Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Présentation de la nouvelle constitution bolivienne


de : Erwan Bernier
lundi 14 janvier 2008 - 20h19 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Le 9 décembre dernier l’assemblée constituante de Bolivie adoptait une nouvelle constitution qui devait encore être soumise au peuple au mois de mars, mais les problèmes commencent déjà, notamment sur la question de l’autonomie. D’autres s’étaient déjà posés pendant les délibérations de l’assemblée constituante puisque le MAS (Movimiento al socialismo) ne possédait pas les deux tiers nécessaires pour l’adoption des articles. Toujours est-il qu’aujourd’hui la nouvelle constitution et n’a plus qu’à être soumis à l’approbation du peuple. En voila une brève présentation.

Droits indigènes

Evo Morales arrivé à la présidence, il était évident que les indigènes allaient se voir octroyer des droits qui leur permettront de retrouver une dignité pour ne plus subir la domination des blancs. A ce titre, et quel meilleur symbole que l’actuel président et ancien leader cocalero, l’article 384, qui protège la culture de la coca et la considère comme appartenant au patrimoine culturel de la Bolivie n’est rien d’autre que le résultat des luttes passées pour qu’on cesse de considérer cette plante comme une drogue. Mais c’est loin d’être l’unique avancée en faveur d’indigènes, cette constitution visant à remettre chacun sur un pied d’égalité. Ainsi, en plus du castillan, pas moins de trente-six langues indigènes sont reconnues comme langue d’Etat. De même chaque gouvernement départemental devra utiliser au moins deux langues officielles dont le castillan (art 5) et tout procès devra se faire en la présence d’un interprète si nécessaire (art 121-II).

La constitution reconnaît surtout le droit, pour les populations indigènes, de pouvoir gérer eux-mêmes certains domaines de leur vie tel que leur forme de développement économique et culturel, leur éducation, la gestion des ressources naturelles ou encore leurs propres modes d’habitation (art 305), tout cela dans le but respecter leur identité. De même, les populations indigènes devront être consultées par l’intermédiaire de leurs institutions « chaque fois que sont prévues des mesures législatives ou administratives susceptibles de les concerner » (art 30-II-15) Enfin la constitution crée des circonscriptions spéciales indigènes « où ne devront pas être considérés comme critères la densité de la population, les limites départementales ou la continuité géographique » (art 149-II). Pourtant, malgré toutes ces mesures, on ne peut parler de privilèges pour les populations indigènes. Cette constitution ne fait que prendre en compte la culture de ces personnes tout en leur garantissant des droits qu’elles pouvaient posséder auparavant mais qui n’étaient jamais respectés.

Droits fondamentaux

Plusieurs droits fondamentaux sont garantis par la nouvelle constitution. Ainsi l’article 20-I garantit « l’accès universel et équitable à l’eau potable (rappelé aussi dans l’article 373-I), au service d’égout, à l’électricité, au gaz, au service du courrier et aux télécommunications ». L’article 37 garantit le droit à la santé, domaine qui, précise l’article suivant, ne pourra en aucun cas être privatisé. Un des droits les plus importants sera assurément celui de l’éducation. La constitution en fait un des éléments essentiels du futur état bolivien et de la politique du MAS affirmant par exemple qu’un des buts de l’éducation est « le renforcement de la conscience critique » (art 80-I). Par contre l’Etat n’a plus le monopole de l’éducation à partir du supérieur et accepte même les investissements privés (art 92-I). Ainsi l’école sera gratuite jusqu’au niveau supérieur. Toutefois l’Etat s’engage à appuyer financièrement les élèves dont les possibilités financières sont les plus faibles.

Institutions

Les institutions vont connaître de grands changements en cas d’adoption de la constitution. Les parlementaires ne bénéficieront pas de l’immunité (art 153) et ne pourront percevoir une autre source de revenu (art 159-I-2). Quant aux ministres, ils ne pourront être ni actionnaire ni membre d’une entreprise qui possède des intérêts opposés à ceux de l’état (art 177) et ils pourront être démis de leur fonction s’ils obtiennent au moins deux tiers des voix de l’Assemblée contre eux (art 159-I-18). Enfin, d’une manière plus générale le cumul des mandats est interdit (art 213) et toute personne élue pourra être exposée à un référendum révocatoire à la moitié de son mandat si au moins 15 % de la population le demande.

En plus de ces mesures qui concernent directement les personnes élues, deux nouvelles institutions vont voir le jour. La première est la procuraduria general del estado destiné à promouvoir et défendre les intérêts du peuple (art 230). Cette institution est notamment chargée de recevoir les plaintes des citoyens si ceux-ci considèrent qu’une mesure a été prise à l’encontre des intérêts de l’Etat. La seconde institution est la defensoria del pueblo. Cette organisation, indépendante de l’Etat, est censée vérifier que les droits des citoyens soient réellement accomplis (art 219). Elle pourra enquêter sur la violation de droits, émettre des censures en cas de non-respect des et ses activités ne pourront jamais être suspendues, même si l’état d’exception est proclamé (art 223).

Politique économique

La nouvelle constitution reconnaît quatre formes d’organisations économiques : communautaire, étatique, privée et coopérative (art 307-II). Et « toute activité économique [devra] participer au renforcement de la souveraineté économique du pays » (art 313-I). Cette idée de souveraineté économique est reprise dans plusieurs articles de la constitution. Il faut dire que les politiques néolibérales de ces deux dernières décennies n’ont pas permis à la Bolivie de profiter pleinement de ses ressources. Ainsi les oligopoles et les monopoles privés sont interdits (art 315), de même que toute « accumulation privée de pouvoir économique » si « elle met en danger la souveraineté économique de l’Etat » (art 313-I). Il est aussi précisé qu’ « on ne pourra octroyer à des états ou entreprises étrangers des conditions plus favorables qu’à des boliviens » (art-320-III).

Enfin, et c’est sûrement un des articles les plus marquants de cette constitution, seront considérés comme traître à la patrie, ceux qui réaliseront « l’aliénation des ressources naturelles propriété de l’état bolivien en faveur d’entreprises, de personnes ou d’états étrangers » (art 125-I-2). Ce renforcement de la souveraineté économique national se fera aussi au niveau international puisque l’Etat ne se laissera imposer quoi que ce soit « de la part d’états, de banques ou d’institutions financières boliviennes ou étrangères, ni d’entreprises transnationales » (art 320-IV). On a pu déjà voir un aspect de cette politique le 2 mai 2007 lorsque la Bolivie a quitté le CIRDI (Centre international de règlement des différends liés à l’investissement) avec lequel elle se trouvait en conflit. On retrouve donc, encore une fois, le fruit des luttes du passé, notamment aux guerres de l’eau et du gaz auxquelles la constitution faite explicitement référence dans son préambule.

Enfin, tout un chapitre de la constitution est consacré à la question de la terre. Ainsi, la petite propriété, qui sera indivisible jusqu’à une surface minimale définie selon son emplacement géographique (art 399), ne sera pas soumise à l’impôt sur la propriété agraire (art 394-II). Mais la question épineuse porte évidemment sur la grande propriété. Si le texte précise que « le travail est la source fondamentale pour l’acquisition et la conservation de la propriété de la terre » (art 397-I) les propriétaires de terres ne pourront conserver leur bien seulement si celle-ci exerce une fonction sociale. Qu’entend-on par fonction sociale ? Pour l’accomplir, le propriétaire devra fournir ses terres à des personnes de telle sorte qu’elle constitue « la source de subsistance, de bien-être et de développement » (art 397-II) de ceux qui la travaillent. Que se passe-t-il s’il n’en est pas ainsi. La constitution prévoit tout simplement que la terre soit redistribuée (art 400). Pour autant le latifundio sera bel et bien interdit, même si, aujourd’hui, la surface pour le définir reste encore a être choisi entre 5000 et 10000 hectares (art 398)

En ce qui concerne les droits du travail deux articles ressortent : celui sur la protection des dirigeants syndicaux (art 51-VII) et celui sur la possibilité de la remise en marche par les travailleurs des usines en faillite. Evo Morales ayant été lui-même dirigeant syndicaliste, les mesures visant à protéger ces derniers n’ont rien d’étonnantes. Ainsi il sera interdit de les licencier durant l’année suivant leur mandat et ceux-ci ne pourront pas être privés de liberté pour leurs activités.

Sur la question de la réactivation des usines, celle-ci pourra se faire ne cas de faillite de liquidation, de fermeture ou d’abandon injustifié de l’entreprise. Qui plus est l’Etat pourra participer à cette reprise en main (art 54-VII). Cet article n’est pas sans rappelé la constitution du Venezuela où de nombreuses entreprises ont déjà été reprises par les travailleurs.

Politique internationale

La politique internationale prônée s’articule autour de trois axes : le renforcement de la souveraineté nationale, la solidarité et le contrôle citoyen. En effet, est interdit l’installation de bases militaires étrangères sur le territoire bolivien (art 10-III) et l’état bolivien garantira le droit d’asile tout en favorisant le regroupement familial (art 29). L’article 256 définit, lui, les valeurs sur lesquelles doivent se fonder la ratification des traités internationaux. On y retrouve la « non-intervention dans les affaires internes » (art 256-I), « la défense de la biodiversité » (art 256-7), la défense de la souveraineté alimentaire (art 256-8) ou encore l’ « accès de toute la population à tous les médicaments, et spécialement aux génériques » (art 256-10). Mais l’aspect le plus original semble bien reposer sur le fait que le peuple aura un regard non négligeable sur la signature de ces traités.

En effet, les traités internationaux devront être soumis par référendum quand ils concernent des questions limitrophes, une intégration économique ou monétaire, ou encore l’abandon de compétences de l’état à des organisations internationales ou supranationales. Sur les autres questions, un référendum pourra aussi être convoqué à la demande de 5 % de la population ou 35 % de l’Assemblée législative (art 260-I). On sait que la décision d’imposer un nouvel impôt en 2003, mesure préconisée par le FMI, avait été largement responsable des révoltes qui entraînèrent la démission de l’ancien président Gonzalo Sanchez de Lozada, et du même coup, la preuve que les décisions prises au niveau international se font souvent à l’encontre de l’opinion du peuple.

Ecologie

La nouvelle constitution contient de nombreuses références à la protection de l’environnement et en fait sans doute l’une des plus avancées dans ce domaine. Ainsi l’article 342 élève au rang de devoir de l’état et de la population la conservation et la protection des ressources naturelles et de la biodiversité. L’importance de la nature se reflète dans l’article 112 qui rend les délits contre l’environnement imprescriptibles au même titre, par exemple, que les génocides. Les entreprises, notamment, seront donc amenés à se responsabiliser et ne pourront plus polluer délibérément comme cela se fait toujours dans bien des pays pauvres. Ce principe est érigé de manière générale dans l’article 313-III qui oblige « toutes les formes d’organisations économiques [à] protéger l’environnement ». La constitution se fait plus précise par la suite : « la fabrication et l’utilisation d’armes chimiques, biologiques ou nucléaires sur le territoire bolivien » est ainsi interdite (art 344-I). De même, il est considéré que quiconque réalisera des activités ayant un impact sur l’environnement devra mettre en œuvre des mesures pour en empêcher les effets nuisibles (art 347-II).

Et, alors même qu’en France la question des transgéniques est en plein débat, l’article 408, lui, « interdit la production, l’importation et la commercialisation d’OGM ». Pour mener à bien ces mesures, l’état bolivien pourra s’appuyer sur l’article 383 qui lui permet de prendre « des mesures de restrictions partielles ou totales, temporelles ou définitives sur l’extraction de ressources », mesures devant viser à la sauvegarde et préservation des espèces en voie de disparition. Mais l’état n’est pas le seul garant de la protection de l’environnement puisque l’article 34 offre à chacun le droit de mener une action en justice pour défendre l’environnement. Toutes ces mesures montrent la volonté de l’Assemblée Constituante de faire valoir les enjeux écologiques avant les enjeux économiques tout en offrant de nombreux outils juridiques pour parvenir à ces fins.

Ce texte, si il reste encore à être adopté, s’avère donc être le résultat de nombreuses luttes sociales qui ont su se concrétiser politiquement par l’élection d’Evo Morales, dans un premier temps, puis, par cette nouvelle constitution. Si celle-ci est adoptée, la Bolivie s’apprête à vivre un grand changement comme ce fut le cas au Venezuela et comme cela est en train d’être ébauché en Equateur où le président Correa a déjà obtenu une large majorité lors de l’élection de l’Assemblée Constituante. Il ne reste plus qu’au peuple bolivien de faire son choix



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Présentation de la nouvelle constitution bolivienne
14 janvier 2008 - 20h25

C’est assez cruel de lire cela quand on vit à SarkoLand.

jyd.






REMANIEMENT:CE QUE VOUS N’ENTENDREZ JAMAIS, en toute démocratie, bien sûr !
samedi 11 - 10h17
de : joclaude
1 commentaire
La Sécurité sociale, l’assurance chômage et les retraites en danger !
samedi 11 - 09h12
Çà suffit Mme Obono ! Un peu de sérieux !
samedi 11 - 08h17
de : Christian Delarue
1 commentaire
Je ne suis pas aussi blanc que j’en ai l’air...
vendredi 10 - 23h24
de : Christian Delarue
1 commentaire
Un p’tit coup de bourbon : Remaniement !
vendredi 10 - 15h10
de : joclaude
1 commentaire
La Cour des comptes pointe les errements et la gabegie de la filière nucléaire et de ses premiers de cordée
vendredi 10 - 05h47
de : coordi sud est via JYP
Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
1 commentaire
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
2 commentaires
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires
Elections municipales 2020 : un vote nul ...
lundi 29 - 16h40
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Election Municipale à LYON : l’Humanitaire forcément HUMANISTE ?
lundi 29 - 11h02
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite