Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le PS et sa candidate en porte-à-faux


de : Philippe Marlière
vendredi 16 mars 2007 - 18h20 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires
JPEG - 25 ko

de Philippe Marlière , maître de conférences en science politique à l’université de Londres

Depuis 1965, la gauche aborde l’élection présidentielle dans une position de faiblesse. Le problème n’est pas conjoncturel, mais structurel. François Mitterrand a été, à ce jour, le seul candidat socialiste à contredire cette loi d’airain de notre vie politique : l’élection présidentielle au suffrage universel direct est taillée sur mesure pour offrir la victoire au camp conservateur.

Qui élisons-nous ? Un chef d’Etat qui concentre des pouvoirs exorbitants par rapport à tout autre chef d’Etat démocratique. Dans les domaines aussi divers que la défense, la diplomatie, la gestion de la dyarchie exécutive, l’agenda de l’exécutif et les rapports avec l’Assemblée nationale, le président est le maître à bord. Par comparaison, le président des Etats-Unis doit souvent composer avec un Sénat et une Chambre des représentants qui lui sont hostiles. Mais il y a surtout la dimension symbolique de la fonction. En vertu de la mystique gaullienne, le président doit "incarner" le peuple français et ses aspirations les plus profondes, dans un face-à-face plébiscitaire, presque charnel : "Quand je ne serai plus là, il faudra un chef de l’Etat en dehors des partis qui ne soit pas lié à une majorité", expliquait le général peu avant son retrait définitif du pouvoir.

Si la Constitution confère au président un rôle d’arbitrage et de définition des orientations générales de la politique nationale, la pratique est tout autre : il est bien l’acteur majeur de notre système politique, acteur partisan quasi omnipotent côté coulisses et bienveillant père de la nation, côté scène. Avant d’endosser les habits présidentiels, Mitterrand avait bien compris le danger de cette combinaison antidémocratique : "L’abus (de la fonction présidentielle) ne réside pas dans l’usage que le président fait de son pouvoir, mais dans la nature même de ce pouvoir." (Le Coup d’Etat permanent, 1964).

Le coeur du problème pour le PS est là : on lui demande de désigner un(e) candidat(e) à la fonction de chef d’Etat qui, aussitôt investi (e), doit s’affranchir de son parti pour aller au devant de son "destin national". Cette démarche plébiscitaire est catastrophique pour le PS car elle dépolitise une candidature qui devrait au contraire être surpolitisée par la promotion des thématiques traditionnelles (et gagnantes) de la gauche : l’égalité et la justice sociale. Au lieu de cela, le PS s’égare dans les déclinaisons d’un discours convenu sur la nation (thématique classique de la droite bonapartiste). La référence abstraite à la France et à ses "valeurs" est le vieux fonds de commerce de la droite et de l’extrême droite. Pourquoi le PS s’y rallie-t-il ?

Sur ce terrain plébiscitaire, seule la trajectoire du mitterrandisme pouvait offrir à la gauche quelque espoir de victoire. Certains ont dressé un type-idéal mitterrandien résolument droitier : culte de la terre et du terroir, des choix esthétiques classiques, le goût de l’ordre et le sens de la hiérarchie. Ces facteurs ont vraisemblablement joué un rôle pour convaincre les Français d’élire cette "Force tranquille", soutenue par la gauche, mais sociologiquement de droite.

Plutôt que d’être relégué aux basses besognes de la campagne (tractage, organisation des meetings, soutien financier), le PS devrait l’animer, rappeler sans cesse que sa candidate porte un programme socialiste et non un "Pacte présidentiel". Une telle démarche permettrait de rompre avec la stratégie suicidaire de Lionel Jospin en 2002 ("Mon programme n’est pas socialiste"), poursuivie en grande partie par Ségolène Royal aujourd’hui.

La candidate socialiste affirmait fort curieusement (Le Monde du 5 mars) "qu’il est possible de concilier la grandeur de la fonction (présidentielle) et la simplicité, exercer pleinement le pouvoir (...) et résister en même temps à cette tentation monarchique à laquelle la République a trop souvent cédé". Si les pouvoirs de la reine d’Angleterre sont bénins, c’est justement parce qu’ils ne découlent pas de la Constitution de la Ve République ! Dans le cadre constitutionnel français, revendiquer une présidence "modeste", comme le fait Ségolène Royal, est une promesse illusoire. En réalité, la ligne de conduite apartisane que Mme Royal s’était donnée dès la primaire socialiste sort ici renforcée. Son adhésion à la mystique gaullienne (la rencontre d’un(e) candidat(e) avec le peuple) est également patente.

Au crépuscule du mitterrandisme, Lionel Jospin avait revendiqué un droit d’inventaire et affiché sa volonté de transformer en profondeur les institutions de la Ve République dans un sens parlementariste. Des voix au PS se sont ensuite élevées pour proposer un régime primoministériel et ont proposé de "désacraliser" la fonction présidentielle selon la pratique retenue par nos voisins européens. Pourtant nommé dans une logique parlementaire à la suite de la dissolution chiraquienne, M. Jospin se prononça en faveur du quinquennat présidentiel et fit modifier par l’Assemblée nationale le calendrier électoral, pour que l’élection présidentielle ait lieu avant les élections législatives.

Gaullien, Lionel Jospin mit l’élection présidentielle au coeur du dispositif électoral et renforça la prééminence présidentielle. Les élections législatives n’auraient plus qu’à donner une majorité au président fraîchement élu. M. Jospin justifia ce choix institutionnel au nom du respect de l’esprit "dans lequel le général de Gaulle avait conçu cette responsabilité essentielle issue directement du vote du peuple". Cette décision funeste a contribué à renforcer la domination politique et symbolique de la droite sur cette élection plébiscitaire. L’orientation présidentialiste du PS contraint Ségolène Royal à mener une campagne fondamentalement identique à celle de Lionel Jospin en 2002.

http://www.lemonde.fr/web/article/0...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Le PS et sa candidate en porte-à-faux
16 mars 2007 - 20h58

le problème du PS, c’est son programme.



Le PS et sa candidate en porte-à-faux
16 mars 2007 - 22h16 - Posté par

Non, c´est le P S lui-meme. le P S c´est le Parti sans Sucre ; c´est le parti qui est en trop ; je dis je bois un cafe - je ne dis pas je bois un cafe sans sucre ! et comme cela adieu . Le Parti sans Sucre ; c´est ceux qui font un gateau et qui nous promettent que leur gateau est meilleur que les autres et a du gout et est sucré , sauf qu´ils oublient quoi : et bien naturellement le (Parti sans) Sucre - alors moi cela me gene car un gateau SANS Sucre ca n´a pas de gout ! C´est le Parti sans Sucre qui pense etre a gauche, il regarde sarkosy et croit etre a gauche, alors qu´il est peut-etre au centre -centre droit - droite - bien a droite- sait il lui meme ou il est le Parti sans Sucre ? Bien toit ils vont nous dire que sarkosy est a gauche , a gauche du F-hai-Ne. Bien a Vous J-F


Devinette
16 mars 2007 - 23h09

François m’a tuée

Lionel m’a enterrée

Ségolène m’a deshonorée

Masochistes, votons utile



Le PS et sa candidate en porte-à-faux
17 mars 2007 - 10h39

LE problème du PS s’est la stratégie du PS depuis 65 sont but n’ as pas été de défendre des
idées de Gauche pour gagner des voies sur sa droite mais d’affaiblir au maximum les autres
formations de gauches pour cela il utilise des arguments de droite , essais de ne pas
contrarier le MEDEF et Mme PARISOT.
Dans les faits le PS et SEGOLENE sont en train de nous faire une campagne à la JOSPIN en
2002 pas un mot sur les désirs antisocial du MEDEF mais cela et logique puisque les principaux
dirigeant du MEDEF et ceux du PS dont SEGOLENE sont de ENARQUES et défendent la même
politique soit celle franchement libérale (LE MEDEF,L’UMP,L’UDF) ou de renoncement le PS.
Il nous faut élire un(e) candidat(e) qui propose une politique de GAUCHE, une politique
ANTI-LIBERALE en rupture avec les politiques de la GAUCHE PLURIELLE.
Cette candidate , c est la candidate désigné par les collectifs anti-libéraux à plus de 60%
C’est MARIE GEORGE BUFFET
Un militant des collectifs anti libéraux.



PS : La fin
20 mars 2007 - 16h20 - Posté par

Pourquoi le PS pour conquérir le pouvoir, choisit-il un candidat issu de l’extrème droite (au sens de l’histoire : Mitterand) ou de la droite (au sens de Bourdieu : Royal) ?

S’agit-il d’une stratégie ou d’une fatalité ?

Mme Royal veut faire du Mitterand mais sans talent. La méthode ne marche plus. A l’époque de Mitterand, il y avait encore un électorat populaire de gauche au deuxième tour pour le PS, le fameux “vote utile” des masochistes de gauche qui préfèrent voir des dirigeants dits “de gauche” appliquer une politique de droite (mais avec une telle souffrance affichée, que cela est supportable pour les gens ”dits de gauche” dont les interêts ne sont pas en cause). Il n’y en a plus... Mitterand a dilapidé le capital jusqu’au bout pour son utilisation personnelle.

Jospin était peut-être le dernier dirigeant véritablement de gauche du PS. Jeune trotzkyste, il a fait de "l’entrisme" au PS et accepté de servir sous Mitterand sans état d’âme. Arrivé au sommet, il a eu le vertige devant la réalité du PS, de sa classe dirigeante et de son électorat : les classes défavorisées désespérées précipitées dans les bras de Le Pen par la stratégie de destruction du PC et de la droite par Mitterand, le bureau politique abonné à l’ISF, les énarques socialistes par choix de carrière, les requins de la finance, les bobos de droite gérant leur portefeuille boursier tout en boycottant les yaourts, les grenouillages des courtisans etc... bref un parti de droite classique. Mitterand enfin disparu, Fabius n’ayant pas encore découvert sa nouvelle vocation de gauche, il a voulu poursuivre sa stratégie de prise du pouvoir en présentant un projet non socialiste à la présidentielle. Mais les souffrances psychologiques ont des limites, il a craqué et il s’est politiquement suicidé lorsqu’il a avoué à un travailleur de LU que les dirigeants politiques sont impuissants dans le contexte économique actuel. Ce jour là les derniers défavorisés ont quitté le navire de la gauche pour se vendre aux plus populistes.

La stratégie populiste de Royal a marché au sein du PS pour avoir l’investiture, car tout est bon pour reconquérir le pouvoir et les portefeuilles. Mais sa surenchère pétainiste ne convaincra pas la droite, ne fera pas revenir les électeurs passés à Le Pen. Elle a franchi les limites acceptables des masochistes du “vote utile“ de gauche.

Nous vivons les derniers jours du PS instrumentalisé par Mitterand, enterré par Jospin et maintenant déshonoré par Royal. Mme Royal est le dernier avatar de la stratégie Machiaveliste d’un Mitterand. Mais il n’y a plus de capital électoral de gauche. Sur le plan technique, Mitterand était un Florentin brillant. Mme Royal n’est qu’un petit Machiavel académique au sens de l’ENA, qui ne paraît à son aise que lorsqu’elle affiche ses véritables convictions de bourgeoise intégriste, tout en faisant croire qu’elle ratisse à droite.

La gauche est à reconstruire et à réinventer loin des dogmes, en affrontant les réalités et en éduquant les citoyens. Marx est mort mais l’injustice sociale est toujours là.





A Lyon, la grève se durcit chez General Electric
mardi 24 - 17h36
La Commission européenne met fin aux indemnités de licenciement en Belgique avec une trouvaille juridique
mardi 24 - 09h54
de : Bruno Schmitz
Etats-Unis : Même les morts chez les Pauvres sont encore trop chers !
lundi 23 - 14h59
de : joclaude
1 commentaire
ISLAM, MUSULMAN, VOILE : Pas d’essentialisme, mais triple critique maintenue
dimanche 22 - 23h24
de : Christian Delarue
6 commentaires
Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !
dimanche 22 - 16h43
Non à l’acharnement contre Jean-Marc Rouillan
dimanche 22 - 16h36
de : CNT relations medias
Les Gilets Jaunes et la loi Sécurité Globale (Video) !
dimanche 22 - 14h49
de : joclaude
Racisme post-colonial et intégrismes religieux (I)
vendredi 20 - 22h20
de : Christian Delarue
1 commentaire
Appel aux autorités françaises à favoriser la paix au Haut-Karabakh
vendredi 20 - 20h47
de : Christian Delarue
La communauté internationale doit assurer l’exercice du droit à l’autodétermination du Peuple sahraoui
vendredi 20 - 20h39
de : Christian Delarue
Stop EDF Mexique refusons la transition énergétique coloniale !
vendredi 20 - 18h33
de : AMASSADA
L’EMPRISE, un concept critique de l’intégrisme
vendredi 20 - 17h19
de : Christian Delarue
2 commentaires
Communiqué de presse de la C.G.T.
jeudi 19 - 15h41
de : joclaude
Médicos cubanos - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 18 - 21h33
de : Hdm
Contrôles ciblés à Pôle emploi pendant le confinement
mercredi 18 - 19h16
LES ANGLES MORTS DE CLÉMENTINE AUTAIN
mardi 17 - 20h24
de : Christian DLR
5 commentaires
Voté au Sénat : Recul de l’âge légal de la retraite à 63 ans !
mardi 17 - 15h02
de : joclaude
2 commentaires
Marwan Muhammad, une plateforme inclusive des intégristes musulmans
lundi 16 - 20h32
de : Christian Delarue
7 commentaires
Contre la loi de "sécurité globale"
lundi 16 - 17h19
de : CNT relations médias
« La faiblesse de la croissance impose la sortie du capitalisme »
lundi 16 - 15h59
Crise du coronavirus aux États-Unis. 90 000 emplois supprimés dans le secteur aérien
lundi 16 - 15h22
de : nazairien
partage avec Edgar Morin
lundi 16 - 09h26
de : jean1
3 commentaires
MRAP :Menaces sur les droits et les libertés : la protestation monte
lundi 16 - 09h21
de : Christian Delarue (CN du MRAP)
La pudeur ou l’enfermement des religions abrahamiques
dimanche 15 - 13h59
de : Christian Delarue
1 commentaire
ICEBERG RACISTE et INTEGRISME
samedi 14 - 19h41
de : Christian Delarue
3 commentaires
Bolivie : Discours du vice président David Choquehuanca pour l’investiture du président Luis Arce
samedi 14 - 15h29
de : nazairien
Mickaël Wamen : Ce qui se passe chez Bridgestone, c’est exactement le scénario qui était écrit d’avance.
samedi 14 - 13h22
de : Mickaël Wamen
Comment l’épidémie de Covid-19 est redevenue "hors de contrôle" en Italie
vendredi 13 - 17h43
de : nazairien
5 commentaires
J.L. Mélenchon : Je veux éradiquer la pauvreté !(video)
vendredi 13 - 14h36
de : joclaude
Loi liberticide
vendredi 13 - 11h33
de : pierrot
COVID 19:Voici le lien afin de visionner le film documentaire "Hold up"
vendredi 13 - 11h32
de : joclaude
J.L.Mélenchon : son côté Humaniste ne le quitte pas !
vendredi 13 - 11h08
de : joclaude
2 commentaires
Point sur le Covid-19 : « Les aides financières aux commerces ne font que décaler les faillites »
jeudi 12 - 17h05
de : joclaude
1 commentaire
La laine de verre
jeudi 12 - 00h52
de : jy.D
L’avidité au temps du covid - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 11 - 19h38
de : Hdm
Covid-19 : l’activité partielle rétablie pour les personnes vulnérables
mercredi 11 - 15h11
MACRON MET LES LYCÉENS AU GARDE-À-VOUS
mercredi 11 - 10h40
de : joclaude
Affaire Vincenzo Vecchi : nouveau pourvoi en cassation pour extrader le militant italien, installé dans le Morbihan
mercredi 11 - 10h26
France : avec un coût salarial de 185 millions d’euros, le gouvernement Castex est le plus cher de la Vème République
mercredi 11 - 09h56
de : jean1
Amérique Latine, ce n’est pas l’empire qui gouverne !
mardi 10 - 16h44
de : joclaude
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite