Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Réforme du statut des intermittents
de : Le Monde
lundi 23 juin 2003 - 15h31 - Signaler aux modérateurs

Le débat qui fait rage sur la modification du régime des intermittents du spectacle procède d’une bizarrerie typiquement française. Depuis 1969, c’est en effet l’Unedic qui finance un large pan de la culture, celui du spectacle vivant.

Les annexes 8 et 10 du régime général de l’allocation-chômage prévoient d’indemniser, quand ils ne travaillent pas, les comédiens, les professionnels de la mise en scène, de la réalisation, de la production de spectacles, les professionnels de l’image, du montage, les décorateurs, accessoiristes, professionnels du son, de l’éclairage, de la coiffure, du maquillage, du costume. Auxquels il faut ajouter les danseurs, chorégraphes, artistes de la musique et du chant, artistes de cirque et de music- hall.

Tous ces professionnels sont généralement payés au cachet pour les répétitions de spectacles et les représentations. Certains enchaînent sans arrêt les contrats, mais pour la grande majorité d’entre eux, ce n’est pas le cas. Leurs employeurs sont multiples et leur travail souvent précaire. Il est également important de souligner que seules certaines catégories d’artistes bénéficient de ce régime très avantageux d’allocations-chômage (qui représentait en 2000-2001 40 % du revenu moyen annuel des intermittents) : par exemple, les photographes, les auteurs, les peintres, les plasticiens, ou les vidéastes, beaucoup plus indépendants et moins syndiqués, n’y ont pas droit. Ce régime spécifique des intermittents, qui instaure un système de solidarité de toute la société envers les professionnels du spectacle vivant, participe directement au financement de la politique culturelle. Le budget limité du ministère de la Culture ne lui permettrait pas de prendre en charge ces subventions. C’est la raison pour laquelle cet état de fait atypique s’est installé au fil des années. Très déficitaire, ce régime des intermittents est aujourd’hui plus que jamais très attaqué par le Medef, qui souhaiterait le faire voler en éclat.

Les intermittents du spectacle touchent huit fois plus d’argent qu’ils n’en donnent par le biais des cotisations-chômage. Selon l’Unedic, le déficit s’est considérablement creusé avec les années, passant de 217 millions d’euros en 1991 à 751 millions en 2001 et 828 millions d’euros en 2002. Il existe, au sein de l’Unedic, d’autres branches extrêmement déficitaires, auxquelles personne ne songe vraiment à s’attaquer, comme celle du travail temporaire par exemple, qui profite à tous les secteurs de l’économie (ce régime défini par l’annexe 4 a perdu 727 millions d’euros en 2001, mais indemnise 500 000 allocataires, soit près de cinq fois plus que les intermittents).

Après trois réunions, les 3, 6 et 11 juin, entre syndicats et organisations patronales, aucun accord n’a pu être signé pour réformer le statut des intermittents du spectacle. Après avoir fait passer en force l’an dernier une première réforme (le doublement des cotisations sociales pour les intermittents et pour les employeurs), le Medef propose de réduire la durée d’indemnisation à six mois au lieu de douze aujourd’hui.

De plus, les 507 heures de travail qui doivent être effectuées aujourd’hui pour ouvrir le droit à une indemnité devront l’être non plus sur douze mais sur neuf mois. Ces propositions qui, selon la CGT, devraient aboutir à écarter de 50 % à 70 % des professionnels du système, risquent de mettre en péril des pans entiers de la création artistique. Ce qui explique l’intense mobilisation des intermittents qui ont, depuis le début du mois de juin, multiplié les manifestations et les occupations de lieux culturels, tant à Paris qu’en province.

Une telle réforme risque d’entraver sérieusement la création contemporaine et mettre à mal la production de spectacles de théâtre, de danse, d’expositions. De très nombreux festivals d’été arrivent à vivre, d’ailleurs souvent chichement, uniquement grâce au système des intermittents. Si ce dernier est profondément remanié, toute l’économie des spectacles vivants devra être repensée, d’autant que les organisateurs de ces festivals n’auront pas les moyens d’assumer seuls la totalité de ces manifestations. Les collectivités locales et territoriales n’ont apparemment pas non plus l’intention de remplacer financièrement l’Unedic.

Pourtant, l’un des moyens les plus sûrs pour réduire le déficit du système des intermittents serait de s’attaquer franchement au problème majeur, celui de la fraude, massive, qui s’est installée au fil des années. Le nombre d’allocataires a, selon l’Unedic, plus que doublé en dix ans, en passant de 41 000 à 96 500 en 2001 et 102 600 en 2002 (en considérant ceux qui ont perçu au moins une allocation dans l’année). Le syndicat national des techniciens et travailleurs de la production cinématographique et de télévision déplore que "des codes d’activité d’entreprises - qui n’ont aucune activité ni de près ni de loin dans la production cinématographique et audiovisuelle" aient été ajoutés à l’annexe 8. Ce qui, selon ce syndicat, permet à des centaines d’entreprises d’embaucher des milliers de salariés en échappant aux contraintes des contrats à durée déterminée.

Tous les professionnels s’accordent à penser qu’il faut en urgence faire un grand ménage dans la liste des allocataires et des employeurs pour ne garder que ceux qui y ont raisonnablement droit. D’ailleurs, Jean-Jacques Aillagon, le ministre de la culture et de la communication ne s’y est pas trompé puisqu’il a lui-même rédigé une lettre à tous les présidents des entreprises de l’audiovisuel public (France Télévisions et Radio France) en leur demandant de veiller à ne pas abuser au recours aux intermittents. Une initiative certes louable mais qui souligne simplement une fois de plus les contradictions de son ministère. Une forte hausse de la redevance télévisée semble politiquement exclue et M. Aillagon n’a pas un budget suffisant pour permettre à France Télévisions et Radio France de ne plus faire appel aux intermittents.

Depuis des années, certains comédiens réclament la création d’une carte professionnelle d’intermittent, pour éviter par exemple que des journalistes reporters d’images ou des décorateurs - qui réalisent l’essentiel de leur chiffre d’affaires en dehors des spectacles ou des expositions - ne contribuent à alourdir le déficit des annexes 8 et 10. Le gouvernement a promis de tout mettre en œuvre pour renforcer le contrôle du système.

Personne jusqu’à présent n’a eu le courage d’interdire aux employeurs de l’audiovisuel le recours aux intermittents pour laisser ce système profiter uniquement aux professions artistiques.

La délicate gestion du dossier des intermittents se complexifie également par une lutte syndicale à peine voilée, entre la CGT, très fortement majoritaire dans le monde du spectacle et totalement hostile aux propositions du Medef, et la CFDT, qui épouse plutôt la philosophie des organisations patronales. Le 26 juin, il suffit qu’une seule organisation syndicale et qu’une seule organisation patronale paraphe un accord pour modifier l’actuel statut. Ce qui pourrait surtout mettre à mal la création contemporaine sans pour autant engager une réelle réforme en profondeur visant à assainir le système.

Nicole Vulser

 http://www.lemonde.fr/article/0,5987,3232—324963-,00.html



Imprimer cet article





Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
« Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
1 commentaire
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire
La mort de Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien
jeudi 28 - 10h34
de : librinfo74 via jyp
Greve du 5 décembre
jeudi 28 - 10h04
de : jean 1
ARGENTINE : Alberto Fernandez Président élu, refusera le crédit du FMI !
jeudi 28 - 10h03
de : JO
Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression
mercredi 27 - 13h11
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents. Gandhi
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite