Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Combattre la position commune MEDEF, CFDT...direction de la CGT, du 9 avril


de : Patrice Bardet
dimanche 1er juin 2008 - 14h09 - Signaler aux modérateurs
9 commentaires

A propos de la position commune sur la représentativité syndicale : Un coup de force pour un recul social

En 1945 le ministre du travail, Alexandre Parodi reconnaît la représentativité de CGT, CFTC et CGC en prenant en compte l’importance des effectifs et des cotisations, l’expérience et l’ancienneté du syndicat, son indépendance par rapport au patron et son attitude patriotique sous l’occupation allemande. En avril 48 FO est ajouté à cette liste. C’est de cette époque que date la notion de représentativité irréfragable terme de droit qui signifie que cette représentativité a un caractère absolu qui ne peut donc être remis en cause. Le 31 mars 1966 un décret toujours en vigueur, ajoutera la CFDT, issue de la CFTC en 1964 à cette liste des confédérations reconnues représentatives qui seront alors au nombre de 5 : CGT, CFDT, FO, CFTC et CGC.

Représentativité et validité des accords
Tout le monde en convient, cette liste d’organisations représentatives ne correspond plus au paysage syndical d’aujourd’hui. Il fallait la revoir. C’est ce que propose le texte du 9 avril.
Parallèlement ce texte propose de nouvelles règles pour qu’un accord signé par une ou plusieurs organisations représentatives soit reconnu comme applicable. Il s’agit bien d’un autre problème posé à ne pas mélanger avec la représentativité, comme le fait le texte du 9 avril.
On pourrait avoir de bonnes règles de représentativité et de mauvaises règles de validation des accords. De quoi s’agit il ?

Le 11 février 1950, la loi sur les conventions collectives intègre formellement les critères de représentativité au Code du travail mais dans le même temps, elle abolit l’agrément systématique des conventions collectives par le ministère du travail et surtout rend possible la signature de conventions ou d’accords collectifs par un seul syndicat reconnu représentatif, même s’il est minoritaire. Si on veut parler de la validité des accords collectifs c’est cette loi qu’il faut changer. Avant cette loi, par delà la question de la représentativité, tout accord national majoritaire et seulement dans ce cas avait force de loi puisqu’il était agréé.
C’est sous couvert d’accepter de changer partiellement cette règle de validation des accords que le MEDEF fait passer un texte qui attaque le droit syndical, compromet la représentativité des organisations syndicales actuelles et bouleverse même leur nature. Sans prétendre faire ici une analyse exhaustive de ce texte en voici quelques éléments. Le texte du 9 avril

I) Sur la représentativité

I-a) Les critères Le texte, appelé « position commune » et à partir duquel le gouvernement va légiférer, abolit la notion de représentativité irréfragable. Il aurait pu, pour tenir compte du paysage syndical actuel, étendre, sous condition, cette notion à d’autres organisations, ce n’est pas ce choix qui est fait. La représentativité devient réversible. Elle est réexaminée « à chaque nouvelle élection dans les entreprises et tous les 4 ans (…) au niveau des branches et au niveau national interprofessionnel » (art 3-2). Selon l’évolution électorale ou l’appréciation faite du respect des autres critères, une organisation syndicale peut donc perdre sa représentativité, dans une entreprise ou une branche professionnelle.
Pour être reconnue représentative une organisation syndicale doit répondre à 7 critères à la fois : effectifs et cotisations, transparence financière, indépendance, respect des valeurs républicaines, influence caractérisée par l’activité et l’implantation, ancienneté de deux ans, audience aux élections. Répondre à 5 critères sur 7 ne rend donc pas représentatif ce qui, nous allons le voir plus loin, va poser de sérieux problèmes au syndicalisme.

I-b) L’audience électorale
Pour être représentative une organisation syndicale doit obtenir 10% des voix dans l’entreprise et 8% au niveau national (branche ou interprofessionnel). Aujourd’hui nationalement, l’audience se mesure principalement par les élections prud’homales. Si tout n’est pas parfait dans l’organisation de ces scrutins ils ont au moins plusieurs avantages.
Ces élections se déroulent hors entreprise et donc hors de la pression patronale, elles se font hors contexte local, sur la base des choix nationaux et de l’activité des confédérations, mais surtout ce sont les seules élections professionnelles auxquelles participent nombre de salariés travaillant dans des petites entreprises où le syndicat est souvent absent, de même que les DP et CE. Elles constituent donc une bonne image des choix syndicaux des salariés de ce pays.
En choisissant d’appuyer l’audience sur les seules élections au CE ou à défaut DP (art 2) le texte écarte totalement 24,5% des salariés (celles et ceux qui travaillent dans des entreprises de moins de 10 salariés) et une partie importante des 28,7% de celles et ceux qui travaillent dans des entreprises entre 10 et 50 salariés n’ayant aucune de ces deux instances. _ Quand de plus on sait qu’aux élections CE ce sont les non syndiqués qui arrivent en tête on mesure ce que veut dire un tel choix.
Autre élément la représentativité s’appréciant niveau par niveau une organisation comme la CGT, en l’état actuel des choses, perdrait selon ce texte, sa représentativité – et donc sa possibilité de négocier – dans des entreprises comme Eurocopter ou EADS, dans une partie importante du secteur banques et assurances…Il me revient en mémoire cet accord tenté par le patronat et des syndicats largement majoritaires au Crédit Lyonnais dans les années 80, entreprise où la CGT ne représentait même pas 5% des voix, accord qui avait été mis en échec par une CGT qui en avait appelé massivement à l’intervention des salariés. Qu’en serait il aujourd’hui avec un tel texte ? Que pourrait faire une CGT en dessous des 10% et qui de ce fait serait privée de toute information préalable, de toute intervention dans la négociation et de tous moyens ?

I-c) Les questions financières
Le texte indique que la transparence financière s’apprécie au niveau des seules régions, fédérations et confédérations (art 1-5) et que de plus « la représentativité n’emporte d’effets qu’aux niveaux où elle est reconnue » (art3). Comme les 7 critères de départ doivent être tous remplis, cela veut dire en clair qu’en l’état, les seules organisations aptes à désigner des délégués syndicaux sont les régions, fédérations et confédérations. Les UL (unions locales) et UD (unions départementales) si elles ne disparaissent pas, se retrouvent de fait, avec ces dispositions, sous tutelle des fédérations et des régions. Le syndicalisme de proximité et la démocratie syndicale en prennent un sérieux coup.
Sur les conditions financières de représentativité, dans son article 15, le texte précise que les cotisations doivent représenter la majeure partie des ressources syndicales. A priori cela parait logique. Mais comme il est précisé que « les mises à disposition de personnel (…) aux organisations syndicales (…) doivent (…) garantir une transparence financière » (art 15-2) et que celle-ci est l’un des 7 critères, nombre de syndicats d’entreprises en particulier du public vont perdre soit leur représentativité, soit leurs détachements syndicaux. En effet dans le cas (réel) d’un syndicat départemental de la fonction publique qui a 150 adhérents et fonctionne avec un secrétaire départemental qui est détaché à plein temps parce qu’il assume de plus des responsabilités interprofessionnelles, il doit, au nom des toutes nouvelles règles de « transparence financière » et de « sécurité juridique » faire apparaître dans ses comptes à la ligne recettes non seulement ses cotisations mais aussi le salaire du salarié détaché !! Il sera alors bien loin des 50% de part des cotisations…Ce calcul vaut d’ailleurs pour nombre de branches professionnelles.

I-d) Le recul du droit syndical
Aujourd’hui dans une entreprise où le syndicat n’existe pas, si des salariés veulent le créer, ils s’adressent dans la plupart des cas à la structure la plus proche de leur entreprise. Celle-ci nomme un délégué syndical qui bénéficie dans les entreprises de plus de 50 salariés d’un minimum de 10h de délégation et d’une protection contre le licenciement non liée aux résultats électoraux ultérieurs et non limitée dans le temps. Cette responsabilité de DS (comme celle de représentant syndical au CE) n’est pas forcément liée à un mandat de délégué élu. Dans la même entreprise il peut y avoir 5 élus et en plus un DS. Dans les moins de 50 la protection part du jour où le salarié est désigné comme candidat aux élections DP. Il peut être alors désigné comme délégué syndical sans crédit d’heure.
Avec le texte du 9 avril pour créer le syndicat il faut d’abord désigner un représentant syndical (et non un délégué syndical dont il n’a pas les attributions en particulier la possibilité de négocier) qui n’a qu’un crédit de 4 heures et au bout de deux ans la section syndicale de l’entreprise (ce n’est alors pas un syndicat nous y reviendrons) peut se présenter aux premières élections organisées dans l’entreprise.
Comme le texte entérine les élections tous les 4 ans, si par malchance des élections ont eu lieu dans l’intervalle de la désignation du représentant syndical il faudra attendre 4 ans supplémentaires. Mais plus grave, si aux élections le syndicat n’obtient pas 10%, il n’est pas considéré comme représentatif…et le représentant perd ses attributions…et sa protection ! (art 10-1) ! Si la section syndicale obtient plus de10% le DS devra impérativement être désigné dans la liste des candidats aux élections (art 10-3) ce qui traduit un recul de la reconnaissance du syndicat dans l’entreprise et risque de réduire de fait le nombre de militants disposant de moyens et de protection dans l’entreprise ou l’établissement. Ces diminutions de la protection sont peut être sans conséquence pour le syndicalisme « tranquille », il en va tout autrement pour le syndicalisme de lutte.

I-e) Un bouleversement syndical. Si tout le monde s’accorde à dire que ce texte introduit un véritable bouleversement, reste à savoir si celui-ci va dans le bon sens. Pour nombre de dispositions c’est loin d’être le cas.

Ainsi sur la question de ce qu’on nomme la hiérarchie des normes. Aujourd’hui, si un accord local ou national peut améliorer la loi il ne peut en aucun cas la dégrader. Celle-ci constitue un socle minimum. Avec l’article 7 est introduite l’idée, chère au patronat depuis des années, qu’un accord d’entreprise ou de branche pourrait se substituer à la loi. Une illustration de ce contournement de la loi est d’ailleurs donnée dans l’article 17, article qui n’a en principe rien à faire dans ce type de texte et qui indique très tranquillement que des accords de branche pourront être passés pour « dépasser le contingent conventionnel d’heures supplémentaires prévu par un accord (…) antérieur à la loi du 4 mai 2004 ». On peut entourer cette phrase de précautions en y ajoutant derrière la formule « dans le respect des conditions légales », cela ne change rien au fond et surtout permet à une assemblée parlementaire telle que celle que l’on a actuellement d’ouvrir en grand les portes que ce texte entrouvre.
L’article 12 très curieusement titré : « Développement des adhésions aux organisations syndicales » ne peut laisser sans question : depuis quand (et de quel droit ?) le patronat se soucie-t-il du nombre d’adhérents aux syndicats ?
Et de quels syndicats – et surtout de quel syndicalisme – parle-t-on ?
Un coin du voile est levé au 12-2 quand il est écrit : « la réservation de certains avantages conventionnels aux adhérents des organisations syndicales de salariés constitue (…) une piste à explorer ». Un syndicalisme de services à la mode scandinave en lieu et place d’un syndicalisme de lutte ? C’est en tout cas le vœu que Sarkozy exprime dans Le Monde quand il salue cet accord ce qui en soi devrait nous inquiéter.
Aujourd’hui la CGT, entre autres, est régie par la règle du fédéralisme. Dans la pratique cela veut dire que les organisations de la CGT, et au premier rang d’elles le syndicat est maitre d’œuvre des orientations.
C’est ainsi que le congrès national qui se tient tous les 3 ans est le congrès des syndicats (et non celui des fédérations et des départements.)
Pour faire avancer la démocratie et tenir compte au maximum de l’avis des syndiqués, la CGT a toujours poussé pour que les syndicats, organisations de base de la confédération, soient au plus près des salariés, c’est-à-dire dans les entreprises.
Le texte, lui, ne parle que de sections syndicales d’entreprises, qui elles n’ont aucune autonomie syndicale. Cela implique-t-il qu’elles seront alors les sections de syndicats régionaux, niveau nécessaire pour faire les désignations avec la représentativité qu’impose forcément la certification des comptes ?

II) Sur la validité des accords.
C’est quand même ce qui motivait le texte à l’origine et c’est officiellement le principal point mis en avant par ceux qui l’approuvent. Si l’article 5 (à peine ½ page sur 13) avalise l’idée que dans « une première étape » il faudrait 30% des voix pour qu’un accord soit applicable, ce qui est une avancée, il laisse entier la question de la gestion des organismes paritaires où, les organisations patronales étant au même nombre que les organisations de salariés, il suffira toujours qu’une seule signe pour qu’un accord soit appliqué. L’UNEDIC, la CNAF…ne sont pas prêtes de connaître une gestion démocratique !

Tout ça pour ça a-t-on envie de dire !

En conclusion (provisoire) Ce texte dont la CGT a d’ores et déjà – et la première – annoncé la signature est unanimement salué par la droite et le patronat. Il pose outre les questions posées plus haut nombre d’autres qui sont pour l’instant sans réponse. Dans les secteurs de sous-traitance où il n’est pas rare de changer d’employeur tous les deux ans : comment créer un syndicat avec un tel texte ? Comment l’assemblée et les juges interprèteront le critère « respect des valeurs de la République » ? Demander la nationalisation d’une entreprise est ce faire preuve de manque d’indépendance ou de non respect de la propriété privée ?

Ce qui frappe dans l’attitude des dirigeants syndicaux c’est la précipitation à annoncer une signature au point qu’à la CGT nombre d’organisations parlent de coup de force et demandent un CCN [1] extraordinaire pour se prononcer dans la clarté et le respect de la démocratie. Pourquoi se précipiter pour un texte qui vient de loin puisque dès le 5 décembre 2006, Bernard Thibault et François Chérèque leaders de la CGT et de la CFDT avaient envoyé aux présidents de tous les groupes parlementaires une proposition commune d’amendement reprenant les conclusions du Conseil économique et social sur la représentativité syndicale ? Un amendement qui devait permettre de « passer d’une représentativité « irréfragable », qui est contestée comme un privilège réservé à cinq syndicats, à une représentativité « irréfutable » obtenue dans l’entreprise », comme l’avait expliqué François Chérèque. (Le Figaro International du 05 décembre 2006).

Peut être la réponse est, d’une part que les organisations veulent répondre positivement au désir du gouvernement (on se demande bien pourquoi ?) de faire passer ce texte à la session parlementaire de printemps, d’autre part dans cette phrase de l’avis de la CE confédérale : « Ainsi la conjugaison de ces nouvelles dispositions marquerait une rupture (sic !) avec les principes en vigueur depuis plus de 50 ans qui permettaient au patronat de conclure des accords minoritaires… ».

Quand on voit les derniers textes collectifs approuvés majoritairement ou sur lesquels la CGT s’est abstenue on peut estimer plus sûrement que les évolutions syndicales ne font plus craindre au grand patronat des refus majoritaires de signatures sur des grands choix.

Reste que si le texte est adopté en l’état, au-delà du moment de surprise passé, les réactions qu’il ne va pas manquer de susciter sont loin de lui assurer un avenir tranquille. Déjà se profile la bataille auprès des parlementaires et la bataille pied à pied, dans chaque entreprise et chaque branche pour que le MEDEF voie s’écrouler ses rêves de voir s’effondrer le syndicalisme de lutte au profit du syndicalisme institutionnel.

[1] organisme statutaire de direction de la CGT

http://www.rougemidi.org/spip.php?a...


la position commune :

PDF - 70.8 ko

le texte du projet de loi

PDF - 1.1 Mo

Les propositions initiales de la confédération

http://www.cgt.fr/spip.php?page=art...


Remarque personnelles : un texte d’une telle importance aurait du être soumis aux syndicats, pour recueillir leur avis.

La direction de la confédé s’est assise sur le fédéralisme, sur la charte de la vie syndicale, et sur les propositions initiales à la négociation.

Le CCN n’a eu que quelques jours pour se prononcer, les syndicats n’ont même pas eu connaissance du texte !
Certaines UD n’ont pas pu en discuter dans le délai imparti

Ce qu’un CCN a fait -dans des conditions déplorables-, un autre CCN peut le défaire.

A circonstances exceptionnelles - il s’agit d’un tournant majeur pour le fédéralisme CGT- , il faut répondre par un CCN exceptionnel, et mettre en oeuvre la consultation des syndicats

La CGT est tombée dans le "piège à cons" posé par le scandale de l’UIMM, notre direction a négocié le couteau sous la gorge, sans aucunement engager un quelconque rapport de force, acceptant le cadrage du gouvernement, les stratégies de prise de pouvoir internes au patronat

Relire aussi

C’est la guerre : quand est-ce que la direction de la CGT s’en rendra compte ?

Dans cet article, la lettre qu’a fait parvenir le gouvernement aux confédérations.
On ne peut être plus clair :
 institutionnalisation des organisations syndicales via le financement
 abandon de la notion de durée du travail

L’enjeu est considérable, puisqu’il s’agit la de revenir sur 130 ans de règlementation contre un plat de lentilles

Ces questionnements traversent toute la CGT : apparemment pas les "permanents", qui pour un certain nombre ont abandonné la lutte des classes pour la lutte des places

Bon nombre d’entre nous considère l’attitude actuelle des dirigeants de la confédération comme une trahison.

L’adhésion à la CES, le "syndicalisme rassemblé" avec la CFDT, la négociation à tout prix conduiront nécessairement si on continue sur cette voie à la défaite sociale en rase campagne.

C’était vrai
 en 2003 contre la réforme des retraites
 en 2004 contre la casse de l’assurance maladie ( bataille même pas menée : on a fait une "pétition" qui n’a même pas recueilli 1.000.000 de signatures, c.a.d. moins qu’un syndiqué CGT + son conjoint)
 en 2007 contre la l’équarrissage des régimes spéciaux : les communiqués des fédérations sont de la "langue de bois", pour une défaite prévisible dès octobre, dès lors que la direction confédérale a refusé la convergence des luttes et organisé en novembre la division

....

c’est malheureusement vrai en 2008 !

La CGT doit retirer sa signature !



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Combattre la position commune MEDEF, CFDT...direction de la CGT, du 9 avril
1er juin 2008 - 14h21 - Posté par Patrice Bardet

j’ai oublié de préciser que cette analyse fouillée est de Charles Hoareau : loin d’être un anti-cégétiste primaire, mais "pas dans les clous"

Patrice



Combattre la position commune MEDEF, CFDT...direction de la CGT, du 9 avril
1er juin 2008 - 14h49 - Posté par François Pellarin

Merci Parice pour cet article qui fait peur et qu’il faut effectivement combattre.

Aucun problème pour ce qui concerne la loyauté du camarade Charles Hoareau,si il n’y en avait qu’un que l’on puisse suivre les yeux fermés ce serait bien lui.Il a fait ses preuves et continue sans faiblir.Bravo à lui.

François.


Combattre la position commune MEDEF, CFDT...direction de la CGT, du 9 avril
1er juin 2008 - 14h59 - Posté par momo11

Evidement on ne peut soupconner Charles d’anticegetisme.C’est pour tous les militants qui souhaitent la fin du réformisme de la conf ,l’espoir qu’enfin la lutte soit totale ,effectivement nous sommes en guerre contre le monde libéral que représente le merdef et l’ump.La CGT doit retirer sa signature.momo11 fraternellement



Combattre la position commune MEDEF, CFDT...direction de la CGT, du 9 avril
1er juin 2008 - 15h35 - Posté par nazairien

MOI aussi je dis merci pour cette présentation on ne peut plus explicite

Je voudrais que de nombreux internautes viennent sur ce site ,pour

comprendre que l’enjeu est de taille

C’est de l’avenir meme de la CGT en tant qu’organisation de classe dont il

est question

cela me rappelle la réflexion d’un ou plusieurs représentants du parti

socialiste lors du premier septennat de la "gauche" et ceci au moment

des nationalisations ou mise en place des lois Auroux "dit Droits Nouveaux"

"MAINTENANT LA LUTTE DE CLASSE C’EST FINI"



Combattre la position commune MEDEF, CFDT...direction de la CGT, du 9 avril
1er juin 2008 - 16h54 - Posté par nazairien

"NOVATEUR AUDACIEUX CONQUERANT

Tel était le slogan du congrès de la CGT en 1980 à Grenoble

Cela est vrai ,la direction prise par la Confédération est "audacieuse" sans

doute"novatrice" mais nullement "conquérante"

Veut on qu’aujourd’hui la CGT deviennent une Organisation Institutionnelle

qui ne servirait qu’à canaliser les luttes pour rassurer la bourgeoisie

à quand la syndicalisation "obligatoire" et les cotisations retenues sur le

bulletin de salaire

nous sommes très loin des premiers statuts de la CGT qui étaient pour

l’abolition du salariat et du patronat

il est grand temps de réagir et d’interppeler la Direction Confédérale

elle doit prendre l’avis de toute ses instances ( Fédérations et Syndicats )

nous voulons une CGT de Combat pas unE CGT servile



Combattre la position commune MEDEF, CFDT...direction de la CGT, du 9 avril
1er juin 2008 - 17h05 - Posté par nazairien

Rectification

Je me suis trompé NOVATEUR AUDACIEUX CONQUERANT

40ième Congrès de la CGT 26 Novembre 1978 à Grenoble


Combattre la position commune MEDEF, CFDT...direction de la CGT, du 9 avril
1er juin 2008 - 17h53 - Posté par momo11

Au dernier congres c’était"La cgt vous la voulez comment".Pas comme aujourd’hui,ça c’est sur.momo11


Combattre la position commune MEDEF, CFDT...direction de la CGT, du 9 avril
1er juin 2008 - 20h19 - Posté par

Enfin on sort du procès d’intention d’être anti CGT dès que l’on critique les compromissions de la direction !

Autres sujets qui faut regarder avec vigilance , ce sont les rapprochements fusion avec les outils collecteurs et organismes de formation de la CFDT !

C’est surprenant !


Combattre la position commune MEDEF, CFDT...direction de la CGT, du 9 avril
9 juin 2008 - 16h20 - Posté par

C’est vrai que cet accord est un accord signé entre "partenaires sociaux responsables" par une CGT qui s’accommoderait bien d’un syndicat sans syndiqués, service public subventionné exclusivement par le patronat pour cogérer les entreprises en œuvrant à l’adaptation du travail aux besoins du capital , mais je ne suis pas d’accord avec la position de ceux qui le critiquent en interne.

Qu’est-ce qu’on nous dit : "cela va empêcher de créer des sections CGT en nommant un DS dans les boîtes où on est pas implantés", cela va "faire disparaitre un grand nombre de sections CGT dans les boîtes", oui et alors ?
C’est ca le syndicalisme de classe et de masse ?
Se faire nommer DS dans une boîte par un bureaucrate fédéral et avoir (même avec 0 syndiqués et 0% aux élections professionnelles) le pouvoir de signer les accords avec la direction ?
Défendre le maintient de l’existence de section "fantômes" sous la perfusion de l’arrêté scélérat de 1966 et sa prétendue "présomption irréfragable de représentativité" pour le club des 5, alors que des listes sud ou des militants de classe du CGTE-Dalkia doivent carrément appeler les salariés à s’abstenir au 1° tour pour pouvoir se présenter au 2° ?
On va quand même pas défendre l’arrêté de 1966 alors que ca fait des années que nombre d’accords pourris entrent en vigueur dans nos boîtes parce qu’ils sont signés par des purs collabos ne représentant pas les salariés mais qui ont la présomption irréfragable de représentativité !

L’idéal serai la libre présentation des listes dès le premier tour et des délégués syndicaux élus par leur sections, ce n’est évidement pas ce que dit la position commune mais je me refuse de la condamner au nom de la défense du statut quo pourri de 66...

Sachant que la vrai question de la "représentativité" syndicale n’est pas celle des heures de délégations ni du statut de l’élu mais bien du nombre de syndiqués et de la capacité à mettre en place un vrai rapport de force dans l’entreprise pour la défense des intérêts du travail contre ceux du capital.





MICHEL DEBRONDE VIT EN NOUS
mardi 18 - 12h40
de : Nemo3637
Emission : Radio Manif – L’Hôpital saigne !
mardi 18 - 10h29
de : Emission Polémix et La Voix Off
Graeme Allwright est mort (video)
lundi 17 - 21h03
de : jean1
1 commentaire
La délation au service de la pédagogie !!! ???
lundi 17 - 20h55
de : Le moustique socratique
Tita Nzebi, chanteuse humaniste en concert le 28 mars
lundi 17 - 14h39
LE CAUCHEMAR DE DON QUICHOTTE - Sur l’impuissance de la jeunesse d’aujourd’hui
lundi 17 - 12h40
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge 22 février 2020
lundi 17 - 12h04
de : Frank
Boom de l’IA en France : 260 000 microtravailleurs à 21 € par mois en moyenne
lundi 17 - 08h08
Ce que signifie le retour de Lyssenko et pourquoi il faut le combattre !!!
dimanche 16 - 21h39
de : Lepotier
2 commentaires
BOLIVIE - L’enjeu des services privés de santé derrière l’expulsion des médecins cubains.
dimanche 16 - 12h22
de : allain graux
VENEZUELA : LES ETATS-UNIS ACCUSES DE CRIMES CONTRE L’HUMANITE DEVANT LA COUR PENALE INTERNATIONALE
dimanche 16 - 10h17
de : JO
Plaidoyer pour le Rojava - Réflexions d’un internationaliste sur les aléas d’une révolution - ed. Acratie
samedi 15 - 11h58
de : acrate
RETRAITES : le bracage à 72 milliards qu’aucun média n’a vu !
samedi 15 - 10h28
de : JO
3 commentaires
Le Service national universel que le gouvernement veut rendre obligatoire pour les jeunes de 16 ans
vendredi 14 - 18h41
de : Mars
1 commentaire
Deal électoral entre Partis bourgeois traditionnels et l’Alternative für Deutschland/AfD fascisant : La crise politique à
vendredi 14 - 18h34
de : Ollaf
TOULOUSE : Actions Syndicales , la lutte continue ! Et même si Macron ne le veut pas !
vendredi 14 - 16h20
de : JO
POUR UNE ÉCONOMIE LIBERTAIRE
vendredi 14 - 12h01
de : Ernest London
1 commentaire
Fiorina Lignier, Gilet jaune et défigurée : Reportage avec video à voir absolument !
vendredi 14 - 10h19
de : JO
2 commentaires
Animaux, système démocratique inclusif et trajet vers plus de civilisation
vendredi 14 - 03h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Loi travail, gilets jaunes, retraites : « une mise en ébullition de la société française »
jeudi 13 - 08h54
30 ans et deux siècles... C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 13 - 05h46
de : Hdm
1 commentaire
17 Février ?
mercredi 12 - 14h18
de : Martine
2 commentaires
Dérives inquiétantes du secrétaire général du PCF
mercredi 12 - 07h58
de : Jean-Marie Défossé
5 commentaires
QU’EST-CE QUE LE PROLETARIAT ?
mardi 11 - 18h15
de : Nemo3637
Quand la Police(?) et ses "syndicats" se distinguent à nouveau
mardi 11 - 17h10
de : azard
1 commentaire
HISTOIRE
mardi 11 - 12h09
de : Ernest London
Demain : Le syndicalisme de masse contre la destruction néolibérale
mardi 11 - 09h38
de : Christian DELARUE
Morts anti-nucléaire ou pas.
lundi 10 - 16h47
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Licenciements : Les charrettes des condamnés défilent toujours !
lundi 10 - 12h19
de : JO
DU JAMAIS VU ! Par la violence, la monarchie cherche a casser le mouvement lycéen !
lundi 10 - 11h17
de : JO
Retraites : le gouvernement n’en a pas fini avec les grèves
lundi 10 - 08h31
Gilets Jaunes, acte 65 à Bordeaux ou la fascisation du régime !
dimanche 9 - 17h13
de : JO
Agnès Buzyn, Actrice du Buzz !
dimanche 9 - 15h36
de : Claude Janvier
1 commentaire
Gilets Jaunes Acte 65 : Eric DROUET "on ne peut plus bénéficier du Droit Constitutionnel à manifester"
samedi 8 - 18h25
1 commentaire
A l’exemple de Wuhan, la Chine, "l’atelier du monde" , semble à l’arret à cause d’un virus "venu de nulle part"
samedi 8 - 16h25
de : nazairien
2 commentaires
Des hausses et baisses sournoises au 1er Février !
samedi 8 - 11h39
de : JO
17 ans de colères et d’espérances avec Jann Halexander, au Théâtre Michel
vendredi 7 - 23h55
Emission : Radio Manif – Des Gilets Jaunes sont toujours là … Et ils ont fait du chemin !
vendredi 7 - 19h53
de : Emission Polémix et La Voix Off
4 commentaires
Les schleus reprennent leurs vielles habitudes, ils commencent à la frontière belge néerlandaise.
vendredi 7 - 07h05
de : André
12 commentaires
L’intégrité du corps humain est un droit absolu - MRAP
jeudi 6 - 23h36
de : Christian DELARUE

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Suffit-il de n'être jamais injuste pour être toujours innocent ? Jean-Jacques Rousseau
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite