commentaire
La Résistance dans la rue face à la collaboration par Léon Landini résistant FTP MOI
lundi 25 - 11h09
de : Léon Landini
EN DIRECT- Loi travail : les chauffeurs routiers bloquent plusieurs sites
lundi 25 - 10h00
de : Luc Lenoir
Insoumission au Parlement et dans la rue, partout !
lundi 25 - 00h48
de : Christian DELARUE
Bastille !
dimanche 24 - 21h47
de : Gilles
manif rassemblement mardi 26 septembre devant sous préf Montargis 17h30 pour les contrats aidés EVS des écoles
dimanche 24 - 18h12
de : le Rouge-gorge
Sénatoriale , Macron et du Cynisme !
dimanche 24 - 14h05
1 commentaire
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 - 11h07
de : Jean-Luc Mélenchon
Et maintenant ?
dimanche 24 - 10h43
de : LE BRIS RENE
Alors, Laurent Joffrin : Le Pen ou Le Che ?
vendredi 22 - 21h49
1 commentaire
Loi travail : la contestation cherche un second souffle
vendredi 22 - 17h39
Contre le coup d’état social
vendredi 22 - 15h40
Et si la presse se portait plus mal encore que ce qu’on pouvait l’imaginer…
vendredi 22 - 15h13
de : Jacques Cotta
La France Insoumise doit se glisser dans tous les interstices de la société – Entretien avec Manuel Bompard
vendredi 22 - 12h51
Un ex-dirigeant de Lafarge reconnaît des versements d’argent à Daech en Syrie
vendredi 22 - 12h39
Rappel : 8 français sur 10 n’ont pas voté pour Macron : Une autre analyse des résultats
vendredi 22 - 12h36
de : clab
Stop à la dispersion des manifestations (pétition)
vendredi 22 - 12h13
de : Front Social
Stéphane Sirot : « Les syndicats devraient reconsidérer les vertus des grèves reconductibles »
vendredi 22 - 12h00

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ce n'est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c'est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience. Karl Marx
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Soutenez la création d’un nouveau média citoyen
mardi 26 septembre
Signez cette pétition ici : https://www.change.org/p/media-citoyen Quand l’information et la culture sont trop souvent traitées comme des marchandises, quel rôle les citoyen·ne·s peuvent-ils encore jouer pour faire vivre le pluralisme et le débat ? Cette question appelle une réponse qui ne saurait attendre. Un peu partout, des millions de gens s’investissent et agissent sur leur quotidien sans attendre le bon vouloir des pouvoirs publics et à contre-courant des puissances (...)
Lire la suite
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 septembre
de Jean-Luc Mélenchon
Le samedi 23 septembre 2017, 150 000 personnes se sont rassemblées place de la République pour s’opposer au coup d’État social d’Emmanuel Macron. Jean-Luc Mélenchon a expliqué que la bataille contre les ordonnances de Macron ne faisait que commencer et a appelé la jeunesse à se mobiliser. Il a lancé un appel aux organisations syndicales pour qu’elles prennent la tête d’une ample mobilisation à laquelle les insoumis apporteront leur (...)
Lire la suite
Contre le coup d’état social
vendredi 22 septembre
Samedi 23 septembre 2017, donnons-nous rendez-vous à 14h00, place de la Bastille à Paris pour une marche contre le coup d’État social d’Emmanuel Macron, qui veut détruire le code du travail à coup d’ordonnances.
Lire la suite
Stop à la dispersion des manifestations (pétition)
vendredi 22 septembre
de Front Social
Signez cette pétition ici : https://www.change.org/p/stop-%C3%A... À travers cette pétition, nous proposons la tenue d’une table ronde permettant à tous les acteurs du mouvement social de s’entendre et proposer au plus vite une feuille de route unique et des actions communes... Amis et camarades, Comme vous, nous constatons que le programme de Macron n’épargne personne, des étudiants aux retraités, des jeunes bénéficiant de contrats aidés aux assurés sociaux, des (...)
Lire la suite
Stéphane Sirot : « Les syndicats devraient reconsidérer les vertus des grèves reconductibles »
vendredi 22 septembre
À la veille de la présentation des ordonnances, les syndicats opposés à la réforme du code du travail ont manifesté et appelé à la grève. Ces mobilisations traditionnelles sont-elles encore efficaces ? L’éclairage de Stéphane Sirot, historien du mouvement ouvrier. Regards. Après 1936 et 1968, la France est le pays de la grève générale, mais en pratique, depuis 1995, on évalue le rapport de forces dans la rue, en comptant le nombre de manifestants… La manifestation a-t-elle (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ : 3 JOURS POUR AGIR ET SE FAIRE PLAISIR
jeudi 14 septembre
de Info’Com-CGT
Venez échanger, débattre, discuter partager, vous amuser, partager un verre sur le stand d’Info’Com-CGT à la Fête de l’Humanité, avenue Lousie-Michel. :: : Concerts Roadmaster Officiel, Paul Exploit, Damien Accordémon, Palabre, Boris Pelosof :: : Débats Samedi 10 h 30 Inauguration du journal Moins Une, suivi du débat : Faire sauter le verrou médiatique : quelles initiatives pour une information indépendante ? Premiers invités : Pierre Souchon, rédacteur en chef (...)
Lire la suite
Les rendez-vous secrets de Berger et Mailly au ministère et au Château
jeudi 7 septembre
C’est le Canard enchaîné qui révèle les rencontres cachées aux travailleurs comme aux militants de leurs propres organisations de Berger et Mailly avec Macron le 28 août dernier, ce dernier ainsi que le premier ministre voulant " s’assurer qu’ils tenaient bien leurs troupes" !!! Afin de faire accepter la démolition du Code du travail contre de soit-disant contre-parties ! Des raisons supplémentaires pour que les travailleurs expriment leur colère et leur détermination le (...)
Lire la suite