Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

LREM. Le parti du président Macron déserté par sa base militante
de : LOLA RUSCIO
vendredi 10 novembre 2017 - 12h07 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 231.3 ko

Les comités locaux de LREM se vident de leurs adhérents. Un phénomène de mutation politique rapide qui, selon des « marcheurs » désenchantés exprimant de vifs mécontentements, donne à la formation des airs d’« ancien monde  »...

La machine La République en marche (LREM) ne soulève plus d’espoirs chez ses adhérents. La force militante pâtit d’une formation en déshérence depuis le départ d’Emmanuel Macron et de ses lieutenants dans les cercles du pouvoir  ; la direction collégiale provisoire est inaudible dans les débats politiques... et dans toute la France, la ferveur des campagnes passée, un nombre important de militants jettent l’éponge dans certains comités locaux. « Des animateurs locaux me disent qu’ils se retrouvent seuls des fois aux réunions », affirme l’ex-référent territorial d’Ardèche, Michel Costes, constatant que la dynamique s’effrite. C’est aussi le cas dans la Sarthe. Lionel Borremans, militant de la première heure et fondateur d’un comité local dans la Sarthe, par ailleurs élu local PS, constate que l’activité militante est au point mort depuis les législatives : « LREM ne va plus sur les marchés populaires, sauf celui du centre-ville, fréquenté par les personnes des beaux quartiers. Dans les zones populaires, il ne se passe strictement plus rien. »

Transformés en marionnettes

Adhérente depuis des mois à Marseille (Bouches-du-Rhône), Sabrina réalise la supercherie de la participation citoyenne. « Je croyais faire partie d’un collectif où chaque personne est entendue, mais c’est l’inverse. Nous avons été des marionnettes, le temps de l’élection. Une fois que tout est terminé, ils n’ont plus besoin de nous », accuse cette mère au foyer qui s’est investie à 200 % dans la campagne, entre les distributions de tracts, les collages des affiches, la tenue de bureaux de vote… Désormais, cette petite main estime que les comités locaux sont à l’abandon et que leur « travail n’est pas reconnu » par les instances nationales, au point de penser que « (sa) parole ne compte pas ». « Nous ne sommes qu’une fenêtre publicitaire », regrette Sabrina, à des kilomètres de l’image de « mouvement citoyen » sur lequel s’est bâti le parti présidentiel. Un sentiment partagé par un animateur local, aux manettes d’un comité depuis janvier dernier, pour qui les adhérents ne sont bons qu’à « prêcher la parole gouvernementale ». « On a reçu des tracts du QG pour convaincre sur les ordonnances, mais c’est difficile de motiver les troupes », explique ce militant qui vit avec LREM sa première expérience en politique. Car il assure avoir été surtout « convaincu à 100 % par Emmanuel Macron. Aujourd’hui, je me vois mal aller sur le terrain alors que je ne suis pas d’accord sur tout, que ce soit sur la loi travail ou l’ISF ». À cela s’ajoute la diffusion des mesures du gouvernement sur les réseaux sociaux. Ainsi, ce marcheur reçoit, via l’application Telegram, des publications à relayer «  en riposte » sur Facebook et Twitter. La dernière remonte à jeudi, quelques heures à peine après la présentation du budget 2018 par la France insoumise. Mais il préfère ne pas les partager, gêné par ce mode de fonctionnement. « Ça donne l’impression qu’on nous dit quoi penser... »

Cette désaffection résulte aussi d’un profond malaise vis-à-vis du parti, en pleine structuration. LREM a tenté d’associer ses adhérents et les citoyens à la réflexion politique, avec une première consultation en ligne sur la stratégie logement lancée du 26 septembre au 23 octobre. Mais l’initiative n’a pas recueilli un franc succès : seulement 19 344 personnes y ont participé, selon les chiffres du parti. Preuve que l’entreprise politique n’a pas la force de frappe suffisante pour mobiliser ses 383 000 adhérents revendiqués. « Pourquoi y participer quand on se rend compte que les valeurs du mouvement sont du pipeau ? » se demande un adhérent de l’Essonne qui avait pris sa carte au Parti socialiste en 1981. Ce militant aguerri, impliqué sur le terrain, nous raconte avoir été effaré de constater une organisation ultraverticale : « C’est pire qu’au PS ! On doit filer droit, les pouvoirs sont aux mains des instances et du référent territorial, les adhérents sont à peine représentés au conseil (à hauteur de 25 % – NDLR). » Lui avait souhaité fonder deux comités locaux dans sa ville, mais ses initiatives ont été refusées par les instances nationales. Car, à l’inverse des prémices d’En marche  !, la création des comités locaux est aujourd’hui soumise à la validation des instances nationales.

Ce manque cruel d’horizontalité a également eu raison de l’adhésion d’un ­ex-animateur local de la première heure en Seine-Saint-Denis. « Il n’y a aucune démocratie interne, tout est centralisé, je ne connais pas le FN mais je me demande si ce n’est pas plus démocratique », affirme l’ancien marcheur. L’idée de claquer la porte de LREM lui trotte dans la tête depuis avril dernier, notamment après la désignation de son candidat aux législatives par une commission nationale d’investiture de neuf membres, dont aucun n’a été élu. Pour lui, « le choix des candidats a été fait de manière peu démocratique, (nous) n’avons pas eu notre mot à dire. Ce qui a conduit beaucoup de personnes à militer du bout des doigts ».

La récente nomination par Emmanuel Macron du porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, au poste de délégué général nourrit encore plus sa colère. D’autant que, sauf coup de théâtre, l’ex-député et maire PS sera le seul candidat à postuler à la tête du parti présidentiel. Le vote du conseil, lors de la convention du 18 novembre à Lyon, ne sera qu’une formalité. « Pfff, on est en monarchie ! C’est exactement ce qu’il ne faut pas faire... C’est contraire aux valeurs du mouvement. Pourquoi désigner son successeur par le haut sans consulter ? » fulmine le Dyonisien.

Une analyse en écho à celle de Corinne Lepage, soutien d’Emmanuel Macron à la présidentielle. L’ancienne ministre de Jacques Chirac a estimé que « cette affaire Castaner, c’est le contraire du projet initial d’En marche  !  ; cela ressemble à une forme de centralisme démocratique 2.0 où tout est managé d’en haut ». Sur la structure du parti, elle souhaite que LREM corrige le tir, jugeant que les comités ont été « la possibilité donnée aux Français de s’emparer de leur propre avenir ». Mais elle a « l’impression très franchement qu’on est passé tout à fait à autre chose ». L’entreprise politique doit, selon elle, mettre à jour son logiciel.

L’enjeu est crucial pour le parti présidentiel, qui a en tête les élections intermédiaires. Pour s’implanter dans les territoires, il devra compter sur une force partisane soudée et dotée d’un corpus idéologique défini. Dans des villes, les tractations vont déjà bon train pour figurer sur une liste aux municipales. « Des personnes ont tenté de mettre la main sur le comité pour être bien vues par les instances et espérer être sur une liste... C’est de la politique politicienne », déplore une ex-animatrice locale dans l’Aisne qui avait fondé un comité dès décembre 2016. Lassée de ces méthodes, elle a claqué la porte de l’organisation vis-à-vis de laquelle elle ressent une « extrême déception ».

https://www.humanite.fr/lrem-le-par...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
LREM. Le parti du président Macron déserté par sa base militante
10 novembre 2017 - 18h13 - Posté par irae

Nous avons été des marionnettes, le temps de l’élection. Une fois que tout est terminé, ils n’ont plus besoin de nous

Faut vraiment avoir 2 neurones pour être aussi niais et en plus venir se plaindre. Doublement stupide.
Est-ce le modèle de l’électeur macronniste.
J’espère bien qu’ils vont trinquer.



LREM. Le parti du président Macron déserté par sa base militante
13 novembre 2017 - 12h46 - Posté par Eschyle 49



LES POSTIERS DU 92, EN GRÈVE DEPUIS 8 MOIS, ONT UN BESOIN URGENT D’AIDE FINANCIÈRE !
mercredi 21 - 10h33
N’abandonnons pas Julian Assange aux mains de ses bourreaux
mardi 20 - 08h10
LE JARDIN DE BABYLONE
lundi 19 - 17h36
de : Ernest London
Les gilets jaunes : spontanéité ou continuité ?
lundi 19 - 16h58
de : Raymond H
2 commentaires
Carlos Ghosn le PDG de Renault et l’ami de Macron, arrêté au Japon pour fraude fiscale (video)
lundi 19 - 13h15
3 commentaires
BIG PHARMA PAPERS
lundi 19 - 11h19
de : BASTAMAG
Taxe d’habitation : la baisse ne s’appliquera que selon les Départements !
dimanche 18 - 17h34
de : JO
1 commentaire
Récit de la fille de la manifestante tuée en Savoie !
dimanche 18 - 17h21
de : JO
Carrefour : après le démantèlement de Dia, Casino dans la ligne de mire ?
dimanche 18 - 09h04
L’élection brésilienne n’est qu’un aperçu de ce qui peut nous arriver.
samedi 17 - 20h35
de : jean 1
"L’obéissance est notre problème"
vendredi 16 - 20h19
de : Deeplo
1 commentaire
CUBA : Ce petit pays du Tiers-Monde qui va à l’étranger pour soigner des vies Humaines et non pour tuer !
vendredi 16 - 17h58
Gilets jaunes : blocage de sites pétroliers en Wallonie
vendredi 16 - 17h15
de : RTBF
Jann Halexander & Abad Boumsong proposent l’AFRIKAN KABARET
vendredi 16 - 12h36
L’équipe qui domine / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 15 - 18h02
de : Hdm
STRASBOURG : Grève de la faim, Macron ne sait pas, ne voit pas, n’entend pas !
jeudi 15 - 16h28
de : JO
Il y a 30 ans, ARAFAT proclamait l’Etat Palestinien
jeudi 15 - 16h14
de : JO
COMMEMORATIONS du 11 NOVEMBRE : La Serbie sanctionnée !
jeudi 15 - 15h59
de : JO
1 commentaire
MARSEILLE : La Marche de la Colère dégénère !
jeudi 15 - 15h51
de : JO
Le 17 novembre sera-t-il apolitique ?
jeudi 15 - 09h19
2 commentaires
Rejet des gilets jaunes ou le mépris du peuple.
mercredi 14 - 17h20
8 commentaires
MEXIQUE : Le Président élu invite Nicolas Maduro à son investiture !
mardi 13 - 17h45
de : JO
LES 5 ARNAQUES DES AUTOROUTES : CQFD !
mardi 13 - 17h07
de : JO
2 commentaires
17 novembre : pourquoi les syndicats traînent-ils des pieds, alors que les politiques courent après ?
mardi 13 - 16h45
7 commentaires
Armes Européennes chez Daesch : Des langues se délient !
lundi 12 - 18h02
de : JO
Les grosses augmentations de certains ministres en 2018
lundi 12 - 11h58
de : JO
1 commentaire
Enfoirés de journalistes !
lundi 12 - 10h10
de : jean 1
5 commentaires
« Fêtons la gratuité ! » le samedi 5 janvier à Lyon !
lundi 12 - 09h18
de : Paul Ariès
1 commentaire
La Bible, les terres et les missionnaires du temps de la « pacification » des colonies.
dimanche 11 - 22h02
de : Christian DELARUE
CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Censurons les censeurs !
dimanche 11 - 14h56
de : JO
1 commentaire
LE MONDE SELON MONSANTO - De la dioxine au OGM, une multinationale qui vous veut du bien
dimanche 11 - 08h46
de : Ernest London
1 commentaire
VENEZUELA : La Révolution se défend contre le terrorisme économique !
samedi 10 - 17h39
9 commentaires
Make Anti-Imperialism Great Again !
samedi 10 - 17h07
de : jean 1
1 commentaire
Réformes de l’éducation : « C’est un projet élitiste, autoritaire, réactionnaire et libéral »
samedi 10 - 06h08
Carburants ou pouvoir d’achat : les raisons de la colère
vendredi 9 - 20h44
de : Christian DLR (cgt fin pub)
Du 11 Novembre 1918… au 1er Septembre 1939… D’une guerre mondiale… à l’autre…
vendredi 9 - 13h31
de : Emission Polémix et La Voix Off
rencontre nationale des secteurs en lutte samedi 10 novembre à Paris !
vendredi 9 - 11h17
de : SUD Poste 92
2 commentaires
Ce mensonge du gouvernement qui pourrait vous coûter très cher !
vendredi 9 - 11h07
de : JO
Les GM&S attaquent PSA et Renault en justice
jeudi 8 - 16h08
Gender Recognition Act : la lutte des femmes britanniques pour ne pas être effacées
jeudi 8 - 12h36
de : Female-
5 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Agissez envers les autres comme vous aimeriez qu'ils agissent envers vous. Confucius
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite