Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Gers : les faucheurs volontaires repoussés à coups de matraques e des grenades lacrymogènes
de : Gers
lundi 6 septembre 2004 - 05h05 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Plusieurs centaines de membres du collectif des Faucheurs volontaires, qui voulaient détruire une parcelle de maïs OGM dans le Gers ont été repoussées dimanche pour la première fois par les forces de l’ordre, qui s’étaient contentées, lors des opérations précédentes, de relever les identités.

Les militants, 600 selon les organisateurs, 400 selon la police, se sont heurtés aux gendarmes aux abords d’une parcelle d’organismes génétiquement modifiés (OGM) à Solomiac dans le nord-est du Gers et une dizaine de personnes dont José Bové ont été arrêtées peu après 17h30.

M. Bové est sorti de la gendarmerie de Mauvezin (Gers) vers 20h00 après avoir été entendu pendant 2 heures par les gendarmes comme témoin. Les autres personnes arrêtées avaient été remises en liberté peu avant.

"J’ai été interrogé comme témoin et j’ai dit que je n’avais rien à déclarer, comme c’est mon droit (...) Les pouvoirs publics sont acculés et font acte de violence", a déclaré le leader syndical paysan.

L’ancien porte-parole de la Confédération paysanne a estimé que l’attitude du gouvernement est "un aveu de faiblesse". "Ce qu’il faut faire c’est un débat et un referendum national", a-t-il ajouté.

Les manifestants avaient tenté de pénétrer sur la parcelle et avaient été repoussés par des grenades lacrymogènes et des coups de matraques. Vers 18h30 les forces de l’ordre étaient toujours déployées devant la parcelle tandis que les manifestants s’étaient repliés à une cinquantaine de mètres, chaque camp déplorant 2 blessés.

Du côté des gendarmes on déplorait que les faucheurs aient voulu forcer le barrage, femmes et enfants en tête.

Jean-Emile Sanchez, un des porte-parole de la Confédération paysanne a regretté "un déploiement des forces de l’ordre disproportionné par rapport à la manifestation". "On a vu de quel côté était la violence", a-t-il ajouté.

Mireille Ferri, vice-présidente (Verts) du conseil régional d’Ile-de-France, a déclaré de son côté avoir été bousculée.

Cette intervention vigoureuse de la centaine de gendarmes mobilisés est la première dans le bras de fer juridico-politico-médiatique ayant opposé tout l’été les anti-OGM à l’Etat qui a autorisé les expérimentations d’OGM en plein champ dans 15 départements. Un changement d’attitude après plusieurs succès de la "désobéissance civile".

Les "faucheurs volontaires", 3.200 personnes à ce jour se déclarant prêtes à assumer les conséquences judiciaires d’arrachages illégaux d’OGM, avaient mené à bien leurs expéditions à Menville (Haute-Garonne) le 25 juillet, à Cournon d’Auvergne (Puy-de-Dôme) et au sud de Pithiviers (Loiret), le 14 août.

Des poursuites judiciaires ont été engagées après ces opérations contre les militants les plus connus. Ils sont convoqués le 16 septembre devant le tribunal correctionnel de Toulouse, notamment le député (Verts) Noël Mamère et son homologue européen Gérard Onesta, José Bové et le secrétaire national des Verts Gilles Lemaire.

Le camp des anti-OGM a reçu également le renfort de plusieurs conseils régionaux et en dernier lieu du président du conseil général socialiste du Gers Philippe Martin.

M. Martin venu saluer les manifestants dimanche à Auch avant l’expédition de Solomiac, a annoncé vendredi qu’une pétition "pour ou contre les OGM" serait bientôt lancée dans son département et que si plus de 10% du corps électoral la signait, un référendum départemental aurait lieu après le 1er janvier 2005.

http://www.lexpress.fr/info/infojou...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Gers : les faucheurs volontaires repoussés à coups de matraques e des grenades lacrymogènes
6 septembre 2004 - 16h12

Mouais, ça c’était le déroulement des faits version l’Express... En voici une un peu plus personnelle, qui me parait nettement plus parlante, du collègue bug-in (les fautes d’orthographe ne faisant que rajouter à la spontanéité du témoignage) :

http://paris.indymedia.org/article....

Témoignage de la haute violence réppréssive contre la tentative de fauchage d’un champs minuscule

"Alors voila, en ce qui nous concerne, nous étions venu de Montpellier à 9, parmis nous il y avait confondu, des membres du CROAC (Collectif de Résistance et d’Offensive Anti Capitaliste), des Antipubs et des Décroissants. Arrivé sur place vers 12h. Réunion collective de préparation, pendant laquelle absolument tout le monde ignore la violence qui va suivre, puisque les autres fauchage s’étaient trés bien passé, sans violence. José Bové, conseille au femmes de passer devant afin de montrer qu’elles aussi sont en lutte, et qu’elle puisses arracher de l’ogm, on conseille même de leur faire une allé d’honneur jusqu’au OGM et ont demande a ceux qui ont déjà fauché les autres fois de laisser l’honneur de le faire au nouveaux car le champs n’est pas grand et que pour les 800 que nous étions il était clair que tout le monde ne pouvais pas faucher. Sur ceux, nous partons, j’était même un peut déçu, me disant, bon ça va prendre que 5 a 10 minutes sur place, alors que nous aurons rouler en tout 6h30 pour l’aller retour Auch Montpellier... Nous arrivons sur un grand terrain. Au loin on apperçois les barrières, gardé par les CRS qui entoure non pas le champs d’OGM mais bien plus que ce dernier (avec le désacord du maire de la ville qui avait fait passé un arrété antiogm !) Et encore derrière cette barrière une nouvelle barrière elle même a 50 mètre autour du champs, elle aussi gardé par les CRS mais pas seulement, il y avait des véhicules de l’armée. Ce que nous pensions c’était que commes les autres fois on avancerai vers les CRS, ils se conteraient de nous bloquer, qu’il faudrait pousser un peut mais sans plus pour atteindre la parcelle et faucher le champs volontairement et qu’il nous convoqueraient tous ensuite à la gendarmerie. Ce ne fut pas le cas et loin de la. Et les informations donné par les médias sont loin de la réalité sur place (et pourtant ils étaient la, mais pas dans l’action). La tête de cortège arrive au niveau des barrières, sans attendre que le reste du groupe soit entièrement arrivé, ils attrappent les barrières et les tires vers eux, créant une ouverture. Nous aussi en tête, nous avançons dans la 1ere strate, mais toujours LOIN, TRES LOIN du champs d’OGM, nous avaçons bras levée en l’air, nous étions venu non-violent, parmis nous, femmes, enfants, vieux, familles complètes, nous n’étions pas un black block c’était clair. Nous avançions avec pour horisons et objectif la seconde barrière de CRS. Les 1er CRS qui était derrières les 1ères barrières après l’ouverture des barrières ont tout de suite reculé, et soudainement, sans sommation et alors que rien ne le justifie puisqu’il n’y a eu AUCUNE VIOLENCE DE NOTRE PART, nous avons reçu la 1ère lacrymogène, au début, je me suis dit, bon ok, c bon, c juste pour nous impressionner ou nous ralentir, alors je l’ai contournée et je continuer a avancer, et la on a reçu encore 2 ou 3 lacrymogène... tout a tir tendu et il y eu les 1er bléssés. Sur le coup j’ai pas tout compris, j’ai tenté rapidement de voir a quel point il était bléssé (j’ai un diplôme de secouriste), ça allais, ça saignait mais rien de grâve apparament pour ceux la. Déterminée a faucher de l’OGM, nous continuons d’avancer. Et c’est la qu’est arrivé l’inimaginable (pas dit aux média ! ! ! !). Un hélicoptère présent depuis le début, mais que nous croyons venu pour filmer ou observer commence a nous lancée des explosifs a frangmentation. Ces objets tombe du ciel, explose en l’air, ce scinde en 3 partie brulante et tombe sur le sol. Pendant que dans le même temps on nous lance des lacrymogènes et des engins qui explose en touchant le sol, non identifié. QUand je parle d’explosif et d’explosion il n’y avait pas de flamme, mais par contre il y avait réellement explosion, les champs de blé que nous traversions pour éviter ces charges en témoigne, et les 60 bléssés comptabilisé par les pompiers sur place aussi (chiffre baissé à 4 quand France Info parle de ce fauchage) dont 4 iront à l’hopital pour blessure grave, parmi les 4 deux CRS et deux faucheurs volontaire. ON notera que les CRS se sont fait mal eux même ! NOUS ne pouvions pas les atteindres, il étaient trop loin, leur conneries d’explosif a du leur explosé dans les mains. Pour ma part, alors que je me rendais compte que devant nous étions plus q’une poignée et que ces tirs d’hélico, ça fouttait vraiment les boules, avec les autres nous reculons en courant pour essayer d’atteindre une distance suffisante, MAIS les tirs était derrières nous certes... mais aussi devant, l’hélico faisait des rasages ! NOus nous en sommes sorti, je ne sais encore comment. IL y eu un long temps de vide, nous nous regardions tous les uns les autres, cpmplètement ahuris, les visages a moitié décomposé par l’incompréhension et la fatigue. Notre nombre diminue d’environs 200 ou 300, mais d’autres continué d’arrivé. On s’organisa a distance, on se réuni et on repartie vers cette rangée de CRS que nous avions put atteindre, l’hélico ayant du partir (probablement plus d’essence, il était la depuis plus d’une heure), cette fois, on ne nous tira pas dessus. On arrive sur place, on demande la libération de qqun (dont José Bové) qui se sont déjà fait embarqué et nous les empêchons de partir avec eux (on se jette sur les véhicules, on les bloques avec leur propres barrières...). Ils sont contraint de les gardé sur place et les ont cependant intérrogé dans la plus grande illégalité, c’est a dire sans avocats. Parmis les prisonnier, un au momment de sa libération, alors qu’il retournait vers nous, FINTE ! et réussi a courrir vers le champs d’OGM car il était a ce momment derrière les barrières des CRS censé entouré le champs. IL se fait poursuivre par 8 CRS dont certains tombe en le poursuivant, par leur propre incompétence. Il réussi a rentrée dans le champs d’OGM, tellement grand que nous ne voyons plus rien, évidement il sera attrapé plus tard et relaché encore mais cette fois ci sévèrement accompagné jusqu’a nous. C’est le seul qui a réussi a rentrée dans le champs d’OGM. Nous nous méttons alors a poussé un peut les barrières, il faut bien qu’on les enlèves ces OGM ! certain monte sur les barrières et se font sévèrement bléssé par les CRS a coup de matraques. La situations n’avancera pas plus vers le champs, les CRS pris de paniques pour rien, balance a nouveau des lacrymogènes et l’hélico et a nouveau présent mais ne tire pas (ou ne bombarde pas comme vous voulez). ON fuit comme on peut en arrière. Alors que je fuyais j’aperçois, une mère accompagné de ces deux enfants une d’environs 8 ans et l’autre de 12 ans. La petite fille, ne pouvais plus marcher, la fatigue et la peur certainement, j’ai du la transporté sur mon dos, suivi par sa mère et son autre fille jusqu’a ce que nous soyons suffisament loin. Je ne veux plus jamais revivre une telle chose. Ces CRS et leurs armée ont délibérément tiré sur des familles, sur des enfants, au risque de les tués, ils savaient qu’il était la, et parmi ceux matraqué il y avait beaucoup de vieux, des personnes qui n’avait visiblement pas la force de se défendre, juste venu pour marché et enlever ces OGMs. SI on le refait je reviendrai quand même, et je crois que cette fois ci tout le monde apportera son matériel photographique même au risque de les perdrent, pour avoir la preuve hallucinante de la chose. C’était Apocalypse Now, c’était le VIet Nam ? NOn pas loin, ct les faucheurs d’OGM volontaire a AUCH ! vraiment incroyable. Nous appriment plus tard que le préfet qui avait donné l’ordre et l’autorisation de cette barbarie et qui n’y est pas pour rien donc dans les 60 bléssés physique et les non comptabilisé bléssé émotionnel, comme cette petite fille totalement appeuré que je me suis retrouvé a transporter sur mon dos. Nous imaginons que les OGM seront fauché évidement clandestinement prochainement, malgré une probable garde continue (comme a cournon) de la parcelle. APrès l’actions nous avions tous rendez vous au commissériat d’ a côté, nous voulions tous témoigné (a 600 personnes donc) pour les 3 personnes encore gardé (dont José Bové) dans ce commissériat (ils les ont embarqué par un autre chemin, nous n’avons pas pus les empécher). Vu notre nombre a 21h30 et quelque devant cette mairie ils les ont relaché avec vitesse.

La lutte continuera. La seule chose qu’a réussi pour ma part a me faire voir l’armée, c’est connaitre une violence aveugle et hallucinante, faire monter une rage que je m’ignorai (bien que contenu), pour avoir tiré alors que des enfants était la, et l’envie encore plus justifié de retirer des OGM. Par ailleurs j’ai vécu (mais c moins surprenant) la désinformation des médias, pourtant présent sur place... mais visiblement il y a certaines choses qu’il n’ont pas pu ou voulu dire.

Bug-in"

Livethrobbe



Qui ne veut quand il peut, ne peut quand il veut !
9 septembre 2004 - 01h23

A propos du troisième rendez-vous des faucheurs volontaires.

Scène 1 : Messe du dimanche

Un parking, sur le parking des voitures, dans les voitures des gens, dans la tête des gens un mot : "volontaire".
Plus loin, plus tard, une tribune et les mêmes.
Ceux qui disent ne vouloir représenter personne, et ceux qui veulent.
Rouages rutilants de l’état, baignés de cette graisse citoyenniste qui les fait reluire devant les caméras.

La catéchèse sous un soleil de plomb,
Ça fait trois fois et la liturgie tourne en rond.
Quels enseignements de Clermont-Ferrand ?
  "Nous resterons non-violents" (sic !)

Des pratiques stationnaires
Intègrent de nouveaux volontaires
Et laminent les hérétiques
Tous ceux qui s’anti-médiatiques
Ceux qui n’ont que mépris pour les bureaucrates et leurs conseils-généraux, pour les clones de Voynet venu se refaire des beautés rebelles en prêchant pour leurs chapelles.

Passons. Alléluia ! Et en voiture.

Scène 2 : Jardinage

Arrivés aux champs, nous rencontrons ceux qui "ne sont pas nos ennemis ".
Habitués des bavures, remplisseurs de prisons.
Une heure plus tard, plus personne n’est dupe,
Des supposées bonnes intentions de ces fils de p….

La désobéissance civile a dénoncé une fois de plus,
Elle a condamné mais n’a rien résolu
Car elle tient son scoop : L’absence de démocratie,
Le constat réchauffé, qui refroidit et dévie les ardeurs des "anti",
Qui en oublient sur pieds, leurs épis ennemis.

Scène 3 : Quand c’est que c’est dimanche, j’donne un croissant au chien…

A l’école de la désobéissance civile, l’opinion publique et l’audience télévisuelle ont donc séché les T.Ps de rentrée.
Sans doute handicapée par leurs obèses oppositions aux O.G.M, elles semblent souffrir de graves problèmes de motricité,
Et préfèrent se rattraper en statisticisme et en pétitionnage,
Dont les coefficients de nuisances au transgéniques sont bien moindres.

Finalement, brutalité et drame questionnent le besoin,
De se livrer pieds et poings, corps et âmes.
Plutôt soutenir les inculpés que les rejoindre,
S’organiser et faucher en secret plutôt que geindre.

Scène hypothétique : Et le lundi ?

Que faire ?
Expliquer ne suffit plus, nous avons besoin d’implication, d’une participation intense aux situations.
La mise à distance de la lutte contre les O.G.M. dans une sitcomisation judiciaire présage à la contestation un avenir bien unidimensionnel,
Et la dilution dans des "rapports à", du peu d’immédiateté que procurait le mouvement, lui sera certainement fatale.
A nous de retrouver l’ivresse, l’immédiateté de la rébellion aventureuse. A nous d’en faire une affaire personnelle, d’y voir des enjeux vitaux qui feront que le chemin nous soutiendra en toutes circonstances.

"En y rêvant un peu, il apparaît que l’utilité de naviguer n’est pas suffisamment claire pour déterminer l’homme préhistorique à creuser un canot. Aucune utilité ne peut légitimer le risque immense de partir sur les flots. Pour affronter la navigation, il faut des intérêts puissants. Or les véritables intérêts puissants sont des intérêts chimériques. Ce sont les intérêts qu’on rêve, ce ne sont pas ceux qu’on calcule. Ce sont les intérêts fabuleux. Le héros de la mer est un héros de la mort. Le premier matelot est le premier homme vivant qui fut aussi courageux qu’un mort"
G.BACHELARD

C.G. : kris2704@yahoo.fr






(video) Le capitalisme porte en lui la guerre, la violence !
vendredi 13 - 11h07
de : JO
3 commentaires
Prévision théatrale
jeudi 12 - 21h50
de : jean1
L’ Acentrale Radio de la grève
jeudi 12 - 16h55
de : jean1
R.N. la place à la tête de l’état est déjà occupée
jeudi 12 - 10h06
de : jean1
bourgeois, tremblez, ça n’fait que commencer ! C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 11 - 22h34
de : Hdm
1 commentaire
TOTAL en Ouganda Rendez-vous au Tribunal ce jeudi 12 décembre
mercredi 11 - 19h21
de : SURVIE
BOLIVIE : La dictature auto-proclamée en appelle à Israël !
mercredi 11 - 17h16
de : JO
1 commentaire
COP 25 : supercherie capitaliste
mercredi 11 - 16h13
de : jean1
Retraites : Édouard Philippe confirme les mauvais coups du rapport Delevoye
mercredi 11 - 15h41
2 commentaires
Les régimes sociaux coûtent un pognon de dingue ? No coment !
mercredi 11 - 09h57
de : JO
2 commentaires
Contre le travaillisme , une gauche de RTT 32 H et de retraite à 60 ans.
mardi 10 - 23h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Deuxième journée de grève : le nombre de manifestants dans 50 villes
mardi 10 - 17h50
3 commentaires
Les manipulations de macron, pour "piller" , nos retraites révélées au grand jour
lundi 9 - 20h13
de : nazairien
5 commentaires
Delevoye et le think tank "Parallaxe"
lundi 9 - 13h59
de : Mat
2 commentaires
Les liaisons troubles de Jean-Paul Delevoye avec le milieu de l’assurance !
lundi 9 - 11h43
de : lullal
6 commentaires
Emission - Grève SNCF : Cheminots et cheminotes luttent pour tout le monde !
lundi 9 - 11h14
de : Emission Polémix et La Voix Off
(video) Pour gagner : « reconduction, auto-organisation, généralisation » de la grève
lundi 9 - 07h13
2 commentaires
Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
(video) « Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
2 commentaires
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

On peut tromper tout le monde pendant un certain temps et certains pour toujours, mais on ne peut pas tromper tout le monde éternellement! Abraham Lincoln
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite