Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Arkéa : des syndicats mis au rebut
de : Le_Militant
vendredi 10 août 2018 - 09h27 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 1.7 Mo

Drôle d’époque pour le dialogue et la négociation. À l’intérieur des partis politiques comme dans les entreprises, le processus décisionnaire s’est totalement inversé, et les patrons semblent nier totalement l’existence de leur base.

Le syndicalisme français est à l’agonie. Ceux et celles qui ne le croient pas n’ont qu’à regarder du côté de la Bretagne et se pencher sur l’affaire Arkéa. Parfait exemple — parmi d’autres — du mépris que l’on accorde aujourd’hui à toute tentative de discussion à l’intérieur d’une entreprise. Mépris d’autant plus problématique, concernant la filiale bretonne du Crédit Mutuel, que celle-ci s’apprête à connaître un important bouleversement.

Un projet d’indépendance incertain

Dans les cartons depuis plusieurs mois, le projet de sécession porté par son patron, Jean-Pierre Denis, est plus que jamais sur les rails. La raison de l’indépendance, tout comme ses modalités, restent extrêmement floues — nos camarades bretons l’ayant suffisamment rappelé aux dirigeants d’Arkéa. Maintes fois prié par «  sa base  » de délimiter les contours de son projet, M. Denis est resté, au mieux, flou, au pire, très contradictoire dans ses explications.

Le 5 juillet dernier, se tenait un Comité central d’entreprise (CCE), où nos camarades élus du personnel d’Arkéa avaient demandé le droit de se faire assister d’un expert afin de juger de la viabilité du projet. «  On demande aux élus du personnel de se prononcer sur un projet qui reste vague, qui nous semble peu stabilisé et sur lequel pèsent, comme toujours, énormément d’incertitudes  », ont-ils estimé de concert. Une fois Arkéa sorti du giron de la Confédération nationale du Crédit Mutuel (CNCM), le premier devrait effectivement perdre son statut mutualiste  ; les caisses locales faisant partie de la nouvelle entité renonçant quant à elles à leur agrément bancaire.

En avril dernier, déjà, les salariés avaient vivement dénoncé le projet, dont les conséquences économiques semblent très incertaines. Pour ne pas dire inquiétantes. À plusieurs reprises, des voix se sont élevées pour en avertir les dirigeants d’Arkéa  ; l’agence de notation financière Standard & Poor’s d’annoncer par exemple qu’elle dégraderait fortement la note du Crédit Mutuel Arkéa (CMA) si celui-ci venait à faire sécession  ; la Banque de France et la Banque centrale européenne (BCE), qui ont un droit de regard pour tout ce qui concerne le monde mutuel, mettant en garde Jean-Pierre Denis à propos de la non-viabilité de son projet.

Pyramide décisionnelle inversée

Mais sans l’effet escompté. Le patron d’Arkéa semble, depuis le début, imperméable à tout avertissement. Ce qui crée d’ailleurs, selon les syndicats, «  un climat anxiogène et parfois délétère  ». Selon nos camarades, «  la stratégie des dirigeants est redoutable. Il ne s’agit plus d’informer, mais de mobiliser et de convaincre du bien-fondé de la version officielle par tous les moyens [...]  ». Sauf, visiblement, celui de se déplacer en CCE. «  Le directeur général, Ronan Le Moal, n’est pas venu au CCE [du 5 juillet dernier, ndlr] alors qu’il présente le projet à tout le monde sur Twitter [...]  » ont regretté, non sans agacement, nos camarades.

Les défenseurs des travailleurs, entre la réforme ferroviaire et l’affaire Arkéa, vivent un été décidément délicat. Fin juin, le président de la République, Emmanuel Macron, a choisi de passer en force et valider sa réforme de la SNCF. Contre toute revendication syndicale. Rebelote avec Arkéa, où les représentants du personnel sont en train de se faire piétiner par des patrons sans scrupules. Sommes-nous, dès lors, en train d’assister à la mort du syndicalisme tel que nous le connaissons  ? Pour rappel, la CGT et la CFDT comptent plus de 600 000 adhérents chacune, quand FO en revendique 500 000. Des effectifs, par conséquent, bien supérieurs à ceux d’un parti politique lambda. Mais qu’on cherche à bâillonner.

L’agonie du syndicalisme intervient, en tout cas, à un moment clé de l’histoire politique française : la fin des partis politiques traditionnels, à l’intérieur desquels les décisions résultaient de négociations — et n’étaient donc pas imposées par le haut. Avec La République en Marche (LREM, le parti présidentiel), Emmanuel Macron a complètement inversé cette pyramide décisionnelle  ; la personne «  sachante  », qui se trouve au sommet, choisit et impose ses vues à la base, sommée de les accepter. C’est exactement ce qui est en train de se passer dans le monde syndical. Et c’est grave.



Imprimer cet article





FO : démission imminente pour Pascal Pavageau ?
mardi 16 - 18h53
Climat et effondrement : « Seule une insurrection des sociétés civiles peut nous permettre d’éviter le pire »
mardi 16 - 09h57
de : jean 1
3 commentaires
L’ANARCHIE EXPLIQUÉE À MON PÈRE
mardi 16 - 09h10
de : Ernest London
Brésil. Le suprémaciste Steve Bannon. L’ami public commun de Jaïr Bolsonaro et Marine Le Pen.
lundi 15 - 20h32
de : Smaïl Hadj Ali
CAPITALISME ET DESTRUCTION
lundi 15 - 20h21
de : Nemo3637
« Plus qu’une marche pour le climat », mais est-ce suffisant ?
lundi 15 - 14h41
Emission : 1938 – Accords de Munich – France et Angleterre pactisent avec les nazis
lundi 15 - 12h37
de : Emission Polémix et La Voix Off
Txetx Etcheverry : « Contre le changement climatique, nous devons agir comme si nous étions en guerre »
dimanche 14 - 09h24
2 commentaires
Main basse sur l’énergie
samedi 13 - 23h04
de : Eliot Nénesse
Comité de soutien à la grève des postie-r-es du 92
samedi 13 - 17h28
202 jours : Soutenons les Postiers du 92 !
samedi 13 - 11h46
LÉO FERRE - LES ANARCHISTES
vendredi 12 - 21h03
de : jean 1
Brésil : les bolsonazis sèment la mort et le terreur
vendredi 12 - 16h19
de : Smaïl Hadj Ali
1 commentaire
Carrefour-Casino : l’emploi sacrifié sur l’autel des « synergies »
vendredi 12 - 14h49
de : David André
LE CAPITALISME A-T-IL UN AVENIR ?
vendredi 12 - 12h48
de : Ernest London
Réforme des retraites : comprendre l’arnaque en 8 minutes
jeudi 11 - 14h56
1 commentaire
LE FLINGUEUR DE CES DAMES - C’est l’heure de l’mettre
jeudi 11 - 10h20
de : Hdm
les postier-e-s des 10ème et 19ème arrondissement en grève majoritaire depuis mardi !
mercredi 10 - 23h20
Le Brésil sur la voie du fascisme ?
mercredi 10 - 12h22
de : Smaïl Hadj Ali
2 commentaires
Olivier ROSAY, militant SUD PTT : nouvelle mise à pied prononcée !
mercredi 10 - 09h46
de : olivier
Bure la porte ferme mal
mardi 9 - 22h28
de : hibou
Le nombre de manifestants ville par ville
mardi 9 - 19h17
Emission : L’Amour et la Révolution
lundi 8 - 12h33
de : Emission Polémix et La Voix Off
Rapports de force se la raconte
lundi 8 - 08h08
SAUVEZ UN LIEU ASSOCIATIF PARISIEN A RAYONNEMENT NATIONAL
dimanche 7 - 22h41
de : frank
Analyse politique : Une ferme, un monde, une guerre, la nécessité d’un réseau de résistance internationale (EZLN)
dimanche 7 - 22h11
de : ZAPATISTE
5 X 73 = 365 / Relancer la lutte des classes dans toute l’Europe !
samedi 6 - 00h49
de : Marc ARAKIOUZO
Faut-il pendre les entrepreneurs ?.
vendredi 5 - 20h50
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
« MIGRATIONS » : POUR UNE POSITION INTERNATIONALISTE RESPONSABLE
vendredi 5 - 15h58
de : Jo-dez
Reprendre c’est Reprendre !
vendredi 5 - 15h21
de : C’est l’heure de l’mettre
2 octobre 1968 : LA NUIT DE TLATELOLCO - massacre d’État au Mexique
jeudi 4 - 11h06
de : Ernest London
Il faut sauver le pavillon Aquarius
jeudi 4 - 10h12
1 commentaire
Discussions sur L’Afrique l’Algérie La Syrie
jeudi 4 - 00h00
de : SAÏD Bouamama
être né sous le signe de l’hexagone.
mercredi 3 - 22h11
de : L’iena rabbioso
Dégradation, Présidence et Doigt d’Honneur.
mercredi 3 - 19h40
de : Claude Janvier
RADICALISATION EXPRESS - Du gaullisme au Black Bloc
mardi 2 - 19h06
de : Ernest London
Licenciements : quatre délégués syndicaux en grève de la faim contre le plan social de Happychic
mardi 2 - 17h27
Bolloré contre Bastamag : la saison 2
mardi 2 - 15h33
de : jean 1
La gratuité des Transports en commun, c’est non seulement possible mais nécessaire en Ile de France
lundi 1er - 13h11
de : Paul Ariès et l’Observatoire international de la Gratuité (OIG)
ECOLOGIE, CAPITALISME ET HULOT
lundi 1er - 11h47
de : Raymond H
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

L'homme le plus heureux est celui qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres. Denis Diderot
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite