Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Olivier Besancenot revendique le droit à "vivre tranquillement sa vie" sans être jugé par son parti
de : Caroline Monnot
mardi 10 août 2004 - 16h41 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires

de Caroline Monnot

Dans la revue "Contretemps" à paraître en septembre, le porte-parole de la LCR exprime des regrets sur son "activisme" passé et évoque la "souffrance" de son engagement politique.

C’est l’amorce d’une réflexion sur la culture "Ligue" (comprenez la LCR) et, plus généralement, sur les modalités de l’engagement politique. Le propos, parfois critique, étonne d’autant plus qu’il émane d’un des porte-parole de la formation trotskiste, Olivier Besancenot. Cette réflexion est lancée alors que l’université d’été de la LCR s’ouvrira à Port-Leucate (Pyrénées-Orientales) fin août.

Dans le numéro à paraître de la revue Contretemps (n° 11, septembre 2004, Editions Textuel, 19 € ), M. Besancenot a accordé un long entretien au sociologue Philippe Corcuff - coanimateur de la revue avec Daniel Bensaïd, tous deux étant membres de la LCR - sur la "question individualiste" et la place de la personne dans les organisations militantes.

Sur ce sujet, l’ancien candidat à la présidentielle estime visiblement que la révolution culturelle n’a pas été suffisamment poussée dans son parti, ou qu’au moins toutes les conséquences n’en ont pas été tirées dans la prise de distance avec le modèle du "révolutionnaire professionnel". "Il y a un écart dans le type d’engagement des années 60-70 que je n’ai pas connu et le type d’engagement que je vis personnellement avec les répercussions que cela a dans le fonctionnement actuel de la LCR", observe-t-il.

"Aujourd’hui, nous ne sacrifions pas à un engagement quelconque l’ensemble de notre vie personnelle ou même professionnelle", poursuit-il. Et d’ajouter : "Il y a là quelque chose de générationnel qui n’est pas débattu. Et l’idée d’en discuter me paraît importante(...). La question de l’individu, elle est présente. (...) Si tu ne l’as pas comme point de départ et comme perspective, tu n’es pas crédible."

Pour M. Besancenot, le terrain de l’individualité ne doit pas être abandonné au néocapitalisme. Puisant sur ce sujet dans "la critique libertaire", il estime que "certaines discussions devraient pouvoir être menées entre tous dans le mouvement social et donc avec les libertaires (...). Il faut montrer que le camp de l’individu, au sens de l’épanouissement individuel, est du côté de l’émancipation sociale."

Au fil de l’évocation de son expérience personnelle, le jeune facteur laisse filtrer quelques confidences imprévues. Ainsi, abordant "l’activisme", qui "implique une telle exigence de sacrifice que cela effraie les autres, dont tu finis par te détacher", il indique : " J’ai moi-même donné dans l’activisme étudiant comme un con. Aujourd’hui je le regrette." Et il ajoute : "J’aimerais retourner un jour - je le ferai d’ailleurs une année - à la fac pour pouvoir me poser sur les bancs d’un amphi, aller en bibliothèque, pour étudier simplement, pour prendre du temps pour moi."

S’agissant de son rôle de porte-parole, il revient à plusieurs reprises sur des "incompréhensions", les tensions entre l’individu Besancenot et le "nous" de l’organisation. "Porter une parole collective ou incarner une représentation publique, c’est se faire violence, c’est une souffrance. En tout cas, c’est comme cela que je le vis", affirme-t-il.

"DU RÉCONFORT AU BOULOT"

Il égratigne au passage "la culture un peu élitiste de la Ligue", où l’on n’a parfois "pas compris" sa présence à l’émission "Les Grosses Têtes" de Philippe Bouvard. "C’est une émission que je revendique à 200 %. Curieusement, c’est l’une des rares émissions où j’ai pu vraiment discuter du fond, du contenu", indique-t-il.

Le porte-parole de la LCR, très attaché à son travail de postier -"une garantie par rapport à la médiatisation et face au problème de représentation politique"-, confie : "L’accueil est souvent plus chaleureux au boulot que dans les cercles militants, dans les bons comme dans les mauvais moments (...). Dans les univers militants, les rapports entre les individus ne sont pas toujours les plus épanouissants et les plus sympas. Alors qu’au boulot, paradoxalement, où les rapports peuvent être plus tendus, où il y a de la violence sociale, j’ai trouvé du réconfort, y compris dans les plus mauvais moments."

Interrogé sur sa récente paternité, sur la manière de concilier sa vie personnelle avec son rôle de militant actif et de porte-parole politique, M. Besancenot reconnaît que "cela peut provoquer des tensions". "Il y a ma vie privée, il y a ma vie professionnelle et ma vie politique. Ce n’est pas un tiers chacun. Cela ne se passe pas comme cela", souligne-t-il. "Même si la politique rentre dans ta vie privée, tu as quelque chose comme un droit à la protection." Et de conclure : "Dans ma génération, cela fait partie des questions que l’on se pose. On demande à pouvoir vivre tranquillement sa vie sans que le parti se permette de la juger dans un sens comme dans un autre (...). Au bout d’un moment, tu as une part purement intime. Et je pense que c’est quelque chose d’essentiel."

Pour M. Besancenot, "il est exclu que la Ligue fasse -avec lui- ce que LO a fait avec Arlette". Et de prévenir : "Je ne veux même pas imaginer que je puisse être le porte-parole de la LCR durant les trente prochaines années. Je sais que je ne le ferai pas."

http://www.lemonde.fr/web/recherche...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Olivier Besancenot revendique le droit à "vivre tranquillement sa vie" sans être jugé par son parti
11 août 2004 - 20h33

Et maintenant on a droit aux états d’ames des dirigeants de la LCR ! ! ! ! On aura tout vu.

Nelson



> Olivier Besancenot revendique le droit à "vivre tranquillement sa vie" sans être jugé par son parti
12 août 2004 - 00h10 - Posté par

Plaisanterie mise à part, je suis assez touché par ce qu’il dit...
C’est trés dur en tant qu’individu d’affronter le mur militant.

Zedrx.


> Olivier Besancenot revendique le droit à "vivre tranquillement sa vie" sans être jugé par son parti
12 août 2004 - 09h08 - Posté par

C’est exact mais il s’agit d’un choix volontaire... personne ne l’a obligé et il peut à tout moment tirer sa révérance.


> Olivier Besancenot revendique le droit à "vivre tranquillement sa vie" sans être jugé par son parti
13 août 2004 - 23h52 - Posté par

degres zero de la reflexion nelson t’es un gros nul patrice


> Olivier Besancenot revendique le droit à "vivre tranquillement sa vie" sans être jugé par son parti
13 août 2004 - 04h53

Pourquoi rendre publique sa vie privée ? Pour faire parler de soi ? Gaffe Olivier, la putasserie te guette...



> Olivier Besancenot revendique le droit à "vivre tranquillement sa vie" sans être jugé par son parti
13 août 2004 - 23h49

oui c’est dur d’etre militant et d’essayer de faire bouger les choses ! au moins olivier aurat fait sa part c’est pas comme tout ces blases revenu de tout et surtout de rien






Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
7 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
23 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

L'homme et sa sécurité doivent constituer la première préoccupation de toute aventure technologique. Le problème aujourd'hui n'est pas l'énergie atomique, mais le coeur des hommes. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite