Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
190052025 IP
215442172 pages
(depuis le 10/02/2002)
104 connectés
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

5ème partie : "Ce que tout révolutionnaire doit savoir de la répression"
de : Victor Serge
dimanche 24 mai 2009 - 18h40 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 12.2 ko

4ère partie ici

Il peut sembler utile et intéressant de nos jours de re-publier et de diffuser largement cet ouvrage écrit par Victor Serge en 1925


VII. UN REVENANT. UNE PAGE D’HISTOIRE

Aujourd’hui encore, tous les agents provocateurs de l’Okhrana, dont nous avons les dossiers, sont loin d’être identifiés.

Il ne se passe pas de mois sans que les tribunaux révolutionnaires de l’Union soviétique n’aient à juger quelques-uns de ces hommes. On les retrouve, on les identifie par hasard. En 1924, un misérable nous est ainsi apparu, remontant vers nous d’un passé de cinquante années - comme dans un hoquet de dégoût -, qui était bien un revenant. Et ce revenant évoquait une page d’histoire, qu’il faut intercaler ici, ne serait-ce que pour projeter sur ces pages couleur de boue un peu du rayonnement de l’héroïsme révolutionnaire.

Cet agent provocateur avait fourni 37 ans de bons services (de 1880 à 1917), et, vieillard chenu, déjoué pendant sept années les recherches de la Tcheka.

… Vers 1879, l’étudiant de 20 ans, Okladsky, révolutionnaire depuis sa quinzième année, membre du parti de la Narodnaia Volia (la Volonté du peuple), terroriste, préparait avec Jeliabov un attentat contre le tsar Alexandre II. Le train impérial devait sauter. Il passa sur les mines sans encombre. La machine infernale n’avait pas fonctionné. Accident fortuit ? On le crut. Mais 16 révolutionnaires, dont Okladsky, eurent à répondre du « crime ». Okladsky fut condamné à mort. Sa brillante carrière commençait-elle ? Etait-elle déjà commencée ? La clémence de l’empereur lui accorda la vie dans un bagne, à perpétuité.

Là commence en tout cas la série des inappréciables services que devait rendre Okladsky à la police du tsar. Dans la longue liste des révolutionnaires qu’il livra, il y a quatre des noms les plus beaux de notre Histoire : Barannikov, Jeliabov, Trigoni, Vera Figner. De ces quatre, Vera Nicolaevna Figner survit seule. Elle a passé vingt années à la forteresse de Schlusselbourg. Barannikov y est mort. Trigoni, après avoir souffert vingt ans à Schlusselbourg et passé quatre années en exil à Sakhaline, a vu avant de mourir, en juin 1917, s’effondrer l’autocratie. Jeliabov est mort sur l’échafaud. Tous ces vaillants appartenaient aux cadres de la Norodnaia Volia, premier parti révolutionnaire russe, qui, avant la naissance d’un mouvement prolétarien, déclara la guerre à l’autocratie.

Son programme était celui d’une révolution libérale, dont l’accomplissement eût signifié pour la Russie un immense progrès. À une époque où nulle autre action n’était possible, il se servit du terrorisme, frappant sans relâche, à la tête, le tsarisme affolé par moments, décapité le 1er mars 1881. Dans cette lutte d’une poignée de héros contre toute une vieille société puissamment armée, se créèrent les moeurs, les traditions, les mentalités qui, perpétuées par le prolétariat, devaient tremper pour la victoire d’Octobre 1917 plusieurs générations de révolutionnaires.

De tous ces héros, Alexandre Jeliabov fut peut-être le plus grand, et rendit, à coup sûr, les services les plus grands au parti qu’il avait contribué à fonder. Dénoncé par Okladsky, on l’arrêtait le 27 février 1881, dans un appartement du Nevsky, en compagnie d’un jeune avocat d’Odessa, Trigoni, également membre du mystérieux comité exécutif de la Narodnaia Volia. Deux jours plus tard, les bombes du parti déchiquetaient Alexandre II dans une rue de Saint-Pétersbourg. Le lendemain, les autorités judiciaires recevaient de Jeliabov, enfermé à Pierreet- Paul, une lettre stupéfiante. Rarement juges et monarque reçurent pareil soufflet. Rarement chef de parti sut accomplir avec telle fierté son dernier devoir. Cette lettre disait :

Si le nouveau souverain, recevant le sceptre des mains de la révolution, a l’intention de s’en tenir à l’égard des régicides à l’ancien système ; si l’on a l’intention d’exécuter Ryssakov, l’injustice serait criante de me laisser la vie, à moi qui ai tant de fois attenté à la vie d’Alexandre II et qu’un hasard fortuit a empêché de participer à son exécution. Je me sens très inquiet à la pensée que le gouvernement pourrait accorder plus de prix à la justice formelle qu’à la justice réelle et orner la couronne du nouveau monarque du cadavre d’un jeune héros, uniquement à cause du manque de preuves formelles contre moi qui suis un vétéran de la révolution.

De toutes les forces de mon âme, je proteste contre cette iniquité. Seule la lâcheté du gouvernement pourrait expliquer qu’on ne dressât qu’une potence au lieu de deux.

Le nouveau tsar Alexandre III en dressa six pour les régicides. Au dernier moment, une jeune femme, Jessy Helfman, enceinte, fut graciée. Jeliabov mourut à côté de sa compagne Sophie Perovskaya, avec Ryssakov (qui avait inutilement trahi), Mikhailov et le chimiste Kibaltchiche. Mikhailov subit trois fois le supplice. Deux fois, la corde du bourreau se rompit. Deux fois, Mikhailov tomba, déjà roulé dans son linceul et encapuchonné pour se relever lui-même…

… Le provocateur Okladsky, cependant, continuait ses services. Parmi la généreuse jeunesse qui « allait au peuple », à la pauvreté, à la prison, à l’exil, à la mort, inlassablement, pour frayer les chemins à la révolution, il était facile de faire des coupes sombres ! À peine Okladsky était-il à Kiev qu’il livrait, au policier Soudéikine, Vera Nikolaevna Figner. Puis il servit à Tiflis, professionnel habile de la trahison, expert dans l’art de se lier avec les hommes les meilleurs, de conquérir les sympathies, de partager l’enthousiasme, pour faire ensuite, quelque jour, d’un signe, ensevelir vivants ses camarades - et toucher les gratifications attendues.

En 1889, la Sûreté impériale l’appelait à Saint-Pétersbourg. Le ministre Dournovo, purifiant Okladsky de tout passé indigne, en faisait le « citoyen honoraire » Petrovsky, toujours révolutionnaire, bien entendu, et confident de révolutionnaires. Il devait rester « en activité » jusqu ’à la révolution de mars 1917. Jusqu’à 1924, il réussit à n’être qu’un paisible habitant de Petrograd. Puis, enfermé à Leningrad, dans la prison même où plusieurs de ses victimes attendirent la mort, il consentit à écrire la confession de sa vie jusqu’à l’année 1890.

Passé cette date, le vieil agent provocateur ne voulut dire mot. Il ne consentait à parler que d’une époque dont presque personne - d’entre les révolutionnaires - ne survit, mais qu’il a, lui, peuplée de morts et de martyrs…

Le tribunal révolutionnaire de Leningrad jugea Okladsky dans la première quinzaine de janvier 1925. La révolution ne se venge pas. Ce revenant appartenait à un passé trop lointain et trop mort. Le procès, conduit par des vétérans de la révolution, prit figure d’un débat scientifique d’histoire et de psychologie. Ce fut l’étude du plus navrant des documents humains. Okladsky fut condamné à dix années d’emprisonnement.



Imprimer cet article





L’affaire Uramin à la croisée des chemins
vendredi 31 - 19h46
de : Luc Ez
De la continuité entre le maintien de l’ordre et la répression militaire
vendredi 31 - 19h34
lettre de novembre à Obama
vendredi 31 - 17h36
de : kakine
Qui a peur du grand méchant casseur ?
vendredi 31 - 16h25
de : YANNIS YOULOUNTAS
1 commentaire
L’AEROPORT DE TOULOUSE EN VENTE !
vendredi 31 - 16h13
de : JO
La condamnation de l’hebdomadaire Minute
vendredi 31 - 15h43
de : SNJ-CGT
La solidarité avec Georges Abdallah doit s’intensifier
vendredi 31 - 14h38
de : [Tien/1]
Paroles, de bouches à oreilles..
vendredi 31 - 14h38
de : Norbert Gabriel
RASSEMBLEMENT SAMEDI 1er NOVEMBRE 2014 A 11 HEURES, DEVANT LA PREFECTURE DE VAUCLUSE, BLD LIMBERT A AVIGNON
vendredi 31 - 13h23
Le Testet. Ce barrage a créé un fossé entre les jeunes, la gauche de résistance... et ce gouvernement
vendredi 31 - 11h49
de : antoine (Montpellier)
Erdogan n’est pas bienvenu en France !
vendredi 31 - 08h14
de : Actukurde
1 commentaire
Sivens : les gendarmes ont changé 3 fois leur version des faits
vendredi 31 - 00h16
2 commentaires
Le viol et le meurtre
jeudi 30 - 23h24
de : jean yves peillard
1 commentaire
Remi Fraisse, Crime d’Etat. Dimanche 2/11 15h Stalingrad
jeudi 30 - 22h09
de : LO
7 commentaires
Les manoeuvres politiciennes du SNES
jeudi 30 - 21h07
de : Front Unique
1 commentaire
Samedi 1 novembre Paris : 14h, Bastille, manifestation de soutien à la résistance de KOBANE
jeudi 30 - 20h56
3 commentaires
Nantes. Expertise ADN pour vol de nourriture périmée dans une poubelle
jeudi 30 - 20h23
de : Klaod - Lorient
2 commentaires
Samedi 1er nov, 15h PAU, Rassemblement ! Remi Fraisse, Ni Oubli ni Pardon ! Non au barrage du Testet
jeudi 30 - 19h35
de : LIBERTAT
6 commentaires
Vidéos hommage à Rémi Fraisse depuis Turin
jeudi 30 - 19h15
de : Testet liure
Après les arbres, ils abattent les hommes - manif Toulouse samedi 15h
jeudi 30 - 16h39
de : Testet liure
4 commentaires
Où en est la révolution au Kurdistan syrien ?
jeudi 30 - 16h00
de : Emile Pouget
Manifestation massive contre le gouvernement en Hongrie
jeudi 30 - 15h48
de : Philippe Alcoy
Manifestation Anti Répression
jeudi 30 - 15h26
de : Vivi
TOULY l’ordurier chez BRUNET
jeudi 30 - 13h23
de : stafed
2 commentaires
Erdoğan n’est pas bienvenu en France !
jeudi 30 - 01h28
4 commentaires
Le MRAP demande la levée du blocus contre Cuba
jeudi 30 - 00h17
de : Le MRAP
1 commentaire
manif parisienne fin
mercredi 29 - 21h32
2 commentaires
Tribune pour Rémi : Convergences
mercredi 29 - 21h21
de : Bakatesta
A qui le gouvernement fait-il la guerre ? Communiqué
mercredi 29 - 17h59
de : arthur
2 commentaires
HALTE AUX DISCOURS POPULISTES DE LA FÉDÉRATION CGT-POLICE
mercredi 29 - 17h28
de : Police SGAP de Paris et Préfecture de Police
9 commentaires
Les régions-Etat vont succéder à la France ...
mercredi 29 - 17h00
de : Bernard SARTON
8 commentaires
REMI FRAISSE - victime d’une explosion, qui avait provoqué un arrachement important d’une partie du haut du dos.
mercredi 29 - 16h18
3 commentaires
réunion sur la souffrance au travail le 10 novembre a 20h00
mercredi 29 - 14h51
de : Duse
Cazeneuve déclare « il ne s’agit pas d’une bavure » !
mercredi 29 - 14h48
de : lo beret liure
10 commentaires
Manifestation de solidarité avec le peuple Burkina Faso jeudi 30 octobre 18h devant l’ambassade du Burkina Faso
mercredi 29 - 14h11
de : Bruno Jaffrré
1 commentaire
Rencontre-débat « le FN et les perspectives 2017 » (18 novembre 2014)
mercredi 29 - 12h10
de : MRAP d’Aubervilliers
Comment est mort Rémi ? (+vidéo)
mercredi 29 - 12h02
de : Nantes révoltée
5 commentaires
Hommage en dessin à Rémi Fraisse
mercredi 29 - 10h44
de : Marco
Remi Fraisse - les manifs se multiplient (lieux & heures)
mercredi 29 - 09h36
de : Testet liure
3 commentaires
SEGOLENE EVOQUE LES MORTS AU COMBAT
mercredi 29 - 06h54
de : arthur
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les prolétaires n'ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! Karl Marx
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi
lundi 12 mai
de Roberto Ferrario
A Giogiana ...si la révolution d’octobre avait été en mai si tu vivais encore, si je n’étais pas impuissant face à ton assassinat, si ma plume était une arme gagnante, si ma peur explosait sur la place, courage né de la rage étranglée dans la gorge, si t’avoir connue devenait notre force, si les fleurs que nous avons offertes à ta vie courageuse, dans notre mort devenaient des guirlandes de la lutte de nous toutes, femmes, si... ce ne serait pas (...)
Lire la suite
9 mai 1978 : PEPPINO IMPASTATO et sa lutte contre la mafia (videos)
samedi 10 mai
de Roberto Ferrario
L’histoire de "Les Cent pas" Années 60. Peppino Impastato, jeune garçon issu d’une famille étroitement liée à la mafia, vit à Cinisi, une bourgade sicilienne. Sa maison se situe à cent pas de la demeure de Tano Badalamenti, le parrain local. Son père espère faire de lui un personnage influent de la pègre. Mais en grandissant, Peppino devient un adolescent rebelle et idéaliste. Bientôt attiré par le communisme, il s’emploie à lutter ouvertement contre les pratiques de la (...)
Lire la suite
L’HISTOIRE DU 1er MAI, JOURNEE INTERNATIONALE DE CELEBRATION DES LUTTES DES TRAVAILLEURS
jeudi 1er mai
de Roberto Ferrario
4 commentaires
Le XIXe siècle voit la naissance de la classe ouvrière. La prolétarisation du travail se développe au fur et à mesure que la mecanisation industriel vient remplacer les anciennes formes de production. Les employeurs sont les maîtres absolus des entreprises et les conditions de travail sont misérables. Les (...)
Lire la suite
JEUDI 17 AVRIL A LIEU LA JOURNÉE DES PRISONNIERS PALESTINIENS – À PARIS , RASSEMBLEMENT DE 17 HEURES À 19 HEURES PLACE DE LA FONTAINE SAINT-MICHEL (M° SAINT-MICHEL, LIGNE 4)
mercredi 16 avril
1 commentaire
La détention de milliers de Palestiniens n’est pas la seule arme utilisée par l’occupant israélien pour venir à bout de la résistance de tout un peuple, mais c’est l’une des plus cruelles. Pas un jour, pas une nuit ne se passent sans que la soldatesque israélienne fasse irruption dans les villes et villages de Palestine occupée, et prenne en otage la jeunesse de ce pays. Il y a actuellement plus de 5.000 Palestiniens détenus par Israël, dont plusieurs centaines en (...)
Lire la suite
Mercredi 9 avril 2014 à 16h : extradition de Mario Sandoval
mardi 1er avril
de Collectif Argentin pour la Mémoire
Nous vous convions à nous accompagner à l’audience qui aura lieu le Mercredi 9 avril à 16h à la Chambre de l’Instruction (Pole 7-Chambre 5) au Palais de Justice de Paris , dans laquelle l’Argentine demande l’extradition de Mario Sandoval pour "privation illégale de la liberté suivie de la mort de la victime". Memo : M. Sandoval, qui vit actuellement en France, est poursuivi en Argentine pour crimes contre l’humanité commis pendant la dictature. Les autorités (...)
Lire la suite
Milan : 18 mars 1978 Fausto et Iaio tués par les fascistes (video)
mercredi 19 mars
de Roberto Ferrario
Je ne peux cacher que j’ai la gorge serrée et que cela me fait mal quand je me souviens de ces évènements. Je suis originaire de Milan et j’ai connu le centre Leoncavallo (à cette époque, j’habitais à 5 minutes de là) : je me souviens que deux heures après l’assassinat des camarades, informé par "Radio Popolare", je me trouvai sur place, participant à une manifestation improvisée qui a rassemblé 5000 personnes et qui s’est terminée à une heure du matin... (...)
Lire la suite
RAPPEL DES REGLES DE PUBLICATION SUR BELLACIAO/ "CONSPIRATIONNISME", FAFS etc.
dimanche 2 mars
de Collectif BELLACIAO
15 commentaires
Cher-e-s Internautes et Ciaoistes ;-) Nous vous rappelons que si ce forum est accessible en "open publishing" c’est aussi à la condition que vous fassiez préalablement un travail de vérification de vos sources et que vous évitiez de nous polluer les pages avec des articles issus de sites d’extrême-droite ou proche de l’extrême-droite, "conspirationnistes", "confusionnistes", délirants etc. Nous vous rappelons que les sites et blogs suivants sont interdits de publication (...)
Lire la suite