Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

LE PASSÉ, LE PRÉSENT, L’AVENIR (réflexion sur un engagement politique)


de : Le Yéti
lundi 31 octobre 2005 - 17h19 - Signaler aux modérateurs
8 commentaires
JPEG - 32.5 ko

de Le Yéti

"Il y a un degré d’insomnie, de rumination, de sens historique qui nuit à l’être vivant et finit par l’anéantir, qu’il s’agisse d’un homme, d’un peuple ou d’une civilisation." - Nietzsche

Depuis que j’ai découvert Bellaciao et ses petits cousins du Net, pas une seule journée sans que je "surfe" sur les crêtes de la contestation et des politiques alternatives. Oublié les Libé, les Monde et autres Télérama de la pensée vieillissante. C’est souvent exaltant, jubilatoire, encourageant. À l’occasion, j’y vais même de mon petit mot. Comme maintenant.

Justement, je voulais vous parler d’une petite chose qui me chagrine lors de mes escapades virtuelles : cette propension qu’ont certains à se réfugier sur le passé historique, à le tordre, à l’essorer, le presser, l’écarteler pour en tirer ... Oui, pour en tirer quoi au juste ?

Qu’un quidam rappelle ou évoque un fait historique quel qu’il soit, et voilà nos contemplateurs du passé qui se ruent sur l’occasion, triturent l’événement en tout sens pour en extirper jugements et vérités définitives. Que l’un d’entre eux soit contredit par un autre, et mille nouveaux exemples corollaires seront avancés pour sauver l’opinion attaquée. Les discussions, les indignations péremptoires se poursuivent à n’en plus finir jusqu’à ce qu’on ne sache plus très bien où les protagonistes veulent en venir.

Bien sûr, c’est une banalité de rappeler qu’il faut tenir compte des leçons de l’histoire. Bien sûr, ceux qui s’acharnent à oublier ou à nier un passé délicat (les camps de concentration, par exemple) me semblent infiniment douteux, condamnables.

Mais enfin, l’excès inverse n’est-il pas tout aussi fâcheux ? Cette tendance à en appeler sans cesse à l’Histoire me paraît reposer trop souvent sur une volonté acharnée de condamner. De là à condamner toute action présente, voire même à justifier sa propre inaction, il n’y a qu’un pas que je me refuse à franchir.

Car enfin, nous vivons au présent, nous agissons au présent, pas si longtemps et généralement plutôt en meute. Or, je me fais fort de dégommer en un rien de temps la réputation de TOUS les volatiles de mon escadrille... à commencer par la mienne (de réputation) ! Qui parmi nous, n’a pas une vilénie, une erreur ou une faute passée à se reprocher ? Qu’on les reconnaisse, soit, qu’on en paie la gravité s’il le faut, soit, c’est une étape nécessaire. Faut-il pour autant transformer ces égarements, coupables ou non, en boulets ad vitam aeternam ?

Parlons du futur. Il y a fort à parier qu’il ne sera pas plus sûr, ni plus reluisant que le passé. Les êtres humains, ces incorrigibles prédateurs, finissent toujours par saccager ce qu’ils ont bâti de grandiose.

Et alors ! Est-ce une raison pour rester planter à ruminer ses aigreurs, à gratter ses plaies ou, pire, celles des autres ? Ce qui m’importe, en vérité, ce n’est ni le futur, ni les lendemains qui chantent, mais les châteaux de sable majestueux qu’on dresse au présent, avec exaltation, sans se préoccuper des vagues imbéciles de la prochaine marée. Ce qui me passionne, c’est le grandiose de maintenant, celui que l’on fabrique sans attendre, sans se préoccuper de l’éphémère, avec sa bande d’oiseaux, même éclopées, manchots ou couturés. Comme ceux qui fleurissent en ce moment sur tous les Bellaciao du monde.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> LE PASSÉ, LE PRÉSENT, L’AVENIR (réflexion sur un engagement politique)
31 octobre 2005 - 22h14

Yéti, j’approuve à quatre mains ! Laissons le passé à nos aïeux et le futur à nos enfants, occupons-nous de notre présent, qui urge. Et ne gaspillons pas nos forces, nos talents, ni notre pouvoir à règler des petits comptes mesquins entre les diverses tendances antilibérales.

Mais contre les marées noires du lbéralisme en folie, on ferait mieux de bâtir des châteaux en bonnes pierres, solides et solidaires. C’est possible, c’est dans nos cordes et dans nos mains. Le sable, il est dans la tête des néos-cons, et il y est bien. Les vents du changement que nous, le peuple, soufflons, se chargeront bien de l’éparpiller.

Ce n’est pas le pouvoir que nous voulons ! C’est la possibilité de vivre en paix, ensemble, décemment, dignement et librement. Et nous l’obtiendrons.

Absinthe



> LE PASSÉ, LE PRÉSENT, L’AVENIR (réflexion sur un engagement politique)
31 octobre 2005 - 22h48

Certes, tu as raison "il ne faudrait pas remuer le passé dans tous les sens" ou "les plaies", appelons cela comme il nous chante mais il faut aller plus loin, il s’agit de ne pas faire la sourde oreille dès lors que des utilisations frauduleuses - et elles sont nombreuses et multiples - pour des raisons de pouvoir, d’intérêt ou de protection se taillent une part de chemin sur ces difficiles sentiers que constituent la pensée historique.

Bla, bla, bla ? Non ! je veux dire par là que lorsque Mr Douzte Blazy fait de l’ignorance en Angleterre s’étonnant, mais alors là presque stupéfait, qu’il n’était pas au courant que durant la seconde guerre Mondiale il n’y avait pas de persécutions à l’égard du peuple juif en Grande Bretagne... Une telle lacune historique laisse présager bien des gouffres pédagogiques... Cela peut aller très loin, certains estimeront qu’il aurait fallu aider l’Angleterre à organiser des raffles comme ce fut le cas dans cette France "habituée", qu’on ne comprend toujours pas comment l’Angleterre échappât aux contraintes nazies...

Douzte Blazy n’est peut-être pas un historien, peut s’en faut, mais le visage historique qu’il donne à la position de l’Angleterre dénote un manque de conscience sincère mais impardonnable quant à sa fonction et aux interprétations abusives que son manque de connaissance pourrait engendrer dans certains milieux français...
Donc, il ne faut pas se tromper en histoire sans quoi nous aurons à subir des politiques au plus près du pire que nous connaissons actuellement !
Sinon t’as raison et continues, l’expression libre est le "dazibao" de demain, camarade !



> LE PASSÉ, LE PRÉSENT, L’AVENIR (réflexion sur un engagement politique)
1er novembre 2005 - 05h17

Cher Yéti,
C’est un message parfait pour trouver le courage de prendre en main sa propre vie, dans toutes les petites choses du présent.
Nous sommes tous tricotés de talents multiples et de noires faiblesses. L’histoire détricote pour défaire les noeuds et trouver le bon bout. Attention, concentration.
Sélectionnons les bons filons de l’histoire : les droits de l’homme, la non-violence, le respect de la planète, la solidarité, l’amour, l’émerveillement.... damned ! V’la pas qu’je vire mystique !
La Vieille Rose



> LE PASSÉ, LE PRÉSENT, L’AVENIR (réflexion sur un engagement politique)
1er novembre 2005 - 08h32 - Posté par

ö vieille Rose,

dès lors que tu parles de "noires faiblesses" tu nous replonges dans un passé si oublié que nul ne se rend compte combien il est présent dans tout, dans des hotêls-crématoires et des tonnes d’autres etc... etc...

D’abord ! il faudrait que les mots ne nous condamnent pas au bégaiements des passés les plus cachés, qu’ils ne nous y enferment pas à perpet. Ceux qui sont des plaies non refermées... non pas parce que les porteurs de ses plaies se les grattent eux-même mais parce que chacune de nos vieilles expressions (entre autreS) rend impossible les cicatrisations.

Inventons le langage de demain, un langage où nul ne domine l’autre, où les bonheurs ne sont pas tous blancs et les faiblesses ou les bassesses pas toutes noires...

Les vieilles roses piquent sans le vouloir nos noirs espoirs...

Lila Indigène de la République


> LE PASSÉ, LE PRÉSENT, L’AVENIR (réflexion sur un engagement politique)
1er novembre 2005 - 09h23 - Posté par

Je ne replonge personne, chère Lila, dans ses noires faiblesses... Chacun accroche aux mots ses propres casseroles. Ma noirceur, noire soeur, ne m’empêche pas de voir le soleil. Black is beautiful, disait-on.
On le disait d’ailleurs aussi de "small", ce qui nous ramène aux propos de notre Yéti des neiges éternelles et des légendes indélébiles.
La Vieille Rose


> LE PASSÉ, LE PRÉSENT, L’AVENIR (réflexion sur un engagement politique)
1er novembre 2005 - 10h21

Cher Yeti,

Hegel disait : "L’histoire nous apprend que jamais l’homme n’apprend rien de l’histoire !"

Et François Mitterand : " L’avenir est fait d’un long passé !"

S’il ne faut pas vivre dans le passé, il est important de ne pas l’oublier... Ce sont ceux qui nous ont précédé qui on construit notre présent pendant des siècles....

Actuellement, nous sommes en train, en quelques décennies, de détruire tout ce qu’ils nous avaient acquit

Je suis à un âge où l’on vit au présent , mais je lutte pour les générations qui suivent...

Nous retournons au 19° siècle. Quel avenir leur avons nous préparé ?

Amicalement

Michèle



> LE PASSÉ, LE PRÉSENT, L’AVENIR (réflexion sur un engagement politique)
1er novembre 2005 - 12h38 - Posté par

Ce n’est pas le pouvoir que nous voulons ! C’est la possibilité de vivre en paix, ensemble, décemment, dignement et librement. Et nous l’obtiendrons.

Absinthe,

le seul Probléme que j’ai avec ca ,c’est la téorie de l’oeuf ou de la poule .
comment sans pendre le pouvoir,pouvons nous obtenir la possibilité de vivre en paix etc ..
devant un pouvoir qui n’a comme but que justement le contaire de tout ca ?

Ramo’s ze clown


> LE PASSÉ, LE PRÉSENT, L’AVENIR (réflexion sur un engagement politique)
1er novembre 2005 - 14h46

Le passé, c’est comme un rétroviseur sur une bagnole.
C’est très utile à condition de ne pas nous empêcher de voir la route.
Et la route, elle est devant.
Avis à ceux qui, à force de se focaliser sur les étoiles jaunes d’hier (qu’il ne faut pas oublier) ne voient pas celles d’aujourd’hui, et pour cause : ce ne sont pas des étoiles, et elles ne sont pas jaunes.
Comme ceux qui n’ont rien vu venir dans les années 30 et 40, nous nous demanderons un jour comment nous avons pu être aussi aveugles.
Oublier le passé est dangereux. Mais se laisser fasciner par lui ou tenter de l’instrumentaliser peut conduire aux mêmes catastrophes.
MC






Dans tous les cas TOUS EN GRÈVE ET EN MANIFESTATION LE 17 SEPTEMBRE
samedi 11 - 12h33
de : Laurent Brun
REMANIEMENT:CE QUE VOUS N’ENTENDREZ JAMAIS, en toute démocratie, bien sûr !
samedi 11 - 10h17
de : joclaude
1 commentaire
La Sécurité sociale, l’assurance chômage et les retraites en danger !
samedi 11 - 09h12
Çà suffit Mme Obono ! Un peu de sérieux !
samedi 11 - 08h17
de : Christian Delarue
2 commentaires
Je ne suis pas aussi blanc que j’en ai l’air...
vendredi 10 - 23h24
de : Christian Delarue
1 commentaire
Un p’tit coup de bourbon : Remaniement !
vendredi 10 - 15h10
de : joclaude
1 commentaire
La Cour des comptes pointe les errements et la gabegie de la filière nucléaire et de ses premiers de cordée
vendredi 10 - 05h47
de : coordi sud est via JYP
Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
1 commentaire
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
2 commentaires
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires
Elections municipales 2020 : un vote nul ...
lundi 29 - 16h40
de : Mickael Wamen
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite