Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

ORDONNANCES : UNE DEFAITE PROGRAMEE
de : Laurent Degousée
jeudi 28 décembre 2017 - 17h14 - Signaler aux modérateurs

« Vous ne direz pas que je surestime le présent, et si pourtant je n’en désespère pas, c’est uniquement parce que sa situation désespérée me remplit d’espoir. » Karl Marx

Le 28 novembre dernier, seuls 12 % des député-es ont voté contre la transformation du Code du travail en ce qu’il faut mieux désormais appeler Code de l’emploi, soit l’exacte proportion de ceux qui ont eux sciemment voté pour Macron au premier tour de l’élection présidentielle, en faveur de son projet de « transformation » du pays , comprendre l’adaptation de la France au canon libéral et austéritaire dont les résistances, depuis 2005, ont entravé la bonne marche et dont la dite réforme constitue la pierre angulaire avant la remise en cause de notre modèle de protection sociale.

Nul sentiment de désespoir pour autant : d’abord parce que pour se sentir défait, encore faut-il s’estimer battu or la mobilisation contre les ordonnances a été en pointillé contrairement à celle de l’an dernier (qui se souvient encore que pour la même occasion, lors de l’adoption par le 49-3 de la loi Travail, nous étions des milliers mobilisés devant le Palais Bourbon ?). Ensuite parce que cette œuvre immense qu’est le Code du travail, fruit des luttes et des sacrifices de centaine de milliers de militant-es, connus comme anonymes, nous oblige.

Il est de bon ton, pour masquer notre propre impuissance, de proclamer que Macron, c’est le Thatcher français or le macronisme n’est que l’alternative par défaut qui émerge des ruines de trente d’alternance politique, qui en était de moins en moins une, et d’une société française travaillée dans le même temps par la crise. A mauvaise fortune bon cœur : les avanies quotidiennes des député-es marcheurs et l’arrogance de classe du pouvoir ne laissent rien dans l’ombre, tout est désormais sur la table et à la nausée peut rapidement succéder la colère. Pour reconstruire des outils efficaces de résistance et d’émancipation, il faut certes partir de ce qui existe mais l’honnêteté intellectuelle conduit à admettre qu’il faut aller vers toute autre chose.

Gauche année zéro

La chute du PS, si prévisible après le degré de reniement qui a été le sien lors du quinquennat Hollande et à l’instar de ce qui affecte la social-démocratie partout en Europe, vire à l’hiver sans fin : ce dernier s’est vidé des derniers éléments socialistes dans ses rangs (départ de Benoit Hamon après avoir cannibalisé EELV, exclusion honteuse de Gérard Filoche), ceux qui restent se disputent les débris de l’appareil en rêvant de reconstruction à partir du niveau local, déjà trusté par Les Républicains. Ce qui le guette, c’est de se retrouver PRGisé, relégué comme force d’appoint à gauche d’En Marche.

La France Insoumise, qui a cornérisé le PCF, se cherche, forte d’une performance électorale inégalée pour la gauche de transformation sociale depuis les années 80 et d’un écho certain dans la jeunesse. Après la réussite de sa manifestation du 23 septembre dernier contre le coup d’Etat social, qui n’a cependant pas atteinte une masse critique à même de bouleverser la situation en raison de son caractère autocentré, les coups d’éclats parlementaires ne suffissent plus et les élections sont encore loin : c’est pourquoi elle est décidée, à travers le lancement de son espace des luttes, à capter la défiance populaire, qui ira en augmentant, vis-à-vis de la politique économique et sociale du gouvernement.

Les organisations révolutionnaires ont elles été incapables de s’unir, ne serait-ce que pour formuler une critique commune sur la manière dont la mobilisation contre les ordonnances a été menée. Pire, au lieu de s’y investir et alors la riposte se situe plus que jamais sur le terrain extra-parlementaire, elles n’auront eu de cesse de se méfier du Front social, tête de pont de la contestation sociale dès avril dernier, voire de le dénigrer. Le mouvement autonome, qui avait vu son influence augmenté suite aux cortèges de tête de l’an dernier, est lui aussi en pleine interrogation car il est difficile de continuer à prêcher l’insurrection quand elle ne vient toujours pas. Macron peut dormir tranquille : ça n’est pas du côté gauche, en pleine redéfinition et dont le poids de la représentation parlementaire n’est même pas à même de peser sur la prochaine révision constitutionnelle, que le péril le guette.

« Les syndicats sont mortels comme les partis politiques »

Le vieux monde politique a sombré mais la situation n’est guère reluisante du côté syndical : au nom du primat du politique, pourtant bien mal en point au regard de l’accession répétée de l’extrême-droite au second tour de la présidentielle et d’une abstention record, les confédérations, en participant toutes à la concertation initiée dès juin dernier, ont contribué à désarmer leur base qui s’est retrouvée fort dépourvue une fois la bise des ordonnances venue. Les militant-es, quelle que soit leur orientation, ont pourtant bien perçu le danger mortel qu’elles recèlent  : faire en sorte que tout ou presque que ce que les patrons ne respectaient pas au risque d’être sanctionné ait désormais, par le jeu du dialogue social, force de loi quand il ne s’agit pas, dans les petites entreprises, de draper la décision unilatérale de l’employeur dans le costume de la démocratie référendaire.

C’est du côté des syndicats dits réformistes que le trouble est le plus perceptible, à commencer par la CFDT, pourtant forte de sa première place dans le secteur privé depuis mars 2017  : la fête, organisée en octobre dernier, avec dix mille adhérent-es pour marquer l’événement a été gâchée et a donné lieu à une libération inédite de la parole dans une centrale au corpus idéologique plus que normalisé depuis 2003. À défaut de mobiliser ses troupes, Laurent Berger, dont le constat ouvre cette partie, est obligé de résumer le contenu des ordonnances à «  un classicisme froid, techno et triste.  » La fronde a été encore plus spectaculaire à FO, où Jean-Claude Mailly, après avoir vanté les pseudo-négociations et, en particulier, le renforcement des prérogatives des branches ˗ là où leur rôle est pourtant purement et simplement annihilé ˗ s’est vu mettre en minorité par le parlement de sa centrale et contraint d’appeler à la mobilisation du 16 novembre.

Du côté de ceux qui luttent, la situation n’est guère plus enviable.

A la CGT, c’est le délitement qui prévaut : les secteurs où la centrale de Montreuil pèse, à commencer par les routiers et les dockers, négocient les uns après les autres la sanctuarisation de leur régime conventionnel illustre la défiance vis-à-vis de la stratégie de journées saute-mouton mise en œuvre par Philippe Martinez. À Solidaires, tiraillé entre mouvementisme, avec l’organisation d’une manifestation contre l’université d’été du MEDEF et une chasse aux DRH, et suivisme de la CGT, le débat se cristallise sur l’implication ou non dans le Front social, dont l’appel à participer à la marche nationale sur l’Élysée du 18 novembre a été rejoint in fine.

Des occasions de converger, il y en a pourtant eu : avec les retraité-es le 28 septembre, avec le secteur public le 10 octobre et une unité syndicale retrouvée, certes trop tardivement, le 16 novembre. Mais encore fallait-il que ces différentes échéances s’inscrivent dans un plan de bataille et s’accompagnent d’une volonté d’aller vers l’affrontement, portée par exemple par l’organisation d’une manifestation nationale, à l’instar de celle du 14 juin 2016 qui a ébranlé Valls et l’a amené à répondre par la répression. Après, on peut toujours appeler à l’unité mais ne serait-ce qu’une réunion entre dirigeant-es des organisations dite de gauche a-t-elle été organisée pour envoyer un signe, à commencer à leurs propres membres ? La gravité de la situation, à savoir un état de droit au conditionnel dans l’entreprise, n’exigeait-elle pas de mettre de côté tant ses divergences stratégiques que ses querelles d’egos, voire ses intérêts boutiquiers pour bâtir la riposte avec le plus grand nombre ? Seul le Front social, fort de l’acquis que représente la constitution l’an dernier d’une avant-garde large, a défendu cette perspective.

Et si la solution, pour cesser d’être dos au mur, c’était d’être aussi radical que l’est Macron lui-même  ? Pourquoi ne pas s’unir sur un projet de transformation sociale plutôt que de miser sur un improbable repli dans les entreprises, là où l’application de la loi travail XXL va tout cristalliser, voire sur le corporatisme qui va bon train de la CGC à la FSU et reprendre le débat sur la réunification syndicale alors que les recompositions sur le terrain, dictées en premier lieu par la mise en place du nouveau comité social et économique, vont s’accélérer. Il est temps aussi que le mouvement syndical soit à l’image du monde du travail d’aujourd’hui, les luttes récentes de travailleurs ubérises ou les plus précaires montrent que c’est possible pour peu de faire appel à l’optimisme de la volonté : après tout, le fait syndical a réussi à s’imposer au 19ème siècle dans des conditions comparables à ce vers quoi la nouvelle législation du travail, devenue loi de l’entreprise, tend à nous ramener.

Déplacement du domaine de la lutte

Des pratiques syndicales renouvelées, en organisant les travailleurs au plus près afin de vaincre l’isolement qu’induit la structuration moderne des entreprises, à commencer par la généralisation de la sous-traitance et de la franchise, elles existent déjà. Des luttes, souvent longues et déterminées, elles ne manquent dans la période : quinze jours de grève suivie par 100 % du personnel pour le maintien de l’emploi chez Vélib’, une grève de la faim à Sodexo pour peser sur le contenu du PSE, des conflits qui s’éternisent à Holiday Inn et à Mc Donald’s ou bien remporté haut la main au bout de quarante-cinq jours à Onet etc. Rien de plus faux de prétendre que les salarié-es ne veulent pas se battre, c’est bien en haut qu’il y a un problème de stratégie ! La conflictualité tend à se déplacer dans le privé, en particulier dans le secteur des services qui connait déjà le monde de la loi Travail. Il y a aussi d’importantes mobilisations sectorielles dont on parle peu : ainsi, le 20 décembre, c’est la CGT Commerce qui organisait sur Paris une manifestation, inédite en pleine trêve des confiseurs, de près d’un millier de personnes après celle de l’intersyndicale de l’ONF le 14 décembre, qui a compté la moitié des gardes-forestiers qui y travaillent, sans oublier la journée nationale de grève dans les EHPAD prévue elle le 30 janvier prochain : ce vaste mouvement de grèves invisibles n’est pas sans rappeler celui qui a précédé un certain été 68…

En 2018, on rentre dans le dur comme les ordonnances vont alors s’appliquer à plein régime. L’envolée des licenciements est certaine, à commencer chez le premier employeur privé du pays, Carrefour, qui annoncera son plan de transformation le 23 janvier prochain et ce alors que les droits des chômeurs seront sur la table : la contradiction promet d’être explosive. Le patronat a trouvé, avec la rupture conventionnelle collective qui sera étrennée par l’enseigne Pimkie dès le 8 janvier, un moyen de se passer y compris des plans de licenciements collectifs (des ruptures sans motivation, ni obligation de reclassement : le rêve) tout en les sécurisant, contrairement aux PSE dont la contestation judiciaire est devenue résiduelle suite à la loi de sécurisation de l’emploi.

L’explosion sociale, seule à même de mettre un terme à l’offensive sur nos droits, qui va résulter tôt ou tard de l’application de ces mesures et de celles à venir, encore faut-il la préparer et pas seulement l’appeler de ses vœux : le Front social, en proposant une journée d’action décentralisée samedi 20 janvier en direction du patronat pour dixit reprendre tout ce qu’ils nous ont volé, participe de cette volonté en répondant à l’émiettement des mobilisations par le regroupement de tous ceux qui luttent, sans sectarisme ni arrière-pensées.



Imprimer cet article





Garantir le maintien du pouvoir d’achat : une vraie réforme que ne fera pas Emmanuel Macron…
samedi 21 - 23h02
de : Albert
Quand la DILCRAH combat la pédagogie de l’antiracisme
samedi 21 - 21h21
de : UJFP
Peuple-classe 99 % en lutte de Rennes en jonction le 19 avril.
samedi 21 - 18h19
de : Christian DELARUE
CRACK CAPITALISM - 33 thèses contre le capital
samedi 21 - 10h18
de : Ernest London
La lutte et la solidarité grandissent avec les cheminots à Puyoo comme ailleurs !
samedi 21 - 08h42
de : Sémard
"Malheur au pays dont le prince est un enfant"
vendredi 20 - 20h12
de : Deeplo
Crime de lèse majesté
vendredi 20 - 17h23
de : irae
1 commentaire
CFDT et FO pas de 1er mai unitaire
vendredi 20 - 14h14
2 commentaires
Frédéric Lordon : et voilà le sens du pari du 5 mai
vendredi 20 - 11h43
4 commentaires
Tolbiac évacué par la police à 5 heures du matin !!! (videos et photos)
vendredi 20 - 07h45
1 commentaire
Usager.e.s et grévistes, nous avons les mêmes intérêts :
 la défense d’un service public de qualité au service du public
vendredi 20 - 07h07
de : via Ch DELARUE
Fonctionnaire(s) et syndicalisme : Pour faire société.
jeudi 19 - 22h01
de : Christian DELARUE
L’insoupçonnable profondeur de la déroute / C’est l’heure de l’mettre - Radio
jeudi 19 - 20h07
de : HDM
Notre-Dame-des-Landes : "Le gouvernement est animé par une idéologie individualiste et capitaliste
jeudi 19 - 18h55
de : jean 1
1 commentaire
Etat espagnol : ¡ Ay Podemos !
jeudi 19 - 16h40
de : Antoine (Montpellier)
1 commentaire
info technique concernant le service mail de la poste
jeudi 19 - 16h17
de : info technique
1 commentaire
Grève SNCF : « C’est plus fort qu’en 2014 et 2016, mais moins dynamique. »
jeudi 19 - 08h38
La CGT Mines Energie appelle à la grève à partir de ce jeudi et jusqu’au 28 juin
mercredi 18 - 16h00
Grève : la CGT-RATP dépose un préavis pour jeudi et vendredi
mercredi 18 - 15h34
de : CGT-RATP
Sciences Po Paris à son tour occupée par des étudiants (video)
mercredi 18 - 14h51
3 commentaires
Comme dirait Ruffin un bol d’air...belge (video)
mercredi 18 - 13h26
de : irae
3 commentaires
SNCF : les grèves commencent à peser sur la croissance française
mercredi 18 - 11h15
3 commentaires
Merci Nicolas Hulot, les opérations à Notre-Dame-des-Landes coûtent 300 000 euros par jour à l’Etat...
mercredi 18 - 11h01
4 commentaires
JUSTICE DE CLASSE
mercredi 18 - 09h59
1 commentaire
Ce Roi d’Espagne qui fait la leçon démocratique ! Et la République, bordel !
mardi 17 - 15h16
de : Antoine (Montpellier)
3 commentaires
Survie : il faut virer Macron par ordonnances populaires !
mardi 17 - 14h14
de : Author : Pierrick Tillet
3 commentaires
19 avril, 1er et 22 mai : printemps larvé ou explosion sociale ?
mardi 17 - 09h20
PLUS MACRON PASSE A LA TÉLÉ, MOINS IL CONVAINC
lundi 16 - 23h07
de : Luttesinvisibles
François Ruffin - On n’est pas couché 14 avril 2018 (video)
lundi 16 - 22h50
Assemblée générale - Rennes 2
lundi 16 - 21h48
Macron... non... non... non... (video)
lundi 16 - 21h44
Les mensonges sanglants de M. Macron
lundi 16 - 21h27
de : Hervé Kempf
3 commentaires
Emmanuel Macron connaît ses classiques (video)
lundi 16 - 21h20
LE 19 AVRIL, C’EST EN GRÈVE POUR REMPLIR LES RUES !
lundi 16 - 18h55
de : Info’Com-CGT
Pierre Laurent : nous pensons qu’une marche du 5 mai réussie est une marche qui additionnerait toutes les forces
lundi 16 - 15h14
de : Pierre Laurent
3 commentaires
Marie-George Buffet : 5 mai pour faire la fête à Macron, belle initiative de François Ruffin
lundi 16 - 14h21
de : Marie-George Buffet
4 commentaires
(videos et photos) Manifestation nationale inter-luttes du 14 avril à Montpellier : 2500 personnes dans les rues, centre-ville retourné, 50 interpellés, une quarantaine de gardes à vue
lundi 16 - 13h55
de : jean 1
PLUS DE 2 HEURES, TOUT CELA, POUR RIEN OU SI PEU !
lundi 16 - 12h29
de : Serge Cercelletti
1 commentaire
Olivier Faure soutient les frappes en Syrie avec Benoît Hamon !!!
lundi 16 - 11h25
3 commentaires
Université de Tolbiac : point de convergence entre cheminots et étudiants (video)
lundi 16 - 09h57
de : Frédéric Dayan

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La religion est le soupir de la créature opprimée, l'âme d'un monde sans cœur, comme elle est l'esprit des conditions sociales d'où l'esprit est exclu. Elle est l'opium du peuple. Karl Marx
LE JOURNAL DU MEDIA de 20H
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite
SOIXANTE DIX SEPT - LA REVOLUTION QUI VIENT
mardi 13 mars
de Roberto Ferrario
NOUS NOUS RETROUVONS COMME CHAQUE ANNEE POUR NOUS RAPPELER CE JOUR OU FRANCESCO LORUSSO MOURUT... LE JOUR OU LE POUVOIR FICHA UN PIQUET DE FRÊNE DANS LE CŒUR ROUGE D’UN RÊVE... LE RÊVE D’UNE SOCIETE EN COULEURS... FAIBLE FLAMME QUI COUVE SOUS LA CENDRE !!! SOIXANTE DIXSEPT - LA REVOLUTION QUI VIENT sous la direction de Sergio Bianchi et Lanfranco Caminiti 432 pp -20,00 euros 88-88738-57-6 En Italie, le mouvement politique, social, culturel, existentiel de 1977 n’a (...)
Lire la suite
Pour la création d’un Conseil de déontologie du journalisme en France. Allez jusqu’à 200 000 !!!
dimanche 11 mars
de Roberto Ferrario
Signez ici : https://www.change.org/p/pour-la-cr... Les médias et la presse jouent un rôle majeur dans la vie démocratique d’un pays. Mais ils ont aussi le pouvoir de façonner le débat public. Ce pouvoir peut donner lieu à des abus. D’autant plus qu’ils dépendent de 9 milliardaires pour 90% d’entre eux et du gouvernement pour le service public. L’émission politique de France 2 du 30 novembre 2017 dont j’étais l’invité est un modèle du genre. (...)
Lire la suite
Solidarité avec les cheminots !!!
lundi 5 mars
de Roberto Ferrario
En juin 2016 les cheminots grévistes de Versailles ont reçu un chèque de 15 000 € de la part de quatre organisations membres de la CGT. ;-) En preparation de la greve, on doit se préparer à faire la même chose de maintenant... ;-)
Lire la suite
Élections en Italie : une droite honteuse, un rayon d’espoir à gauche
mercredi 28 février
de Marc Botenga via RF
Attentat néonazi, corruption, mafia… Sur fond d’une crise inouïe, l’Italie s’approche des élections parlementaires du 4 mars prochain. Alors que la social-démocratie assume son virage ultra-libéral, la droite recycle Berlusconi et s’en prend aux étrangers. À gauche, un nouvel acteur essaie de remettre les pendules à l’heure : ce sont les partis traditionnels, et non les migrants, qui sont responsables du chômage et de la précarité. Un attentat, une droite (...)
Lire la suite
Italie : Pourquoi voter pour Potere al popolo !
mercredi 28 février
de Chiara Carratù via RF
Potere al popolo ! est né lors de l’assemblée du 18 novembre en réponse à la crise de la gauche radicale, qui risquait encore une fois de disparaître des bulletins de vote, entraînée dans des alliances avec des forces ambiguës par rapport à leurs relations avec le PD (le parcours du Brancaccio, puis la convergence en grande partie avec Liberi et Uguali), ou présente avec des propositions politiques de faibles impact sur les secteurs d’avant-garde de la classe ouvrière. Voilà (...)
Lire la suite
Italie. Ils veulent redonner le pouvoir au peuple
mardi 20 février
de Gaël De Santis via FR
Communistes, écologistes et militants des centres sociaux autogérés partent ensemble aux élections législatives italiennes du 4 mars . La gauche qui ne s’est pas rendue aux sirènes néolibérales reprend espoir en Italie. Et si elle retrouvait le chemin du Parlement  ? Depuis le mauvais score des communistes, en 2008, elle n’est en effet plus représentée dans les institutions nationales. Cette année, le monde militant antilibéral a retrouvé le chemin de l’unité, sous (...)
Lire la suite