Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

[Récit] L’absurde cruauté de la frontière sous le régime de Schengen
de : samuel
mardi 7 novembre 2017 - 22h45 - Signaler aux modérateurs

Publié sur le site de La Canarde sauvage par notre correspondant dans le 05

Depuis 1996, les accords de Schengen régissent pour toute l’Europe les conditions d’entrée, de circulation et de séjour des personnes. Le but affiché est de limiter l’immigration venant des pays au sud de l’Europe. Et plus on interdit quelque chose, plus il y a de clandestins. Pour ces migrants clandestins, le principe fixé par Schengen et les règlements de Dublin (I, II et III) est que le cas d’un clandestin est réglé par le pays d’entrée (même si ce migrant entre par la Finlande pour aller au Portugal, ce n’est pas le Portugal qui décide de l’accueillir ou non, c’est la Finlande qui décide s’il a le droit d’entrer en Europe). Le pays d’entrée signifie souvent le pays où cette personne a eu pour la première fois affaire aux schmidts. Histoire d’une personne qui a été confrontée aux conséquences kafkaïennes de ces accords, règlements, lois et décrets.

Ali* [1] a 25 ans. Il est né en Casamance, dans une famille où il ne manquait de rien, grâce à leur troupeau de 300 vaches. Il adorait faire de la moto. Et il avait envie de voir du pays, de faire la vie, d’aller en France. À 18 ans, il prend la route : après trois mois de route, dont deux mois dans les horribles prisons lybiennes, il arrive en Italie. Même si l’accueil en Italie n’est pas encore le Ritz, Il demande et finit par obtenir l’asile politique, avec la carte de séjour qui va avec. Cela ne lui donne pas le droit de circuler en Europe librement : pour le tourisme, il doit obtenir des autorisations de voyage ; et il n’a pas le droit de s’installer dans un autre pays. Il s’installe pourtant en France, car c’est ce qu’il voulait.

Cinq ans après, Ali a fait son trou. Il enchaîne régulièrement les emplois dans le bâtiment : il monte des échafaudages, pose du papier peint, fait de la peinture. Il vit dans le 9-3, dans des cités où il ne croise aucun blanc. Et il a une petite amie. Régulièrement, il retourne en Italie faire renouveler passeport, carte d’identité et titre de séjour : d’abord au bout d’un an, en 2013 ; puis en 2015. Le dernier renouvellement est valable jusqu’en septembre 2017. Il doit donc faire le voyage à Turin. Il arrête le travail plus tôt le mardi 31 octobre et prend le TGV (billet à 108 €). Il dort à l’hôtel (deux nuits, 140 €) et dépose sa demande au guichet. Il repart sans passeport, sa demande est en cours, avec un rendez-vous pour la suite de ses démarches. Pour reprendre le travail lundi, il achète son billet de TGV (162 €) et part jeudi. Son train franchit les Alpes par le tunnel de Fréjus. Au premier arrêt en France, en gare de Modane, une escouade de schtards monte, contrôle les papiers des noirs et des personnes un peu trop basanées (mais surtout des renois). Là, la sanction est immédiate et sans appel : « Tu n’as pas le droit d’entrer en France ». Ni d’y vivre, d’ailleurs : pourtant, toute sa vie est de l’autre côté de cette ligne en pointillé. Il est illico reconduit en Italie, en voiture, et abandonné en gare de Bardonnèche.

Il y reste la journée. Le soir, il voit arriver des migrants par petits groupes, sans-papiers, pas comme lui. Noirs, comme lui. Et interdits d’entrée en France, comme lui. Et effrayés par tous les blancs, même ceux qui leur apportent des vivres et vêtements chauds. Il parle aux arrivants en poular : deux groupes ne se laissent pas convaincre de faire confiance à la maraude et partent sans accepter d’aide. L’un des deux groupes arrive à Briançon le lendemain, l’autre est arrêté par la police et renvoyé en Italie dans leur sinistre jeu de ping-pong. Ali, lui, franchit la frontière à pied, avec un troisième groupe qui a accepté l’aide de la maraude. Comme tous les clandestins qui franchissent la frontière près de Briançon, il est hébergé au refuge de la CRS.

Samedi, Ali peut prendre le train pour Paris, sous la bienveillante attention des Briançonnais. Le billet lui coûte 114 € de plus. Après trois jours d’errance pour échapper à la frontière, il va pouvoir reprendre sa vie, après un week-end à 524 €, sans compter les faux frais. En attendant que ses papiers soient renouvelés... Mais avec quels sentiments ?

Roger des Prés

http://lacanardesauvage.free.fr/spi...


Notes :

[1] J’ai vu ton œil torve scintiller, immonde flic des RT : abandonne tout espoir, ce prénom ne peut en aucune manière te conduire à cette personne.



Imprimer cet article





Goûter-soirée de soutien à la grève des postier-e-s du 92
jeudi 18 - 22h22
Perquisitions à la FI : une agression politique sous couvert de « justice »
jeudi 18 - 21h49
de : JO
Le soutien du néo-nazi David Duke, ex-chef du KU Klux Klan, à Bolsonaro
mercredi 17 - 16h53
de : Smaïl Hadj Ali
1 commentaire
FO : démission imminente pour Pascal Pavageau ?
mardi 16 - 18h53
Climat et effondrement : « Seule une insurrection des sociétés civiles peut nous permettre d’éviter le pire »
mardi 16 - 09h57
de : jean 1
3 commentaires
L’ANARCHIE EXPLIQUÉE À MON PÈRE
mardi 16 - 09h10
de : Ernest London
Brésil. Le suprémaciste Steve Bannon. L’ami public commun de Jaïr Bolsonaro et Marine Le Pen.
lundi 15 - 20h32
de : Smaïl Hadj Ali
CAPITALISME ET DESTRUCTION
lundi 15 - 20h21
de : Nemo3637
« Plus qu’une marche pour le climat », mais est-ce suffisant ?
lundi 15 - 14h41
Emission : 1938 – Accords de Munich – France et Angleterre pactisent avec les nazis
lundi 15 - 12h37
de : Emission Polémix et La Voix Off
Txetx Etcheverry : « Contre le changement climatique, nous devons agir comme si nous étions en guerre »
dimanche 14 - 09h24
2 commentaires
Main basse sur l’énergie
samedi 13 - 23h04
de : Eliot Nénesse
Comité de soutien à la grève des postie-r-es du 92
samedi 13 - 17h28
202 jours : Soutenons les Postiers du 92 !
samedi 13 - 11h46
LÉO FERRE - LES ANARCHISTES
vendredi 12 - 21h03
de : jean 1
Brésil : les bolsonazis sèment la mort et le terreur
vendredi 12 - 16h19
de : Smaïl Hadj Ali
1 commentaire
Carrefour-Casino : l’emploi sacrifié sur l’autel des « synergies »
vendredi 12 - 14h49
de : David André
LE CAPITALISME A-T-IL UN AVENIR ?
vendredi 12 - 12h48
de : Ernest London
Réforme des retraites : comprendre l’arnaque en 8 minutes
jeudi 11 - 14h56
1 commentaire
LE FLINGUEUR DE CES DAMES - C’est l’heure de l’mettre
jeudi 11 - 10h20
de : Hdm
les postier-e-s des 10ème et 19ème arrondissement en grève majoritaire depuis mardi !
mercredi 10 - 23h20
Le Brésil sur la voie du fascisme ?
mercredi 10 - 12h22
de : Smaïl Hadj Ali
2 commentaires
Olivier ROSAY, militant SUD PTT : nouvelle mise à pied prononcée !
mercredi 10 - 09h46
de : olivier
Bure la porte ferme mal
mardi 9 - 22h28
de : hibou
Le nombre de manifestants ville par ville
mardi 9 - 19h17
Emission : L’Amour et la Révolution
lundi 8 - 12h33
de : Emission Polémix et La Voix Off
Rapports de force se la raconte
lundi 8 - 08h08
SAUVEZ UN LIEU ASSOCIATIF PARISIEN A RAYONNEMENT NATIONAL
dimanche 7 - 22h41
de : frank
Analyse politique : Une ferme, un monde, une guerre, la nécessité d’un réseau de résistance internationale (EZLN)
dimanche 7 - 22h11
de : ZAPATISTE
5 X 73 = 365 / Relancer la lutte des classes dans toute l’Europe !
samedi 6 - 00h49
de : Marc ARAKIOUZO
Faut-il pendre les entrepreneurs ?.
vendredi 5 - 20h50
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
« MIGRATIONS » : POUR UNE POSITION INTERNATIONALISTE RESPONSABLE
vendredi 5 - 15h58
de : Jo-dez
Reprendre c’est Reprendre !
vendredi 5 - 15h21
de : C’est l’heure de l’mettre
2 octobre 1968 : LA NUIT DE TLATELOLCO - massacre d’État au Mexique
jeudi 4 - 11h06
de : Ernest London
Il faut sauver le pavillon Aquarius
jeudi 4 - 10h12
1 commentaire
Discussions sur L’Afrique l’Algérie La Syrie
jeudi 4 - 00h00
de : SAÏD Bouamama
être né sous le signe de l’hexagone.
mercredi 3 - 22h11
de : L’iena rabbioso
Dégradation, Présidence et Doigt d’Honneur.
mercredi 3 - 19h40
de : Claude Janvier
RADICALISATION EXPRESS - Du gaullisme au Black Bloc
mardi 2 - 19h06
de : Ernest London
Licenciements : quatre délégués syndicaux en grève de la faim contre le plan social de Happychic
mardi 2 - 17h27

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

C'est seulement par le risque de sa vie que l'on conserve la liberté. Georg Wilhelm Friedrich Hegel
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite