Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Allain Leprest, avec deux ailes
de : Ubifaciunt
dimanche 29 novembre 2009 - 10h45 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires
JPEG - 108.9 ko

de Ubifaciunt

Pierre Desproges avait tout faux : non seulement c’est pas toujours le crabe qui gagne, mais on peut se réjouir (au contraire de Michel Sardou) qu’Allain Leprest soit toujours vivant. Du coup, on se reprend une tournée de moules-frites avec force bouteilles de blanc. Hommage à l’un des derniers Grands de la chanson française, au sens le plus noble du terme.

Il est de certains artistes comme un trésor, l’envie qu’il soit tellement reconnu et le plaisir égoïste de le garder pour soi, ses amis, et ses désamours.

Il est de certaines chansons qu’on écoute seul, à la nuit, le verre aux trois quarts vide, le temps de finir la chanson et la bouteille ; demain sera un autre jour.

La Normandie étire ses rideaux de pluie, Leprest chante et pourrit encore un peu plus sa cirrhose et son cancer. Il va bientôt pleuvoir sur la banlieue de Paris.

Ne pas savoir par où commencer cet hommage. Des chansons qui accompagnent, des concerts où les amis pleuraient la première fois de le voir et le sentiment d’assister à quelque chose d’unique, avec juste trois cents personnes, un peu comme si Brel venait chanter les Bourgeois et Amsterdam dans ton salon, et de la solitude.

Une valse pour rien, donc. De celles qui s’étirent, qui ne sont pas à mille temps ni à l’amour mais à une envie d’amour, de celui qui s’étire. Une valse pour rien. Il est jeune encore. Il a encore ses cheveux. Le reflet sur le piano montre la main et le silence.

Car Leprest chante le silence. Comme tant d’autres. Comme peu d’autres.

Il chante les zones d’ombre, les mots qui se craquèlent, le rude alcool des déclassés, la sueur et les Gitanes qui s’éteignent. L’amour.

On a appris depuis Flaubert qu’Yvetot valait bien Venise ; cent cinquante ans plus tard, c’est toujours pas loin d’Honfleur que Leprest commence à chanter.

 http://www.article11.info/spip/IMG/mp3/leprest_-_02_je_viens_vous_voir.mp3

Je viens vous voir inaugure le bal. Il est un peu las, généralement, le stress du début de concert, comment sera le public, comment sera la voix, là, là, pour ceux qui ne l’ont jamais vu, le premier choc, les mots qui tombent et se fracassent les uns aux autres, le verre de rouge traîne sur le piano, la déclaration d’amour finale résume sa carrière tout entière. « C’est pour l’amour pas pour la gloire qu’ je viens vous voir. » La, la…

C’est un peu con, tu vas me dire, d’oser encore chanter l’amour, ce truc vieillot qui ne marche que dans les rimes pauvres des ritournelles de Piaf ou dans les envolées du grand Jacques. C’est si graveleux, en plus, le cul, et vazy que j’ te prends derrière la commode, ma poulette. Deuxième chanson du récital, Leprest assomme son public d’un premier couplet mêlant le paillard au sublime.

 http://www.article11.info/spip/IMG/mp3/leprest_-_06_ton_cul_est_rond.mp3

Ton cul est rond et feu Nougaro peut dès lors y aller de son avis devenu fameux : « C’est simple, je considère Allain Leprest comme un des plus foudroyants auteurs de chansons que j’ai entendus au ciel de la langue française… »

Foutu ciel qui a failli l’accueillir aussi voici quelques années, peu après l’ami Nougaro. Un sale cancer de prolétaire, celui du père qui se crève au boulot, celui de l’exigence du travail bien fait, celui des clopes et du vin qui n’arrangent rien mais te font bien solide d’être au monde ; et puis d’abord, impossible d’imaginer le daron menuisier ni le grand Jacques sans leur litron ni leur mégot.

La Camarde, pour une fois, a pardonné. C’était pas l’heure d’aller rejoindre les vieux soldats des nobles causes.

 http://www.article11.info/spip/IMG/mp3/leprest_-_good_bye_gagarine.mp3

La voix, sur un fil. L’orchestration réduite au souvenir de l’enfance. Goodbye Gagarine. Qui se souvient encore des vieux Spoutnik sinon nos vieux cocos, fiers et ataviques ? Dans la salle, au moment où la main salue les étoiles, on oublie les cheveux perdus de la chimio, on est à Ivry sur Seine, en janvier 1968, cité Vladimir Komarov, avec nos yeux de gosses.

 [1]

J’étais pas né en janvier 1968. J’étais pas encore de cette classe populaire dont, à son instar, je me revendique avec acharnement. Car le Leprest ne tricote pas que des chansons noyées de crépuscule mais lève toujours le poing plus souvent qu’à son tour. Le joli mois de mai pointait son bout de pavé : quelques jeunes cons allaient, une fois de plus, refaire le monde ; le Parti, une fois de plus, empêcher l’ouvrier de rallier le révolté.

Il n’empêche.

 http://www.article11.info/spip/IMG/mp3/leprest_-_09_sacre_coco.mp3

« Pour la castagne il crie d’accord, pour la fiesta il crie d’abord et pour le cul il dit banco… » Sacrés cocos d’une époque révolue où il était plus facile de chanter les lendemains qui chantent plutôt que l’insurrection qui tarde à venir.

 [2]

C’est déjà l’heure du rappel.

C’est enfin l’heure des plus belles.

Celles qui ne mériteraient que les trois minutes qu’elles mettent à s’écouler.

Cette bouteille qu’on n’en finira pas d’achever.

 http://www.article11.info/spip/IMG/mp3/leprest_-_le_temps_de_finir_la_bouteille.mp3

Bilou sur un nuage normand, toute prête à nous saouler de ses pleurs.

 http://www.article11.info/spip/IMG/mp3/leprest_-_04_bilou.mp3

Cette rupture qui ne dira jamais son nom.

 http://www.article11.info/spip/IMG/mp3/14_leprest_-_on_leur_dira.mp3

Mais dire les noms de Romain Didier et Francesca Soleville, tes fidèles compagnons de route, tes amis, découverts grâce à toi au gré de tes concerts ou au fin fond d’une médiathèque de banlieue, devenus les miens.

Merci à toi, Allain, avec deux ailes.

Et longue vie !

Notes

[1] Une photo d’Antoine Magnier.

[2] Une photo d’Hubert Marot.

Dates des concerts :
http://www.myspace.com/allainlepres...


HOMMAGE A ALLAIN LEPREST (videos + audio)



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Allain Leprest, avec deux ailes
29 novembre 2009 - 16h50
Allain Leprest, avec deux ailes
29 novembre 2009 - 23h04

Superbe, merci !!!



Allain Leprest, avec deux ailes
30 novembre 2009 - 14h33 - Posté par Cyril (77)

Merci pour ton article, lui-même très inspiré.

Au Japon ils ont un truc, "Trésor national vivant", pour honorer un individu qui fait particulièrement honneur à son pays ; ça irait bien à Allain Leprest.



Allain Leprest, avec deux ailes
30 novembre 2009 - 19h46 - Posté par didier

Leprest est un immense artiste. En plus fidèle à ses idées. Mais ça correspond à quoi l’allusion sur Sardou ?



Allain Leprest, avec deux ailes
30 novembre 2009 - 21h08 - Posté par le Rouge-gorge

Nous partageons ce goût appre sur la langue du poète

Ce souffle pour l’esprit qui apporte un vent d’iode

Cette claque répétée chaque fois que la fenêtre s’ouvre.

Salut fraternel.

le Rouge-gorge

Voici un texte ancien déjà d’Allain

La dame du dixième

La dame du dessus est morte

Il y a des scellés sur sa porte

On n’entendra plus pleuvoir

Son arrosoir

Sur le balcon

La vie, c’est con

La dame du dessus, bonjour

Trois petits riens, trois petits tours

On descend ses pots de fleurs

Par l’ascenseur

Et sa pendule

La vie, c’est nul

La dame du dessus, bonsoir

Ça braille, ça rit dans les squares

Sa boîte à lettres s’emplit

Tant mieux, tant pis

C’est des factures

La vie est dure

La dame du dessus, c’est cuit

Les enfants sont passés lundi

En vitesse, en habit noir

Vider l’armoire

Prendre le chien

La vie, c’est rien

Les jours se suivent, c’est terrible

Y a un bel appartement libre

Là-haut au dixième étage

Un pigeon nage

Dans l’eau du ciel

La vie est belle

Allain Leprest

Album : Mec






À propos d’Extinction Rebellion – Partie III : La 4e Révolution industrielle
mardi 22 - 20h35
de : Kim Hill
SNCF : l’accident qui montre que le « train sans contrôleur » est dangereux pour tout le monde
mardi 22 - 20h24
de : Rachel Knaebel, avec Sophie Chapelle pour bastamag
Seconde Guerre mondiale : la Russie déclassifie des documents sur la libération de l’Europe par l’Armée rouge
mardi 22 - 14h22
de : nazairien
Projection "Au nom de tous mes frères. Journal de Nadine Loubet au Chili." jeudi 24 octobre 2019 à 20h
mardi 22 - 13h21
de : Nicole ff
L’État français cherche à nous faire oublier les essais nucléaires en Polynésie
lundi 21 - 22h11
de : Delaunay Matthieu
Sécurité.
lundi 21 - 19h38
de : L’iena rabbioso
Erreur de Pôle emploi en votre défaveur : garder des nerfs d’acier
lundi 21 - 09h48
Appel du non lieu dans la mort de Rémi Fraisse
dimanche 20 - 23h30
de : desarmons-les
Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
11 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
6 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
9 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours. Gandhi
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite