Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Parcoursup : comment les portes de l’université vont se refermer pour les « bacs pro » issus des classes populaires
de : jean 1
mardi 6 mars 2018 - 20h13 - Signaler aux modérateurs

Encore une attaque contre les classes populaires.

Vite les charettes pour emmener macron et ses "adorateurs" jusqu’à la place du trône -renversé et qu’ils dégagent.


JPEG - 69 ko

par Stéphane Ortega

Les lycéens titulaires d’un bac professionnel, principalement issus des milieux populaires, devront-ils définitivement renoncer à toute possibilité d’accès à l’université ? La loi dite « orientation et réussite des étudiants », votée par le Parlement le 15 février, institue un obstacle supplémentaire pour entrer dans l’enseignement supérieur. Les pré-requis et nouvelles procédures exigés par la plateforme internet Parcoursup pour les vœux formulés par les bacheliers affectera particulièrement les élèves d’origine modeste. Entre augmenter les moyens dévolus aux universités, ou restreindre encore un peu plus leur accès, le gouvernement a fait son choix.

Dans le système éducatif français, le baccalauréat est considéré comme le premier grade universitaire. Il sanctionne la fin du cycle secondaire et ouvre l’accès à l’enseignement supérieur. En principe. En réalité, les études supérieures se répartissent entre des filières sélectives et non sélectives. Pour les titulaires d’un baccalauréat professionnel ou technologique, soit près d’un bachelier sur deux [1], les sections techniques supérieures préparant au BTS (brevet de technicien supérieur) ou aux IUT (Institut universitaire de technologie) sont conditionnées à une sélection sur dossier. L’inscription à l’université restant, elle, ouverte de droit, comme pour les autres bacheliers.

Mais le texte adopté par le Parlement ce 15 février met en place un nouveau mode d’admission dans les filières universitaires. Les élèves de terminale doivent formuler dix vœux maximum d’ici le 13 mars, sur une nouvelle plateforme internet : Parcoursup. Ils ont jusqu’au 31 mars pour les confirmer, saisir un texte précisant leur motivation pour les différentes formations, et fournir les pièces demandées par chaque filière – par exemple leur bulletin de notes, ou encore un CV. Une inflation de démarches qui a déjà eu pour effet de booster les entreprises privées de conseil en orientation. L’une d’entre elles, Eureka study, qui propose un accompagnement Parcoursup pour 420 euros, a vu son chiffre d’affaires doubler en six mois, selon le supplément étudiant du Figaro du 26 janvier 2018.

« De toute façon, vous n’irez pas à l’université »

En plus de cette complexité, qui affecte plus fortement les lycéens d’origine modeste et leurs familles, souvent moins à l’aise avec ces démarches, les nouveaux bacheliers devront franchir deux nouvelles barrières. Celle de l’avis du conseil de classe, transmis aux universités. Puis celle d’une réponse positive de la faculté. Pour la première difficulté, dans certains lycées professionnels, la messe est dite. Dans un des plus grands établissements de la région Occitanie, le proviseur a été très clair : « De toute façon, vous n’irez pas à l’université. Ceux d’entre vous qui demandent la fac ne seront pas validés par le conseil de classe », rapporte Souria, professeur de français-histoire dans ce lycée.

Un cas extrême ? Peut-être. Mais l’idée selon laquelle envoyer ces élèves à l’université les conduit droit dans le mur est largement répandue chez les enseignants. Une opinion s’appuyant sur un taux d’échec en première année de licence quatre à cinq fois supérieur à celui des étudiants venant des filières générales. En 2017, seulement 8,3 % des 176 104 bacheliers des filières professionnelles ont choisi de fréquenter les bancs de l’université. Soit un peu plus de 14 000 personnes, sur les 1 623 500 étudiants inscrits cette année. Les bacheliers « pro » ont donc, d’eux-même, tendance à s’auto-éliminer des filières supérieures.

« Les attendus créent une autocensure des élèves »

Combien seront-ils l’année prochaine ? Probablement encore moins, du fait de ces nouveaux filtres. Chaque université pourra de plus refuser des candidats si la filière est en tension, où conditionner l’entrée dans le cursus à une remise à niveau. Des attendus nationaux par licence, et locaux par établissement, serviront au tri des candidats. Ici, le grec et le latin, là les compétences du Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur (le célèbre Bafa), ailleurs l’engagement associatif ou les séjours à l’étranger s’ajoutent à des exigences plus générales comme la curiosité intellectuelle ou la capacité à travailler de manière autonome.

« Les attendus ont un effet dissuasif. Ils créent une autocensure des élèves du professionnel et du technologique », confirme Marie Buisson, la secrétaire générale de la fédération de l’éducation de la CGT. Enseignante en lettre-histoire en lycée professionnel, elle considère que ce changement dans l’accès à l’enseignement supérieur a pour seul objectif de répondre à un manque de place, et de moyens alloués, à l’université.

Une image de « sous bacheliers »

À défaut d’espérer une place en faculté, les élèves de terminale professionnelle voulant poursuivre leurs études sont poussés vers les BTS. Un nombre de places plus important leur est réservé. Ils deviennent même prioritaires sur les autres bacheliers. En 2017, 27,8 % des bacheliers des lycées professionnels poursuivaient leurs études dans ces filières sélectives. Ce chiffre devrait augmenter à la rentrée prochaine, avec quelques créations de nouvelles sections techniques supérieures annoncées par le ministère. Mais cela ne devrait pas répondre à l’ensemble des demandes. Déjà, les BTS sport, promis par le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, pour désengorger la filière universitaire Staps, souvent demandée par les bacs pro, attendront la rentrée 2019 pour voir le jour.

« Les élèves pensent que la fac n’est pas pour eux. Est-il pour autant nécessaire de leur dire : "la fac n’est pas sélective, mais vous ne pouvez pas y aller" ? », s’agace Souria. Pour l’enseignante, les terminales intègrent en fait le discours de l’institution, et vivent mal « l’interdiction » tacite qui leur est faite, les renvoyant à une image de « sous bacheliers ».

« Certains élèves reprennent confiance en eux à la fac »

« Aujourd’hui, l’orientation en bac pro se fait à 14 ans. Ensuite, on est dans un tuyau duquel il y a peu de chance de sortir », explique Marie Buisson de la CGT éducation. Avec cette réforme, elle estime que les possibilités de passerelles entre le professionnel et l’université, pour lesquelles elle milite, se tarissent. « Les choses sont différentes quand on pense à l’échelle des individus. Certains élèves reprennent confiance en eux à la fac, évoluent, et y réussissent. »

Du coup, les lycéens s’adaptent. Les demandes vers des formations supérieures privées augmentent. Les exigences scolaires y sont moins importantes, mais leurs coûts s’élèvent à plusieurs milliers d’euros par an. Pour les autres, la grande majorité, ce sera la recherche d’un emploi, ou l’alternance entre chômage et petits boulots. Chez les jeunes seulement titulaires d’un Bac ou d’un diplôme équivalent, le taux de chômage avoisine les 25% pendant les quatre ans qui suivent l’obtention de leur diplôme (contre 11% pour les titulaires d’un Bac+2 ou plus). Un discours domine : « On leur dit : "Si vous avez choisi le lycée pro, c’est pour aller au travail très vite, pas pour faire des études supérieures" », rappelle Souria. Pour celles et ceux qui ne veulent pas se conformer à cette injonction, c’est un parcours semé d’embûches qui les attend avant d’accéder aux études supérieures.

Un seul enfant d’ouvriers pour trois enfants de cadres

La sélection dans les universités n’est pas apparue en 2018, même si elle a pris auparavant des formes subtiles. Les amphithéâtres surchargés, les étudiants prenants des notes assis par terre dans les couloirs, les travaux dirigés bondés transformés en cours magistraux, étaient fréquents dès les années 90 dans les facultés de sciences humaines. Une sélection par le découragement qui touchait déjà en premier lieu les étudiants issus des classes populaires : on ne compte qu’un seul enfant d’ouvriers pour trois enfants de cadres à l’université.

À la fin des années 2000, les universités ont acquis leur autonomie, notamment concernant leur budget et la gestion des « ressources humaines ». Au tournant de l’année 2012, nombre d’entre-elles ont adopté le tirage au sort pour limiter le nombre d’inscrit dans certains cursus surchargés. Une pratique décriée par les étudiants et les enseignants, mais institutionnalisée en 2017 par une circulaire de la ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem.

Sélectionner, plutôt que donner des moyens aux universités

Avec le Plan étudiant voté par l’Assemblée nationale, au revoir le tirage au sort, bonjour les attendus. L’objectif reste le même : réduire, par la sélection, le nombre d’étudiants dans les filières surchargées. Depuis 2012, le nombre d’inscrits à l’université augmente de 30 000 à 40 000 chaque année. À titre de comparaison, cette croissance était d’à peine plus de 4000 entre 2000 et 2010. Mais les moyens dévolus aux universités ne suivent pas. L’autonomie, inscrite dans la loi LRU de 2007, s’étant plutôt traduite par un désengagement de l’État, dénoncé par quasi-totalité de la communauté éducative.

À tel point qu’aujourd’hui, une quinzaine d’universités sont dans une situation financière « dégradée » voire « très dégradée » selon le rapport de la Cour des comptes du 31 mai 2017. Avec l’instauration, dans la plupart des facultés, d’une situation de gestion de la pénurie, passant par des réductions de l’offre de formation, le gel ou la suppression de postes d’enseignants-chercheurs et de personnels administratifs. Et bien sûr, un manque cruel de place. D’où la sélection dont les bacheliers issus des classes populaires, particulièrement ceux venant des filières professionnelles, vont désormais faire les frais.

Stéphane Ortéga

Photo : Philippe Leroyer, manifestation étudiante en 2007 à Paris (licence CC 2.0).




Hommage de l’UJFP à Gisèle Felhendler
mercredi 19 - 07h18
de : UJFP
Rejoignez le Collectif des pisseurs involontaires de glyphosate
mercredi 19 - 06h46
de : Pissou
Les petits pas.
mardi 18 - 21h07
de : L’iena rabbioso
Viols : « Que cette guerre cesse »
mardi 18 - 16h57
1 commentaire
LE MYTHE DE LA THÉORIE DU RUISSELLEMENT
mardi 18 - 08h31
de : Ernest London
1 commentaire
Jann Halexander ’Ceci n’est pas l’Afrique’ 12 octobre, Atelier du Verbe, Paris
mardi 18 - 01h34
de : Bruno
Grande fête du livre Paris samedi 22 septembre 2018
lundi 17 - 23h11
de : frank
ELYSEE , journée du patrimoine : un conseil à un chômeur !
dimanche 16 - 16h54
de : JO
1 commentaire
CLINIQUE DE LA PINEDE (PO)
dimanche 16 - 15h18
La terre dévorée par l’économie ...
dimanche 16 - 12h31
La fête de l’Humanité.
dimanche 16 - 09h22
de : Régis de Nimes.
1 commentaire
Rémo Gary et Debronckart
dimanche 16 - 09h19
de : Norbert Gabriel
Benalla devant le Sénat ?
samedi 15 - 14h48
de : JO
ELYSEE : Un autre raté !
samedi 15 - 14h30
de : joclaude
2 commentaires
Plan pauvreté : Emmanuel Macron en pompier pyromane
samedi 15 - 11h10
2 commentaires
La nouvelle ministre des Sports occupe un logement social !
vendredi 14 - 09h00
de : JO
1 commentaire
ÉCOLOGIE OU CATASTROPHE - LA VIE DE MURRAY BOOKCHIN
vendredi 14 - 07h33
de : Ernest London
Appel des travailleurs iraniens de la métallurgie aux syndicalistes et aux pacifistes du monde entier
jeudi 13 - 21h38
de : Lepotier
Hivers nucléaire.
jeudi 13 - 19h26
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
BRESIL : La démocratie bafouée : LULA interdit de Candidat à la Présidence !
jeudi 13 - 17h58
de : JO
1 commentaire
PETIT PRÉCIS RADIOPHONIQUE de la lutte de classe à la mode franco-belge
jeudi 13 - 13h00
de : C’est l’heure de l’mettre
L’alliance Chine/Russie l’emportera t-elle en la guerre économique que perdit l’URSS ?
jeudi 13 - 10h12
de : JO
1 commentaire
SAMEDI 22 : Repas de soutien aux postier-es du 92 en grève depuis le 26 mars
jeudi 13 - 08h46
Démission de Laura Flessel ! On savait dans les hautes sphères du pouvoir !
mercredi 12 - 19h34
de : JO
1 commentaire
Enregistrement de salariés à leur insu par des visiteurs mystère
mercredi 12 - 18h20
de : Visiteur Mystere de chez Field & Solutions
Licenciements : avec la rupture conventionnelle collective, le nombre de PSE baisse
mercredi 12 - 16h03
Venezuela : Ces millions d’étrangers qui sont bien au Venezuela !
mardi 11 - 19h21
de : JO
1 commentaire
Communiqué CGT : Luttons contre les violences d’extrême droite
mardi 11 - 11h59
de : jean 1
Relaxe des inculpés du 9 avril de la fac de Nanterre !
mardi 11 - 10h03
Les gendarmes évacuent violemment la Zad du Moulin, près de Strasbourg
lundi 10 - 12h53
de : jean 1
2 commentaires
MANIFESTATION POUR LA LIBÉRATION DE GEORGES IBRAHIM ABDALLAH À LA FÊTE DE L’HUMA, SAMEDI 15/09 - 15H00
dimanche 9 - 21h26
Les marches mondiales pour le climat ou le triomphe de l’ingénierie sociale
dimanche 9 - 19h29
de : N.Cazaux
17 commentaires
POLITIQUE QUALITÉ - Le chemin est individuel, collectif et politique
dimanche 9 - 17h32
de : Ernest London
L’extrême droite a tué une centaine de personnes en Europe en dix ans
dimanche 9 - 15h27
L’abécédaire de Murray Bookchin
dimanche 9 - 12h10
de : jean 1
Le féminisme au masculin.
samedi 8 - 20h16
de : L’iena rabbioso
VOLS PRIVES GOUVERNEMENTAUX : CQFD !
vendredi 7 - 21h58
de : JO
MANIFIESTA 2018 : 9IÉME ROUND C’est ce week end
vendredi 7 - 18h19
de : L’heure de l’mettre
1973 de Jean-Pierre Levaray
vendredi 7 - 13h17
de : Ernest London
1 commentaire
En France, il est possible de se faire tabasser parce qu’on est gay
vendredi 7 - 09h49
de : Julien Lefebvre

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le théâtre doit être ce que le théâtre n'est pas. Pier Paolo Pasolini
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite