Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’étrange « antidote au découragement » de David Grossman


de : Yves Lemarié
vendredi 28 mai 2004 - 20h23 - Signaler aux modérateurs

Courrier postal envoyé le 27 mai 2004 à Monsieur Laurent Neumann, Directeur de la rédaction, Marianne

Copie à Madame Elisabeth Lévy

Monsieur le Directeur,

Dans l’édition du 10 mai, votre journal Marianne consacre deux pages à une interview de David Grossman, écrivain israélien. Je me permets de vous faire part de remarques que la lecture de l’entretien m’a inspirées.

Tout d’abord, pour s’exprimer, David Grossman emploie à 35 reprises la première personne du pluriel (22 « nous » et 13 « notre » ou « nos »). Presqu’à chaque fois, cette première personne du pluriel désigne non pas les Israéliens, non pas l’ensemble des habitants de la Palestine mandataire (Israéliens et Palestiniens), non pas l’humanité en général, non pas un groupe de réflexion mais uniquement les juifs israéliens ou peut-être plus généralement les juifs (« ce qu’Israël pourrait signifier pour nous, juifs »). Manifestement, David Grossman réduit son identité à la seule dimension juive.

C’est bien comme « Etat juif », « Etat national juif » et « Etat-nation juif » qu’il présente ce que doit être l’Etat d’Israël. Pour autant, il ne prend pas le soin de véritablement définir le concept d’« Etat juif » ni surtout d’expliquer quelle est la place que peut bien accorder un tel Etat à ses citoyens non juifs. Tout au plus, se contente-il, entre l’évocation de l’« histoire singulière et tragique » juive et celle « des aspects les plus tragiques de l’histoire juive », de mentionner la nécessité d’apprendre à être « tolérants et égalitaires envers les non-juifs ». Mais il n’illustre pas, par des exemples concrets, cette allusion à la discrimination pratiquée envers les non-juifs dans l’Etat d’Israël et il n’indique aucune piste, aucun moyen qui permettrait de répondre à la nécessité d’égalité.

David Grossman déclare : « du fait de notre histoire singulière et tragique, parce que le monde a échoué à protéger les juifs dans l’histoire, nous avons besoin d’un endroit à nous, un endroit où inscrire notre héritage, vivre selon nos valeurs ». Bien qu’invoquant l’histoire de l’ensemble des juifs, son affirmation ne concerne manifestement que les seuls juifs israéliens puisque, par exemple, les français juifs n’ont pas besoin d’un endroit « à eux », la république française leur suffisant amplement pour mener une vie citoyenne. Par ailleurs, Grossman semble ignorer qu’à l’endroit qu’il désigne comme étant « à nous » (les juifs israéliens), vivaient et continuent de vivre des non juifs pour lesquels, on les comprend, l’endroit est aussi à eux. D’ailleurs, plus loin dans l’interview, son interlocutrice Elisabeth Lévy rappelle clairement que « [les] Palestiniens [ont été] chassés de chez eux », c’est-à-dire de « l’endroit à nous » de Grossman.

Le lecteur ne peut savoir sur quels principes, David Grossman fonde sa réflexion puisque dans l’interview, quand il est confronté à des questions de morale ou de logique, il revendique à la fois un « droit à [une] singularité » et une irresponsabilité fondue dans l’anonymat d’un « toutes les nations naissent sur un terrain moralement mouvant » qu’il invoque en réponse à la question de l’injustice commise par « l’Etat juif » lorsqu’il fut créé sur le territoire habité par les Palestiniens. D’ailleurs, les trois fois où David Grossman emploie, dans l’interview, les mots « justice » et « injustices » méritent d’être relevées. Tout d’abord, sur les responsabilités du sionisme dans le conflit, il déclare « beaucoup d’injustices ont été commises en 1948 et avant » sans préciser de quelles injustices il parle ni par qui et contre qui elles auraient été commises et il évacue totalement la question de l’injustice en déclarant qu’on retrouve des injustices originelles chez « toutes les nations ». Puis, il introduit, de lui-même et sans le justifier, le concept inattendu de « justice absolue » qui lui permet d’expliquer qu’en la recherchant, « nous n’aurons jamais la paix ». Pourtant, rechercher la justice n’est pas nécessairement une quête de l’absolu. Enfin, il invoque son point de vue « d’écrivain » pour affirmer qu’« il n’y a pas une seule justice ». Dans l’ensemble, David Grossman considère donc que l’idée d’une justice un tant soit peu universelle n’est pas utile dans le conflit qu’il évoque. Il est vrai que la référence à l’universel semble être inexistante chez celui qui attache tant d’importance à sa seule identité juive (« un endroit à nous », « notre histoire », « nos valeurs »).

Après avoir expliqué la « signifi[cation] » de la création d’un « Etat juif » en rappelant que le « monde a échoué à protéger les juifs dans l’histoire », David Grossman nous apprend, un peu plus loin, que « le problème est que [la création d’Israël] a été considérée [par la communauté internationale] comme un acte moral, une réparation […] après la Shoah ». S’il était logique avec lui-même, cet intellectuel conviendrait que, selon lui, le « problème » de « l’Etat juif » découle directement et exclusivement de sa « signifi[cation] ».

David Grossman se désole de ce qu’ « Israël [soit] le seul Etat dont l’existence est toujours conditionnelle » et il enchaîne un « je ne peux pas l’accepter ». La solitude de « son » Etat n’est pas aussi totale qu’il l’affirme puisque l’existence de l’Etat palestinien est soumise à des conditions beaucoup plus exigeantes que celle de « l’Etat juif », à tel point que cet Etat palestinien n’existe toujours pas et que le territoire qui lui serait éventuellement attribué est toujours totalement occupé par l’armée de l’Etat d’Israël. David Grossman rappelle que, selon lui, « l’Etat palestinien […] a beaucoup moins de justification historique » que l’Etat d’Israël, ce qui laisse penser qu’il peut accepter que la création effective de cet autre Etat soit, elle, indéfiniment reportée.

Interrogé sur la capacité des Israéliens à comprendre le « point de vue des Palestiniens » et sur l’obstacle que cela représente pour la paix, David Grossman répond qu’il « ne voi[t] pas de possibilité » à ce sujet en invoquant la fatalité puisque « c’est très difficile de changer le cœur des hommes quand ils sont terrifiés ». Comme, même s’il ne le rappelle pas, les Palestiniens ont au moins autant de raisons que les Israéliens d’être terrifiés (les Palestiniens n’ont pas d’armée pour les protéger, ils sont occupés, colonisés, soumis à un blocus cruel et ont trois fois plus de morts que les Israéliens), l’approche de David Grossman revient à considérer que le conflit ne s’arrêtera que lorsque le plus fort aura totalement vaincu l’autre. Il renvoie même les questions sur la compréhension du point de vue de l’autre à un « quand la paix sera conclue » sans expliquer quand et comment elle pourrait parvenir dans ce contexte de totale incompréhension auquel il s’est résigné.

Lorsqu’il déclare « je ne laisserai pas qui que ce soit décider pour moi de ce qui est normal ou de ce qui devrait l’être ! », David Grossman apprend au lecteur qu’il refuse de se soumettre à la moindre norme collective et revendique une liberté absolue, pourtant difficilement compatible avec la notion de responsabilité.

David Grossman affirme qu’« Arafat n’est pas un partenaire fiable » tout en concédant un « et peut-être ne sommes-nous pas fiables non plus ». Plutôt que de se poser des questions qui ne peuvent pas avoir de réponse (savoir si on est « fiable » n’a pas grand sens si on ne précise pas par rapport à quoi la question de la confiance est posée), cet intellectuel aurait pu commencer par examiner si cela a un sens d’envisager les relations occupants-occupés sous l’angle du partenariat.

Bien entendu, en tant qu’intellectuel, David Grossman tient des propos qui se veulent constructifs. Mais il le fait en se cantonnant à de plates généralités abstraites sans jamais tenter de les connecter avec des faits concrets ou des propositions d’action : « nous ne pouvons nous permettre le luxe du désespoir », « nous pouvons changer notre situation et offrir à nos enfants une vie meilleure que celle que nous avons eue c’est le devoir de toute génération. »

La lecture de cet interview ne permet pas de voir en quoi les « réponses [de David Grossman] [...] constituent un antidote au découragement » face au « chaos » « entre Israéliens et Palestiniens » comme l’annonce pourtant votre journal. David Grossman, présenté comme « l’un des concepteurs des accords de Genève » qui « ont ouvert le chemin de la paix », ne parle à aucun moment de ce texte de Genève, ni de son contenu, ni de la façon dont ce document, théorique sur les questions clés comme celle de l’évacuation des territoires occupés, pourrait être réellement appliqué. En réalité, dans cet interview, cet intellectuel ne propose rien pour permettre d’aboutir à la paix. Au contraire, un intellectuel engagé pour trouver une solution au conflit israélo-palestinien s’attacherait à dépasser la seule appartenance à un camp (« nous »), s’interrogerait sur la signification des normes collectives (au lieu de décider de s’en affranchir totalement), s’intéresserait à des principes universels qui pourraient réunir ceux qui s’affrontent aujourd’hui et prendrait garde à ne pas oublier les questions concrètes (aucune mention du mur de séparation, des blocus, de la colonisation).

La mise en perspective de cet interview laisse surtout penser que, selon la rédaction de Marianne, la recherche de la paix peut se limiter à l’approche autiste et abstraite d’un intellectuel aujourd’hui conformiste.

Je vous prie, d’agréer, Monsieur le Directeur, l’expression de mes sentiments distingués.

http://www.presse-palestine.org/art...



Imprimer cet article





Dictature sanitaire : qui manipule qui ?
samedi 26 - 17h53
de : Claude Janvier
lancement initiative citoyenne européenne pour des revenus de base - collecte de signatures
samedi 26 - 09h01
de : angela anaconda
1 commentaire
Badges, signes : brève position syndicale
vendredi 25 - 15h46
de : Christian Delarue
7 commentaires
Action-fête de soutien aux grévistes de l’Hôtel Ibis Batignolles
vendredi 25 - 14h41
de : Alain Collet
1 commentaire
COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
1 commentaire
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
6 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite