Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Présentation de la nouvelle constitution bolivienne
de : Erwan Bernier
lundi 14 janvier 2008 - 20h19 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Le 9 décembre dernier l’assemblée constituante de Bolivie adoptait une nouvelle constitution qui devait encore être soumise au peuple au mois de mars, mais les problèmes commencent déjà, notamment sur la question de l’autonomie. D’autres s’étaient déjà posés pendant les délibérations de l’assemblée constituante puisque le MAS (Movimiento al socialismo) ne possédait pas les deux tiers nécessaires pour l’adoption des articles. Toujours est-il qu’aujourd’hui la nouvelle constitution et n’a plus qu’à être soumis à l’approbation du peuple. En voila une brève présentation.

Droits indigènes

Evo Morales arrivé à la présidence, il était évident que les indigènes allaient se voir octroyer des droits qui leur permettront de retrouver une dignité pour ne plus subir la domination des blancs. A ce titre, et quel meilleur symbole que l’actuel président et ancien leader cocalero, l’article 384, qui protège la culture de la coca et la considère comme appartenant au patrimoine culturel de la Bolivie n’est rien d’autre que le résultat des luttes passées pour qu’on cesse de considérer cette plante comme une drogue. Mais c’est loin d’être l’unique avancée en faveur d’indigènes, cette constitution visant à remettre chacun sur un pied d’égalité. Ainsi, en plus du castillan, pas moins de trente-six langues indigènes sont reconnues comme langue d’Etat. De même chaque gouvernement départemental devra utiliser au moins deux langues officielles dont le castillan (art 5) et tout procès devra se faire en la présence d’un interprète si nécessaire (art 121-II).

La constitution reconnaît surtout le droit, pour les populations indigènes, de pouvoir gérer eux-mêmes certains domaines de leur vie tel que leur forme de développement économique et culturel, leur éducation, la gestion des ressources naturelles ou encore leurs propres modes d’habitation (art 305), tout cela dans le but respecter leur identité. De même, les populations indigènes devront être consultées par l’intermédiaire de leurs institutions « chaque fois que sont prévues des mesures législatives ou administratives susceptibles de les concerner » (art 30-II-15) Enfin la constitution crée des circonscriptions spéciales indigènes « où ne devront pas être considérés comme critères la densité de la population, les limites départementales ou la continuité géographique » (art 149-II). Pourtant, malgré toutes ces mesures, on ne peut parler de privilèges pour les populations indigènes. Cette constitution ne fait que prendre en compte la culture de ces personnes tout en leur garantissant des droits qu’elles pouvaient posséder auparavant mais qui n’étaient jamais respectés.

Droits fondamentaux

Plusieurs droits fondamentaux sont garantis par la nouvelle constitution. Ainsi l’article 20-I garantit « l’accès universel et équitable à l’eau potable (rappelé aussi dans l’article 373-I), au service d’égout, à l’électricité, au gaz, au service du courrier et aux télécommunications ». L’article 37 garantit le droit à la santé, domaine qui, précise l’article suivant, ne pourra en aucun cas être privatisé. Un des droits les plus importants sera assurément celui de l’éducation. La constitution en fait un des éléments essentiels du futur état bolivien et de la politique du MAS affirmant par exemple qu’un des buts de l’éducation est « le renforcement de la conscience critique » (art 80-I). Par contre l’Etat n’a plus le monopole de l’éducation à partir du supérieur et accepte même les investissements privés (art 92-I). Ainsi l’école sera gratuite jusqu’au niveau supérieur. Toutefois l’Etat s’engage à appuyer financièrement les élèves dont les possibilités financières sont les plus faibles.

Institutions

Les institutions vont connaître de grands changements en cas d’adoption de la constitution. Les parlementaires ne bénéficieront pas de l’immunité (art 153) et ne pourront percevoir une autre source de revenu (art 159-I-2). Quant aux ministres, ils ne pourront être ni actionnaire ni membre d’une entreprise qui possède des intérêts opposés à ceux de l’état (art 177) et ils pourront être démis de leur fonction s’ils obtiennent au moins deux tiers des voix de l’Assemblée contre eux (art 159-I-18). Enfin, d’une manière plus générale le cumul des mandats est interdit (art 213) et toute personne élue pourra être exposée à un référendum révocatoire à la moitié de son mandat si au moins 15 % de la population le demande.

En plus de ces mesures qui concernent directement les personnes élues, deux nouvelles institutions vont voir le jour. La première est la procuraduria general del estado destiné à promouvoir et défendre les intérêts du peuple (art 230). Cette institution est notamment chargée de recevoir les plaintes des citoyens si ceux-ci considèrent qu’une mesure a été prise à l’encontre des intérêts de l’Etat. La seconde institution est la defensoria del pueblo. Cette organisation, indépendante de l’Etat, est censée vérifier que les droits des citoyens soient réellement accomplis (art 219). Elle pourra enquêter sur la violation de droits, émettre des censures en cas de non-respect des et ses activités ne pourront jamais être suspendues, même si l’état d’exception est proclamé (art 223).

Politique économique

La nouvelle constitution reconnaît quatre formes d’organisations économiques : communautaire, étatique, privée et coopérative (art 307-II). Et « toute activité économique [devra] participer au renforcement de la souveraineté économique du pays » (art 313-I). Cette idée de souveraineté économique est reprise dans plusieurs articles de la constitution. Il faut dire que les politiques néolibérales de ces deux dernières décennies n’ont pas permis à la Bolivie de profiter pleinement de ses ressources. Ainsi les oligopoles et les monopoles privés sont interdits (art 315), de même que toute « accumulation privée de pouvoir économique » si « elle met en danger la souveraineté économique de l’Etat » (art 313-I). Il est aussi précisé qu’ « on ne pourra octroyer à des états ou entreprises étrangers des conditions plus favorables qu’à des boliviens » (art-320-III).

Enfin, et c’est sûrement un des articles les plus marquants de cette constitution, seront considérés comme traître à la patrie, ceux qui réaliseront « l’aliénation des ressources naturelles propriété de l’état bolivien en faveur d’entreprises, de personnes ou d’états étrangers » (art 125-I-2). Ce renforcement de la souveraineté économique national se fera aussi au niveau international puisque l’Etat ne se laissera imposer quoi que ce soit « de la part d’états, de banques ou d’institutions financières boliviennes ou étrangères, ni d’entreprises transnationales » (art 320-IV). On a pu déjà voir un aspect de cette politique le 2 mai 2007 lorsque la Bolivie a quitté le CIRDI (Centre international de règlement des différends liés à l’investissement) avec lequel elle se trouvait en conflit. On retrouve donc, encore une fois, le fruit des luttes du passé, notamment aux guerres de l’eau et du gaz auxquelles la constitution faite explicitement référence dans son préambule.

Enfin, tout un chapitre de la constitution est consacré à la question de la terre. Ainsi, la petite propriété, qui sera indivisible jusqu’à une surface minimale définie selon son emplacement géographique (art 399), ne sera pas soumise à l’impôt sur la propriété agraire (art 394-II). Mais la question épineuse porte évidemment sur la grande propriété. Si le texte précise que « le travail est la source fondamentale pour l’acquisition et la conservation de la propriété de la terre » (art 397-I) les propriétaires de terres ne pourront conserver leur bien seulement si celle-ci exerce une fonction sociale. Qu’entend-on par fonction sociale ? Pour l’accomplir, le propriétaire devra fournir ses terres à des personnes de telle sorte qu’elle constitue « la source de subsistance, de bien-être et de développement » (art 397-II) de ceux qui la travaillent. Que se passe-t-il s’il n’en est pas ainsi. La constitution prévoit tout simplement que la terre soit redistribuée (art 400). Pour autant le latifundio sera bel et bien interdit, même si, aujourd’hui, la surface pour le définir reste encore a être choisi entre 5000 et 10000 hectares (art 398)

En ce qui concerne les droits du travail deux articles ressortent : celui sur la protection des dirigeants syndicaux (art 51-VII) et celui sur la possibilité de la remise en marche par les travailleurs des usines en faillite. Evo Morales ayant été lui-même dirigeant syndicaliste, les mesures visant à protéger ces derniers n’ont rien d’étonnantes. Ainsi il sera interdit de les licencier durant l’année suivant leur mandat et ceux-ci ne pourront pas être privés de liberté pour leurs activités.

Sur la question de la réactivation des usines, celle-ci pourra se faire ne cas de faillite de liquidation, de fermeture ou d’abandon injustifié de l’entreprise. Qui plus est l’Etat pourra participer à cette reprise en main (art 54-VII). Cet article n’est pas sans rappelé la constitution du Venezuela où de nombreuses entreprises ont déjà été reprises par les travailleurs.

Politique internationale

La politique internationale prônée s’articule autour de trois axes : le renforcement de la souveraineté nationale, la solidarité et le contrôle citoyen. En effet, est interdit l’installation de bases militaires étrangères sur le territoire bolivien (art 10-III) et l’état bolivien garantira le droit d’asile tout en favorisant le regroupement familial (art 29). L’article 256 définit, lui, les valeurs sur lesquelles doivent se fonder la ratification des traités internationaux. On y retrouve la « non-intervention dans les affaires internes » (art 256-I), « la défense de la biodiversité » (art 256-7), la défense de la souveraineté alimentaire (art 256-8) ou encore l’ « accès de toute la population à tous les médicaments, et spécialement aux génériques » (art 256-10). Mais l’aspect le plus original semble bien reposer sur le fait que le peuple aura un regard non négligeable sur la signature de ces traités.

En effet, les traités internationaux devront être soumis par référendum quand ils concernent des questions limitrophes, une intégration économique ou monétaire, ou encore l’abandon de compétences de l’état à des organisations internationales ou supranationales. Sur les autres questions, un référendum pourra aussi être convoqué à la demande de 5 % de la population ou 35 % de l’Assemblée législative (art 260-I). On sait que la décision d’imposer un nouvel impôt en 2003, mesure préconisée par le FMI, avait été largement responsable des révoltes qui entraînèrent la démission de l’ancien président Gonzalo Sanchez de Lozada, et du même coup, la preuve que les décisions prises au niveau international se font souvent à l’encontre de l’opinion du peuple.

Ecologie

La nouvelle constitution contient de nombreuses références à la protection de l’environnement et en fait sans doute l’une des plus avancées dans ce domaine. Ainsi l’article 342 élève au rang de devoir de l’état et de la population la conservation et la protection des ressources naturelles et de la biodiversité. L’importance de la nature se reflète dans l’article 112 qui rend les délits contre l’environnement imprescriptibles au même titre, par exemple, que les génocides. Les entreprises, notamment, seront donc amenés à se responsabiliser et ne pourront plus polluer délibérément comme cela se fait toujours dans bien des pays pauvres. Ce principe est érigé de manière générale dans l’article 313-III qui oblige « toutes les formes d’organisations économiques [à] protéger l’environnement ». La constitution se fait plus précise par la suite : « la fabrication et l’utilisation d’armes chimiques, biologiques ou nucléaires sur le territoire bolivien » est ainsi interdite (art 344-I). De même, il est considéré que quiconque réalisera des activités ayant un impact sur l’environnement devra mettre en œuvre des mesures pour en empêcher les effets nuisibles (art 347-II).

Et, alors même qu’en France la question des transgéniques est en plein débat, l’article 408, lui, « interdit la production, l’importation et la commercialisation d’OGM ». Pour mener à bien ces mesures, l’état bolivien pourra s’appuyer sur l’article 383 qui lui permet de prendre « des mesures de restrictions partielles ou totales, temporelles ou définitives sur l’extraction de ressources », mesures devant viser à la sauvegarde et préservation des espèces en voie de disparition. Mais l’état n’est pas le seul garant de la protection de l’environnement puisque l’article 34 offre à chacun le droit de mener une action en justice pour défendre l’environnement. Toutes ces mesures montrent la volonté de l’Assemblée Constituante de faire valoir les enjeux écologiques avant les enjeux économiques tout en offrant de nombreux outils juridiques pour parvenir à ces fins.

Ce texte, si il reste encore à être adopté, s’avère donc être le résultat de nombreuses luttes sociales qui ont su se concrétiser politiquement par l’élection d’Evo Morales, dans un premier temps, puis, par cette nouvelle constitution. Si celle-ci est adoptée, la Bolivie s’apprête à vivre un grand changement comme ce fut le cas au Venezuela et comme cela est en train d’être ébauché en Equateur où le président Correa a déjà obtenu une large majorité lors de l’élection de l’Assemblée Constituante. Il ne reste plus qu’au peuple bolivien de faire son choix



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Présentation de la nouvelle constitution bolivienne
14 janvier 2008 - 20h25

C’est assez cruel de lire cela quand on vit à SarkoLand.

jyd.






Didier Maisto, directeur de "sud radio" , mais aussi, journaliste de terrain, témoigne sur l’acte 53 à Paris (vidéo)
lundi 18 - 23h02
de : nazairien
1 commentaire
3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
1 commentaire
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Tout pouvoir est méchant dès qu'on le laisse faire; tout pouvoir est sage dès qu'il se sent jugé. Alain
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite