Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La Féline, mort imminente du bar le plus rock’n’roll de Paris
de : Laurent Jézéquel
jeudi 12 juillet 2018 - 21h36 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 151.5 ko

Mauvaise nouvelle pour la nuit parisienne : La Féline ferme définitivement fin juillet. Las des tracasseries administratives, Pat, le boss, jette l’éponge. Plus qu’une disparition, c’est aussi la fin d’une époque. Explications, et derniers coups de griffe du taulier.

« Quand tu sors de la Féline, il faut que tu aies l’impression d’avoir pris un train dans la gueule ! » Voilà, le ton est donné. C’est Pat La Féline qui parle. Un patron qui porte le nom de son bar, ça veut tout dire. Mais à partir du 28 juillet il ne garera plus sa grosse Harley devant l’entrée, et ses tatouages ne seront plus derrière le comptoir. La Féline met la clé sous la porte. Rencontre avec un homme en colère.

Comment La Féline est-elle devenue un bar mythique de la nuit parisienne ?

Quand on s’est lancé il y a douze ans, en matière de lieux rock à Paris, il y avait surtout des bars très marqués musicalement, avec chacun sa chapelle. Mon envie première était de réunir tous les amateurs de rock’n’roll au sens large. La musique avant le style. Tous ceux qui aimaient le rock se sont retrouvés ici, parce que dès le début on a fait des concerts garage, punk, rockab’, trash, etc. C’est rapidement, devenu the place to be. Il y avait de tout : des mannequins de la fashion week, des gros rockers graisseux, des travelos, des skins, des mods, des bikers… Les soirées se sont vite enflammées, car personne ne venait ici par hasard : c’était une démarche, un cocktail de curiosité, d’envie, d’excitation… Il y avait aussi cette ambiance burlesque-rock’n’roll que l’on a créée. Ce n’était pas des numéros de filles qui se déshabillaient… Non, elles hurlaient, versaient de la bière sur les gens, montaient sur le comptoir ! Il y avait de l’impertinence, de l’improvisation. Tout pouvait arriver !

Quels souvenirs marquants restent au bout de ces douze années ?

D’abord tout le bonheur : 3 000 concerts gratuits, 2 000 DJ sets, 100 shows burlesques, 60 expos, 1 million de demis servis et plusieurs tonnes de bouteilles de Jack Daniel’s… Des milliers d’artistes du Brésil, du Japon, de Montreuil, de Brooklyn, d’Australie, du Havre : des batteurs fous, des guitar heroes, des cracheurs de feu, des effeuilleuses, des avaleurs de sabre, des magiciens… et, le plus important : 150 000 spectateurs fidèles !

Mais il y a aussi la face obscure : 2 fermetures administratives, 1 000 passages de patrouilles de police, des dizaines de rendez-vous au commissariat et à la mairie, une vingtaine de visites de la préfecture, 4 études d’impact, plusieurs dizaines de milliers d’euros de mises en conformité…

Est-ce la raison de cette fermeture définitive ?

Les réglementations, les mises en conformité, la volonté de faire de Paris une ville sans bruit, sans son, pour préserver la quiétude de ses habitants… La pression des autorités est incessante et dévorante ; je préfère arrêter avant qu’on ne m’arrête au sens propre : je pourrais prendre de la prison ferme pour troubles à l’ordre public !

“Il n’y a pas de vie sans un minimum de bordel”

J’ai envoyé un courrier à la maire du 20e pour l’alerter sur mes difficultés à exercer mon métier de commerçant : je n’ai jamais eu de réponse... Et puis il y a préfecture et le commissariat. Le nouveau commissaire divisionnaire est arrivé il y a un an et demi. Il nous a reçus, nous les commerçants du quartier, et nous a dit d’emblée : « Bonjour. A partir de maintenant il va falloir filer droit ! » Mais on n’est pas des voyous ! C’est dingue ce rapport de force ! Et le lien social dans le quartier ? Qui l’assure ? Quand je suis arrivé il y a douze ans, la rue Victor-Letalle, c’était « crackland », ça craignait vraiment. Moi, j’ai juste mis de la musique et fait venir des gens. Bon, c’est vrai qu’on fait du bruit, mais il n’y a pas de vie sans un minimum de bordel. T’imagines que le bistrot d’à côté, on lui demande de limiter les décibels à 76 : moins qu’un salon de coiffure ! Il ne faut pas oublier où on est : Ménilmontant, c’est populo, et, il n’y a pas si longtemps, ça buvait du vin blanc, ça guinchait et ça hurlait jusqu’à 5 heures du mat’. Les ouvriers avaient besoin de sortir, de s’aérer la tête.

Les relations avec la police ont toujours été compliquées ?

Au début il y avait de la défiance, puis ça s’est apaisé. Une sorte de « gentlemen agreement ». Pendant des années les équipes de police étaient cool. Ils ont compris qu’on « tenait le quartier ». Plus de prostitution, de bagarres, de drogue ; on gérait. Et puis l’an passé, le jour de la fête de la Musique, une fanfare jouait, des enfants dansaient, et, à minuit, cinq voitures de police ont débarqué au bout de la rue. Ils ont mis les gants, et, gazeuses à la main, ils ont évacué tout le monde !

“C’est du harcèlement ”

Cette année, toujours pour la fête de la Musique, le Bureau des débits de boissons m’a appelé pour me demander de ne pas mettre de pompe à bière sur le trottoir. Pourquoi ? Aucune explication, alors que, partout ailleurs, c’est toléré ce jour-là. C’est du har-cè-le-ment ! Récemment, je me suis pris neuf jours de fermeture administrative un soir où il n’y avait même pas de concert chez moi ! Ils frappent là où ça fait mal. Tu connais beaucoup d’entreprises que l’on ferme arbitrairement du jour au lendemain ?

Le quartier a-t-il changé ?

Oui, la gentrification est un fait à prendre en compte. Les gens viennent habiter ici parce que c’est un quartier populaire, donc moins cher, mais n’en acceptent pas les règles. J’ai trente-cinq dossiers de plaintes ! Et l’image du bar auprès des autorités se résume à ce chiffre. Pourtant aujourd’hui, après travaux, on fait moins de bruit. Les concerts sont moins forts, moins tard. Personne ne vient plus se plaindre, mais les plaintes déjà déposées, elles, sont toujours là. Personne n’a pris la peine d’ écrire pour dire que ça allait mieux !

Attention, je ne fais pas d’angélisme : vivre au-dessus de La Féline, c’est forcément subir des nuisances, mais quelle est la part politique dans ce harcèlement ? Les autorités se posent-elles la question de notre utilité ? Pour protéger le sommeil d’un minimum de personnes, on en empêche un maximum de se divertir et d’avoir accès à de la culture gratuitement... On pourrait inclure la nuisance dans les diagnostics immobiliers obligatoires. Quand tu achètes au-dessus du périph’, tu ne portes pas plainte pour le bruit !

C’est encore possible de tenir un bar à Paris ?

C’est un cauchemar. Depuis plus de quinze ans, je vois comment cela évolue : les patrons de bars ont été remplacés par des gérants issus d’écoles de commerce. J’ai eu l’opportunité d’acheter d’autres établissements, mais mon but dans la vie, ce n’est pas d’être chez moi à calculer le nombre de litres de bières vendus !

Je ne suis malheureusement pas seul à être harcelé : La Mécanique ondulatoire et le Pop In ne peuvent plus faire de concert. Il y a une disparition de cette niche rock’n’roll à Paris, due au fait qu’on ne fait pas du jazz acoustique et que, oui, les rockers font encore peur aux autorités ! C’est une régression totale. Moi, je voulais juste tenir un bistrot dans mon quartier de Ménilmontant avec de la musique, un lieu vivant et populaire. J’ai remplacé l’accordéon par les guitares électriques. Mais c’est foutu : le fameux bistrot de quartier est mort !

Comment vois-tu l’évolution de la fête à Paris ?

C’est un problème politique : quelle ville veut-on ? La tolérance dont on a bénéficié un temps n’existe plus. Mais c’est un mauvais calcul, car pour 20 habitants qui râlent dans une rue, t’en as 1 000 qui comprennent que la Mairie les emmerde. Il faut savoir à qui tu veux faire plaisir. La tendance actuelle consiste à exiler la fête : on favorise la création de lieux industriels réaménagés sous le périph’ ou au-delà : allez faire du bruit là-bas, et laissez-nous dormir en paix ! Les autorités sont plus concentrées sur le respect de l’ordre et de la loi que sur l’identité d’une rue, d’un quartier, sur ce qui fait qu’une ville est vivante ! “Aujourd’hui, il faut une autorisation de la préfecture pour danser”

Tout est devenu absurde. Dans mon bar, par exemple, les clients n’ont plus le droit de danser ! Pour cela, il faut demander une autorisation à la préfecture ! Comme je suis aussi DJ, je mixe dans pas mal de bars de Paname, et souvent on entend plus le shaker à cocktails que la musique !

Le mot de la fin ?

J’ai apporté beaucoup de bonheur à beaucoup de gens, et ils me le rendent bien : quand ils se rappellent leurs soirées à La Féline, je vois dans leurs yeux une étincelle qui s’allume. Rien que pour ça, l’histoire valait la peine d’être vécue !

La Féline, 6, rue Victor-Letalle, Paris 20e. Ouvert du mardi au samedi, 18h/-2h. Jusqu’au 28 juillet. Concert surprise des Washington Dead Cats le 12 juillet !

https://www.telerama.fr/sortir/la-f...



Imprimer cet article





LA HAVANE : Ouverture du 24ème Forum des Mouvements Sociaux de Sao Paulo
mardi 17 - 20h54
de : JO
SYRIE : Un menteur nommé Macron !
mardi 17 - 20h35
de : JO
Nous au Red Star de St Ouen !
mardi 17 - 13h28
de : Un vrai rouge
MORTS PAR LA FRANCE - Thiaroye 1944
mardi 17 - 07h35
de : Ernest London
Adieux aux armes : à Deraa, des radicaux remettent des dizaines de chars à l’armée syrienne
lundi 16 - 14h55
de : JO
2 commentaires
Foot-identitaire : un make-up BBR pour femmes et hommes... en luttes !
dimanche 15 - 16h18
de : Delarue Christian
5 commentaires
OTAN : La guerre qu’ils ne pourront jamais gagner : celle contre les Peuples !
dimanche 15 - 10h40
de : JO
NATIONALISME FESTIF ! VRAIMENT ? ...
dimanche 15 - 09h16
de : philippedechatillon
2 commentaires
Déconnexion massive avant la coupe du monde
dimanche 15 - 01h20
de : CLAP‎
Le sénat Irlandais vote l’interdiction des produits issus des colonies israéliennes
samedi 14 - 20h24
de : JO
MAUVAISES MINES - Combattre l’industrie minière en France et dans le monde
samedi 14 - 19h14
de : Ernest London
L’équipe de France de football : des fantassins en uniforme bleu blanc rouge frappé du coq.
samedi 14 - 16h37
de : René HAMM
Ce matin, nouvelle action sur le Tour de France d’Info’Com-CGT (reportage photo + video)
samedi 14 - 15h58
de : Collectif Bellaciao
Concert : 14 Juillet des luttes et des résistances
vendredi 13 - 14h57
de : Info’Com-CGT
Maurice Lévy, le premier des premiers de cordée, préfère investir au Luxembourg !
vendredi 13 - 11h10
de : Hervé Nathan
Les constructions en bois, prisonnières de l’industrie chimique ?
vendredi 13 - 11h00
de : Pierre Fournier
Stand Info’Com-CGT – Sipc-CGT à la Fête de l’Huma !
jeudi 12 - 22h06
de : Info’Com-CGT
La Féline, mort imminente du bar le plus rock’n’roll de Paris
jeudi 12 - 21h36
de : Laurent Jézéquel
TRÈS BRÈVE RELATION DE LA DESTRUCTION DES INDES
jeudi 12 - 20h29
de : Ernest London
Sommet de l’OTAN : Mais qui a peur de quelques pacifistes ?
jeudi 12 - 16h06
de : jean 1
RASSEMBLEMENT SOUTIEN À GAËL, MOUNIR ET XAVIER CONVOQUES AU COMICO
mercredi 11 - 15h55
NICARAGUA : S’informer autrement !
mercredi 11 - 11h03
de : JO
Au château de Versailles, le discours creux du roitelet Macron
mardi 10 - 18h25
de : JO
Concert : 14 Juillet des luttes et des résistances
mardi 10 - 14h22
1er Festival des Passeurs d’Humanité du 12 au 15 juillet dans la vallée de la Roya !
mardi 10 - 10h55
de : Les Ami.e.s de la Roya
Penser l’oligarchie, la classe dominante et le peuple-classe
mardi 10 - 00h42
de : Christian DELARUE
5 commentaires
BRESIL : LULA RESTE EN PRISON ! (à suivre)
lundi 9 - 11h11
de : JO
J.LUC MELENCHON : MACRON, C’EST LA MONARCHIE PRÉSIDENTIELLE ABSOLUE
dimanche 8 - 20h34
de : JO
BRESIL : LULA libéré après d’immenses MANIFS. populaires !
dimanche 8 - 20h09
de : JO
Livreurs à vélo : pas de pizzas pour la fin du Mondial
dimanche 8 - 12h30
SUR-TRAVAIL en Autriche et extrême-droite : 12H/j et 72 H/sem !
dimanche 8 - 12h27
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA BOMBE - De l’inutilité des bombardements aériens
samedi 7 - 10h08
de : Ernest London
Uranium Gate sur Léman
samedi 7 - 07h14
de : iwou
Migrants : le Conseil constitutionnel censure le "délit de solidarité", aider un clandestin ne doit pas être puni
vendredi 6 - 13h03
3 commentaires
Pinkwashing : la Marche des fiertés objet de toutes les récupérations
jeudi 5 - 08h48
2 commentaires
Destruction du village palestinien de Khan el-Ahmar par Israël (video)
jeudi 5 - 08h09
1 commentaire
TAZ - ZONE AUTONOME TEMPORAIRE
jeudi 5 - 07h44
de : Ernest London
2 commentaires
Repas de soutien aux Postiers du 92
mercredi 4 - 20h43
Postiers 92 : Toujours là !
mercredi 4 - 20h38
80 Kms./h. : Et si ?
mardi 3 - 20h07
de : JO
10 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes. John Fitzgerald Kennedy
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite