Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Paris CAF : survie ordinaire en zone de non droit


de : Réseau Solidaire d’Allocataires
lundi 21 décembre 2009 - 11h00 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Paris CAF : survie ordinaire en zone de non droit

samedi 19 décembre 2009 par Réseau Solidaire d’Allocataires

Avec la CAF, quand on est concerné par un contrôle ou une suppression de droits absurde, on pense toujours être la victime d’une erreur individuelle énorme et unique en son genre.

L’allocataire confronté à un courrier incompréhensible, à des accusations délirantes sur sa vie privée, pense souvent que le responsable est UN salarié précis, particulièrement salaud, raciste ou sadique. La première réaction est souvent l’appel aux droits de l’homme, à la démocratie.

Et puis on débarque exposer son « cas » à la permanence du Reseau Solidaires d’Allocataires. On est un peu étonné de la réaction plutôt blasée des autres précaires présents.

On trouve ça limite indécent face à l’injustice qui nous frappe.

Comme Mlle L., on finit cependant par tenter le coup : on accompagne à une dizaine une chômeuse harcelée au Pôle Emploi Guy Moquet. Là on tombe sur une autre chômeuse, radiée deux mois, alors que ce n’est pas elle qui était absente, mais son conseiller. La radiation est annulée illico, du simple fait de la présence collective et offensive des autres précaires, sans recours à la CEDH, ni rien.

Le lundi suivant, un peu étonnée, on constate , comme Mlle L qu’une dizaine de personnes sont bien venues juste pour nous à la CAF Nationale.

On se demande bien, à part soi, ce que ça va changer : Mlle L. en effet est victime du harcèlement de la CAF depuis…2003.

Tout commence par un premier contrôle…à son ancienne adresse où elle ne vit plus depuis quelques semaines. C’est dans le hall de son ancien immeuble qu’elle croise une première contrôleuse CAF qui lui fait subir un interrogatoire d’une demi heure, puis lui déclare que tout est réglé. Mais quelques mois plus tard, elle se retrouve avec une accusation de vie maritale sur le dos et trois ans de RMI à rembourser.

Premier combat : après des mois et des mois, la CAF annule sa demande de remboursement.

Mais quelques temps plus tard, nouvelle « erreur » sur son dossier : la CAF cesse brusquement de payer l’allocation logement au bailleur. Pendant des mois, on lui assure que le problème est réglé, mais rien ne tombe, et la procédure d’expulsion est engagée.

Une nouvelle fois, la CAF recule et verse les arriérés une semaine avant l’expulsion policière.

Deux ans de répit. Puis en 2007, nouvelle demande de contrôle dans la boite aux lettres avec un numéro à appeler. Au bout du fil, un homme , très agressif l’informe d’office qu’il a lu les conclusions du rapport de 2003, qu’il a immédiatement flairé la fraude, que ça va chauffer, et que Mlle L. va devoir rembourser l’intégralité de ses allocations sur des années et des années. Expert patenté, notre contrôleur lui affirme qu’il saura immédiatement en venant chez elle, si oui ou non elle vit avec un homme. Paniquée, la jeune femme tente de se défendre, explique qu’il ne s’agissait en 2003 que d’une colocation, et que c’est toujours le cas. Le contrôleur lui raccroche au nez.

En se rendant à la CAF, elle apprendra qu’elle a « refusé le contrôle » et que ses allocations sont donc suspendues jusqu’à ce qu’elle accepte. Mais jamais plus le contrôleur ne prendra ses appels.

Comme beaucoup d’autres, Mlle L. décide alors de renoncer à ses droits pour avoir la paix, persuadée qu’elle ne peut rien face à la machine absurde qui est en face d’elle. Elle survit, cependant pendant deux ans, d’expédients en solidarité des amis et des proches.

Mais bien sûr, il y a un moment ou ça ne peut plus tenir. Mlle L a la chance d’avoir des amis fidèles, et son ex colocataire qui a acheté un studio accepte de le lui louer bien qu’elle n’ait pas de ressources fixes.

Enfin indépendante, et peu susceptible de cacher un homme dans la maigre surface de son logement, elle dépose un dossier RSA et allocation logement à la CAF au mois d’aout 2009. Au mois d’octobre une somme importante lui est versée, elle pense qu’il s’agit du rappel des prestations depuis août. Mais ensuite rien, et aucun courrier.

Elle téléphone, et au standard la réponse est la suivante : « Mais Madame, vous savez depuis 2003 pourquoi ne vous donnons rien ». Quarante huit heures après cet appel elle reçoit un papier de « fin de droits au RSA », « pour manque d’éléments sur sa situation ».

Au Reseau Solidaire d’Allocataires, on finit par être habitués : on sait que la route est longue dans ce genre d’histoires, où un contrôleur a décidé que vous viviez bien « maritalement » avec un monsieur.

Le rétablissement du réel dans ces cas là est à peu près aussi difficile à obtenir que l’annulation d’un mariage par le pape.

Aussi, notre intervention collective du jour a-t-elle un seul et unique objectif : obtenir le dossier intégral de l’allocataire comme c’est son droit le plus strict et jamais respecté si on ne vient pas l’exiger en nombre. Seul l’accès au rapport de contrôle, et aux différentes versions de la CAF nous permettra de retracer le cheminement tortueux des déductions inquisitrices du contrôleur.

Comme nous sommes nombreux, le dossier de Mlle L devient subitement une grande affaire : le directeur de la CAF , la responsable des guichets et la sous directrice vont nous recevoir pendant plusieurs heures, par intervalles.

Il serait impossible de retranscrire fidèlement l’absurdité totale des propos tenus successivement par nos interlocuteurs. Nous apprendrons ainsi.

 que le dossier d’avant 2004 est dans les archives papier à Arpajon (

les ordinateurs ont parait-il été inventés après cette date, ceux qu’on pouvait voir avant dans les CAF étaient certainement des consoles Nintendo astucieusement dissimulées pour faire sérieux ). Pendant un moment, les responsables réussiront presque à nous faire croire qu’ils sont reliés télépathiquement à Arpajon, en nous donnant des éléments du dossier d’avant cette date (toujours à charge naturellement). Il s’avèrera en fait qu’il ne s’agit que de téléportation, le dossier finissant par apparaître miraculeusement dans les mains du directeur, fraichement imprimé.   que la demande de RSA faite en août n’a jamais abouti à cause de la suspension de 2007. Et que le papier officiel de fin de droits reçu par Mlle L ne signifie absolument pas qu’il y ait eu une ouverture de droits. En fait, il s’agit d’une sorte de spam envoyé automatiquement par l’ordinateur central, qui sait fort bien imiter la signature de la direction de la CAF. C’est à cause de la mise en place du RSA, parait-il. Mais alors d’où vient l’argent versé sur le compte ?

En toute « logique » il s’agit de l’allocation logement non versée en 2007, pour cause de suspension , à cause du contrôle non effectué.

En clair, la CAF a rétabli des droits de 2007 et annulé la suspension pour cette période. Mais cependant, cette suspension est toujours valide, et le soupçon de vie maritale aussi, lorsqu’il s’agit de ne pas verser le RSA pour 2009, ainsi que l’allocation logement.

Ca ne veut rien dire ? Ben non.

Raison pour laquelle le directeur de la CAF et ses co-responsables après avoir déliré trois grands quarts d’heure, finissent par solliciter un délai de réflexion pour nous mettre le raisonnement par écrit, et qualifier juridiquement la situation de Mlle L.

Nous ne sommes pas pressés. En effet, c’est l’occasion de prouver à Mlle L. que l’absurdité de la persécution dont elle est victime n’est pas le résultat d’un dysfonctionnement inédit de la CAF, mais bien la routine ordinaire en zone de non droit.

Quelques tract diffés et nous rencontrons Mme D.

A l’une on invente un homme dans le placard, à l’autre on supprime brusquement deux enfants. Mme D a reçu une demande de remboursement de plus de deux ans d’allocations familiales, assortie d’un énigmatique décompte du foyer, sur lequel ne figurent plus que deux gosses sur quatre.

Dans le même temps, Mme D a également reçu une notification de non droits au RSA au motif qu’elle « n’avait plus le titre de séjour correspondant ». Or Mme D a une carte de dix ans, émise en 2003, valable jusqu’en 2013.

Passage au guichet, accompagnée du collectif. « Ah oui, effectivement dira l’agent, c’est étrange ». Finalement, les deux enfants disparus réintègrent le dossier avec le titre de séjour, mais personne pour expliquer comment et pourquoi ces courriers sont partis.

Pendant ce temps, un agent de sécurité se fait rembarrer par une salariée parce qu’il essaie de faire passer en priorité une femme enceinte presque à terme. « Ce n’est pas votre travail « , lui dit-on de haut.

Un autre explique à un monsieur énervé dont le nom n’est pas apparu à l’écran qu’il a fort bien pu être appelé sans s’en rendre compte, ce que l’allocataire conteste. « Vous ne pouvez pas rester une heure les yeux rivés en permanence sur l’écran » répond à juste titre le vigile, mais pourtant c’est le délai d’attente minimum.

Forcément, la CAF est fermée tous les jeudis, au minimum. Un salarié nous apprend que cette fermeture imposée par la direction, est destinée à faire bosser les agents de la CAF de Paris sur les dossiers ...de la Seine Saint Denis et de Mayotte, boulot pour lequel ils sont également réquisitionnés le samedi, à tour de rôle.

Finalement retour des responsables avec le dossier de Mlle L., ou plutôt une partie car le serviable directeur a « sélectionné les pièces qui pouvaient nous intéresser pour nous épargner un travail fastidieux ». Charmante attention, mais nous exigeons évidemment l’intégralité, nous sommes de sacrés bosseurs, contrairement à la légende.

La direction ne veut que le bien de Mlle L. Déclencher immédiatement un dernier contrôle et rétablir la vérité et ses droits .

Mais quelle vérité au fait ? Comment le contrôleur ou la contrôleuse va-t-il établir si Mlle L couche ou non avec son propriétaire, ce qui est le seul élément possible qui pourrait indiquer une éventuelle vie maritale, puisque chacun a son domicile, son compte, bref sa vie ?

Les contrôleurs de la CAF n’ont pas encore le droit de demander des analyses gynécologiques, ni une analyse ADN d’éventuelles traces de sperme débusquées sur le canapé. Certes l’on pourrait déduire de sulfureuses gambades d’éventuels témoignages de voisin, si Mlle L. et son proprio s’embrassent fougueusement dans l’ascenseur, mais y-a-t-il vie maritale sans pénétration ?

Pour l’Eglise classique non, mais pour la CAF ?

Ce n’est pas seulement pour Mlle L que les allocatairEs présentes posent ces questions à la direction, mais pour elles mêmes. Puisque nos rapports amoureux conditionnent nos droits à la survie, puisqu’il nous faut dépendre, au choix de la CAF ou d’un homme, et que les hommes ne sont pas toujours prêts à lâcher le cordon de la bourse au bout de trois nuits de folie, on voudrait savoir exactement à quoi l’on s’engage. Et en cas de rupture, combien de mois d’abstinence avant le grand pardon et le retour des allocs ?

Mais à la CAF on a sa pudeur, on ne veut jamais parler de ces choses là, il y a des mots qu’on ne prononce pas.

Pourtant au nom de la lutte contre la « fraude », les millions de femmes allocataires , en toute légalité doivent rendre compte de tous les détails de leur vie privée : les contrôleurs ont le droit de visiter nos logements, d’interroger nos voisins, certains se mettent en planque en bas de chez nous et le revendiquent dans leur rapport. D’autres n’hésitent pas à aller interroger notre employeur, les directrices d’école de nos enfants, pour traquer le fameux monsieur dans le placard.

Jusqu’à quand ?

Jusqu’à ce que la honte change de camp.

Ce jour là, Mlle L. aurait pu accepter la soudaine commisération du directeur de la CAF, brusquement persuadé qu’ « on ne demande pas le RSA sans en avoir besoin », prêt à envoyer un contrôleur le lendemain à son domicile pour « faire le point » et « sortir de cette situation ».

Mais c’aurait été une nouvelle fois se soumettre à la bonne volonté d’un mari jaloux et violent, susceptible de rétablir un droit pour éviter un scandale immédiat et de le couper en toute discrétion quelques mois plus tard.

Face à la destruction de leurs privées , les femmes précaires n’ont d’autre choix que la confrontation publique.

Nous attendrons donc que l’intégralité de son dossier soit communiquée à Mlle L. , et si nouveau contrôle il doit y avoir, il se fera en présence de témoins.

Ce sera ensuite au Conseil Général, qui a la responsabilité des contrôles sur les allocataires du RSA de décider publiquement, d’assumer le harcèlement, ou de l’interrompre.

Vous êtes victime du même harcèlement ?

 Dès le déclenchement du contrôle, exigez par lettre recommandée avec accusé de réception, l’intégralité de votre dossier CAF.   Refusez tout contact non officiel, notamment téléphonique avec les contrôleurs de la CAF   Ne signez JAMAIS quelque document que ce soit le jour même du contrôle, sous la pression.   Ne recevez jamais un contrôleur CAF seulE : faites vous accompagner par un proche, un collectif, un avocat   N’hésitez pas à enregistrer l’ensemble de la discussion avec le contrôleur, notamment à votre domicile.   Contactez au plus vite un collectif de précaires, même s’il vous semble que tout se passe bien, et que le contrôleur ne vous reproche rien ouvertement.   Témoignez, brisez le silence !

Reseau Solidaire d’Allocataires Permanence tous les mardis de 18H à 19H30 à la Maison des Associations 17/18.

15, passage Ramey métro Marcadet Poissonniers TEL : 09 54 70 66 22

ctc.rsa@gmail.com

http://www.collectif-rto.org

http://www.collectif-rto.org/spip.p...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Paris CAF : survie ordinaire en zone de non droit
21 décembre 2009 - 11h17

l’an passé des centaines d’allocataires ont vu leur APL/alloc ... et autres .... supprimées sans motif .... des mois (de janv. à juin pour certains) !!!!!!



Paris CAF : survie ordinaire en zone de non droit
21 décembre 2009 - 12h19 - Posté par

suppression de personnel à la caf !!!!!
bah oui !!!!!!





Dictature sanitaire : qui manipule qui ?
samedi 26 - 17h53
de : Claude Janvier
lancement initiative citoyenne européenne pour des revenus de base - collecte de signatures
samedi 26 - 09h01
de : angela anaconda
1 commentaire
Badges, signes : brève position syndicale
vendredi 25 - 15h46
de : Christian Delarue
7 commentaires
Action-fête de soutien aux grévistes de l’Hôtel Ibis Batignolles
vendredi 25 - 14h41
de : Alain Collet
1 commentaire
COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
1 commentaire
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
7 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite