Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Procès en appel de Frédéric - 4 mois ferme en 1ere instance (dossier complet)
vendredi 6 octobre 2017 - 09h13 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 26.9 ko
Gildo a rappelé que son interpellation lui avait valu 20 jours d’ITT, une opération du genou et que, depuis, son poste de travail avait dû être aménagé

Vendredi 20 octobre 2017 à 13h
Lieu : Paris 1e
Palais de Justice de Paris
Île de la Cité
4 boulevard du Palais
Métro Cité ou Châtelet

Condamné à 4 mois de prison ferme pour avoir filmé les violences policières lors d’un rassemblement contre la loi travail en 2016, Frédéric fait appel de son jugement.

Évènements Facebook
Procès en appel de Frédéric (4 mois ferme en 1ère instance)

https://www.facebook.com/events/691...

Le 5 juillet 2016, le jour où Emmanuel Valls annonçait une nouvelle utilisation de l’article 49.3 pour faire passer la loi El Khomri, un rassemblement se tenait devant l’Assemblée Nationale. Les forces de l’ordre étaient en nombre important. Chaque manifestant a été fouillé à son arrivée, puis conduit dans une nasse géante sur le pont de la Concorde. Près d’un millier de personnes a ainsi été privé de liberté pendant plus de quatre heures. Certains CRS procédaient à des interpellations dans un rassemblement pourtant calme et encerclé. Des violences policières ont été recensées. Au moment de ces violences, certains CRS prenaient le soin d’écarter les photographes et les vidéastes. Plusieurs d’entre eux seront d’ailleurs conduit au poste de police pour des contrôles d’identité. Frédéric, lui, filmait d’un point haut, provisoirement à l’abri de la police. Un manifestant interpellé sera jugé pour rébellion et relaxé grâce à cette vidéo[1] (voir photo ci-contre).

JPEG - 66.3 ko
En hauteur, Frédéric filme la nasse du 5 juillet 2016. Le manifestant au sol sera jugé pour rébellion et acquitté grâce à cette vidéo1.

Mais à la fin du rassemblement, Frédéric a été arrêté, et poursuivi pour menace, outrage et rébellion et condamné à quatre mois de prison ferme[2].

Frédéric, un témoin récidiviste

Par ses vidéos, Frédéric documente les mouvements sociaux et les violences policières. Cela l’expose à être régulièrement arrêté par des fonctionnaires de police soucieux de récupérer des images compromettantes. C’était déjà le cas le 26 mai 2016. Lors d’une manifestation parisienne, Frédéric a filmé les circonstances dans lesquelles un policier[3] a tenu en joue des manifestants avec son arme de service.

JPEG - 48.8 ko
Policier en civil3 lors de la manifestation parisienne du 26 mai 2016 (image extraite d’une vidéo de Frédéric)

Quelques minutes plus tard, Frédéric a été interpellé. Il a été accusé d’avoir jeté des projectiles. Grâce à des vidéos réalisées par d’autres militants, Frédéric est parvenu à obtenir sa relaxe, mais le parquet avait fait appel. La Présidente de la Cour d’appel à conclu : « Si un policier ment, ce sont les éléments fondateurs de la démocratie qui vacillent. », avant de prononcer une relaxe définitive[4]. Reste les accusations policières concernant la nasse du 5 juillet de la même année.

  • [1] Gildo : « Je n’ai pas résisté, j’essayais de respirer » (L’Humanité, 9 juin 2017)
  • [2] La nasse du 5 juillet 2016 est documenté dans le rapport - Un droit, pas une menace : restrictions disproportionnées à la liberté de réunion pacifique sous couvert de l’état d’urgence (Amnesty International, mai 2017, pages 7, 31, 32, 33, 43 et 44)
  • [3] La Préfecture a confirmé que l’homme au pistolet est un policier - Le policier a adopté une attitude provocatrice (Libération, 27 mai 2016)
  • [4] Manifestants interpellés : enquête sur les faux témoignages de vrais policiers (Buzzfeed, 8 novembre 2016)

PDF - 1.1 Mo
Amnesty International, mai 2017
France : Un droit, pas une menace : Restrictions disproportionnées à la liberté de réunion pacifique sous couvert de l´état d´urgence en France

Gildo : «  Je n’ai pas résisté, j’essayais de respirer  »

par Mathilde Ruchou et Pierric Marissal Vendredi, 9 Juin, 2017 L’Humanité

Répression antisyndicale. Gildo, militant CGT brutalisé par la police lors d’une manifestation contre la loi travail, comparaissait hier pour «  rébellion  ». Une farce, au regard du dossier.

Hier s’est tenu le procès de Gildo, le dernier des «  inculpés du 49-3  » à devoir comparaître. Cet agent territorial, militant CGT, manifestait le 5 juillet dernier devant l’Assemblée nationale contre le passage en force de la loi travail, rassemblement au cours duquel il est violemment arrêté par la police. C’est pourtant le syndicaliste qui comparaissait comme prévenu, accusé de rébellion et de résistance active, face à l’un des policiers ayant participé à son arrestation. Ce dernier semblait un peu perdu, ne sachant s’il souhaitait se constituer partie civile. «  Je viens ici pour que la justice reconnaisse les torts de monsieur  », a-t-il simplement affirmé. À la barre, Gildo a raconté s’être fait «  sauter dessus  » par plusieurs CRS et policiers qui lui ont fait un plaquage ventral. «  Ils étaient quatre sur mon dos, je ne pouvais plus respirer. Ce n’était pas un refus de coopérer, j’avais juste mal. J’ai cru mourir  », confie le syndicaliste, les bras derrière le dos, comme s’il portait encore les menottes.

Puis vient le moment des vidéos et le procès prend petit à petit une tournure différente. Le policier se frotte vigoureusement une nuque qui rougit à vue d’œil. «  C’est vous là  ? lui demande le juge le sourcil haussé. Qu’est-ce que vous êtes en train de lui faire  ?  » «  Bah, là, c’est une clé de bras  », répond le policier. «  Vous ne pensez pas que c’est un peu disproportionné  ? lui demande le juge par deux fois après avoir visionné les scènes. D’autant que, sans vouloir blesser monsieur Gildo, son gabarit est quand même bien moins impressionnant que le vôtre…  » Les films confirment que le syndicaliste n’a pas résisté, qu’il a juste voulu se protéger. Sur la fin de l’audience, la confusion s’est installée. Surtout lorsque Gildo, avec son calme naturel, a rappelé que son interpellation lui avait valu 20 jours d’ITT, une opération du genou et que, depuis, son poste de travail avait dû être aménagé.

Malgré tout, la procureure a requis 1 500 euros d’amende avec sursis. «  Une trop petite peine pour aller en appel, analyse Gildo. Mais j’espère la relaxe.  » La décision est mise en délibéré au 6 juillet prochain. À la sortie du tribunal, le syndicaliste a retrouvé ses soutiens, venus par dizaines. La fédération CGT des services publics d’Île-de-France avait déposé un préavis de grève. Gildo a pris la parole. «  Moi, je suis ici pour une petite affaire. Mais je pense surtout à tous les autres militants syndicaux et associatifs qui ont bien plus souffert que moi et n’ont peut-être pas bénéficié d’autant de soutien. Ce n’est pas moi qui suis poursuivi, ce sont les militants.  »

https://www.humanite.fr/gildo-je-na...


« Le policier a adopté une attitude provocatrice »

Par Willy Le Devin — 27 mai 2016 à 20:21 Liberation

JPEG - 97.1 ko
Un policier en civil, jeudi à Paris, lors d’une mobilisation contre la loi travail, a sorti son arme à feu après avoir été repéré puis écarté du cortège par un groupe de manifestants. Photo Cyril Zannettacci

Un policier en civil a été violemment pris à partie jeudi par des manifestants. En réaction, il a sorti son arme à feu. Un photographe, témoin de la scène, raconte à « Libération ».

Les images sont spectaculaires. Pour ne pas dire intimidantes. Jeudi, alors qu’un énième cortège dénonçant la loi El Khomri arpente le boulevard Diderot (Paris XIIe), un policier en civil est vivement pris à partie par une quinzaine de manifestants. Des bouteilles de verre sont lancées dans sa direction, sous les cris de « Dégage ! Sale flic, on t’a reconnu ! »

Selon Cyril Zannettacci, un photographe professionnel présent sur place, il se replie alors cour Saint-Eloi, se retourne, et fait désormais face à une petite dizaine de personnes. L’une d’elles, munie d’un projectile, s’approche, mais à une distance qui, selon Cyril Zannettacci, « ne sera jamais inférieure à 15 mètres ». Ce dernier, qui progresse sur le trottoir attenant, assiste alors à une scène inattendue et… un tantinet anxiogène : « Le policier a sorti son arme à feu en adoptant une attitude provocatrice. Il s’est mis à reculer en sautillant sur plusieurs mètres. Lui dira bien entendu qu’il était en situation de légitime défense. Pour avoir vécu ce moment, je trouve son réflexe disproportionné. Je pense néanmoins qu’il n’avait pas l’intention de tirer puisque, sur mes photos, on voit clairement que son doigt n’est pas positionné sur la gâchette. »

JPEG - 99.9 ko

Cartouche

Quelques heures après la fin de la manifestation, une rumeur selon laquelle un policier a sorti « son arme à deux reprises » parcourt les réseaux sociaux. Un journaliste de Mediapart , Christophe Gueugneau, tweete même une photo du policier en question - le présentant, à tort, comme un fonctionnaire de la BAC -, mais à un moment où son arme à feu n’est pas visible. Cyril Zannettacci, lui, est formel : « Je n’ai vu le policier sortir son arme qu’une seule fois. »

A ce détail près, nous avons pu recouper les faits par différentes sources, d’où notre choix de publier quatre des six photos de la série et d’anonymiser le policier en question pour des raisons de sécurité. Au-delà de leur incandescence, il nous semble qu’elles soulèvent une foultitude de questions sur l’attitude que les policiers peuvent - ou ne peuvent pas - adopter dans le cadre des rassemblements. A fortiori, au vu de l’état de tension du moment. Au regard du droit et de la jurisprudence, l’intéressé était tout à fait fondé à porter et à dégainer son arme de service, même s’il ne portait pas de signes distinctifs. La règle engage même les fonctionnaires à chambrer une cartouche, de telle sorte que le pistolet soit en permanence prêt à l’emploi.

Posture

Contactée par Libération, la préfecture de police de Paris a rapidement confirmé que le fonctionnaire était bien rattaché à ses services. Quant à sa mission précise, elle ne veut pas en dire plus : « Il n’est pas possible de vous la révéler », se contente-t-on de dire à la préfecture. Tout juste nous est-il permis de savoir « que ce policier intervenait dans le cadre du cortège, en protection de certaines personnes ». Interrogée ensuite sur la posture vindicative du policier, la préfecture rétorque, « qu’au contraire, il s’agit d’une attitude purement défensive, destinée à s’extraire d’un contexte où l’intégrité physique était sans nul doute menacée ». Et d’ajouter : « A ce moment précis, les assaillants disposaient de barres de fer, de bâtons et de mortiers. »

S’il ne nie pas la soudaineté de la charge à l’encontre du policier, Cyril Zannettacci tempère tout de même les ardeurs des manifestants : « Personnellement, je n’ai pas vu de barres de fer, ni de mortiers. Il ne s’agissait pas de manifestants cagoulés et ultraviolents agissant en mode Black Block, mais de personnes à visage découvert. Sur mes photos, on distingue d’ailleurs que le collègue casqué du policier n’a pas l’air plus inquiet que ça. A la vue de l’arme à feu, les manifestants ont vite reculé et se sont calmés. Je crois que nous avons surtout eu très peur. Etait-il bien utile et justifié de mettre tout le monde en joue ? »

Willy Le Devin

http://www.liberation.fr/france/201...



Imprimer cet article





La fin de la neutralité d’Internet et la poussé vers la censure
vendredi 15 - 21h56
Les geignards, députés En marche pas assez payés !
vendredi 15 - 20h07
de : JO
Les faucheurs ont semé du blé chez LIMAGRAIN
vendredi 15 - 18h53
de : Peillard JY
PALESTINE : Qui arrêtera les mains de l’Etat Hébreux terroriste ?
vendredi 15 - 17h29
de : JO
Tentative de suicide d’un enseignant en Dordogne
vendredi 15 - 15h40
de : Jean Roussie
"petite-bourgeoisie marxiste" : insulte aux "cadres" syndicaux marxistes
jeudi 14 - 22h01
de : Christian Delarue
HONDURAS : Manifestation géante contre l’ingérence frauduleuse Nord-Américaine !
jeudi 14 - 18h36
de : JO
Migrants : De Menton à Nantes, regain de mobilisation sur fond de restrictions d’accès à l’asile
jeudi 14 - 17h38
Un million, dix jours, un siècle / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 14 - 10h16
de : Hdm
Hold-up social : comment le droit du travail a été démantelé en Europe, sans aucun bénéfice sur l’emploi et les gens
jeudi 14 - 07h15
de : jean 1
Ich bin ein banlieusard.
mercredi 13 - 20h44
de : L’iena rabbioso
Nouveau triomphe chaviste aux élections municipales du Venezuela
mardi 12 - 10h39
de : Thierry DERONNE
2 commentaires
« En un mot, anéantir tout ce qui ne rampera pas à nos pieds comme des chiens.  »
lundi 11 - 18h27
de : Louise Vallés
4 commentaires
Amazon : Pour livrer tous leurs colis, des livreurs anglais urinent dans des bouteilles en plastique
lundi 11 - 15h58
2 commentaires
APRÈS LA CATASTROPHE
lundi 11 - 14h13
de : Ernest London
HONDURAS :L’OEA pose ses conditions à l’opposition, pour cesser son ingérence ?
lundi 11 - 12h05
de : JO
Pendant que Macron organise son sommet climat, l’Etat continue de financer allègrement le réchauffement planétaire
lundi 11 - 11h36
de : jean 1
1 commentaire
HONDURAS : L’OPPOSITION DEMANDE L’ANNULATION DES ÉLECTIONS !
dimanche 10 - 16h50
POPULISME « people » : J HALLIDAY et LA CRÉTINISATION DES FOULES
dimanche 10 - 15h35
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Des cailloux dans les mains !
dimanche 10 - 11h36
de : LE BRIS RENE
À TRAVERS LES LIGNES
dimanche 10 - 11h12
de : Ernest London
Grèce : Pour le 9ème anniversaire de l’insurrection – Emeutes contre les assassins de l’Etat à Athènes et à Thessaloniqu
dimanche 10 - 10h20
de : jean 1
Anti-trump... vous êtes des antisémites !
dimanche 10 - 02h15
de : Philou’s Off
MANIFESTATION A PARIS : Nous sommes tous Palestiniens !
samedi 9 - 19h21
de : JO
GAZA : Halte au génocide Palestinien !
samedi 9 - 09h57
de : JO
"Tri" des migrants : les associations claquent la porte du ministère de l’Intérieur
samedi 9 - 09h57
Humus poème de Fabrice Selingant
samedi 9 - 02h43
de : le Rouge-gorge
INTERDIRE HYPERTEXTILE ET SEXYMANIA AUX FILLETTES
vendredi 8 - 22h27
de : Christian DELARUE
pleurer sur un tueur d’enfant...seul un journaleux peut le faire
vendredi 8 - 21h02
de : irae
PALESTINE ! Le Liban, les pays Arabes, appellent à d’importantes manifestations !
vendredi 8 - 16h57
de : JO
HONDURAS : Le Peuple uni contre la fraude ne saurait être vaincu !
vendredi 8 - 14h23
de : JO
Un roi sans divertissement.
jeudi 7 - 22h28
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Gouvernement : La guerre contre le SMIC fulmine-t-elle sous roche ?
jeudi 7 - 20h28
de : JO
2 commentaires
Cinquantième jour de grève à Holiday Inn : « Nous pensons fêter Noël en famille »
jeudi 7 - 18h02
LOI TRAVAIL : LE CONSEIL D’ÉTAT ANNULE LE DECRET SUR LE RÉFÉRENDUM D’ENTREPRISE + Conférence de presse (videos)
jeudi 7 - 17h57
de : Info’Com-CGT
2 commentaires
Jérusalem : heurts à Bethléem (videos live)
jeudi 7 - 15h25
1 commentaire
CEUX QUI EXECUTENT LES ORDRES
jeudi 7 - 14h03
de : frances13
Crépuscule / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 7 - 13h04
de : Hdm
1 commentaire
HONDURAS : Vers un second tour de la Présidentielle ?
jeudi 7 - 10h07
de : JO
1 commentaire
Manipulation de masse je ne suis pas johnny
jeudi 7 - 07h54
de : irae
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Dès que quelqu'un comprend qu'il est contraire à sa dignité d'homme d'obéir à des lois injustes, aucune tyrannie ne peut l'asservir. Gandhi
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
LOI TRAVAIL : LE CONSEIL D’ÉTAT ANNULE LE DECRET SUR LE RÉFÉRENDUM D’ENTREPRISE + Conférence de presse (videos)
jeudi 7 décembre
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Conférence de presse du 8-12-2017 : Suite à la procédure engagée par une quarantaine de syndicats CGT contre les décrets d’application de la Loi Travail, la décision du Conseil d’Etat vient de tomber : le décret sur les référendum est annulé ! :) :: : Le point de vue de Fiordor Rilov, l’avocat des syndicats ayant engagé cette procédure, lors de l’audience publique du 4 décembre :: : Liste des syndicats CGT à l’initiative de cette démarche juridique : (...)
Lire la suite
Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
samedi 25 novembre
Souscription ici : https://www.helloasso.com/associati... C’est vraiment sympa, de lancer un journal... « Ben voilà, c’est comme d’hab’, les petits-bourgeois ont pris le contrôle du canard. » C’était un peu après, ça. Un peu après les débuts tonitruants de Moins Une, Laurent, plombier, syndicaliste, membre fondateur, tirait à vue sur les journaleux du collectif, confondus dans l’opprobre de la réaction, de la bourgeoisie, de l’intellectualisme (...)
Lire la suite
Télévision. «  Pour le Che, la guérilla devait avoir ses propres médias  » (vidéo)
lundi 9 octobre
de Laurent Etre
1 commentaire
Un documentaire Che Guevara, naissance d’un mythe, qui met l’accent sur le rapport du guérillero-ministre à sa propre image et le rôle potentiellement révolutionnaire des outils d’information. Entretien avec son auteur, Tancrède Ramonet. Votre documentaire s’intitule Che Guevara, naissance d’un mythe. Qu’entendez-vous par «  mythe  »  ? Tancrède Ramonet Je l’entends au sens de Roland Barthes, qui définissait le mythe comme un « (...)
Lire la suite
Video live : grève générale, la foule est immense à Barcelone
mardi 3 octobre
Le cortège, immense, impossible d’en distinguer le début ou la fin. Plus des 87% des travailleurs sont en grève générale, affectant tous les secteurs d’activités.
Lire la suite
Avec ses ordonnances Travail, Macron a réussi à nous refourguer… le CPE pour tous
dimanche 1er octobre
de Thomas Vampouille
Les ordonnances voulues par Emmanuel Macron pour réformer le code du travail facilitent sensiblement le licenciement d’un salarié en CDI ayant moins de deux ans d’ancienneté. Et les indemnités prévues ne sont pas lourdes. Finalement, Marianne a calculé que cela revient au même que le fameux CPE que la rue avait fait enterrer. En pire, même… C’est la ministre du Travail elle-même qui nous mis la puce à l’oreille. Si vous ne l’avez pas vu, Muriel Pénicaud (...)
Lire la suite
Travail : ton univers impitoyable - Cash investigation (video intégrale)
jeudi 28 septembre
Les enquêtes de l’émission présentée par Élise Lucet se sont concentrées sur Lidl France et Free, mettant en avant la souffrance au travail et les licenciements avec des séquences parfois choquantes.
Lire la suite
Oui tous ensemble le 28 septembre avec les retraité-e-s
jeudi 28 septembre
de UCR Union Confédéral des Retraités
Parce qu’une fois de plus le gouvernement s’attaque à leur pouvoir d’achat, aux services médicaux et sociaux, neuf organisations appellent les retraité-e-s à se mobiliser dans les départements sous des formes diverses le 28 septembre. Haro sur le pouvoir d’achat des retraités Au printemps dernier plus de 12 000 retraité-e-s se sont exprimé-e-s dans une enquête lancée par nos organisations. 80 % des personnes retraitées indiquent que leur situation financière (...)
Lire la suite