Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

RAFFARIN, NOUS ALLONS NOUS OPPOSER A VOTRE REFORME
de : #Oime
mardi 13 mai 2003 - 10h28 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

VOICI POURQUOI, M. RAFFARIN, NOUS ALLONS NOUS OPPOSER A VOTRE REFORME

Il y a d’abord, M. le Premier ministre, un point qui nous chagrine, nous irrite ou nous exaspère, c’est selon. Le caractère, l’humeur du moment ou le montant de la paie. Comment pouvez-vous avoir l’audace d’exiger des Français un effort en matière de retraites sans vous l’appliquer à vousmême et aux gens de votre rang ? Nous n’avons pas oublié que, votre gouvernement à peine formé, vous avez procédé à une substantielle revalorisation du traitement des ministres, de près de 70% ! Nous n’avons pas non plus oublié le départ à la retraite de M. Juppé, énième illustration des privilèges parlementaires. Et comment pourrions-nous perdre de vue l’insolent et régulier étalage des salaires, stock-options, golden parachutes et autres retraites somptueuses de nos grands patrons ? Pourquoi, vous généralement si prompt à discourir sur l’équité, êtes- vous à ce propos tellement silencieux ? Si vous souhaitiez réellement une juste réforme, le minimum, M. Raffarin, aurait été de veiller à ce que tout cela soit mis sur la table.

Un autre sujet qui nous mécontente beaucoup, c’est votre façon de discuter. La méthode, comme l’on dit. Depuis votre entrée à Matignon, vous n’avez eu de cesse de vous présenter comme l’homme de la France d’en bas, soucieux de proximité, de dialogue social. Et que faites- vous quand arrivent les choses sérieuses ? Rien, en définitive, que de la basse politique et de l’autisme : une réforme dont il faut attendre des mois la teneur exacte, soit autant de temps perdu pour une étude et une négociation sérieuses ; un projet quasi bouclé, sans autre " ouverture " que des miettes à distribuer ; un souverain mépris pour toutes les propositions alternatives qui vous ont été présentées, qu’elles émanent des syndicats ou d’autres sources. Irréalistes, le retour du privé à 37 années et demi de cotisation, l’intégration des primes des fonctionnaires en échange du passage à 40 ans, le minimum de pension à ’00% du SMIC ou une meilleure prise en compte de la pénibilité du travail ! Bref, tout ce qui ne vient pas de vous est toujours impossible, toujours pas sérieux, trop coûteux ! Alors même que les ressources sont là, à portée de main, à réfléchir et à panacher : augmentation des cotisations sur le travail, modulation des taux en fonction du recours de l’entreprise à l’emploi précaire, instauration d’une cotisation vieillesse sur les transactions financières, les revenus boursiers, la consommation, création d’une taxe sur les ventes d’armes, etc. Par ailleurs, on ne vous a guère entendu parler, dans votre prétendu " grand chantier ", des retraites des petits commerçants, artisans ou paysans dont nul n’ignore les modestes montants. Enfin, comment ne pas dire et redire que vous avez omis d’associer à vos " consultations " un invité pourtant bien naturel : les jeunes ? ! Ceux-là même qui payeront demain nos retraites. Quel symbole que cet oubli, M. Raffarin, de votre manque de bon sens et de votre esprit si peu démocratique !

Mais venons-en au point central de votre réforme. Vous souhaitez, à partir de 2008, aligner la durée de cotisation du public sur le privé, puis allonger pour tous cette durée à 4’, 42 ans. Avec, à la clef, une baisse des pensions et retraites que l’on évalue de 20 à 30%, des jeunes qui, compte-tenu de leur entrée tardive sur le marché du travail, vont devoir travailler jusqu’à 65 ou 70 ans, et des chômeurs et précaires soumis, en quelque sorte, à une triple peine : choc du licenciement, recherche épuisante d’emploi, retraite au montant forcément amputé. Ni les fonctionnaires, ni les salariés du privé, ni les précaires des deux secteurs, ni les chômeurs, jeunes ou âgés, n’ont mérité, M. le Premier ministre, pareil traitement, pareille régression sociale ! En outre, qui ne voit qu’avec une telle baisse des pensions et retraites, la voie sera ouverte, de fait, aux fonds de pension ? Pour ceux, bien entendu, qui auront les moyens d’y souscrire et avec tous les aléas boursiers que l’on sait. Mais c’est incontestable, si votre réforme venait à passer, le piège se refermerait. Le droit à une vie, décente et digne, après le travail, garanti par la contribution de tous, deviendrait de plus en plus un produit. Lucratif pour les marchands, généreux pour une petite minorité, appauvrissant et insuffisant pour le plus grand nombre.

Il y a enfin, M. Raffarin, que nous ne vous voyons que trop bien venir. En cas de succès, il ne fait pas le moindre doute que vous serez, demain, encore plus agressivement libéral que vous ne l’êtes déjà : sur la Sécurité sociale dès le deuxième semestre 2003, sur les régimes de retraite des entreprises publiques ou la sécurité d’emploi des fonctionnaires un peu plus tard, sur les privatisations tous azimuts que vous négociez dans le cadre de l’Union européenne ou de l’Accord général sur le commerce des services à l’OMC. Votre réforme, nous le savons, n’est que l’une des pièces d’une offensive mondiale qui dure depuis maintenant plus de vingt ans et se nourrit, partout, de ses victoires ou grignotages successifs.

Voilà pourquoi, M. le Premier ministre, nous allons nous opposer à votre réforme et chercher à en imposer une autre, solidaire, démocratique et moderne. Une réforme où tout soit mis sur la table, où tous soient dignement traités, et sans le dogmatisme idéologique dont vous faites preuve. Il ne faudrait surtout pas croire que parce que vous avez été confortablement élu dans les conditions que l’on sait tout vous soit permis. Nous allons, dès demain et aussi longtemps qu’il le faudra, vous le faire entendre.

Collectif L3R de " La Lettre-réponse à Raffarin sur les retraites " Allard Laurence, universitaire Alphandéry Marc, consultant Alphandéry Pierre, chercheur Audéon Claude, retraitée Azaïs Christian, universitaire Balazard Sophie, comédienne Banchet Jocelyne, secrétaire d’administration Belkhiria Clorinda, retraitée Bitoun Pierre, chercheur et écrivain Bonnet Philippe, enseignant dans le privé Bonnin-Guirlin Françoise, responsable de direction académique Boulé Brice, surveillant de prison Broquet Yvonne, retraitée Canal Cécile, fonctionnaire au ministère de la Justice Caquetet Jean, retraité Carlier Jean-Marie, enseignant Carpentier Anne, journaliste et chef d’entreprise Cendras Sylvie, auxiliaire de puériculture Chabal Lucien, chercheur Chabal Mireille, enseignante Chanial Philippe, universitaire Cleyet-Marel J.-C., chercheur Collomb Annette, rédactrice en indépendant Combres Félia, enseignante Constantin François, retraité Costecalde Tristan, étudiant Cugno Justine, enseignant-vacataire et à la recherche d’un emploi Cugno Lionel, employé dans l’hôtellerie Cuttaïa Michèle, retraitée Cuttaïa Stéphane, animateur socioculturel Dauphiné Bernard, directeur d’école Debèse Bénédicte, éditrice Décup Fabienne, professeur Delatre François, cadre commercial Delobel Pierre, technicien de recherche Delsol Alain, enseignant Derache Frédérique, institutrice Diaz Serge, cadre commercial Diop Fatma, mère au foyer Domergue Odile, assistante ingénieur Dreyfus Sylvie, documentaliste audiovisuel Dumoulin Thierry, technicien informatique Dufresne Sylvie, enseignante Espuela Leandro, ouvrier Fache Alexandre, journaliste Fache Catherine, enseignante Fortier Agnès, chercheuse Frémont Dominique, musicien Galaup Alain, artiste-peintre Gazonnois Jean-Claude, ouvrier Geiss Bruno, BTS technico-commercial et demandeur d’emploi Gonzalez Laurent, traducteur en entreprise Gouin Françoise, chef de service dans le privé Grandjean Pernette, universitaire Guirao Anne, technicienne de recherche Hamchari Marie, ingénieur d’études Harster Alain, inspecteur du travail Hietter Jean-Marc, fonctionnaire DGI Jactat Alain, psychiatre et psychanalyste Jactat Danièle, psychologue hospitalière Joudrier Philippe, chercheur Kauffer Maurice, universitaire Kuszmider Barbara, enseignante dans le privé Lafleuriel Bernard, illustrateur scientifique Landré Sabine, libraire Launay Marie-Paule, enseignante Lavesvre Maryse, éducatrice Lefebvre Catherine, informaticienne Legname Elvire, technicienne de laboratoire, Lescar Julien, chercheur Lescar Véronique, journaliste free-lance Loyal Sarah, enseignante Mantelin Sophie, étudiante Marques-Pereira Jaime, universitaire Meunier Marc, informaticien Meyer Jean-Claude, enseignant Murinson Gilbert, retraité Nanteuil Guy, journaliste Ollivier-Yaniv Caroline, universitaire Oueslati Najib, enseignant Pain Véronique, enseignante Pauvret Emanuelle, documentaliste Perrault Gilles, écrivain Pinton Florence, universitaire Pol Patricia, universitaire Potencier Jean-Pierre, cheminot Poulouin Sonia, fonctionnaire à La Poste Poupardin Denis, chercheur Prat Jean-Louis, enseignant Ramboz Hervé, enseignant Ramboz Isabelle, enseignante Robert Denis, journaliste et écrivain Rohmer Francis, cadre bancaire Roy Jean, journaliste Rudent Gaëlle, agent de La Poste Sartirano Anne, documentaliste Sartirano Claude journaliste Sébille André, retraité Sée Norbert, chercheur honoraire Taesch Sophie, assistante bibliothécaire Tavernier Bertrand, cinéaste Thauvron Arnaud, universitaire Tordjman Gisèle, chef comptable Tziboulsky Serge, enseignant Vicente Nicole, formatrice Villa Christine, fonctionnaire DRAF Voltzenlogel Jean-Pierre, cadre bancaire en préretraite Vota Gilles, éducateur PJJ, Wendling Benoît, fonctionnaire Education nationale, Wolfer Bernard, chercheur.

Les personnes souhaitant s’associer à ce texte peuvent envoyer un mail avec leur nom et profession au secrétariat du Collectif c/o pierre.bitoun@wanadoo.fr



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> RAFFARIN, NOUS ALLONS NOUS OPPOSER A VOTRE REFORME
23 mai 2003 - 11h02

Trés Bien, j’ai relayé votre texte sur la messagerie du Ministère de la Culture

Nous avons à de multiples initiatives avec les confédérations et les associations, notamment la CADAC et le collectif des droits des femmes où, en cette période d’attaque sur les retraites, les femmes seront les plus touchées.

Le syndicalisme a encore beaucoup de difficultés pour prendre en compte cette dimension de l’inégalité des sexes (ce qui n’est pas le compte pour l’inégalité sociale) et à penser que l’égalité est acquise, puisque nombre de lois sont là pour le prouver.
Bien sûr, attention de ne pas tomber dans l’égalitarisme et de surcroît certains acquis peuvent disparaître ou ne plus être appliqués.
Les risques aujourd’hui :

* Une remise en cause de certaines lois, parfois pour des raisons financières ou matérielles (IVG, gynécologie médicale, maternités …) et pas de campagnes nationales d’information (contraception, les violences faites aux femmes et aux filles).
* Une politique fantaisiste qui peut renvoyer les femmes à la maison.
* Une accentuation de l’inégalité dans l’insertion, l’emploi, le temps de travail dans une période de chomage et de sous-emploi.

Et enfin, une retraite encore plus maigre et inégalitaire qui confinerait encore plus les femmes dans la pauvreté.

Pour la petite histoire M. Chérèque à signé un texte qui précise que le gouvernement revalorise les retraites des salariés les plus modestes par une augmentation de 9% du minimum de retraite et par l’assurance pour les salariés au SMIC de toucher au moins 85% de ce dernier.

Or le calcul ne se fera plus sur le SMIC brut mais sur le SMIC net, soit seulement 2% de plus ! On est loin des 15% promis !

Enfin, Visiblement ce gouvernement a décidé de casser sa Fonction Publique si contestataire par une décentralisation inutile et dramatique pour les personnels de culture par exemple (dont on ne parle jamais) et qui coûtera trés cher au contribuable par ces impôts locaux si inégalitaires (50% de + d’aprés la Cour des Comptes).
Archéologie privatisée, monuments "refilés" aux collectivités territoriales voire au privé, musées idem, Directions régionales des affaires culturelles dont les services seront décentralisés et dont on ne sait trop quel en sera "l’avantage" pour le public.

Quant au président de la République que dire de plus quand on sait que sa "madone des pièces jaunes" passe ses week-ends chez le baron Seillières. Quel cadeau au MEDEF que ces milliards d’€uros de fonds de pensions (qui seront obligatoires sur les primes des fonctionnaires) pour ses actionnaires !

Gérard CAZOBON
Secrétaire général du SNAC/FSU (Culture)






14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
1 commentaire
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
2 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
7 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire
Alexandre Langlois réagit à son exclusion de 12 mois : « C’est une sanction politique » (vidéà)
vendredi 5 - 01h44
de : nazairien
Baccalauréat 2019 : Blanquer droit dans ses notes
jeudi 4 - 18h07
Le Président du Mexique Andrés Manuel Lopez Obrador reçoit des menaces !
jeudi 4 - 15h12
de : JO
L’Eau, c’est la vie : la "guerre de l’eaué a telle commencé, NESTLÉ : l’escroquerie du commerce de l’eau (vidéo)
mercredi 3 - 23h10
de : nazairien
2 commentaires
"Américan Dream" Peste bubonique à Los Angeles : la Californie sur le point de devenir un État du tiers-monde
mercredi 3 - 12h32
de : nazairien
2 commentaires
Amazon : plusieurs sites bloqués par des Gilets Jaunes et des écolos
mardi 2 - 11h06
de : nazairien
1 commentaire
Vilain Villani la suite à Grenoble chez Mandrin
lundi 1er - 23h19
de : PMO viaJYP
Collège République de Bobigny : Sud-éducation dénonce un article à charge de Libération
lundi 1er - 16h17
Accidents du travail : silence des ouvriers meurent :
lundi 1er - 08h43
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

C'est de l'enfer des pauvres qu'est fait le paradis des riches. Victor Hugo
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite