Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’espoir renaît en Europe
de : Jean-Claude Lefort
lundi 16 juin 2008 - 08h15 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

de Jean-Claude Lefort

Le référendum sur le Traité de Lisbonne en Irlande, obligatoire dans l’île alors qu’il a été littéralement "interdit" – c’est le mot qui convient – pour tous les autres peuples européens, donne un résultat sans appel. C’est "non" !

Il en résulte une première conséquence. Dès lors qu’il s’agit d’un traité international celui-ci supposait l’adhésion de tous les pays signataires pour être mis en œuvre. Ce funeste traité n’existe donc plus. Il est mort. Il n’a plus d’existence juridique. Il est "éteint", selon les termes mêmes de la Convention de Vienne relative aux traités, convention qui s’impose de manière impérative à tous.

Pourtant, alors que la démocratie a clairement parlé sur le sol irlandais, des dirigeants européens, qui n’ont cure du peuple et qui n’ont rien appris des "non" français et hollandais, imaginent déjà des scénarii divers pour passer en force, coûte que coûte et imposer ce traité qui n’est plus.

Il est vrai que le Traité de Lisbonne était, en lui-même, un passage en force puisqu’il n’était ni "simplifié" par rapport au projet de Constitution européenne pas plus qu’il n’était "nouveau". C’était, selon Giscard d’Estaing soi-même, en son auguste personne, la même chose.

Ce Traité de Lisbonne, enfant non légitime de Sarkozy, était tout sauf respectueux du suffrage universel. Mais les tenants du « marché libre et non faussé » avaient bigrement faim et n’en tenaient plus de voir deux peuples s’opposer à leurs intérêts colossaux. Quelle audace insupportable que de leur dire « non » ! Ils ne sont pas habitués à être contredits, ces gens-là. Et vint ainsi le Traité de Lisbonne qui était au Traité constitutionnel ce que le pain était à la brioche pour Marie-Antoinette…

Et ils continuent aujourd’hui après le « non » irlandais qui bouscule les plans des dirigeants européens à leur service. On parle « d’arrangements juridiques ». On veut refaire aux irlandais le coup qu’on leur a déjà fait en 2001 quand ils avaient rejeté le Traité de Nice : un petit paragraphe « spécial Irlande » avait alors été rajouté et le tour avait été joué. Pour passer outre la démocratie ils ne sont jamais à court d’idées, ces gens-là…

Il est donc une première exigence à faire valoir : celle consistant à faire entériner l’acte de décès de feu le Traité de Lisbonne et de stopper toutes les autres procédures de ratification prévues. Au reste, un seul mot changerait dans ce traité qu’il faudrait recommencer celles déjà réalisées. Elles l’ont été, par voie parlementaire, sur la base d’un texte qui ne serait plus le même s’il devait être amendé.

Il résulterait de cet « arrangement » envisagé que celle nouvelle ratification posée en France devrait faire prévaloir la voie référendaire puisque la voie parlementaire a encore une fois montré toutes ses limites. Une nouvelle bataille s’ouvre pour l’Europe. Une bataille démocratique.

Car il est un point qui ne peut manquer de faire réfléchir : il est temps de prendre conscience qu’on ne peut pas construire l’Europe de la manière actuelle, c’est-à-dire hors les peuples et contre eux. C’est un point majeur sur lequel personne ne peut plus faire l’impasse désormais. Il ne suffit pas d’affirmer qu’on est « pour » l’Europe pour que cela soit vrai. Il faut nécessairement, pour que l’Union européenne ne soit pas rejetée – et nous tenons au projet de construction européenne –, qu’elle dispose et soit légitimée de l’adhésion des peuples.

Ne sont aujourd’hui des européens authentiques que ceux qui professent, comme nous le faisons, cette conception populaire et démocratique de la construction européenne. Et jouent absolument contre l’Europe ceux qui veulent s’en dispenser. Ceux-là, qui ont toujours le mot « Europe » à la bouche et qui taxent volontiers d’anti-européens toutes celles et ceux qui ne sont pas de leur avis, sont en vérité fondamentalement des « anti-européens ». A les suivre c’est l’idée même d’Europe qui serait mise en cause jusqu’à imploser de ne pas respecter les intérêts populaires et les tenir dans le carcan libéral et l’alignement sur Washington.

Il n’y a pas de chemin plus court ou plus rapide pour construire l’Europe que celui de l’adhésion populaire. Cela seul permettra du solide. Les nations qui composent l’Union sont diverses mais aussi anciennes. « La vieille Europe », comme il a été dit, ce n’est pas le « nouveau continent ». Les traditions de vie et de culture mais aussi de luttes y sont vivantes. L’Europe ne peut pas être le « papier collé » des Etats-Unis. Elle doit avoir son identité et affirmer sa visée propre en interne comme en externe. Elle doit apporter lumière et référence à la civilisation mondiale qui en a bien besoin.

L’Europe ne peut être que celle des peuples ou bien elle ne sera pas. La « Constituante » elle est-là, dans un processus populaire, sinon, les choses étant ce qu’elles sont, on aura bis repetita…

C’est pourquoi, et c’est un second point majeur, le « non » irlandais raisonne en nous comme un « Hymne à la joie ». Car la question est ainsi de nouveau posée : quelle Europe et comment ? Et vient du même coup avec plus de force encore l’idée qu’il y a bien un « plan B » à cette Europe des marchands et des financiers. Une alternative. Ce « plan B » qu’il faut mettre en œuvre maintenant s’appelle tout simplement : démocratie et adhésion populaire !

Contrairement aux propos haineux entendus contre le peuple irlandais, les raisons du succès du « non » sont certes multiples mais aussi dominées par la question sociale. Plus les quartiers qui votaient étaient populaires et plus le « non » l’a emporté. Cela a un sens. Le même que celui qui s’est emparé du « non » de gauche en France.

Il est temps de repenser l’Europe comme espace pertinent de progrès social dans la mondialisation libérale qui jette les peuples les uns contre les autres. Et qui les tirent vers le bas. Quand on sait qu’en 25 ans la part des salaires dans le PIB européen a reculé de 9% au profit du capital, il y a bien de l’espace pour cela et non pas seulement des marges.

Il est temps de mettre l’économie au service des peuples et non l’inverse, en desserrant l’étau de la Banque centrale européenne sur l’économie et en sortant du dogme de la libéralisation de tous les services publics.

Il est temps de repenser l’Europe comme espace de paix et de solidarité internationale et non plus comme un lieu où s’accumulent les armements en état de dépendance atlantique mais aussi les mauvais coups contre les peuples du Sud ainsi que révélés tragiquement avec les terribles émeutes de la faim.

Il est temps, plus que temps, que la démocratie supplante l’économique et le technocratique envahissant. La participation effective des parlements européen et nationaux mais aussi des peuples reste à bâtir. 27 personnes et une kyrielle de technocrates irresponsables à leurs côtés ne peuvent décider seuls de la vie de 450 millions d’habitants.

Bref, après le « non » irlandais une idée neuve de l‘Europe doit s’affirmer qui permette que le peuple européen mais aussi le monde perçoivent enfin que le bonheur existe et qu’il est possible aujourd’hui ! L’Europe tombe des mains de ceux qui la dirigent. Ils sont dépassés. Aux progressistes et aux démocrates européens de prendre désormais leur relais !

La présidence française qui commencera le 1er juillet sera une présidence doublement affaiblie : à cause de ce « non » irlandais et à cause du fait que l’instigateur principal de feu le Traité de Lisbonne n’est autre que le président français qui triomphait hautement et modestement hier. Il est maintenant au pied du mur ce bonimenteur. D’un mur démocratique que ne peut plus dissimuler aucun tour de passe-passe de Monsieur Sarkozy, l’homme qui a fait que l’Europe est désormais en convulsion grave. Pauvre image de France qui ne mérite certainement pas cela…

Jean-Claude Lefort
Député honoraire
Ivry, le 15 juin 2008



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
L’espoir renaît en Europe
16 juin 2008 - 15h23 - Posté par Yvonne38

C’est un vrai soulagement que j’ai ressenti à l’annonce du résultat du référendum Irlandais,tous les peuples sont égaux,normalement,quand on engage leur avenir et celui des générations futures . Mais l’Europe telle qu’elle fonctionne aujourdh’ui ce n’est pas le cas. Il faut donc une autre Europe où tous les peuples soient consultés sur un traité clair compréhensible et qui favorise d’abord ceux qui produisent et qui vivent de leur travail,c’est donc uneEurope à l’opposé de celle qu’on nous propose et que le peuple Français dans sa majorité a rejeté
Je suis d’accord en partie avec les arguments avancés dans l’article.Il ne faut pas laisser torpiller le non Irlandais,comme ils ont osé torpiller le nôtre !
Yvonne 38



L’espoir renaît en Europe
16 juin 2008 - 16h00

Les dépenses communautaires sont illégales et irrégulières

Selon le rapport de la Commission elle-même

par Jean-Yves Crevel

L’aveu est discret, en page 250, du rapport. Mais il en dit long sur le double langage pratiqué par les plus hautes instances européennes. A la presse, M. Barroso déclare "nous avons, au sein de l’Union, des règles budgétaires très strictes. C’est la Commission qui est responsable des dépenses devant le Parlement européen, la Cour des comptes européenne, et les États membres. C’est de l’argent public." (Interview à la Croix du 22 mai 2008)

Mais, dans son rapport officiel, la Commission tient un discours à 180°, sans doute pour amadouer la Cour des comptes européenne qui est en train de travailler sur son rapport pour l’année 2007, :

“ Le 13 novembre, le président de la Cour des comptes a présenté au Parlement européen le rapport annuel relatif à l’exercice budgétaire 2006 . Ce rapport met en lumière quelques améliorations, en particulier dans le domaine des dépenses agricoles. Toutefois, des erreurs continuent à affecter la légalité et la régularité de la majeure partie des dépenses communautaires en raison de faiblesses dans les systèmes de contrôle interne tant à la Commission que dans les États membres. ” (lire la page 250)

Si personne ne réagit, c’est sans doute que ce rapport n’est lu par personne. Pourtant, tout est dit dans cette phrase officielle. Non seulement l’Europe est illégitime en étant imposée aux peuples contre leur gré, mais elle reconnaît par la voix de sa plus haute institution se vautrer dans l’illégalité.

Il faut donc que les pêcheurs qui doivent disparaître, les routiers qui ont déjà disparu, les industriels qui ont dû quitter l’Europe et tous ceux qu’on sacrifie méthodiquement sur l’autel des lois européennes soient conscients que ceux qui imposent ces lois destructrices reconnaissent officiellement s’affranchir de la légalité dans la majeure partie de leur dépenses !

Dans ces conditions, peut-on continuer à faire semblant en continuant à négocier telle ou telle mesure avec l’omnipotente et illégale Commission sans devenir complice d’un système intrinsèquement dictatorial ?

La réponse s’impose. Face à une dictature, il n’y a qu’une attitude possible : la combattre.

Dernièrement, on me faisait valoir que le peuple français aurait une responsabilité historique vis à vis des peuples européens qu’il avait entraînés dans cette galère en étant un pays fondateur de l’Europe ; que cette responsabilité nous interdisait de militer pour la sortie de la France de l’Union européenne.

Je répondais évidemment qu’une guerre se gagne bataille par bataille, et que la sortie de la France, en déclenchant très certainement l’effondrement rapide de cette prison de peuples, sera décisive. J’ajoute aujourd’hui que la meilleure façon d’assumer cette responsabilité historique consiste précisément à détruire cette prison.

Il faudra ensuite que chaque nation redevenue libre renoue avec une profonde exigence démocratique et choisisse librement sa voie. Le rassemblement libérateur concerne tous ceux qui sont attachés à la liberté et à la démocratie, quelles que soient par ailleurs leurs préférences politiques, plus sociales pour les uns, plus libérales pour les autres. Anticiper sur ces discussions qui viendront en leur temps ne conduit qu’à la division, donc à l’immobilisme et à nier aux peuples la possibilité d’opérer de vrais choix après avoir retrouver leur liberté.


Post-scriptum :

For the attention of our english and irish friends :

Court of Auditors

Annual report

On 13 November the President of the Court of Auditors presented its annual report for 2006 to the European Parliament (4). The report notes a number of improvements, especially with regard to agricultural expenditure. But it says that the legality and regularity of most Community expenditure continues to be affected by errors/

, owing to weaknesses in the internal controls at the Commission and in the Member States.

page 234

Sources Decap’actu

http://www.decapactu.com/spip/artic...



L’espoir renaît en Europe
16 juin 2008 - 16h48 - Posté par ano

Ce qui ressort de cela, c’est qu’une nouvelle fois la notion de vote va a nouveau être réduite en poudre.
On sait déjà à l’avance qu’il va avoir des dispositions prises pour que ce vote soit annulé.
En terme politique poli, on appelle cela un coup d’état permanent.
En Terme moins poli, du fascisme "doux".



L’espoir renaît en Europe
17 juin 2008 - 10h41 - Posté par

Jean-claude Lefort prône l’Europe des peuples,en soi c’est une bonne idée.Mais je lui fais remarquer que L’union soviètique a imploser,que les Etats-Unis se posent la question de l’autonomie véritable de chaque Etat au Vermont,en Caroline du sud,au Texas,en Californie,que les Etats Africains et moyens-orientaux n’arrivent pas à s’unir,que L’inde se trouve dans une situation délicate dans son fédéralisme,que la Chine tient son unité par un pouvoir autoritaire....

Je ne crois pas à L’Europe des peuples car la sociologie et pratiques culturelles et sociales sont très différentes d’un peuple à l’autre. L’Utopie Européenne n’est pas simplement dû au Capitalisme,elle est une utopie intellectuelle de quelques penseurs sans prise directe avec les peuples dans leur diversité régionale,y compris en France (Bretons- Basques- savoyards- alsaciens- chtimis- auvergnats- catalans- berrichons). L’Europe sociale que les communistes veulent promouvoir se heurtent à cette réalité historique,il faut donc déjà abattre le pouvoir bourgeois dans chaque pays d’Europe avant d’essayer la mise en place de cette utopie européenne.La force de l’exemple dans un pays ne fait pas forcément "boule de neige",nous l’avons vu avec la guerre froide et la fin du mur de Berlin et l’offensive actuelle du capitalisme mondialisé. L’internationalisme prolètarien a éclaté et le chacun pour soi est la règle.Si le ’Non" à l’Europe devient populaire,malgré la campagne médiatique pour le oui, c’est que chaque peuple veut préserver son identité et sa propre marche historique vers le progrès social et vers la socièté communiste de l’avenir.On ne peut obliger un peuple à courir plus vite qu’il ne peut.Les dirigeants capitalistes le savent et c’est pour ça qu’ils courcicuitent les Etats-Nations au profit des Multinationales indépendantes des pouvoirs politiques.

Les révolutionnaires que nous sommes doivent plutôt se concentrer sur le devenir de chaque nation dans sa composante économique et sociale pour faire triompher la socièté communiste à la mesure du "vouloir" de chaque peuple et à son rythme.La France n’est pas l’Allemagne, L’Italie n’est pas l’Espagne etc ......... Alors L’Europe souhaitée par Jean-claude Lefort pourra se confédérer sur un ou deux siècles à condition que la socièté communiste s’installe progressivement par la force de l’exemple social et démocratique,tout le contraire de ce qui s’est passé en Union Soviètique et dans les pays de l’Est européen.L’expérience amorcé en Amérique Latine aujourd’hui à l’initiative du Vénézuèla de Chavez prouve la difficulté de faire travailler ensemble des peuples aux racines historiques très diversifiées et même divergentes .La force de l’exemple de Cuba aide mais ne précipite pas le mouvement historique d’évolution progressiste .......La résistance au changement est une donnée de base de la psycho-sociologie .....Le capitalisme le sait et adapte ses choix à cette nécessité , quand il n’en tient pas compte comme l’équipe Bush il va à l’échec..Les communistes doivent aussi en tenir compte dans leur combat révolutionnaire sinon ils subissent des échecs comme en Union Soviètique et dans certains pays d’Afrique et au Chili d’Allende....

L’Europe des peuples c’est un slogan creux qui empêche de raisonner "National" pour un travail d’émancipation au plus près du terrain local.L’exemple d’Une Académie Française qui repousse les langues régionales prouve le déphasage des "élites" avec les réalités d’une Nation vieille comme la France ...Alors l’Europe reste un concept sans valeur historique et elle est simplement une occupation idéologique de quelques dirigeants politiques et intellectuels très loin des préoccupations populaires .......

bernard Sarton,section d’Aubagne





A propos d’orages et de boussoles
vendredi 20 - 18h16
de : Paroles Libres
Existrans - Face à la transphobie : organisons la résistance !
vendredi 20 - 18h10
de : Relations extérieures de la CGA
Sinutra, le lait caille !
vendredi 20 - 01h48
de : Carland
Quand Charlie-Hebdo déconne.
jeudi 19 - 18h05
de : L’iena rabbioso
VIE ET MORT DU CHE / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 19 - 10h07
de : Hdm
Ibiza, Bali ou Les Maldives ? Et toi où pars-tu avec ton chômage ?
jeudi 19 - 09h16
1 commentaire
EMILIANO ZAPATA
jeudi 19 - 08h13
de : Ernest London
Le franco-gabonais Jann Halexander en concert ’A vous dirais-je’ au Gouvernail 3 et 4 novembre 2017
mercredi 18 - 20h35
de : Bruno
Pétrograd rouge
mercredi 18 - 19h06
de : Bernard
CAMPAGNE BDS FRANCE
mercredi 18 - 09h16
de : jean 1
Le psy
mercredi 18 - 02h27
de : Caarland
1 commentaire
Spectacle ’CLAIR DE LUNE’ 3/02/2018 au Café de la Danse, avec Tita Nzebi
mercredi 18 - 01h17
de : Bruno
LA BATAILLE DE PARIS - 17 octobre 1961
mardi 17 - 22h13
de : Ernest London
MACRON, Le « PETIT TELEGRAPHISTE » ET FIER DE L’ETRE, de FRAU MERKEL
mardi 17 - 10h11
de : Floreal
Lettre ouverte d’un apprenti au Président de la République
mardi 17 - 09h02
de : Un apprenti
2 commentaires
Communiqué conjoint des syndicats de l’éducation CGT, CNT et Sud sur les arrestations et les humiliations subies par deu
mardi 17 - 07h38
de : jean 1
Interview d’Eric Beynel (Solidaires) : « Nous sommes dans la construction d’un appel unitaire en novembre. »
lundi 16 - 18h37
1 commentaire
Manifestation des victimes de l’amiante
lundi 16 - 15h38
de : blanval
NOUS NE FERONS PAS MARCHE ARRIÈRE - Lutte contre la frontière franco-italienne à Vintimille
lundi 16 - 11h46
de : Ernest London
Socialisons l’espace économique !
dimanche 15 - 22h19
de : LE BRIS RENE
Soutenons le combat de Georges Abdallah !
dimanche 15 - 21h33
de : [Tien/1] Bagnolet
Retour vers le passé
dimanche 15 - 11h21
de : Irae
CGT : syndicat nucléaire.
samedi 14 - 23h29
de : L’iena rabbioso
5 commentaires
Objet de luxe 1 santé zéro
samedi 14 - 12h22
de : Irae
1 commentaire
LES PRÉDATEURS DU BÉTON : Enquête sur la multinationale Vinci
samedi 14 - 07h11
de : Ernest London
Ordonnances Macron Mobilisons nous le 19 octobre !!
vendredi 13 - 12h47
de : La CGT
2 commentaires
Ne jamais lâcher le fil de l’eau
vendredi 13 - 11h18
de : Jean-Luc Mélenchon
Pourquoi le drapeau européen est-il bleu avec 12 étoiles dorées en cercle ?
vendredi 13 - 11h13
de : Philippe Vandel
3 commentaires
Conflit d’intérêts : cette décision de la ministre Agnès Buzyn qui a bien fait les affaires de son mari
vendredi 13 - 11h09
de : Étienne Girard
Pétition : Procès en appel de Frédéric (4 mois ferme en 1ère instance)
vendredi 13 - 10h44
Le Média appartiendra à ses « socios »… c’est-à-dire nous !
vendredi 13 - 01h45
de : Pierrick Tillet
2 commentaires
Les médicaments génériques, c’est de la merde. Preuve par le lévothyrox
vendredi 13 - 00h47
de : André
Encore un suicide d’un camarade Goodyear, le 16ème... FAUT QUE CELA CESSE .....
jeudi 12 - 23h40
de : Mickael Wamen
5 commentaires
François Fillon placé sous le statut de témoin assisté pour "escroquerie aggravée" dans le PenelopeGate
jeudi 12 - 22h16
VIDÉO - Cattenom : des militants de Greenpeace ont pénétré tôt ce matin dans l’enceinte de la centrale nucléaire
jeudi 12 - 22h07
de : Thomas Jeangeorge
1 commentaire
Radio Palestina Libération RPL, l’actualité de la question palestinienne
jeudi 12 - 19h44
de : Palestine Solidarite
La torture est de retour en Turquie
jeudi 12 - 18h54
"Abruti" : Trump choque son administration en voulant décupler les têtes nucléaires
jeudi 12 - 17h12
Un peu de respect, bordel de merde !
jeudi 12 - 15h04
de : Jean ORTIZ
Définissez objet de luxe vous avez une heure
jeudi 12 - 14h56
de : Irae

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les hommes se sont donnés des chefs pour défendre leur liberté ! Jean-Jacques Rousseau
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Télévision. «  Pour le Che, la guérilla devait avoir ses propres médias  » (vidéo)
lundi 9 octobre
de Laurent Etre
1 commentaire
Un documentaire Che Guevara, naissance d’un mythe, qui met l’accent sur le rapport du guérillero-ministre à sa propre image et le rôle potentiellement révolutionnaire des outils d’information. Entretien avec son auteur, Tancrède Ramonet. Votre documentaire s’intitule Che Guevara, naissance d’un mythe. Qu’entendez-vous par «  mythe  »  ? Tancrède Ramonet Je l’entends au sens de Roland Barthes, qui définissait le mythe comme un « (...)
Lire la suite
Video live : grève générale, la foule est immense à Barcelone
mardi 3 octobre
Le cortège, immense, impossible d’en distinguer le début ou la fin. Plus des 87% des travailleurs sont en grève générale, affectant tous les secteurs d’activités.
Lire la suite
Avec ses ordonnances Travail, Macron a réussi à nous refourguer… le CPE pour tous
dimanche 1er octobre
de Thomas Vampouille
Les ordonnances voulues par Emmanuel Macron pour réformer le code du travail facilitent sensiblement le licenciement d’un salarié en CDI ayant moins de deux ans d’ancienneté. Et les indemnités prévues ne sont pas lourdes. Finalement, Marianne a calculé que cela revient au même que le fameux CPE que la rue avait fait enterrer. En pire, même… C’est la ministre du Travail elle-même qui nous mis la puce à l’oreille. Si vous ne l’avez pas vu, Muriel Pénicaud (...)
Lire la suite
Travail : ton univers impitoyable - Cash investigation (video intégrale)
jeudi 28 septembre
Les enquêtes de l’émission présentée par Élise Lucet se sont concentrées sur Lidl France et Free, mettant en avant la souffrance au travail et les licenciements avec des séquences parfois choquantes.
Lire la suite
Oui tous ensemble le 28 septembre avec les retraité-e-s
jeudi 28 septembre
de UCR Union Confédéral des Retraités
Parce qu’une fois de plus le gouvernement s’attaque à leur pouvoir d’achat, aux services médicaux et sociaux, neuf organisations appellent les retraité-e-s à se mobiliser dans les départements sous des formes diverses le 28 septembre. Haro sur le pouvoir d’achat des retraités Au printemps dernier plus de 12 000 retraité-e-s se sont exprimé-e-s dans une enquête lancée par nos organisations. 80 % des personnes retraitées indiquent que leur situation financière (...)
Lire la suite
Soutenez la création d’un nouveau média citoyen (video)
mardi 26 septembre
2 commentaires
Signez cette pétition ici : https://www.change.org/p/media-citoyen Quand l’information et la culture sont trop souvent traitées comme des marchandises, quel rôle les citoyen·ne·s peuvent-ils encore jouer pour faire vivre le pluralisme et le débat ? Cette question appelle une réponse qui ne saurait attendre. Un peu partout, des millions de gens s’investissent et agissent sur leur quotidien sans attendre le bon vouloir des pouvoirs publics et à contre-courant des puissances (...)
Lire la suite
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 septembre
de Jean-Luc Mélenchon
Le samedi 23 septembre 2017, 150 000 personnes se sont rassemblées place de la République pour s’opposer au coup d’État social d’Emmanuel Macron. Jean-Luc Mélenchon a expliqué que la bataille contre les ordonnances de Macron ne faisait que commencer et a appelé la jeunesse à se mobiliser. Il a lancé un appel aux organisations syndicales pour qu’elles prennent la tête d’une ample mobilisation à laquelle les insoumis apporteront leur (...)
Lire la suite