Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Allain Leprest. Il neige
de : Allain Leprest
mercredi 23 décembre 2009 - 19h32 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Le chanteur vient de recevoir le grand prix Sacem des poètes 2009 et il sort un nouveau CD, Chez Leprest. Vol.2. En ami de longue date de notre journal, il revisite l’année 2009 au fil 
de quelques flocons.

A chaque année suffit sa peine et celle-ci l’a bien valu lanturlu. Et même ses peines on pourra dire lantirlire. 2009 sonne la clôture. Autant se défausser un peu quand on est comme moi fâché avec la chronologie pour en brosser le panorama. Je sais que je ne devrais pas dire cela en cette année précise où il est clair que l’Histoire avec un grand H est devenue pour le pouvoir en place un enjeu. Son acharnement à la tronquer, l’événementialiser, la vulgariser, la réduire à peau de chagrin, montre combien elle est pour lui un obstacle à sa légitimité, sa pérennité. Il y a la petite histoire d’entre Paris-Mâcon sur la banquette du train et la grande, celle qui relie les faits et les mouvements des hommes. La grande histoire des trains des déportations des migrations. Pauvre chanteur  ! Citoyen mais rêveur quand même. Un gosse qui meurt de faim toutes les cinq secondes, l’évasion d’un « Treiber » ou d’un « trader », les ventes d’armes, les piquouses du Tour du France, les mouvements d’argent  : il trouvera ça dégueulasse. Or, où tout passait comme un polar opaque, l’esprit logique s’écrira relevant chaque indice et chaque preuve  : « Bon sang mais c’est bien sûr  ! » Et nous y sommes… Le fric, le tout-fric, la jonquaille, les biffetons, ou les talbins comme les chante l’ami Sanseverino. Il ne vaut mieux pas que le chanteur se mette trop à « bouboutiser », surtout qu’il continue de « cocalaniser », de « marouboudeficelliser ».

Tient, il neige  ! Voyez, je commence à l’envers sur les pieds, sur les mains, je suis un saltimbanque. Il neigeait aussi au début de l’an écoulé. Mail à l’endroit, mail à l’hiver, gros zéro pour la planète. De Kaboul à Copenhague. Zéro à la queue leu leu pour les banquiers. Saltimbanque, je vous le disais d’emblée, hop  ! Tire groupé. Dans ce mot il y a « sale » et il y a « banque », pour ça peut-être que je pense à la neige, au blanchiment  : on en parle beaucoup en ce moment. On n’a guère entendu parler de relaxe à l’égard de militants syndicaux acculés à la résistance active. En tout cas, qu’on le sache depuis cette fin décembre, 70 000 euros devient une somme trop modique pour justifier des poursuites envers un justiciable. Le délit d’initié devient légal et qui fera la promesse au fisc de rapatrier ses lingots détournés vers des paradis fiscaux se verra exonéré d’amende. En attendant il neige et les flocons couvriront bientôt les cartons de cadeaux qui ça et là couvrants, toits d’infortune, joncheront porches, replis d’escalier, couloirs de métro. On distribue la soupe à l’entrée de Lachaise. Les sans-papiers tractent sans relâche près de mon kiosque à journaux. Pour eux Noël sera quand même là. Soit mauvais écho d’une vie ratée déchue parce que plus de boulot, cinquante balais et pas de Rolex, soit aurait pu mieux faire et on fera quand même, soit si tout ça c’était pour ça… En tout cas, maintenant pour un grand nombre la misère a deux vitesses. Ceux qui s’en tirent tout court et ceux qui s’en tirent une balle dans la tête, aux Télécom ou ailleurs.

Bien sûr tout n’est pas si noir, sous ces premiers tourbillons. Il y a de la combativité encore et toujours dans les rangs du potager et des plus jeunes aussi. Des sourires qui refleurissent sur des visages guéris, il y a des naissances et des renaissances. Pour autant devrions-nous à chaque inventaire nous contenter de ce qu’on nous présente comme un juste équilibre face à la rigueur que nous imposent les « temps qui courent ». La rigueur offerte en contrepoids obligatoire à la moindre réjouissance, à la moindre conquête. Des guérisons contre des suppressions de postes dans les hôpitaux publics, des naissances contre des fermetures de maternités, la prise de conscience pour tout ce qui touche à l’environnement en en excluant le mouvement social. Il neige et Soulages est à Beaubourg. J’aime Soulages et ses cheveux blancs. J’aime les peintres, les artistes têtus en général. Lorsque petit sa mère s’interrogeait devant la noirceur de ses dessins, il répondait  : « La neige. » Singulière cette approche. Inversé le fond, le support du « ce qui saute aux yeux ». Cela me fait penser à la disparition d’un chanteur et musicien black  : Bashung. Pourquoi black  ! Pour l’avoir vu et écouté deux fois sur la grande scène de l’Huma. Lumineux et sombre dans l’incantation. Vibrant, dansant, tout entier de l’intérieur, les mains nouées à la racine du micro, communiant. Élégant barde emmenant derrière sa houppelande une foule aux yeux mi-clos. Résistant sans ciller au mal sur le plateau de son Vercors.

Neige-t-il sur Gaza  ? Peu prolixes la plupart des gazettes au sujet de Gaza. Syllabe solaire et étouffante, colonne si maigre dans la presse à l’égal de cette bande de terre où sont confinés des millions d’humains en quête d’identité, de soins, de nourriture, de carte de travail. Et toujours à l’angle de ma rue, devant l’agence d’intérim, les sans-papiers dans le froid maintiennent le piquet et occupent. Des travailleurs. Ce sont eux et leurs parents qui ont contribué à façonner ce creuset où nous vivons ensemble et que le ministre Besson s’apprête à vider de sa substance-nation par le biais de réponses anonymes à un questionnaire truqué. Les rejetons des bourreaux de Manouchian et de Môquet serrent les coudes et se frottent les mains. Sangatte dans la foulée, des serruriers qui forcent des portes invisibles, des huissiers qui saisissent des balluchons. Des charters pour des destinations dévastées. Voilà le lustre que donne le sarkozysme à la République des sans-culottes. Heureusement l’exemple donné par les frangins antillais entre autres de la solidarité nous prouve que la fatalité n’a pas jeté son voile jusqu’en 2012.

Bulle spéculative, OPA américaine sur la grande boucle, cercle de jeu et roulette russe à la Madoff  : tout est rond et plus rien ne tourne, on licencie, on délocalise. Au club du Fouquet’s récemment labélisé confrérie de la Légion d’honneur, on a des petites idées. Certains de ses membres sont sur les rangs pour l’entrée légale des jeux en ligne. Rentabilisés le désespoir et la pauvreté. Il ne restait plus que cela  : des pavillons, des cartes de crédit, des tapis, des micro-ondes, à saisir dans les poches de ceux qui veulent rester à flot simplement ou qui céderont à l’appel du gain facile. Rage, dépression, suicides annoncés, tout retourne à la banque  !

Je ne sais pas vous, moi, avant d’abandonner mes illusions de rentier, j’aimais le Monopoly. On jetait nos deux dés et hop  ! Une liasse de biffetons en main on achetait un petit hôtel à Belleville, le tour suivant une baraque rue Saint-Honoré. Parfois, la chance nous portait à tirer une carte sur laquelle était écrit « la banque vous autorise un découvert de 10 000 francs ». On était teigneux à ce jeu mais c’était pour rire. Ah  ! Ce qu’on n’aurait pas aimé y jouer avec le petit prince Jean. À tous les coups il aurait privatisé les gares, l’eau et l’électricité, piqué toutes les cartes chance et demandé des stock-options sur toutes les mauvaises, saisi ce qu’il pouvait d’hôtels et de bicoques.

Pour ce Noël, dites à vos enfants de faire une croix sur le Mono-cosy.

http://www.humanite.fr/2009-12-21_C...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Allain Leprest. Il neige
23 décembre 2009 - 22h01 - Posté par poison férré

Merci l’ ami



Allain Leprest. Il neige
24 décembre 2009 - 07h52 - Posté par airelle

Beau résumé et triste constat d’un monde et d’un pays en décadence .....






15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les hommes passent, les idées généreuses restent. Léo Ferré
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite