Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

l’inspectrice du travail Laura Pfeiffer devant la cour de Cassation ce mercredi 5 Septembre 2018.
de : Librinfo74
mardi 4 septembre 2018 - 21h48 - Signaler aux modérateurs

source https://librinfo74.fr/laura-pfeiffe...

« Faire son métier d’inspecteur du travail, c’est à dire aller titiller le patronat qui ne respecte pas forcément la réglementation, j’ai senti que ça allait être compliqué. » Laura Pfeiffer

Laura Pfeiffer, l’inspectrice du travail mise en cause par l’entreprise Téfal de Rumilly en 2013 et condamnée le 4 décembre 2015 à 3500 e d’amende avec sursis, condamnation confirmée en novembre 2016 par la cour d’appel de Chambéry, sera demain, 5 septembre devant la cour de cassation.

Rappelons que l’inspectrice du travail est poursuivie pour recel et violation du secret professionnel à la suite d’une plainte déposée par l’entreprise Tefal.

L’affaire commence lorsque en octobre 2013 un salarié, informaticien de l’entreprise, découvre un compte rendu des ressources humaines le concernant : « licenciement de M. : aucun motif-cout 12 000 e : donc lui fixer des objectifs inatteignables. »

Abasourdi par cette découverte et approfondissant sa recherche il découvre que l’entreprise, via le Medef et les services des renseignements généraux de la préfecture cherchent à se débarrasser de l’inspectrice du travail, gênante à leurs yeux pour avoir qualifié un accord RTT d’illégal.

Le salarié communique alors ces documents compromettants à l’inspectrice qui les transmet elle-même au procureur de la république et qui porte plainte pour harcèlement moral contre les directeurs de l’administration de la part desquels elle subit des pressions et des menaces qui mettent en cause sa santé.

Le conseil national de l’inspection du travail (CNIT) conclut à la réalité des pressions exercées par l’entreprise Tefal mais cela n’empêchera pas le procureur de la république de classer sans suite la plainte de l’inspectrice et de la poursuivre (comme il le dira lui-même se sera « une occasion de faire le ménage » au sein du corps de l’inspection du travail.)

Le 16 octobre 2015 à Annecy, au moment du procès, plus de 800 personnes sont venues protester contre cette justice de classe, ce qui n’a pas empêché Laura Pfeiffer et le lanceur d’alerte qui lui avait communiqué les documents, d’être condamnés.

Tous ceux qui voudront assister à son procès ou simplement la soutenir, se rassembleront demain à 9h, devant la Cour de cassation (angle bd du Palais/rue de Lutèce, métro 4 Cité, à Paris.)

&&&&&&&&&&&&&

Rappel aux Glières http://www.citoyens-resistants.fr/s...

- Intervention de Laura Pfeiffer, inspectrice du travail :

En tant qu’inspectrice du travail et syndicaliste, je suis fière de prendre la parole aujourd’hui sur le plateau des Glières.

Cette prise de parole dans ce lieu symbolique, au regard du combat que je mène depuis plus de 3 ans et dans le contexte économique, social et politique actuel m’émeut tout particulièrement.

Ma présence ici prouve que chacun d’entre nous peut décider d’entrer en résistance. Nous ne devons pas avoir peur, nous devons être persuadé que nous ne sommes pas seuls et qu’ils ne sont pas aussi forts que ce qu’ils veulent nous le faire croire. Je ne suis pas exceptionnellement courageuse mais j’ai toujours mis un point d’honneur à conserver ma dignité envers et contre tout. Nous ne sommes pas comme eux. Il faut en être fier et ne pas les laisser nous persuader du contraire. Ils veulent nous faire croire que nous croyons en une utopie irréalisable, à cela je leur réponds que nous ne sommes pas dupes. C’est eux qui ont créé et qui entretiennent un monde impitoyable, un monde sans morale, sans solidarité, sans fraternité, dans lequel règne la loi du plus fort et de l’argent. Ce monde nous sommes des millions à le subir et à en avoir assez. Il est temps de dire stop une bonne fois pour toute. Sans peur, sans compromis.

Lorsque j’étais étudiante et que je travaillais au Mcdo, ou comme intérimaire manutentionnaire, ou comme femme de ménage pour de grandes sociétés de nettoyage, j’avais déjà conscience, comme beaucoup de travailleurs, d’être exploitée, malmenée. Je rêvais alors de justice et voulais devenir magistrat. Le quotidien était pénible et laborieux. Se lever tous les matins pour faire un métier qui ne nous plait pas, qui nous use physiquement et psychiquement, le tout sans que ça suffise pour pouvoir vivre décemment, ça n’est pas acceptable et ça ne sera jamais acceptable ! Petit à petit, mon rêve de justice s’est alors mué en besoin de justice sociale. J’ai fait alors le choix de devenir inspectrice du travail. Alors aujourd’hui, plus de 15 ans après mes jobs étudiants, plus de dix ans après mon entrée à l’inspection du travail, quand je reçois dans mon bureau des salariés cassés, usés, au bout du rouleau, qui culpabilisent de ne pas arriver à tenir le coup, qui sont prêts à baisser leur salaire pour garder leur travail même si leur employeur continue à faire des bénéfices et que les actionnaires réclament encore et toujours plus de dividendes, je suis écœurée et très en colère. Force est de constater que notre société est de plus en plus injuste, inégalitaire et inhumaine. Dernièrement on a vu qu’aux Etats-Unis des salariés portaient des couches sur ordre de leur employeur afin d’améliorer la productivité, c’est ça l’esclavage moderne ! Et c’est ce modèle-là, qui est soi-disant la seule et meilleure solution, qu’ils veulent nous imposer avec la loi El-Khomri ! Ils nous disent et nous répètent à longueur de journée, à travers les médias de masse, que c’est normal, que nous devons être satisfaits de ce que nous avons, que nous devons faire des efforts au nom de la sacro-sainte croissance. N’oublions pas que ces gens-là vivent dans l’opulence, que la plupart n’a jamais travaillée en tant que salarié de leur vie, qu’ils ne pensent qu’à préserver leur statut sans se soucier de nous. La croissance n’a pour finalité que leur enrichissement personnel. Si ça doit se faire au détriment de la planète et des générations futures, ils n’en ont rien à foutre. Et, conformément à toute vraisemblance, car rien ni personne ne peut espérer croître indéfiniment, si la croissance faibli qu’importe, ils nous suppriment les acquis sociaux et le peu de richesses que nous avons.

Aujourd’hui, en tant qu’inspectrice du travail, mon quotidien est donc fait de plans sociaux sans motif économique, d’accidents du travail sans condamnation des employeurs qui ont choisi consciemment ou non de sacrifier la santé et la sécurité de leur salarié sur l’hôtel de la productivité, et cerise sur la gâteau, mon quotidien c’est maintenant la condamnation du salarié de TEFAL lanceur d’alerte qui s’est adressé à moi et ma condamnation. Les grandes entreprises toutes puissantes ne sont quant à elles, même pas poursuivies. L’argent, le pouvoir, le chantage à l’emploi sont les seuls maîtres à bord. Lors du procès de Luxleaks, le procureur Luxembourgeois a été clair, la fraude fiscale à l’echelle étatique n’est pas un problème alors que le fait d’être anticapitaliste est selon lui tellement inacceptable que ça devient condamnable. Le scandale des Panamas Papers n’est déjà plus à la une des journaux tandis qu’une personne est condamnée à de la prison ferme pour avoir volé un paquet de pates et un paquet de riz pour se nourrir. Les salariés de Goodyear sont condamnés à de la prison ferme, les salariés syndiqués d’Air France sont poursuivis en justice afin que la répression et le climat de terreur qu’ils veulent instaurer soient parfaitement clair. Pour la justice supprimer des milliers d’emplois, briser des milliers de vie, fomenter un complot contre l’inspectrice du travail que je suis et m’empêcher d’exercer mon métier n’est pas répréhensible ! Par contre arracher la chemise d’un DRH, retenir quelques heures un patron dans son bureau, exercer le métier d’inspectrice du travail, ça c’est aujourd’hui durement condamné ! Il ne manque plus que l’insertion dans le code pénal du délit d’anticapitalisme et la boucle sera bouclée.

Pour arriver à leurs fins, ils ne reculeront devant rien. Ils détruisent tous les acquis sociaux gagnés de dure lutte, ils instaurent un climat de peur généralisé et mènent une campagne de répression anti-militants et anti-syndicalistes sans précédent, ils prolongent une fois de plus l’état d’urgence, ils instrumentalisent la menace terroriste et s’en servent pour une fois de plus réprimer leurs opposants, ils continuent leur politique néo-colonialiste, arment les terroristes, bombardent des civils et une fois que les populations désœuvrées demandent l’asile, ils les renvoient d’où elles viennent sans pitié, sans scrupule, ou les parquent dans des camps ce qui nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire, ou pire les laissent se noyer dans la Méditerranée. Le temps est donc venu d’entrer en résistance. La coupe est pleine, la loi EL KHOMRI est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Stéphane Hessel appelait les gens à s’indigner. On peut dire aujourd’hui que, depuis maintenant 3 mois, on sent que l’indignation se généralise enfin ! Pour autant ne nous leurrons pas l’indignation ne suffira pas. La lutte ne fait que commencer, il faut l’intensifier.

Les résistants lors de la seconde guerre mondiale luttaient contre l’envahisseur allemand et l’état français collaborationniste pour retrouver leur liberté. Nous, nous devons lutter contre un ennemi plus fourbe, plus diffus qui sous couvert de capitalisme, de libéralisme à éradiqué petit à petit toute démocratie dans notre pays. N’oublions pas que les résistants lors de la seconde guerre mondiale étaient minoritaires et qualifiés de terroristes. Aujourd’hui, ceux qui sont entrés en résistance sont stigmatisés dans les médias, tantôt qualifiés de radicaux, de casseurs, de « sans cerveau ». La violence que nous subissons depuis des décennies n’est plus accpetable et si la réponse pacifique est souhaitable, n’oublions pas que répondre violemment à un déni permanent de démocratie est légitime. Ne nous laissons pas intimider, ne nous décourageons pas. Soyons surs de notre légitimité et de notre capacité à nous insurger contre l’inacceptable. L’article 35 de la constitution de 1793 affirme que « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable de devoirs ». Il est donc temps de s’insurger, de reprendre notre liberté, notre dignité et notre destinée. Nous ne devons plus accepter d’être des pions, nous ne devons plus accepter d’être manipulés.

Pour ma part, je me battrais jusqu’au bout pour obtenir ma relaxe et pour défendre les missions de l’inspection du travail. Je suis parfois découragée, j’oscille entre espoir et désespoir. Exercer le métier d’inspectrice du travail au sein de cette société est devenu un véritable combat. Le quotidien est difficile, les attaques sont multiples, fourbes et violentes. Pour autant je ne lâcherais rien et je me battrais jusqu’au bout. Et j’appelle de mes vœux toutes les personnes qui veulent que les inégalités cessent de se creuser, qui aspire à une société juste, égalitaire et véritablement démocratique à se révolter, à cesser de se culpabiliser. Soyons toutes et tous persuadés que nous valons mieux que ça et battons-nous ensemble et unis pour y parvenir.

Et n’oublions pas que, et je finirais par ces mots qui ne sont pas de moi, « Celui qui résiste peut perdre, celui qui ne résiste pas a déjà perdu ».



Imprimer cet article





Les petits pas.
mardi 18 - 21h07
de : L’iena rabbioso
Viols : « Que cette guerre cesse »
mardi 18 - 16h57
1 commentaire
LE MYTHE DE LA THÉORIE DU RUISSELLEMENT
mardi 18 - 08h31
de : Ernest London
1 commentaire
Jann Halexander ’Ceci n’est pas l’Afrique’ 12 octobre, Atelier du Verbe, Paris
mardi 18 - 01h34
de : Bruno
Grande fête du livre Paris samedi 22 septembre 2018
lundi 17 - 23h11
de : frank
ELYSEE , journée du patrimoine : un conseil à un chômeur !
dimanche 16 - 16h54
de : JO
1 commentaire
CLINIQUE DE LA PINEDE (PO)
dimanche 16 - 15h18
La terre dévorée par l’économie ...
dimanche 16 - 12h31
La fête de l’Humanité.
dimanche 16 - 09h22
de : Régis de Nimes.
1 commentaire
Rémo Gary et Debronckart
dimanche 16 - 09h19
de : Norbert Gabriel
Benalla devant le Sénat ?
samedi 15 - 14h48
de : JO
ELYSEE : Un autre raté !
samedi 15 - 14h30
de : joclaude
2 commentaires
Plan pauvreté : Emmanuel Macron en pompier pyromane
samedi 15 - 11h10
2 commentaires
La nouvelle ministre des Sports occupe un logement social !
vendredi 14 - 09h00
de : JO
1 commentaire
ÉCOLOGIE OU CATASTROPHE - LA VIE DE MURRAY BOOKCHIN
vendredi 14 - 07h33
de : Ernest London
Appel des travailleurs iraniens de la métallurgie aux syndicalistes et aux pacifistes du monde entier
jeudi 13 - 21h38
de : Lepotier
Hivers nucléaire.
jeudi 13 - 19h26
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
BRESIL : La démocratie bafouée : LULA interdit de Candidat à la Présidence !
jeudi 13 - 17h58
de : JO
1 commentaire
PETIT PRÉCIS RADIOPHONIQUE de la lutte de classe à la mode franco-belge
jeudi 13 - 13h00
de : C’est l’heure de l’mettre
L’alliance Chine/Russie l’emportera t-elle en la guerre économique que perdit l’URSS ?
jeudi 13 - 10h12
de : JO
1 commentaire
SAMEDI 22 : Repas de soutien aux postier-es du 92 en grève depuis le 26 mars
jeudi 13 - 08h46
Démission de Laura Flessel ! On savait dans les hautes sphères du pouvoir !
mercredi 12 - 19h34
de : JO
1 commentaire
Enregistrement de salariés à leur insu par des visiteurs mystère
mercredi 12 - 18h20
de : Visiteur Mystere de chez Field & Solutions
Licenciements : avec la rupture conventionnelle collective, le nombre de PSE baisse
mercredi 12 - 16h03
Venezuela : Ces millions d’étrangers qui sont bien au Venezuela !
mardi 11 - 19h21
de : JO
1 commentaire
Communiqué CGT : Luttons contre les violences d’extrême droite
mardi 11 - 11h59
de : jean 1
Relaxe des inculpés du 9 avril de la fac de Nanterre !
mardi 11 - 10h03
Les gendarmes évacuent violemment la Zad du Moulin, près de Strasbourg
lundi 10 - 12h53
de : jean 1
2 commentaires
MANIFESTATION POUR LA LIBÉRATION DE GEORGES IBRAHIM ABDALLAH À LA FÊTE DE L’HUMA, SAMEDI 15/09 - 15H00
dimanche 9 - 21h26
Les marches mondiales pour le climat ou le triomphe de l’ingénierie sociale
dimanche 9 - 19h29
de : N.Cazaux
17 commentaires
POLITIQUE QUALITÉ - Le chemin est individuel, collectif et politique
dimanche 9 - 17h32
de : Ernest London
L’extrême droite a tué une centaine de personnes en Europe en dix ans
dimanche 9 - 15h27
L’abécédaire de Murray Bookchin
dimanche 9 - 12h10
de : jean 1
Le féminisme au masculin.
samedi 8 - 20h16
de : L’iena rabbioso
VOLS PRIVES GOUVERNEMENTAUX : CQFD !
vendredi 7 - 21h58
de : JO
MANIFIESTA 2018 : 9IÉME ROUND C’est ce week end
vendredi 7 - 18h19
de : L’heure de l’mettre
1973 de Jean-Pierre Levaray
vendredi 7 - 13h17
de : Ernest London
1 commentaire
En France, il est possible de se faire tabasser parce qu’on est gay
vendredi 7 - 09h49
de : Julien Lefebvre
Absence de consentement et viol
jeudi 6 - 17h17
de : irae
11 commentaires
Gratuité vs capitalisme
jeudi 6 - 08h44
de : Paul Ariès et l’Observatoire international de la Gratuité (OIG)

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le bonheur c'est lorsque vos actes sont en accord avec vos paroles. Gandhi
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite